L’Avenir à l’abri du PQ

Stéphane Lessard

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Si il y a quelque chose qui ressort de cette élection et des sondages, c’est que l’avenir du Québec est plus que sombre. On se rend compte que le cynisme et l’érosion de la confiance envers les politiciens mine tout enthousiasme qui aurait dû prévaloir après 9 ans d’un règne brouillon, empestant la corruption et le copinage. Pourtant, ce n’est même pas là que le plus décourageant s’exprime. C’est dans l’offre politique. A gauche comme à droite. On constate que la nature a horreur du vide et que les trous laissés par des personnes politiques de haut calibre furent remplis par une autre « matière » Plus vil. Un peu comme une marquetterie Louis XV que l’on « patche » avec un carré de plywood… Dur constat? Peut-être. Je demande à être convaincu du contraire.
Quelqu’un pourrait me donner le nom d’un potentiel ministre, disons PLQ ou PQ, qui a une vision à long terme pour l’économie, qui sait que l’on n’enrichit pas une population en plumant le 4% de ses plus riches, qui sait que le secteur minier est le plus risqué et que de mettre le fric du RRQ dans des participations revient à jouer le jeu d’un capital de risque que les minières salivent de voir poindre à l’horizon? Pauline Marois ne comprend rien à tout cela. On le sait. Elle a été ministre des finances comme un étalagiste qui broche les rubans de caisse au commerce du coin est comptable agréé… Tous sont des interventionnistes aveuglés ou ignares. Je ne parle pas du type de la CAQ, M. Dubé, qui a un c.v. qui laisse croire qu’il pourrait faire marche arrière malgré les engagements de son chef sentant le Chavez #5 jusque dans le grand nord .  Un peu d’espoir, de grâce…

Cette élection est celle du dépit, du constat que les Québécois choisissent leur dirigeants comme une bouteille de vin à la SAQ: par l’étiquette et la pastille. Quand 44% du monde ne paie pas d’impôts et voit la pieuvre Étatique lui tendre une tentacule à chaque faux-pas, quoi de plus naturel que le statu-quo. Et puis, il restera toujours le méchant Canada à blâmer. Tant qu’on a pas à s’assumer…
Déprimant de voir aussi le biais Radio-Canadien. Montréal est la capitale du gauchiste utopiste subventionné. Rien de surprenant non plus mais on ne s’habitue pas (et mon porte-feuille non plus) d’entendre des génériques d’émissions de radio aussi longs que celui d’Apocalypse Now. L’important c’est d’être heureux comme peuple. Ou étais-ce « Imbécile heureux »? Bah. Anyway. On y trouve notre compte on dirait.

Le point central de cette élection est l’espoir: celui de ne pas voir des bigots comme Drainville ou Duchesne devenir nos interfaces avec le monde extérieur avec en prime les commandes d’un ministère. L’espoir aussi de ne pas voir un PQ minoritaire et archi-gauchiste faire des alliances avec Option Nationale ou Québec Solidaire pour se partager les restes du cadavre de votre chèque de paie. L’espoir de ne pas avoir des bigots dicter à des adultes la langue de leur études supérieures. L’espoir de voir notre système universitaire cesser d’être sous le joug d’extrémistes. L’espoir de ne pas avoir à déménager sa famille parce que le party socialiste tire à sa fin et que les incapables en place refassent une sorte de Berlin avril 1945 quand les vannes de la corne d’abondance obligataire se tarira…

Le point central, c’est de bloquer le PQ. Et les autre régressistes. Les progressistes sont des régressistes. Ils sont à Duplessis ce que les syndicats sont à l’Église. Et la droite englobe les réformateurs. Rappelons-nous de ça.

Quoi faire. Le PLQ n’offre rien et les partis marginaux de droite n’aideront que les péquistes. J’ai voté CAQ. Malgré le fait qu’émettre l’idée de dédommager les syndicats me répugne, de piger dans la Caisse de Dépôt soit irresponsable et que de s’imaginer négocier une hausse avec les étudiants soit utopique et risqué. Le ménage des commissions scolaires, d’Hydro-Québec, la cassation des corporatismes et des mensonges sur le système de santé sont déjà de bons engagements. La CAQ est la seule à offrir une lueur d’espoir et une amorce de réforme.

