L’Ile des incapables

Stéphane Lessard

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Cet article a déjà été publié sur mon ancien Blogue. Je me permet de le refiler ici, la discussion étant toujours pertinente (comme quoi les choses ne bougent pas vite au pays de la convention…)

Ahhhhhh, Montréal. Jadis métropole, jadis envie du ROC, jadis fierté du Québec. Oui, jadis. Parce qu’aujourd’hui Montréal n’impressionne personne: Déstructurée (et en même temps sur-structurée, un tour de force à la sauce Charest) par la putasserie et l’électoralisme bas, incapable de se déneiger et de sabler ses trottoirs comme il se doit… Remarquez, ce doit être volontaire: Gérald Tremblay veut sans doute que Montréal ait l’air de Paris alors la ville est paralysée par 10 cm de neige.

Voilà donc que le maire Tremblay et le chantre du transport en commun Michel Labrecque de la STM pensent à nouveau aux péages intelligents selon La Presse! Faute d’avoir des gestionnaires qui le sont, on va demander aux machines de compenser. L’argument massue: Stockholm a de tels systèmes et charge 7 piastres pour entrer au centre-ville ce qui a désengorgé ledit centre-ville. Bullshit quand tu nous tiens.

Par un heureux hasard, je vais à Stockholm régulièrement. Là-bas, vous pouvez partir de T-Centralen (leur Berri-UQAM) et vous rendre à 20km de là en… métro! Coût: 5$. C’est d’ailleurs là, e.g., où les centres de haute-technologie sont concentrés, à 10, 15 km du centre-ville. Le service est impeccable et régulier. En plus, c’est propre: Montréal a l’air d’une porcherie à côté de Stockholm en passant. Mais c’est une autre histoire.

Le metro là-bas est sur rail et les dernières générations de voitures sont infiniment plus silencieuses que le métro sur roues de Montréal. De plus, comme il est sur rail, il est sous-terrain sur une infime partie du trajet et ressort au grand air dès qu’il en a la chance. Avec notre métro sur roues, ce n’est pas possible.

Alors, pensez-y: comment comparer une ville ou vous pourriez partir disons de Ste-Thérèse ou à mi-chemin entre St-Eustache et Mirabel en métro et vous rendre au centre-ville alors que l’AMT est incapable d’opérer un train de banlieue à l’heure! L’impact d’un péage n’est pas la même. Montréal aimerait se donner des airs de grande ville, et c’est ce qui devrait être le cas dans l’intérêt suprême du Québec. Malheureusement, l’urbanisme, la gestion et la vision y sont déficients. La ville est dysfonctionnelle depuis trop longtemps et cela paraît. Cruellement.

Franchement, croyez-vous que les gens vont accepter que des ponts payés par le MTQ soient taxés par une des pire et incompétente administration tous paliers confondus? Pensez-vous que les automobilistes vont accepter d’éponger sans broncher l’incurie de la STM et de l’AMT?

Cela pourrait sonner le glas pour Montréal: taxes élevées, ville délabrée et main-d’oeuvre provenant fortement des couronnes pourraient amener nombre d’employeurs à déménager. C’est d’ailleurs commencé.

Que le maire Tremblay fasse le ménage dans son État municipal, ce paradis des fonds de pensions sans fond, des salaires gonflés et des dédoublements. Qu’il demande à Québec de lui donner une structure qui abolisse les roitelets et unisse la ville comme cela s’est fait partout afin d’assurer cohérence et efficacité. Une fois qu’il aura démontré compétence et acuité dans sa gestion il pourra se présenter en architecte du Montréal métropolitain et demander de l’argent frais. L’argument de l’utilisation des infrastructures par les banlieusards est aussi faible: sans leur apport, Montréal serait en faillite. Une métropole n’est pas un océan de pauvreté avec des îlots de richesse comme on l’observe en ce moment. C’est aussi sans compter le fric pompé dans le budget de Montréal et les fond de pensions par les payeurs de taxes du Québec par l’entremise du gouvernement provincial. Pour l’argumentaire, on repassera. Non, présentement, le maire n’a l’air que d’un incompétent paniqué qui ne sait pas boucler son budget.

