Digne d’un pays de cul

téléchargementPar Ian Sénéchal,

Ce matin, je suis révolté. Le pire, c’est qu’en lisant les deux nouvelles suivantes (nouv_1, nouv_2), je ne suis même pas surpris. On nous joue un scénario depuis le début septembre et tout est réglé au quart de tour. Ah pis, de la merde, je n’ai même pas le goût de commenter. Gagnez-là votre majorité, faites-le votre référendum, ayez votre pays, je vais commencer à préparer mon plan d’évacuation pendant que j’en ai encore le temps. Je suis écœuré de vivre au travers d’une population qui se laisse manipuler ainsi par ses médias. Réveillez-vous bordel. Je me magasine des terrains à Hawkesebury avant que le prix monte.

8 réflexions sur “Digne d’un pays de cul

  1. On le voit depuis des années (PQ=philosophie communiste même si cela n’existe plus mais on s’en va vers la philosophie de Poutine, corruption les dirigeants s’en mettent dans les poches, si tu n’est pas d’accord avec nous alors on t’écrase, c’est pas mon argent j’en fais ce que je veux. Ce n’est pas de ma faute c’est l’autre. On te diras n’importe quoi, on te mentiras. On verra bien ce que l’on veut t’as rien à dire. Les lois, les valeurs ce n’est pas pour nous.
    Heureusement pour moi il ne me reste plus beaucoup de temps sur cette terre pour partir.

  2. J’ai 69 ans, suis ingénieur, sismologue et géophysicien. J’ai développé une expertise technique rare et recherchée ici au Canada et aux USA. Si j’avais ton âge Ian, je prendrais avec moi 2 ou 3 des meilleurs élèves ingénieurs que j’ai formés et irais démarrer une entreprise, bureau d’ing. dans la région de Boston ou dans l’Ouest canadien. Je laisserais Pauline seule avec les médiocres que son système politique continue d’encourager et d’engendrer. Ce sont les meilleurs qui partent.

    • Mon fils a eu un offre d’emploi en Alberta en informatique qu il a accepter même s il avait la possibilité de demeurer ici, sa conjointe qui sera diplômé dans un an a la fin de ses stage comme inhalothérapeute ira le rejoindre il en ont marrent tous les deux du CULBEC.

  3. Pauvre de nous. J’en ai une qui est ing et est partie (Vancouver) et elle ne reviendrait pas pour tout l’or du monde comme on dit et un autre ing. aussi qui vit au Québec. Mon mari dit: si j’étais lui, je partirais immédiatement, mais pas facile avec 2 jeunes enfants, une femme ing. qui travaille au Qué. aussi. Donc, on endure, on subit et on se la ferme.

  4. Faut pas partir! Faut au contraire rester et se battre contre cette bande de débile. Qu’est ce qu’on attends pour descendre dans la rue et manifester notre dégoût envers le PQ. Le pouvoir est entre nos mains et il suffit de s’en servir. Il faut une fois pour toute cesser de pleurer et agir. Faut se rassembler et démontrer que cette fois c’est assez. Et pour ce faire, ça prends des rassembleurs comme toi Ian. Comme toi, Johanne Marcotte, Jeff Fillion, Éric Duhaime et tous ceux qui se croient capable de mobiliser un groupe de personnes. Une marche, une seule marche de manifestation regroupant 50-60 milles personnes avec CAQ, libéraux et QS suffirait à faire frémir le PQ. Fillion a déjà réussi à mobiliser 50,000 personnes pour sauver une station de radio. C’est maintenant le Quebec qu’il faut sauver!

  5. J’ai reçu la visite d’un de mes amis qui a quitter le Quebec il y a de cela 20 ans sa première réaction fut de me dire que rien n’avait changer ici. que c est le jour de la marmotte au Quebec je lui ai rétorquer que c’était le temps des pequisses.

    • ah j’oubliais il ma dit que la seule chose qui change au Quebec c est que ca s’empire

Les commentaires sont fermés.