J’aurais aimé courir. Je marcherai. C’est mieux que de reculer.

Advertisements

17 réflexions sur “L’Avenir à l’abri du PQ

  1. Pingback: Réflexion d’un montréalais inquiet « Le blogue de Joanne Marcotte

  2. Pingback: Réflexion d’un Montréalais inquiet – Le blogue de Joanne Marcotte

    • Je ne peux qu’etre d,accord avec ce texte. J’ai déja donné mon appui a la C.A.Q.

  3. Wow, ça doit vous faire du bien de vous défoulez ainsi.
    Félicitations et ça fait aussi du bien de vous lire.

    L’espoir est que vous soyez aussi lu par les personnages ou personnes qui ont fait naître vos propos ! et qu’ils vous répondre (nous savons qu’ils mettrons la faute sur quelqu’un d’autre). Comme ça serait intéressant de les lire dans leur réaction)

    • Comme ma grand mère dirait…Lego est un véreux, je n’ai aucune confianc en lui. Je ne le trust pas du tout!. Il a dit à le télé qu’il n’était pas fédéraliste mais qu’il voterait non…C’mon brahcez vous, nous n’avons plus de patience avec des « On verra »! Son programme est désiquilibré d’après moi.

      • Je ne suis pas fédéraliste et pourtant je voterais non à un référendum… Tout simplement car il n’y a aucun intérêt à faire la souveraineté présentement. Tant que les finances publiques ne seront pas équilibrées, l’identité constitutionnelle ne doit pas être un enjeu car nous n’avons aucun pouvoir de négociation avec le reste les autres provinces et les États-Unis… Ce n’est donc pas une question d’être branché, c’est une question de logique et d’intérêt pour le Québec.

  4. Je suis parfaitement d’accord avec vous,bravo,moi aussi je fais confiance à la C.A.Q.
    Bonne journée à tous.
    BP.

  5. Pingback: Le Tea Party Québécois « Des images et de la politique

  6. Moi aussi j’ai donne mon appui a la CAQ a Francois Benjamin dans Berthier j’ai confiance .

    • Lors du seul et unique débat dans Berthier, François Benjamin ne s’est pas présenté. Il est très décevant…

  7. moi aussi je vait voter CAQ ce coup ci , car en votant pour marois un peut s’attendre encore a des chicanes interminable même entre membre de leur partie , ont sent déjà depuis une semaine que la bisbille est sur le point de prendre entre eux mais il se retienne vue que l’élection approche et que leur soif du pouvoir est au fond leur seule ambition

  8. Je suis en parti d’accord avec ce texte mais de la a vote CAQ non je n’ai aucune confiance en Monsieur Legault son plan est absurde et irrealiste pas plus que j’ai en La Marois  » don’t be inquiet  » qui veut faire du Quebec un Guetto alors j’ai vote Liberal tant qu’a change pour le pire j’opte pour le moins pire !!!

    • je ne peux pas croire qu’on pense que voter libéral c’est voter pour le moins pire!! Mais on a besoin de quelles horreurs du genre fraudes, corruptions et autres magouilles pour se rendre compte qu’on ne peut plus envoyer un tel message d’acceptation de ce genre de chose à un gouvernement? A-t-on envie de se rendre au même point que l’Italie avant de réagir? Je suis très inquiète de notre avenir quand je vois un tel raisonnement!

  9. Tout à fait d’accord avec ces réflexions Stéphane. C’est réconfortant de lire des textes intelligents et de savoir qu’il y en a encore des personnes sensées au Québec…!
    Moi aussi j’ai pensé partir éventuellement mais pour aller OÙ ?

    • Partir reste une grosse décision: ça dépend de la famille, du type d’emplois, du revenu attendu. Et c’est laisser le Québec en pâture aux olibrius du PQ et de QS. Il y a une volonté de se battre qui doit aussi être prise en compte.

  10. Le problème c’est en Amériques du Nord, en Europe les sociétés sont dirigées par des carriéristes qui font de la politique un métier. Nos politiciens sont incapables d’abnégation et de mettre les intérêts collectifs devant leurs propres intérêts.

