Société malade

Par Ian Sénéchal,

  1. Les limites de vitesse au Québec sont de 100 km/h. On roule tous 118 sur l’autoroute en envoyant la main aux policiers qui font du radar sans même ralentir.
  2. On a interdit le cellulaire au volant, personne ne respecte vraiment cette interdiction.
  3. On interdit la revente de billets de spectacles, tout le monde est capable de se trouver des billets en revente sans trop de difficultés.
  4. On interdit aux moins de 18 ans de se procurer des cigarettes, pourtant un nombre impressionnant de jeunes ados fument la cigarette.
  5. L’âge minimal pour entrer dans les bars est de 18 ans, pourtant j’ai commencé à sortir à l’âge de 14 ans sans même avoir à me procurer une fausse carte d’identité.
  6. On est obligé de plaquer nos véhicules pour rouler sur le chemin? Hier, j’ai rencontré deux VTT sur les routes de Bellechasse qui roulaient à 70-80 km/h.
  7. Les cyclistes sont soumis au même code de la route que les autos, mais je n’en vois jamais un arrêter aux feux rouges!

Où m’en vais-je avec ça?

  1. Le droit de grève n’est pas reconnu au Québec pour les étudiants, mais les enseignants « respectent » les lignes de piquetage.
  2. Il faut avoir un permis municipal de la ville pour manifester et fournir l’itinéraire aux policiers, mais plusieurs manifestations « spontanées » ont lieu sans ces pré-requis.
  3. Il est interdit de bousculer ou d’attaquer un policier alors qu’on voit des manifestants lancer des roches à ces derniers sans passer un jour en dedans.
  4. Le vandalisme est un acte criminel au Québec et peu de manifestants délinquants sont amenés devant les tribunaux.
  5. Les juges ordonnent des injonctions et personne ne les respecte. Les policiers n’interviennent pas et aucune sanction n’est octroyée.

Le système dans lequel on vit est pourri. Tant qu’à ça, pourquoi ne pas économiser? Foutez tous les juges dehors avec leur gros salaire. Faites rentrer la police à la maison et arrêtons de payer des heures supplémentaires. Couper le salaire des députés en deux et diminuer les heures de législature, leurs lois (souvent bidons ou mal adaptées) ne sont plus appliquées!

Le Québec est maintenant une société de parents-valets co-dirigée par les enfants-rois. La population veut abdiquer. La population est épuisée. Le problème est définitivement culturel!

Instaurer des changements ne se fera pas en claquant des doigts et il va y avoir plusieurs vitrines qui vont voler en éclat avant que l’on réussisse à casser le caractère des enfants rois (syndicats, étudiants, groupes de pression, écologiste, artistes, enseignants, anarchistes, communistes…).

Il faut simplement commencer à faire respecter les règlements, RIGHT FUCKING NOW!!!

Publicités

10 réflexions sur “Société malade

  1. Salut Ian,

    je suis tout à fait d’accord avec toi. Un peu comme quand il est question de redistribution de richesse, les grands perdants de ce système sont ceux qui respectent les lois et réglements, car ceux qui les contournent ont moins de compétition… Certains jours, particulièrement depuis le début du conflit étudiant, je me dis que nous devrions faire table rase et repartir en neuf pour que ceux qui semblent ne pas comprendre le bien fondé des encadrements légaux puissent expérimenter ce que cela donne comme société. Par exemple, si on abolit tous les impots et taxes, les étudiants verront combien coûtent vraiment leur éducation et peut-être seront-ils bien heureux de retrouver le système actuel. Car si l’éducation au Québec est structurée ainsi, c’est pour de bonnes raisons. En fait, c’est le choix de notre société qui s’est précisé au fil du temps.

    Cette même génération d’étudiant, sera sûrement celle qui, une fois à l’aube de la retraite, dira à ses jeunes qu’ils se doivent d’assumer eux-mêmes une bonne part du coût de leur éducation et demanderont des conditions de retraite extravagantes car ce sera pour eux, à ce moment, un droit et non un privilège!!

    Ils diront: « Les jeunes, payez pour votre éducation! Et vous, les travailleurs, financez notre retraite… c’est ça la solidarité!!! »

    Avec de telles attitudes, la fin de notre modèle est proche… et c’est tant mieux!

  2. Je suis tellement d’accord avec vous. Faut-il comprendre que la majorité de ces manifestants et/ou délinquants sont des « suiveux » qui, par entêtement ou par ignorance, ne voient pas ce que le non-respect des règlements est en train de détruire dans la population québécoise, et qu’ils auront des comptes à rendre d’une manière ou d’une autre à un moment donné.

