Fiscalité québécoise

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Je me suis amusé un peu ce soir. J’ai fait un exercice que je voulais faire depuis bien longtemps (je sais, je suis fou!).

Voici un graphique du taux d’imposition effectif pour un contribuable québécois. C’est en fait tous ses impôts payés divisés par son revenu imposable. Je n’ai tenu compte que d’un seul crédit d’impôt non-remboursable, soit le montant personnel de base. J’ai également tenu compte de abattement fiscal qui s’applique au Québec pour l’impôt fédéral.  Avoir complexifié le modèle aurait sortie l’exercice de ma définition du plaisir :-). On s’entend donc que même si le graphique est bien beau, on est loin de la réalité avec la panoplie de crédits d’impôt et déductions qui peuvent s’ajouter.


Voici quelques autres chiffres pour vous :

Pour payer 10% d’impôt combiné, il faut gagner 18 500$. Pour en payer 20% c’est 39 500$, pour 30% c’est 84 000$ et pour 40% c’est 198 500$.

J’ai également fait une comparaison avec l’Alberta, qui utilise un système appelé « Flat Tax ». Remarquez que l’impôt demeure progressif sans la présence de paliers différents à cause du montant personnel de base et de la présence de l’impôt fédéral dans le graphique.


Voici les paramètres utilisés pour 2010.


Publicités

5 réflexions sur “Fiscalité québécoise

  1. Pingback: lacapitaleblogue.com | Fiscalité québécoise « Les analystes

  2. M. Sénéchal

    Ça fait déjà depuis quelque temps que je prône l’abolition de l’impôt sur le temps supplémentaire (overtime). Dans ce Québec qui ne sait plus où mettre la tête, mais qui est de plus en plus conscient que la hausse de la productivité, tant au privé qu’au public, est la clé pour notre santé économique future, je me dis que 0% d’impôt sur l’overtime permettrait un bond positif significatif dans nos statistiques.

    L’argument gauchiste est évidemment que l’État fera moins de revenus. Lorsqu’on prend le temps d’y réfléchir un peu, qui dit hausse de productivité dit hausses des ventes et des revenus. Ça dit également hausse des revenus personnels, car à 0% d’impôt, c’est motivant de faire du temps supplémentaire. Donc, au final, la consommation est en hausse, les recettes des taxes (consommation) sont en hausse, les recettes des impôts aux entreprises sont en hausses (font plus de revenus, sans augmenter le % de leurs impôts), donc l’État risque même d’en faire plus.

    http://esolaris.wordpress.com/2010/12/15/impot-overtime/

    Je crois, du moins, que la proposition mérite qu’on y jette un coup d’œil …

    Bonne journée,

    Fraddé
    P.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène

  3. Pour les fanas de la fiscalité, en vacances…

    Taux imposition du Canada
    0 à 40 970 = 15 %
    40 970 à 81 941= 22 %
    81 941 à 127 021 = 26 %
    127 021 à 1000 000 = 29 %

    Taux imposition du Québec
    0 à 39 060 = 16 %
    39 060 à 78 120 = 20 %
    78 120 à 1 000 000 = 24 %

    Les impôts et le Québec, pays souverain, des pékistes du PQ.

    Voici ce que les socialistes pékistes du PQ, ne disent pas aux électeurs du Québec. Ce que seton les taux d’impositions de vos revenus du travail…

    0 à 39 060 = 31 %
    39 061 à 81 940 = 42 %
    81 941 à 127 020 = 46 %
    127 021 à 1 000 000 = 53 %

    Voulez-vous d’un pays indépendant du Québec ?…
    Ainsi, remettre le tiers à la moitié de votre salaire à un seul niveau de gouvernement et vivre avec les reste ?…

    Sans les avantages de faire partie d’une fédération d’états, à deux paliers de gouvernements, évidemment.

    Pas étonnant, que la souveraineté syndicaliste soviétique et bailingue du PQ, ne fonctionne pas depuis 30 ans.

    À l’eau, les canards !…

    CH

Les commentaires sont fermés.