Le pétard mouillé de Stéphanie Grammond!

téléchargementPar Ian Sénéchal,

Stéphanie Grammond publiait récemment le texte : « La bombe à retardement du CELI« . Elle s’oppose notamment à la hausse projetée des droits de cotisations que les conservateurs veulent mettre en place, comme elle s’opposait au fractionnement du revenu. Bref, quand un gouvernement diminue les impôts, on trouve toujours un journaliste quelque part pour s’opposer, car après tout, c’est ce que le peuple veut! Mouaaiiis… Son prétexte : « le CELI serait coûteux et régressif. » Bref, ça ne favorise que les riches et le gouvernement perd de l’argent.


Le principal avantage du CELI, c’est qu’il permet d’accumuler de l’argent à l’abri de l’impôt… comme le REER et le REEE. Pour bien des gens, il faut taxer les revenus de placement. Je ne fais pas partie de ce camp. Avec des obligations 10 ans du gouvernement canadien qui rapportent 1.40% à un investisseur, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’espace de taxation disponible. D’ailleurs, si une personne épargne, faut-il vraiment la pénaliser? Elle a déjà payé l’impôt sur son revenu qui lui a permis d’acheter ses actifs. Car oui, l’impôt est un pénalité. Une pénalité au succès, à la discipline et à la rigueur dans ce cas-ci.

De plus, contrairement à ce que pense Mme Grammond, je suis d’avis que le CELI permet aux gouvernements d’augmenter leurs recettes fiscales depuis quelques années. Bon nombre de canadiens font le choix d’investir dans le CELI plutôt que dans le REER pour leur planification de retraite. Ils choisissent donc de payer leurs impôts immédiatement plutôt que de prendre leurs déductions fiscales.

En effet, si on place de l’argent dans le REER, on place de l’argent avant impôt et on paie l’impôt à la retraite. Pour le CELI, on paie l’impôt immédiatement, mais on n’en paie pas à la retraite. Heureusement, au Canada, on ne taxe seulement qu’une fois le même revenu!

Si votre taux d’impôt marginal est le même à la retraite et dans votre vie active, vous préférerez sûrement le CELI, vous vous protégez ainsi d’une hausse future des tables d’impôt et vous pourriez protéger certaines rentes gouvernementales comme le supplément de revenu garanti. En effet, si vous cotisez 1000$ au CELI, cela équivaut à un placement de 1388$ dans le REER. Votre REER générera 388$ de retour d’impôt à un taux de 28%, ce qui vous fera, au net, une ponction de 1000$ dans votre budget.

Slogan2Si vous utilisez le même produit d’investissement pour les deux régimes qui vous rapporteront 5% pendant 15 ans, le REER vaudra 2885$ et le CELI vaudra 2078$. Par contre, quand vous sortirez votre REER à 28% d’impôt, ce dernier ne vaudra plus que… 2078$ dans vos poches. Le REER et le CELI vous donnent le même montant net d’impôt, car votre « économie d’impôt » dans votre vie active de 28% équivaut à l’impôt payé à la retraite. La différence pour le gouvernement c’est qu’il touche son impôt immédiatement si vous choisissez le CELI et dans 15 ans si vous choisissez le REER.

En fait, c’est comme si le gouvernement vous confiait la gestion de son impôt pour les 15 prochaines années quand vous le placez dans votre REER. Ses revenus dépendront de votre taux de rendement. Quand vous le placez dans le CELI, pas d’incertitudes, il passe à la caisse immédiatement.

On suggère souvent aux gens qui gagnent moins de 45 000$ et qui n’ont pas d’enfant de favoriser le CELI au dépend du REER, ce qui amène des recettes supplémentaires à l’état à court terme. Le CELI aide également ces gens à protéger leur supplément de revenu garanti. Oui, vous avez bien compris, le CELI peut aider les gens défavorisés à épargner plus facilement que le REER. Ah, mais des pauvres ça n’épargnent pas! Faux, vous seriez surpris de voir comment certaines personnes qui l’ont eu difficile peuvent réussir à épargner des montants intéressants pour protéger leur famille.

Pour les gens plus aisés, si l’économie d’impôt est de 38%, mais le taux à la sortie est inférieur, le REER sera plus avantageux. Le taux à la sortie peut être moindre si vos revenus de retraite sont moindres ou si vous changez de province d’imposition à la retraite, scénario de moins en moins exclus par les gens surtaxés. Toutefois, ils utiliseront leur CELI pour le fonds d’urgence, chose qu’ils ne pouvaient pas faire avant l’arrivée de ce dernier. Il est vrai toutefois qu’ils n’ont pas besoin de 36 500$ de droits de cotisations pour y arriver.

En fait, le gouvernement perd réellement de l’argent si on prend en considération les gens qui avaient maximisés leur REER et leur REEE et qui disposent aujourd’hui d’un nouvel outil fiscal. Mais comme je disais, est-ce si important de taxer les revenus de placement? Je ne crois pas. D’ailleurs, une bonne partie des gens qui n’ont pas beaucoup d’espace REER sont les gens riches et les fonctionnaires, avec leur gros fonds de pension qui prend toute la place. Vous voulez qu’ils utilisent moins leur CELI… coupez leur fonds de pension, ils cotiseront au REER!

3.2 milliards : Étape 5

téléchargementPar Ian Sénéchal,

Aujourd’hui, on ajoute 54 millions de dollars aux économies réalisées dans le cadre de mon programme de réduction des dépenses (programme complet). Comme j’en ai « placoté » à NRJ aujourd’hui avec Jeff Fillion, j’essaie de me rendre au chiffre sans toucher les services importants aux citoyens, ni même les salaires, ni même les avantages sociaux des employés.

Lire la suite

Nos meilleurs quittent, l’impôt augmente, la dette aussi et les services diminuent

Par Ian Sénéchal,

Voici ma chronique ce matin. On devait parler du Fonds de Solidarité, ce sera pour une autre fois. On tente de s’expliquer un peu pourquoi nos meilleurs nous quittent chaque année. Regardez ce tableau d’Antagoniste.

BilanMigratoireQuebec170413

 

C’est compliqué être un jovialiste

imagesPar Ian Sénéchal,

Réflexion rapide ce soir publiée sur ma page Facebook :

Il y a deux chiffres que je ne suis plus capable de voir.

49.97% (taux maximal d’imposition au Québec)
14.975% (taux de la taxe à la consommation)

J’ai l’impression qu’il y a un clown quelque part au ministère du Jovialisme qui pense que l’on serait choqué si les taux était de 50% et 15%.

 

 

Coupables

Stéphane Lessard

Sans doute, comme moi, êtes-vous encore en train de vous remettre de votre rate qui a explosé quand vous avez vu le papier de Lisée et de Drainville qui travestissaient la pensée de Thomas Jefferson. Fidèles à eux-mêmes, ils n’ont pas publié leur texte humoristique dans le « Hillbilly Herald ». Non. Ils ont publié ça dans le New-York Times s’il-vous-plaît. Rien de moins. En tant que représentants de NOTRE gouvernement. Dites-vous qu’à la prochaine lettre qui va arriver au NYT avec un timbre de poste du Québec, ils vont distribuer des culottes d’aisance dans la salle de rédaction. On est jamais trop prudent.

Lire la suite