Les radoteux

imagesPar Ian Sénéchal,

Je ne sais plus quoi penser de la politique québécoise. Honnêtement, j’aime encore la politique, mais je suis tanné de lire toujours les mêmes vieux « radoteux ». Faut dire que je me fais souffrance sans l’aide de personne en ouvrant les pages du Devoir…

Quoi, vous n’avez pas lu. Le grand cheval de bataille de Napoléon Duceppe est de retour. Oui, le déséquilibre fiscal refait son entrée dans la politique canadienne. Apparemment, le gouvernement fédéral a réussi une fois de plus à régler son déficit sur le dos des provinces, du moins, selon Bernard Descôteaux.

En fait, en lisant l’article, on a l’impression qu’il est écrit depuis plusieurs mois et qu’on attendait simplement qu’Ottawa publie son premier surplus (1.6 milliards au mois de juin) pour le publier.

Selon le révolutionnaire tranquille, les provinces n’arriveront pas à l’équilibre budgétaire aussi facilement qu’Ottawa, Le « papa » devra sortir le porte-monnaie pour abreuver son « tanguy ».

Ce qui me déplaît, c’est qu’on aborde le sujet en laissant voir que les provinces ont fait tous les efforts nécessaires et qu’il n’y a plus de gras à couper, on est maintenant rendu à l’os et il faut absolument couper dans les services pour arriver. Ou encore, il faudrait augmenter les transferts fédéraux… Du déjà vu… Tout à fait.

C’est choquant, car je n’ai pas encore vu le gouvernement du Québec faire un réel effort pour couper dans certains postes budgétaires comme on a vu Ottawa la faire. Est-ce que Télé-Québec a vu son budget amputé de la même façon que Radio-Canada?

Pour avoir plusieurs clients qui travaillent pour le fédéral et le provincial, je peux vous dire une chose, il y a un des deux groupes qui a reçu des coupes dans ses avantages sociaux et rien n’a été fait pour le second. Je vous laisse deviner quel palier de gouvernement a coupé.

Avant de demander au gouvernement qui a la responsabilité des ambassades et de la diplomatie d’augmenter ses transferts vers les provinces, je demanderais à la grenouille qui a décidé de jouer au bœuf en montant son propre réseau parallèle de le démanteler avant de venir quêter. Sérieusement, à part offrir du bon temps à Jean-François Lisée, à quoi servent nos « wannabe » consulats à Tokyo, New York et Paris?

Oh, mais on n’a pas été correct avec la santé. Les transferts qui augmentaient de 6% par année n’augmenteront que de la croissance du PIB. C’est un sale coup fait aux provinces. Euh, non. Ça fait longtemps que tout est budgété et cette diminution n’avait pas empêché Bachand de prévoir le retour à l’équilibre budgétaire avant Ottawa il y a quelques années. On ne peut accuser le fédéral d’avoir pris les provinces par surprise. Alors, la seule conclusion qu’on peut tirer, c’est qu’un défunt Ministre des Finances a réussi sa manœuvre d’atterrissage alors que les deux derniers clowns en chef de la province de Québec (Bachand et Marceau) se sont royalement plantés.

Finalement, Descôteaux voit dans la stratégie des conservateurs de l’électoralisme. Ils vont utiliser des baisses d’impôts pour acheter des votes à même ces surplus budgétaires nouvellement arrivés. Quel machiavélisme. Sérieusement, si c’est machiavélique de baisser mes impôts, je vais voter conservateur longtemps! Pas de danger que ça arrive au Québec. 

De toute façon, nous, on sait comment régler le déséquilibre fiscal. Attendons les baisses d’impôt fédérales pour aller occuper l’espace fiscal ainsi libéré. Ce n’est pas ça qui est arrivé avec la TPS/TVQ? Je pense que oui moi!

 

2 réflexions sur “Les radoteux

Les commentaires sont fermés.