Publicités

7 réflexions sur “L’Ile des incapables

  1. En y réfléchissant bien moi si j’étais soumis à perdre mon temps dans le trafic je prendrais la position suivante! Je me rapprocherais de mon travail en déménageant. C’est vraiment irrationnel de perdre du temps comme cela pour voyager et être pris dans les bouchons. Ça va pas diminuer cet état avec l’augmentation des voitures. C’est la seule solution rationnelle.

  2.  »Je me rapprocherais de mon travail en déménageant (…) C’est la seule solution rationnelle. »

    Vous êtes célibataire? C’est facile de parler pour les autres! Je vivais sur la Rive-Sud et travaillais dans West-Island…. ma conjointe travaillais sur la Rive-Sud et ne conduisait PAS. Nos enfants avaient des activités sur la Rive-Sud ET à Montréal .

    … solution M. Doucet?

    @Stéphane: excellent texte!

    Parlons aussi de la décision de DIMINUER CONSCIEMMENT la fluidité du futur échangeur Turcot!!!??? En oubliant pas qu’il est entre le centre-ville et l’aéroport international de Montréal… et PERSONNE ne s’y objecte! En d’autres termes, il y aura des embouteillages DÈS SON OUVERTURE, fort probablement entre le centre-ville et la 13… Décarie Nord ne sera PAS un échappatoire…

  3. Bingo et vlan, très bien dit. Mme Hartel a débuté le  »mess » avec les fusions forcées, M. Charest l’a juste empiré avec les défusions tout croche et M. Tremblay est complètement perdu et à la dérive.

    Du leadership quelqu’un svp !

  4. Je ne veux pas défendre le maire Tremblay que l’on blâme pour à peu près tout ce qui va mal à Montréal, et en particulier pour chaque trous qu’on voit dans la chaussée près de chez nous. Mais si j’étais le maire de Montréal, moi, qu’est ce que je ferais ? Qu’est ce que le système me permettrait de faire ? Montréal ne s’appartient plus. Ce n’est plus une ville mais une suite d’arrondissements avec leurs mairies respectives, chacune jalouse de sa spécificité, chacune voulant imposer ses règles sur son territoire, les grandes artères qui la traversent sujettes à leurs capricieuses limites de vitesse, leurs feux de circulation non synchronisés et planifiés pour qu’on s’y immobilise longtemps, leurs arrêts à tous les coins de rue sans parler de leurs dos d’âne, tout ça pour décourager qu’on passe chez eux. Un système où personne n’est responsable de rien et tout le monde est responsable de n’importe quoi. Les mairies d’arrondissement! Comme à Paris. On avait besoin de ça comme j’ai besoin d’une troisième jambe.

  5. Article très à propos ces jours-ci, vous faites bien de le souligner! D’ailleurs très, très drôle la dernière sortie du maire Ferrandez à propos de boucler son budget. Lui aussi est en panique, comme bien d’autres maires d’arrondissement en ce moment. Ils sont tous en déficit et accusent l’un et l’autre le maire de Montréal de ne pas leur refiler l’argent « dûment » mérité.

    Pathétique.

    Mais ce qu’il y a de franchement drôle c’est de lire la solution prônée par l’ineffable Ferrandez. Il supplie le maire Tremblay de lui prêter 2$ millions là, tout de suite, quitte à le rembourser progressivement au cours des 2 prochaines années. Et, tenez-vous bien, il croit pouvoir tirer ces 2 millions supplémentaires de revenus en installant des parcomètres additionnels…Tout ça après avoir fait la guerre aux automobilistes venant sur le Plateau en compliquant au max les sens uniques dans les rues résidentielles. Un guerrier qui combat les automobiles…tout en se tournant vers elles quand vient le temps d’arrondir les fins de mois. Admirez la logique dans toute sa splendeur.

    Il faut avouer, les automobilistes sont des vaches à lait vraiment idéales. On peut les maltraiter d’une main et leur quémander de l’argent de l’autre, sans problèmes!

Les commentaires sont fermés.