Les radicaux d’Occupy aux commandes des finances péquistes

Par Ian Sénéchal,

Vous vous souvenez du mouvement Occupy, cette bande d’activistes ultra-gauchistes qui dénonçait le fait que les riches représentant le 1% se partageaient une trop grand part des richesses? Plusieurs personnes ne les ont pas pris au sérieux. Certains les qualifiaient de pouilleux et réclamaient qu’on cesse de parler d’eux pour arrêter de leur donner de l’importance, d’autres y voyaient un mouvement idéaliste exprimant tout ce qu’il y a de plus beau dans notre jeunesse. De mon côté, j’y ai toujours vu une bande d’activistes de gauche très organisée et très efficace pour faire passer son message. Je pense bien que j’avais raison. Ce mouvement radical a réussi à influencer les politiciens les plus populistes de la gauche, notamment au Québec, en Ontario et en France. Le slogan tout simple : « faisons payer les riches! »

On se rappellera qu’en France, François Hollande s’est fait élire notamment en promettant d’imposer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d’euros. En Ontario, le NPD a arraché un gain de dernière minute dans le dernier budget McGinty en mettant fin à la menace de faire tomber le gouvernement minoritaire si on augmentait l’impôt des 25 000 personnes gagnant plus de 500 000$.

Ici, au Québec, le parti ayant emprunté le même chemin du populisme crasse est le Parti Québécois. Les savants fous du PQ pensent réussir à annuler la fameuse taxe santé en ajoutant deux paliers d’imposition au plus riches de la province. Premier constat, au Québec, on est pauvre en riches. Ici, on impose ces nouveaux paliers non pas après 500 000$ ou un million d’euros, mais bien après 130 000$. Deuxième constat, les péquistes sont faibles en économie. Ils pensent à tort que les gens nantis n’ajusteront pas leur comportement. Erreur, grosse erreur. Alors que le PQ pense récolter 950 millions de dollars en modifiant plusieurs paramètres affectant les gens plus riche, aucun journaliste ne semble être capable de leur démontrer qu’ils sont dans l’erreur.

Ce papier du C. D. Howe est très révélateur sur ce genre de stratégie fiscales, surtout pour des provinces qui sont déjà très agressives sur l’impôt des mieux nantis. Au Québec, le taux marginal supérieur est de 48.36% (en prenant compte de l’abattement fiscal d’Ottawa). Suite à la proposition péquiste, ce taux passerait à 55.36%. Rappelons que c’est 39% en Alberta. Un écart de plus de 16%.

En Ontario, le fameux 1% reçoit 12% des revenus… et paie 27% de l’impôt! Méchants salopards!

Comprenons bien ici que le but n’est pas de défendre les riches, ce qui serait totalement inacceptable pour la clique journalistique incapable d’analyser un cadre financier comme du monde. Ce que l’on cherche simplement à faire, c’est expliquer aux populistes de gauche que leur mesure va affaiblir l’économie et pire encore, il est fort possible que le gouvernement ne verra jamais la trace de ce fameux 950 millions de dollars.

En Ontario, on évalue que la nouvelle mesure rapportera 450 millions en 2013, seulement 200 millions en 2016, aucune nouvelle recette en 2019 et la province perdra 200 millions en 2027. Pourquoi, parce que les riches vont ajuster leur comportement. Ce comportement s’ajustera tranquillement au fil des années. Certains vont quitter la province, certains vont ralentir et privilégier leur loisir plutôt que le travail, d’autres vont investir dans une planification fiscale plus agressive et finalement certains pourraient même envisager l’évasion fiscale. On disait qu’à l’époque communiste de la U.R.S.S, plus de 50% du PIB se retrouvait dans l’économie souterraine.

Quand on augmente les taux d’imposition, les riches répondent en diminuant leur revenu imposable ou en votant avec leurs pieds. Serait-ce différent au Québec? Non, pas du tout. Rappelons qu’avec toutes les augmentations de taxes et de tarifs, le gouvernement pensait voir augmenter ses revenus de 6.4% lors des premiers mois de l’exercice financier. Or, il a vu ses revenus fondre de 50 millions. Trop d’impôt tue l’impôt.

Le PQ verra-t-il la couleur du 950 millions? Non. Le PQ nuira-t-il à l’économie avec de telles mesures? Tout à fait. La classe moyenne risque-t-elle de voir ses impôts augmenter dans le futur à cause de cette mesure? Oui, surtout qu’elle est plus facile à traire!

Cette mesure sent le populisme. On annule une baisse d’impôt pour tous en imposant le fardeau sur quelques personnes seulement. Très décevant de la part d’un gars comme Nicolas Marceau, supposément calé en économie. Gageons par contre qu’il sait déjà que le schéma fiscal ne tient pas la route, seulement, en temps électoral… la théorie prend le bord rapidement.

Publicités

7 réflexions sur “Les radicaux d’Occupy aux commandes des finances péquistes

  1. Très bonnes observation de la nature humaine ce qui est observable c’est la nature humaine mais beaucoup de pensées de gauche rêve à une nature humaine qui n’existe pas sinon dans leur tête et rêve d’égalité fraternité etc tout ça c’est tu rêve en canne et ils ne faut surtout pas leur donner le pouvoir is nous plongeraient dans le ravin

    • la seule chose qui les interessent c est la separation. La perte de notre credit approche. Pour se separer, il faut etre riche ou insouciant. La fermeture des ceqeps anglais est un crime envers la jeunesse. Francais+anglais+autres langues deviennent essentielles pour un meilleur avenir.

  2. Vous avez tout a fait raison, j’ai une entreprise
    Et je vais diminuer mon salaire pour en mettre + dans ma gestion et éviter le couperet.

  3. « Comprenons bien ici que le but n’est pas de défendre les riches, ce qui serait totalement inacceptable pour la clique journalistique incapable d’analyser un cadre financier comme du monde. Ce que l’on cherche simplement à faire, c’est expliquer aux populistes de gauche que leur mesure va affaiblir l’économie et pire encore, il est fort possible que le gouvernement ne verra jamais la trace de ce fameux 950 millions de dollars. »

    on s’en fout, l’argent va disparaître alltogether

  4. Ian, très bon billet. Tellement d’accord. Je repète toujours sur les pages et blogues séparatistes, que depuis 1961, plus de 600,000 contribuables ont quitté le Québec, ça nos journalistes en parlent jamais. Pendant ce temps, nos coffres se vident et l’exodus s’emplifiera si le PQ gagne les élections. Les répercutions seront horrifiques.

    La chose qui me surprend le plus au Québec c’est que personne n’analyse ces répercutions financières suivant un référendum gagnant. De voir se dérouler les catastrophes après, un coup la séparation faite, il sera malheureusement trop tard!

    Je ne pense pas que les séparatistes sont stupides, c’est que… les médias en général séparatistes, les gardent dans l’ignorance sur l’économie. C’est tellement triste, une si belle province et un Montreal que j’adore!

    Voilà des mois que je communique avec des séparatistes affichant ce qu’on leur supprime j’espère que ça fera une petite difference. Souvent j’affiche tes textes.

    As tu écouté Ezra…brutale vérité: http://www.sunnewsnetwork.ca/video/featured/prime-time/867432237001/deadbeat-quebec-still-mooching-off-canada/1795709559001

  5. Pingback: Et si on abolissait le droit de grève dans le secteur public? – Le blogue de Joanne Marcotte

Les commentaires sont fermés.