Le carré rouge, une honte pour les démocrates

Par Ian Sénéchal,

Ce texte est en lien avec ma chronique de ce matin à Radio X. 

De droite, de gauche, fédéralistes, souverainistes… À quelque part, quand on évolue dans l’arène politique, on est tous adversaires. Bien souvent, avec nos plus grands antagonistes, nous n’aurons qu’une seule chose en commun. Nous sommes tous démocrates. On accepte tous les règles fondamentales de la démocratie. Au départ, les porteurs de carrés rouges respectaient ces règles de base.

On se doit de respecter notre adversaire politique, d’accepter sa présence. On se doit de faire la différence entre la vie privée et le « combat » argumentaire. Ce qui est arrivé à Richard Martineau cette semaine est inacceptable et doit être dénoncé.

En démocratie, on accepte le droit de manifester. Il y a quand même des règles à respecter. On demande un permis à la ville, on donne l’itinéraire et on ne commet pas d’actes criminels. Quand on sort de ce cadre si simple, on ne respecte pas le jeu démocratique. Quand on l’encourage, on est irresponsable. Quand on ferme les yeux, on est complice.

En refusant de condamner l’anarchie, en refusant de protéger nos valeurs et nos institutions démocratiques (le système judiciaire par exemple), en continuant de porter fièrement un symbole qui n’a plus rien à voir avec la cause étudiante, certains leaders de gauche nous déshonorent. Le carré rouge est devenu une honte.

La gauche doit accepter que leur cause a été « hijacké » par des fous furieux. Ces fous furieux doivent être marginalisés, dénoncés. Ils ne doivent surtout pas être placés en vainqueur comme l’a fait le magazine L’Actualité.

S’il reste encore un démocrate à gauche du spectre politique, il laissera son petit carré rouge sur son bureau demain quand viendra le temps de s’habiller. Ne vous demandez pas pourquoi vous avez de la misère à vous regarder dans le miroir quand vous vous habillez. Votre cause était noble, mais on vous l’a kidnappé. Ces kidnappeurs ont beau être dans la même équipe idéologique que vous, ils utilisent votre appui pour encourager l’anarchie. Il est grand temps que vous vous remettiez en question. Voulez-vous marcher aux côtés de GND et Amir?

Advertisements

9 réflexions sur “Le carré rouge, une honte pour les démocrates

  1. Tu peu contacté le mesrq, il va te diriger vers le représentant régional le plus proche. Ou tu va au dollorama, tu découpe un carré et jobs done!

  2. Pingback: Monsieur Charest, il est temps de faire respecter nos lois et libertés ! « Le blogue de Joanne Marcotte

  3. Pingback: Le carré rouge, une honte pour les démocrates « Le Débat

  4. Tu me déçois sur ton opinion du carré rouge. C’est sur que tu ne peux pas plaire à tout le monde. Faut tu fasse la pars des choses entre les manifestations étudiantes et les fouteurs de troubles. Dans des grandes manif, les leaders ne peuvent pas tout contrôler. Les canadiens perdent ou gagne en série et sa fait la même chose et es ce que c’est des étudiants? C’est des gens qui sont juste la pour foutre le trouble.

    Au début de cette grève tout allait bien, mais le gouvernement ce fout des jeunes il sais que ces pas eux qui vont voter, donc pourquoi y mettre un effort… Le gouvernement est responsable de tout ce qui se passe. Mais il aime mieux dépenser notre argent dans le nord ou faire des souper avec des mafieux.

    Charest fait sa stratégie pour la prochaine élection. Il ne s’occupe même plus des vrai problème du Quebec!

    Je sais Ian que tu ne me répondra pas mais j’aime te laisser mon commentaire.

    • je n’ai jamais vu plus pitoyable que Gérald Tremblay aujourd’hui. Il ne sait que régurgiter des phrases usées de travailleur social qui veut faire régner les bons sentiments, la « générosité », la patience.. tolérance.etc.. tout ca sur le dos des contribuables .en se mettant la tête dans le sable pour ne pas voir et parler des réalités économiques et de son obligation d’imposer le moratoire sur toute occupation puiblique,,…, non?..le gel du paiement des taxes

Les commentaires sont fermés.