TAGUEULE.COM

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

Quand tu écoutes les nouvelles, le matin, tu penses à quoi?

Quand tu lis ton journal, qu’est-ce que ça t’inspire?

Sûrement, tu te fais une opinion. Sur le besoin ou non d’une enquête publique sur l’industrie de la construction. Sur une ville qui signe une entente mais qui doit faire amender la loi pour la justifier. Sur les accusations portées contre le député en fonction Tony Tomassi. Sur les propos de Don Cherry. Sur le départ précipité de la ministre Nathalie Normandeau. Et celui du journaliste de TVA Carl Langelier. Sur les syndicats qui en mènent large au Québec.

À coup sûr, tu as une opinion. Que tu partageras volontiers si on t’en donne l’occasion. Exprimer son opinion, c’est faire bon usage de sa liberté d’expression. Dans une société démocratique, l’un ne va pas sans l’autre.

Pas vrai? Pas sûr!
Lire la suite

Publicités

POUR QUI SONNERA LE GLAS?

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

Ça ne va pas bien pour les syndicats.

À Ottawa, le conservateur Russ Hiebert, député de South Surrey – White Rock – Cloverdale, en Colombie-Britannique, vient de déposer le projet de loi privé C-317, une initiative visant à obliger tous les syndicats canadiens à rendre publique l’utilisation précise qu’ils font des cotisations de leurs membres. Le gouvernement Harper étant majoritaire, le tout n’est qu’une formalité, même si le NPD s’est dit contre le projet avant d’en avoir pris connaissance.

Dans le même souffle, à Québec, la ministre du Travail Lise Thériault déposait jeudi matin un projet de loi visant à donner aux employeurs le contrôle sur leur main d’œuvre et forçant aussi les syndicats à ouvrir leurs livres et à justifier, et leurs revenus, et leurs dépenses.
Lire la suite

Vox populi

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

___________________________________________________________________

Faut être fessé par une vague pour réaliser à quel point ça sonne!

Nous nous sommes exprimés.
Commentons maintenant.
Ou, comme j’entend dans la quasi-totalité des médias ce matin, essayons de comprendre.


« V » pour « Valeurs »

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

On a pu lire sur Twitter samedi : « Qu’on soit de gauche, de droite, de centre, si on est Québécois d’abord, il faut voter Bloc Québécois!».
«Québécois d’abord», ça veut dire «vrai Québécois», c’est ça?
Alors, OK, sur ce point je me qualifie : Je suis né il y a des dizaines de lunes dans la paroisse Saint-Sauveur, dans ce qui allait devenir la Labeaumineuse Ville de Québec. Je suis donc un «vrai Québécois». Même pas un Montréalais, même pas un Saguenéen, un Québécois, vrai de vrai, de Québec-su-à-Map, P-Qiue.

Un point de réglé.

L’autre critère pour voter du bon bord, qu’on me dit, c’est de voter pour le parti qui va aller dans le pays d’à côté pour défendre les «Valeurs Québécoises».

Et là, chu mêlé en maudit.
Lire la suite

M. Duceppe, mon choix c’est pouvoir

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

Cette  campagne a ceci de particulier que les médias sociaux y prennent une place prépondérante. Et par le biais des médias sociaux, c’est le citoyen qui s’exprime. Fini la campagne où seuls les chefs, les candidats et les médias avaient la parole.

Un texte circule sur Facebook depuis ce samedi. Et il y fait fureur. Ce n’est pas le discours d’un politicien. Ni la savante analyse d’un scribe.
C’est un cri. Un simple cri du coeur d’une citoyenne qui a choisie de s’exprimer, de parler plus fort que les candidats qu’on nous présente. La politique? Comme bien des citoyens, elle en mangerait pour son petit déjeuner. Et si on l’invite, elle ira vous donner un coup de main.

Elle s’appelle Louise Malaison, et elle habite Jonquière, au Saguenay. En ce samedi, elle avait envie de se faire entendre, envie de se faire lire,  sans plus.

Voici le magnifique texte qu’elle me permet de reproduire ici:
Lire la suite

Regard collectif dans un miroir subventionné

Pedro Rodriguez

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),
Il est toujours enivrant de penser que l’on vit le début ou la fin de quelque chose, de se croire au milieu d’une période bouillonnante de projets et de changements qui métamorphosera à jamais la société dans laquelle l’on vit.

Lire la suite