DE GLOUTONNERIE ET DE GOURMANDISE

Daniel Paquet

(Contact viaTwitter, Courriel),

Malgré ce qui avait été avancé il y a quelques mois, il semble bien le premier ministre Stephen Harper ne pourra pas respecter sa promesse électorale de conclure une entente sur l’harmonisation des taxes fédérale et québécoise avant le 15 septembre.

Il y a des embuches, parait-il, et l’écart entre l’offre d’Ottawa et la demande de Québec est «significatif», dit-on.

«Il est très important que le Québec soit disposé à harmoniser l’assiette fiscale de la taxe de vente québécoise et celle de la taxe de vente fédérale. Je ne dis pas que nous ne nous entendrons pas, je ne dis pas que nous allons nous entendre» explique le ministre Flaherty.

Quand au ministre Bachand, de son côté, il tient à rappeler à son homologue fédéral que «les négociations ne devraient pas se faire sur la place publique».

Rendus ici, vous admettrez que ça commence à sentir drôle dans la cuisine.

Essayons d’y voir clair. Revenons par exemple en arrière, en mars 2010, alors que le premier ministre Harper déclarait : «Si le gouvernement du Québec veut profiter d’un dédommagement pour l’harmonisation de sa taxe de vente, il devra accepter les règles d’Ottawa.» Il y a donc des règles, que le gouvernement fédéral a imposé à l’Ontario et à la Colombie-Britannique, et ces dernières les ont acceptées.

On doit donc comprendre que Québec a une ou des exigences que les autres provinces n’avaient pas, et qui sont en soi inacceptables pour Ottawa.

Lesquelles? Tout ce beau monde le sait, et tout ce beau monde le tait. Pourquoi?
Parce que c’est gênant. Pour le Québec. Rappelez-vous ce que dit monsieur Bachand: «les négociations ne devraient pas se faire sur la place publique». Lui il est gêné. Et pas à peu près.

Pourquoi?  Parce qu’il est glouton. Parce que le gouvernement du Québec est gourmand. Concernant  la taxation, il est très gourmand. Très, très, très gourmand. L’exemple que tout le monde cite à cet effet est que c’est le seul état au monde qui taxe la taxe.

Un achat. Une taxe fédérale sur l’achat. Et une taxe provinciale sur l’achat et la taxe fédérale sur cet achat. C’est pas beau, ça?  Le modèle québécois dans toute dans splendeur.

Mais c’est gênant.

Ce qui nous ramène à la petite gêne qui hante monsieur le Bonheur, Raymond Bachand.

Que-ce que cé que cé qui bloque dans les négociations avec Ottawa sur l’harmonisation des taxes de vente?

Ben oui, la gêne. La gêne que tout le monde s’aperçoive qu’on est des gloutons, qu’on est des gourmands. Parce qu’à travers toutes les enfirwâpures bureaucratiques qui empêchent d’en venir à une entente, c’est principalement là-dessus que ça accroche.

Attachez votre tuque avec de la broche, je vous explique:

Dans le cas de la TPS et de la TVQ, voyez-vous, ce serait déjà réglé depuis des lunes si le Québec ne tenait pas à sa souveraineté fiscale, à sa gourmandise exagérée. Parce que si on ne payait qu’une seule taxe véritablement harmonisée, on ne paierait plus une taxe sur une taxe. Et nous, les poires au bout de la branche, on sauverait collectivement au fil des ans des milliers et des milliers de dollars.
C’est là-dessus que ça bloque.
S’il y avait une taxe de vente harmonisée basée sur le modèle des autres provinces,  il n’y aurait plus de taxe sur la taxe.
Et ça, Bachand le glouton ne veut pas en entendre parler.

Et puis, puisqu’on est dans la gastronomie, sachez qu’il y a une cerise sur le sundae :  au Québec, il y a plus de 3000 personnes qui gèrent la TVA.
Avec notre sécurité d’emploi étatisée et cette  manie qu’on a de ne faire que déplacer nos fonctionnaires sans les mettre véritablement à pied, on fait quoi avec eux?

C’est pour ça que ça sent le roussi dans la cuisine. Le ragoût est en train de prend au fond de la casserole, et le chef Bachand ne veut pas le jeter. Il ne veut même pas en perdre une toute petite miette!

Il est trop gourmand pour ça.

Et surtout, il est trop gêné pour vous le dire.

Ça vous dit pas de changer de cuisine, des fois?

Ça vous dit pas de changer de cuisine, une fois pour toute?

Advertisements

9 réflexions sur “DE GLOUTONNERIE ET DE GOURMANDISE

  1. Daniel….J’ai essayé d’afficher ceci sur le FB de Bachand et le message est refusé avec « The message could not be posted to this Wall »…démocratie annulée. Alors le voici: M. Bachand..nous voulons de la transparence, si rendre les choses publiques vous embête, ce doit être que vous voulez faire passer le Canada comme un salopard, malveillant, méchant pendant que c’est plutôt le Québec qui veut prendre avantage de son peuple en les égorgant de taxes parce que vous dépensé l’argent que nous n’avons pas irresponsablement et impunément. Lisez: J’y avais inclus le lien de votre article….too bad…Quebec is turning communist.

    Par contre, je remarque que les commentaires que j’ai affiché auparavent sont encore là. Go figure:

    Renee Edwardh
    M. Bachand, c’est asez pour la « société distincte » de toujours vouloir être traité autrement des autres provinces. Pour la taxe, hamonisez tel que le gouvernement vous demande de la faire, et arrêtez de chialer. Nous en avons marre de vous voir cracher dans le visage du Canada spécialement lorsqu’on nous donne $8.6Milliards. Nous depensons d’une manière maniaco en nous taxant irresponsablement.

    Lien:
    Dette: le Québec au 5e rang dans le monde industrialisé | Francis Vailles | Québec
    lapresseaffaires.cyberpresse.ca
    Les Québécois se doutaient bien qu’ils étaient endettés, mais une étude vient maintenant démontrer à quel point. Tout pris en compte, le Québec est la…

  2. Pingback: lacapitaleblogue.com | DE GLOUTONNERIE ET DE GOURMANDISE « Les analystes

  3.  »Tout ce beau monde le sait, et tout ce beau monde le tait »

    ???

    C’est la première fois que j’entends parler de ces détails….

    Y a pas de journalistes ‘accrédités’ pour en parler?

  4. Ici on aurait une occasion de diminuer la lourdeur de l’appareil de l’état de 3,000 fonctionnaires… mais NON… ça aurait été une belle occasion de faire SA PART partagée avec celle des citoyens payeurs de taxes de réduire le déficit…

  5. Le fourberie est la marque politique du parti libérale du Québec, on attends toujours une commission d’enquête sur la construction Monsieur Charest parce que votre super équipe de police fantoche ne donne aucun résultat.

  6. C’est clair, le PLQ veut tout avoir sous l’emprise du Québec, même la taxe de vente.

    Et dire qu’il a dirigé le camp du «non» en 1995. À quand un vrai parti fédéraliste au Québec ?

Les commentaires sont fermés.