  3. ceux qui profitent et capitalisent sur l’arnarchisme sont les idéologues communistes-fascistes qui se voient déjà bénéficiaires du pouvoir de faire le ménage de cette racaille qui aura servi leurs objectifs, aidés qu’ils sont par l’absence de leadership des élus(un maire jello,, un p.m. qui se cache ou rigole..) et des médias qui couvrent les émeutes comme des parades du Père Noel !

  4. En effet il y a un véritable problème de fond. Que pouvons nous faire lorsque la loi interdit au mineur d’acheter des cigarettes et de rentrer dans les bars, si les gérants de tabac et les barman acceptent de vendre à des mineurs? C’est la une des bases du problème, outre le fait que les jeunes ne respectent pas la loi, ces personnes cautionnent leur actions. il faut donc plus de contrôle à ce niveau là pour endiguer le phénomène.
    C’est une prise de conscience et un changement des modes de pensées qui doit être effectuer, mais il faut pour cela un minimum de volonté..

  5. Moi, me faire dire, sur fond de corruption endémique, que les étudiants ne respectent pas les règles… Je trouve ça TROP VRAI! Tu vises dans le mille Ian, les étudiants sont le symptôme d’une maladie grave, et il faut s’attaquer à EUX. Le monde allait super bien avant qu’ils se pointent, et une fois qu’on les aura matés, le monde ira encore bien. Ils se fâchent pour rien, et ils sont dans les jambes de ceux qui veulent juste CRÉER DES EMPLOIS et défendre la LIBERTÉ.

    Moi ça fait longtemps que j’ai compris que Jean Charest agit dans notre intérêt, et je vois rien à redire sur l’ensemble de son oeuvre. C’est un grand bâtisseur du Québec, et il vaincra! Et on pourra continuer à sauver l’économie.

  6. Vous criez contre les étudiants et vous donner la moitié de votre paie a un gouvernement corrompu jusqu’à la moelle au lieu de vous battre au coté des étudiants pour sacrer Charest et sa gang de mafieux hors du Québec ou en prison. elle sont ou vos priorité la DRETTE.

  7. Moi, je crois que la plupart des informations sont biaisées. Vous dites que vous voyez « un nombre impressionnant d’adolescents » fumer, alors qu’en réalité, il n’y en a pas tant que ça. Retournez dans les écoles secondaires afin de voir ce phénomène. Pour ce qui est des cyclistes et des véhicules à plaquer, cela va de soi. Il ne le font pas tous, mais tous ce que vous voyez, vous le généralisez. Je viens d’avoir 18 ans, je me conduis correctement sur mon vélo lorsque je le prends en suivant le code de la route, je n’ai pas de véhicule à plaquer parce que je n’ai aucun permis de conduire, et je n’ai jamais touché à la cigarette. Tous vos exemples fournis ci-dessus sont des généralisations abusive d’une société dont vous ne voyez que le côté négatif! Ne voyez-vous pas qu’une génération toute entière se soulève contre l’anti-démocratie? Dans les fondements de la démocratie, toute éducation DOIT être gratuite, et c’est Socrate lui-même qui nous explique ce fait. Oui, je suis d’accord, les injonctions devraient être plus respectées. Cependant, une grève a été votée par une MAJORITÉ d’étudiants impliqués dans celle-ci. Hors donc, je crois que nous avons autant le droit de garder nos lignes de piquetages que les étudiants ont le droit d’aller chercher des injonctions. Les soit disant enfants-rois ne le sont pas. Vous croyez que nous sommes gâtés mais nous nous battons selon des valeurs de société dans lesquels nous croyons, et dans lesquels nous avons foi. Sur ce, j’espère que vous passerez une belle journée dans votre pessimisme et espère que mon raisonnement vous fera peut-être, dis-je bien peut-être, voir avec une minuscule lueur d’espoir ce combat qui fait rage dans nos rues.

    • « Dans les fondements de la démocratie, toute éducation DOIT être gratuite, et c’est Socrate lui-même qui nous explique ce fait. ». Écoute, chacun a le droit à son opinion et Socrate aussi. Et de prétendre que ce que dit un philosophe est un « fait » est un bel exemple de généralité. Finis ton éducation jeune homme, l’esprit de rhétorique, ça s’aiguise. Ainsi, on évite d’étaler ses propres contre-arguments.

      En fait, je te conseille de lire Alexis de Tocqueville et Cornelius Castoriadis sans pour autant prendre leurs opinions pour des faits. Ils ont placé l’éducation au centre de leur préoccupation.

    • Tu débutes ton commentaires par une longue introduction qui blâme Ian de généraliser puis tu enchaines en disant qu’une génération TOUTE ENTIÈRE se soulève. N’y vois-tu pas une contradiction?

Les commentaires sont fermés.