Y a-t-il trop d’élus au Québec? Et à Montréal?

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Première partie de ma chronique dans Maurais Live : le Colisée public.

Deuxième partie : nombre d’élus au Québec.

On parle depuis quelque temps au parlement du redécoupage de la carte électorale. On se souvient de la proposition du DGEQ qui menait à la disparition de trois comtés : Kamouraska-Témiscouata, Matane et Lotbinière. Trois comtés ruraux. Ces trois comtés disparaissaient au profit de la ville.

Afin de contourner le règlement voulant que les comtés ne doivent pas dépasser de plus de 25% en nombre d’électeurs le nombre moyen au Québec, les libéraux ont proposé d’ajouter trois autres députés. Ces trois députés s’ajouteraient aux 125 déjà confortablement assis sur leur siège de parlementaire.

Conflit d’intérêts?

Ironiquement, on entend un débat semblable au fédéral. On discute d’ajouter une trentaine de sièges au 308 en place. À mon avis, va falloir arrêter de pelleter le problème en avant. Chaque fois qu’il y a un rebalancement à effectuer, on envisage seulement l’ajout de sièges. C’est normal, ce sont les députés eux-mêmes qui doivent approuver tout changement.

À mon avis, ils devraient tasser leurs grosses pattes de cet enjeu et laisser le DGEQ fixer les règles. D’ailleurs, chapeau à Sylvie Roy pour son intervention que vous pouvez entendre dans la deuxième partie de ma chronique aujourd’hui. Tant qu’à lever mon chapeau à une parlementaire, j’aimerais également tirer un pot à une autre. Je crois que Nathalie Normandeau l’a échappé solide en faisant cette déclaration en octobre 2010 :

La vice-première-ministre, Nathalie Normandeau, a qualifié son projet de «cuisant échec pour l’institution qu’est le DGE».

100 députés, pourquoi pas?

Je crois que l’on pourrait ramener le nombre de députés à 100. Je pense qu’un ménage s’impose. Cette proposition pourrait amener des économies de plus de 8 millions par année. Un estimé très conservateur de ma part considérant qu’un élu coûte environ 335 000$ aux contribuables. (Voir un résumé des allocations au bas du texte).

Quand on regarde comment ça se passe en Ontario (107 députés pour 13.1 millions d’habitants), il est permis de penser que le nombre de 100 est plus que raisonnable.

Et Montréal?

Je dois avouer que le Québec ne fait pas figure de cancre par contre au sein de la fédération canadienne. En regardant les autres provinces autres que l’Ontario, on se rend compte que nous ne sommes pas les seuls qui devraient diminuer le nombre d’élus. (Voir au bas du texte)

Par contre, le cas de Montréal est pathétique. On parle de plus de 171 élus pour l’île de 1.9 million d’habitants. Pourtant, à Toronto, seulement 45 élus sont nécessaires pour faire le travail dans une ville plus populeuse. Alors qu’on compte un élu pour 11 000 habitants à Montréal, on en compte en moyenne un pour 50 000 dans les villes de Calgary, Edmonton, Ottawa, Toronto, Vancouver et Winnipeg.

Avec un tel ratio, Montréal n’aurait besoin que de 38 élus, et non pas 171!

Bon, c’est quand est-ce qu’on le fait le ménage?

Note1 : Un député, ça coûte combien?

  • 85 388$ base
  • Indemnité additionnelle pour un rôle (PM = 89 657$, Min = 64 041$, adjoint parlementaire = 17 078$, Président de commission permanente = 21 347$)
  • Dépenses dans son comté = 7 500 à 18 800 selon le comté.
  • Frais de déplacement entre son comté et l’assnat (auto, autobus, train, avion économique), maximum 60 aller-retour. Pas de montant déterminé.
  • Frais de logement (sauf Québec) = 14 400$
  • Local de circonscription, fonctionnement = 46900 à 54900 selon le comté
  • Masse salariale = 157 720$
  • Déplacement du personnel = 2949 à 8191
  • Masse salariale pour les cabinets.
  • Budget de fonctionnement des cabinets
  • Recherches = 1.7 million = 13500$ par député.
  • Coût d’un député moyen = 335 000$ estimé très conservateur.
  • Enlever 25 députés  = Économie de 8.4 millions

Note2 : Pis, ailleurs au Canada?

1

ON ON

13 134 455

107

122 752

2

QC QC

7 870 026

125

62 960

3

BC BC

4 494 232

79

56 889

4

ALB AB

3 711 845

83

44 721

5

MAN MB

1 228 984

57

21 561

6

SAS SK

1 038 018

58

17 897

7

NE NS

940 744

52

18 091

8

NB NB

750 658

55

13 648

9

TN NL

510 805

48

10 642

10

IPE PE

141 232

27

5 231

CANADA

33 930 830

308

110 165

Publicités

11 réflexions sur “Y a-t-il trop d’élus au Québec? Et à Montréal?