    Je crois que nous avons trop de « gouvernement » (local, régional, provincial, fédéral). La solution c’est une gouvernance de proximité, près des individus. Le dédoublement des responsabilités ne fait que gruger davantage dans les poches des contribuables sans pour autant procurer des solutions concrètes aux problèmes de complexité croissante.

    La solution c’est d’enlever aux divers paliers de gouvernement leur capacité de dépenser notre argent et les forcer de justifier leurs prélèvements. Il est primordial de réduire la portée de leurs interventions et favoriser les visions à long termes…

    Je crois en un projet de société rassembleur fondé sur le bien commun dans le respect des individus. Le bien commun est primordial.
    Ce projet mise sur « l’empowerment » des individus et non sur la responsabilité des gouvernements envers leur sort.
    Ce projet de société sera basé sur des bases communes évidentes, la langue, la culture l’égalité des individus, et le développent de notre richesse…

    Lorsque les champions d’un tel projet de société se présenterons, ils ou elles trouveront les appuis à cette cause et lorsqu’un tel projet de société sera porté haut et fort, les gens de cette société pourront enfin assumer leur souveraineté et cette société sera maître de sa destiné.

    La souveraineté n’est pas un projet de société, c’est une conséquence découlant de citoyens qui mettent de l’avant un nouveau projet de société collectif.

    Malheureusement pour nous, les champions d’un tel projet de société peu importe leur allégeance politique, sont rapidement écartés par des politiciens carriéristes sans aucune vision et des commentateurs publics (journalistes et autres) qui ont complètement perdu leur sens critique et leur objectivité.

    Jean-Francois

    • Pour moi la CAQ ce sont des amateurs. Pas parce que comme président d’une association quelconque en médecine que quelqu’un peut dire qu’il détient la baguette magique pour tout régler sur ce plan. Pour moi c’est de l’amateurisme et de l’ignorance. Tout comme la solution d’Hydro Québec. Très dangeureux ca ce petit jeu. On se retrouvera avec un problème comme celui de la santé avec le départ de toutes ces infirmières et leur compétence. Le PQ avec MMe Marois hum! Laissezmoi rire! J’ai toujours voté PQ etce depuis Mr, Lévesque. Mais depuis que cette dame fait la comique moi j’ai déchanté. Facile d’encourager les étudiants et d’indirectement mais solidement invité à la désobéissance civile. Quelle merde pour gagner des votes. Ca equivaut à ce qu’elle avait fait passer sur le dos des étudiants en misant sur l’échec des étudiants afin de faire des sous. Le passé pour moi est garant du futur. Des amateurs qui font des essaies sur le dos des citoyens. Des Clowns qui vous font rire. Marcel Léger avit dit à une réunion de ses employés à laquelle j’étais présente qu’il fallait faire rire les gens et qu’ensuite on pouvait faire n’importe quoi ils goberaient, Homme de vision et de coeur qui manque au parti pour y donner de la crédibilité.
      Moi je voterai pour Jean Charest cette année. Il est vrai qu’avec tout ce qui s’est passé on pourrait croire que ,,, Maisje trouve que trop de gens mettent l’accent sur ca. Ce n’est pas que ca l’administration du Québec. Un gouvernement non soutenu parce que les élus veulent bien se positionner pour une élection future. critiquer en tout mais qui continu quand même malgré tout parce que ce qu’il y a à faire n’est pas rose et lui attire les critiques de l.opposition moi j’admire. Il est venu me chercher Jean Charest par son calme et sa détermination. Il est venu chercher mon vote parce que je ne crois pas que s’il avait tant à se reprocher il n’aurait pas continuer. Depuis le nombre d’années il pourrait se la couler douce avec un e belle pension. Si autour de lui il y a des ripoux et bien ils se feront prendre et paieront.
      Je crois que Legault et Marois s’écoutent et finissent par se croire. Mais il ne faut pas examiner de près pour voir qu’ils parlent sans aucune base. Quand viendra le temps de jongler MMe Marois ce ne sera pas comme avec les couvercle de la casserole, On voyait bien le manque de pratique. Vous ne devez pas faire bouillir souvent la marmite,

      Juliette

Les commentaires sont fermés.