S’INDIGNER, ÇA COÛTE RIEN

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

C’est décidé. Je m’indigne. Y a pas de raison de manquer une aussi belle occasion de réduire mes dépenses.

Je vais me trouver une cause. Des causes. Une multitude de causes.

Je vais me trouver du logement à prix très, très modique.

Je vais me procurer une tente et je vais la planter dans un parc public, en plein centre-ville, près de tous les services.  Avec des amis. Une  tente à gauche de la mienne. Et une autre tente à gauche de l’autre tente. À gauche, toutes. S’indigner, ça coûte rien.

(Une cause, si vous  me le demandez : Les vélos. C’est beau, un bycique.)

Je vais me brancher sur l’électricité du locataire actuel. S’indigner, ça coûte rien.

(Une autre cause, si vous me le demandez : Les banques. Elles font trop d’argent, et moi, pas assez.)

Lire la suite

Publicités

Tout le monde à bord!

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

Question de même:

On manque cruellement de bénévoles pour prêter main forte aux sinistrés victimes d’innondations…
Le maire de Montréal a envoyé 5 000.00$, et celui de Québec envoie son expertise à un village, mais quand même, y reste un petit manque

En jasant avec mon fils, on a pensé qu’on pourrait parquer des beaux autobus jaunes dans toutes nos villes, tous nos patelins, avec une grosse pancarte  qui dirait :

Lire la suite

Les contes de fées n’existent plus

Daniel Paquet

(Contact via Twitter, Courriel),

Photo : © gillesdionphoto.com

Pendant qu’on dilapide les sous des citoyens et qu’on tente de nous convaincre que tout est beau, que tout est parfait, que le bonheur, c’est maintenant… Qu’on veut nous faire croire que la vie, ici, c’est un conte de fées sans fin, dans la vraie vie, dans une vraie ville, existe la vraie misère…

Voici l’expérience vécue par un de mes bons amis. Ce soir là, il était sorti seul pour prendre quelques clichés. La réalité l’a rapidement rattrapé et lui a présenté un côté de notre société que l’on ne veut pas voir. Tout ce qu’il a rapporté, c’est cette photo, et cette histoire. Chronique d’un couple uni par la misère.

Lire la suite

Le monopole de la compassion

Guillaume S. Leduc

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Nombreux sont les démagogues qui laissent entendre que le discours de droite manque de compassion. En cette période de l’année, où toutes et tous sont appelés à donner généreusement, le moment est bien choisi pour démystifier un des plus grands mensonges imprégnés dans la culture politique québécoise. Lire la suite

Monsieur Bonheur et la culture de la dépendance

Par Guillaume S. Leduc,

Parmi les obstacles que l’on rencontre en matière de mesures pour favoriser le retour en emploi des assistés sociaux aptes au travail, il y a le fait que l’on déduise de leur chèque mensuel à peu près tous les revenus qu’ils gagnent durant le mois. Cela a pour effet d’inciter les assistés sociaux à ne pas travailler et développe chez eux une dépendance totale envers l’État. Cette aide, qui est sensée être une aide temporaire, devient ainsi un mode de vie. Lire la suite