  1. Au fédéral, le Québec compte 75 députés. Je pense que 100 députés à l’Assemblée nationale serait raisonnable, il faut couper dans le gras. Concernant la ville de Montréal, je pense que la moitié des postes d’élus devraient être aboli. Il y a trop de bureaucrate dans cette ville qui n’est pas gouvernable. Faire baisser le nombre d’élus ne pourrait qu’être positif.

  2. Moi je ramènerais tout ça à 63 députés. Quand un député n’est pas ministre, il ne sert généralement qu’à voter en chambre en suivant la ligne de parti. C’est cher payé pour un gars qui ne fait que lever la main.

  3. Pingback: lacapitaleblogue.com | Y a-t-il trop d’élus au Québec? Et à Montréal? « Les analystes

  4. Comme le dirait Mike Harris, il y a 50 fauteuils inutiles, à l’Assemblée nationale!!! C’est ce qu’il avait dit, quand il avait annoncé qu’il diminuerait le nombre de sièges, à l’Assemblée législative de l’Ontario, en mettant le nombre de sièges qu’il couperait, devant l’Assemblée législative!!!

    Bref, 75 comtés, avec la même carte électorale qu’au fédéral, me semble acceptable!!!

    Ne vous inquiétez pas, Charest ne fera jamais ça!!!

  5. Nous sommes une société distincte, donc ici pour changer une ampoule ça prends élus un qui tiens l’ampoule et les 3 autres qui tourne l’escabeau.
    bienvenue chez la nation newfies francophone du Canada

  6. Je ne sais pas si je comprend bien ce que vous proposez… D’accord pour diminuer le nombre d’élus à Montréal, mais pas le poids démocratique des électeurs par contre.

    Je ne sais pas comment vous arrivez au chiffre d’un élu pour 11000 citoyens, mais l’information qui est relayée par les médias est que les comptés de la région de Montréal sont plus populeux que la moyenne provinciale. Ça revient à dire que le vote d’un montréalais vaut moins que celui d’un gaspésien par exemple.

    Je veux que mon vote ait la même valeur que celui des autres peu importe où j’habite présentement.

    Une idée que j’avais entendu et qui permettrait de conserver un équilibre de poids démocratique sans impliquer de changements profonds au système électoral serait de pondérer les votes des députés selon le nombre d’électeurs qu’ils représentent.

    Ceci étant dit, je me suis toujours demandé ce que peut bien faire pour ses électeurs un simple député dans une circonscription urbaine. Quel genre de dossiers aboutissent sur leur bureau?

  7. Bon, c’est quand est-ce qu’on le fait le ménage?
    Note1 : Un député, ça coûte combien?
    Note2 : Pis, ailleurs au Canada?

    Bien informer les lecteurs comme ça, c’est rare et inédit. On ne voit pas ça aux journaux.
    Chapeau !…

    CH

  8. Très intéressant. Vous avez mon chapeau aussi.
    Et quelques questions…

    Note 1…
    Pouvez-vous expliquer le « Dépenses dans son comté = 7 500 à 18 800 selon le comté »
    Pouvez-vous expliquer le « Masse salariale = 157 720$ »

    Articles…
    La masse salariale explose
    Radio-Canada.ca avec Presse canadienne
    le lundi 30 mars 2009 à 5 h 27
    Les salaires versés au personnel politique sèment l’indignation
    The Canadian Press – le 01 avril 2009
    Masse salariale du gouvernement Charest: bond de 30 pour cent en 6 ans
    The Canadian Press – le 02 avril 2009

    À quel endroit avez-vous inclus les 26 millions des 467 employés politiques des libéraux de John Charest ?… Soit quelque 56 000 $ en moyenne l’employé et 7 employés par député libéral.

    Note 2…
    Pour la compréhension des lecteurs… Pouvez-vous afficher les entêtes des colonnes dans la note 2 ?… Surtout à partir de la 3e colonne.

    Je crois que l’on pourrait ramener le nombre de députés à 100. Je pense qu’un ménage s’impose

    Je crois que ce serait plutôt à 75 députés, comme à Ottawa.

    Quand vous en aurez le temps… Pouvez-vous expliquer comment est-il possible de réduire le nombre de députés au Québec ?…

    Étant donné que ces politiciens fourbes, une fois assis dans leur siège à l’ANQ, ont le pouvoir de suspendre à leur guise les prérogatives et les pouvoirs du DGE, sans consulter ou l’accord du DGE et des électeurs.

    De ce qu’ils ont fait à Me Marcel Blanchet en décembre dernier, je ne vois comment peut se faire une réduction du nombre.
    SP

Les commentaires sont fermés.