Où est l’argent? Dans les poches des riches et des banques!

taxmanPar Ian Sénéchal,

Je vous place ici une phrase populaire chez les revendicateurs quand on leur demande où prendre l’argent pour financer leurs nombreuses demandes : « C’est simple, il faut taxer les riches, les institutions financières et bloquer les paradis fiscaux ». Autrement dit, on ne le sait pas, mais on s’en fout.

C’est difficile pour eux de se rendre compte, qu’en réalité, les institutions financières sont les contribuables, indirectement. En effet, ces dernières refilent la facture aux consommateurs quand on augmente leurs taxes. Prenez en exemple ce message que j’ai reçu ce matin d’un assureur canadien.

<<NOUVELLES MESURES FISCALES ANNONCÉES À L’OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Voici les modifications annoncées ayant un impact sur les assureurs :
  • La taxe sur le capital qui augmente de 2 % à 3 % de la prime payable;
  • La taxe compensatoire des institutions financières qui passe de 0,30 % à 0,48 % de la prime payable.
Quels seront les impacts pour vos clients actuels?
Comme l’effet de ces hausses est significatif, à compter du 31 mars 2015, des ajustements de primes seront effectués sur toutes les polices dont le libellé le permet.>>
De toute évidence, les méchantes institutions financières n’entendent pas perdre de l’argent suite à un changement de règles soudain d’un gouvernement endetté. Ce gouvernement pourra certainement se pavaner sur la place publique en disant qu’il n’a pas augmenté vos taxes et impôts, mais ce sera de la malhonnêteté intellectuelle. Toutefois, comme d’habitude, vous ne leur en tiendrez pas rigueur, après tout, la nouvelle ponction sera marginale, comme les cinquante précédentes!
Slogan2
De plus, admettons que ces institutions ne réussissent pas à vous refiler entièrement la facture, elles devront alors voir leur marge de profit diminuer. À moins, évidemment, qu’elles coupent dans leur principale source de dépenses… la masse salariale. Que ce soit en augmentation de salaire ridiculement basse ou encore en diminution des heures de travail ou en mises à pieds, si la masse salariale est touchée, les impôts sur le revenu de ces employés seront touchés également. Si en plus ces employés consomment moins, car les revenus ont été moindres, évidemment, cela réduira les revenus d’autres commerces canadiens!
Finalement, supposons que les institutions ne sont pas capables de vous refiler la facture et qu’elles sont incapables de couper leur masse salariale. Évidemment, leur marge de profits sera touchée. Qui sont les propriétaires de ces institutions financières selon vous? Les actionnaires! Qui sont les actionnaires? Vous, évidemment. Ce genre de mesures peut se traduire dans le cours des actions et diminuer la valeur potentielle de vos portefeuilles de placement.
Ah, vous vous en foutez, car vous n’êtes pas investisseur. Vous avez un fonds de pension du secteur public et vous n’aurez que votre RRQ comme autres revenus à la retraite. Ah, eh ben, êtes-vous sûrs que la Caisse de Dépôt et Placement du Québec ne possède pas d’actions de banques et d’assureurs canadiens? Eh oui, même si vous ignorez tout du fonctionnement de la bourse, vous êtes un investisseur malgré vous et vous serez touchés par la hausse de taxes!
Bref, que vous soyez consommateurs, employés ou actionnaires, c’est vous qui allez payer, pas les institutions financières! Car les institutions financières… c’est vous!

4 réflexions sur “Où est l’argent? Dans les poches des riches et des banques!

  1. Couillard seulement? Voyons voir… De mémoire: Marois, Charest, Landry, Bouchard, Parizeau, D. Johnson, Bourassa, P-M Johnson, Lévesque, encore Bourassa…. Avec la sainte bénédiction médiatique. Comme disait César: Veni, vini, taxons!

Les commentaires sont fermés.