La Coalition démocratique du Québec?

Frédérick Têtu

(Contact via Courriel, Facebook),

Il est beaucoup question ces jours-ci d’une fusion entre l’Action démocratique du Québec et la coalition de François Legault. Des frictions sont à prévoir.

Monsieur Legault a certes une impressionnante cote d’amour dans les sondages, mais son mouvement n’est encore qu’embryonnaire.

Gérard Deltell, lui, est bien en selle à la tête de l’ADQ. Il a reçu l’automne dernier un vote de confiance de plus de 97 % de la part de son parti. C’est plus que Mario Dumont a jamais reçu. Les appuis en faveur de l’ADQ sont en progression constante et atteignent les 18 % d’intention de vote dans un récent sondage.

GAUCHE EFFICACE/CENTRE DROIT?

Alors que François Legault se réclame d’une gauche efficace, les militants de l’Action démocratique, réunis cette fin de semaine en conseil général à Trois-Rivières, ont clairement appuyé le virage vers la droite économique modérée que leur proposait la nouvelle Commission politique sous le thème « Moins d’État pour mieux gouverner ».

Plus particulièrement, les militants de l’ADQ ont appuyé à la quasi-unanimité les trois propositions favorables à la transparence et à la démocratie syndicales.

Advenant une fusion entre l’ADQ et le mouvement Legault, donc, une question cruciale se posera : qui en sera le chef, et quelle en sera l’orientation idéologique fondamentale ?

Homme d’affaires à succès, François Legault a de plus une solide expérience comme ministre. Gérard Deltell, pour sa part, a fait ses armes comme journaliste-télé et maîtrise à merveille l’art des communications publiques, sans compter qu’il est déjà le chef en place.

Au-delà des personnalités, ajoutons que Deltell, comme plusieurs de ses membres, n’hésite pas à se réclamer du centredroit et souhaite des réformes qui vont plus loin que ce que propose François Legault. Encore là, des frictions seraient à prévoir.

Au départ, le mouvement Legault semblait pouvoir apporter la dimension montréalaise qui a toujours manqué à l’ADQ. Mais depuis quelques mois, au moment même où Legault dévoilait ses intentions, c’est précisément à Montréal que Gérard Deltell a trouvé ses meilleures recrues.

FUSION OU PAS?

Y aura-t-il ou non une fusion entre le mouvement Legault et l’ADQ ? Il faudra attendre encore quelques mois pour le savoir. Mais à la lumière des développements récents, plus le temps passe et plus il semble que dans ce mariage de raison, ce sera Gérard Deltell qui aura le gros bout du bâton, et non l’ancien ministre péquiste de l’éducation.

Publicités

9 réflexions sur “La Coalition démocratique du Québec?

  1. « plus le temps passe et plus il semble que dans ce mariage de raison, ce sera Gérard Deltell qui aura le gros bout du bâton, et non l’ancien ministre péquiste de l’éducation. »

    Deux autres problèmes:
    1- C’est qu’en politique 80 à 90% est une question de perception. Mixé à nos médias qui s’impliquent plus en politique que de rapporter des faits, la victoire de la perception de M. et Mme. (tout le monde qui ne s’intéresse que très peu à la politique) c’est Legault qui a gagné. Malheureusement, je crois que trop de gens n’en ont rien à foutre des idées lancés par les partis. Ces gens veulent Legault, ce Leegault qui est vendu par TVA comme étant l’incarnation du Christ pour nous libérer de l’oppression … les médias l’ont nommé comme étant le gars du changement et Deltell celui qui confrontera …

    Sadly … Legault +1

    2- Legault + ADQ est un mauvais mixte, croyez moi, en tant que militant ADQéusite de droite, je ne me représenterais pas à son congrès et ses activités s’il tombe de gauche efficace … On nous a promis une gauche efficace dans les années 90 et rien de bien permanent n’a été fait. Dans les années 2000 un parti de centre qui vendait l’efficacité .. je n’y crois pas plus. J’aime bien mieux la détermination de Deltell pour confronté l’ensemble des gens qui devront faire changer le Québec. L’effort devra être collectif. Citoyens , entreprises, fonction publique et syndicats. Je ne crois pas aux recettes miracles de 1+1 = 2 et tout est réglé.

  2. Une partie des propositions de Legault sont bien à leur place dans l’ADQ. Donner plus de pouvoir aux hopitaux, abolir les agences de santé, abolir (ou au moins diminuer) les commissions scolaires…

    Par contre, ces idées sur les médecins de famille sont ridicules. On a combien de médecins? Et combien de Québecois? Alors, on divise… et chaque médecin doit prendre 1500 patients! Problème résolu! Que personne n’a pas pensé à ça avant…

    Mais bon, cette idée serait même rejeté chez nos amis de Québec Solidaire.

  3. Si l’ADQ et la CAQ veulent fusionner, ils vont devoir faire des compromis et trouver des terrains d’ententes. S’il veut joindre l’ADQ, Legault va devoir accepter la philosophie centre-droitiste de cette formation politique. Au Québec, on n’a pas besoin d’un troisième parti de centre-gauche. François Legault devra faire un petit virage à droite du centre du spectre politique afin d’être le bienvenue à l’ADQ. À cour terme, je crois que l’ADQ a besoin de François Legault pour prendre le pouvoir. J’aimerais bien voir Legault à l’ADQ mais comme numéro deux derrière le chef Deltell. Ceux-ci balayeraient le Québec aux prochaines élections et formeraient un gouvernement majoritaire. Avec ce scénario, Le PQ serait condamné, cela serait une bonne chose.

  4. Je ne suis pas dans le détail toutes les affaires de l’ADQ, mais prône-t-elle toujours la mixité en santé depuis le congrès de la semaine dernière? Si oui, c’est une divergence majeur entre l’ADQ et la CAQ.

    L’ADQ pourrait-elle revenir sur sa position et vendre l’idée de donner une dernière chance au système public universel?

    Sinon, il n’y a pas de parti existant qui pourra prendre intégralement les idées de la CAQ et en faire la base de son propre programme. Alors Legault devra ou bien se contenter de joindre celui qui s’approche le plus de ses idées ou bien fonder le sien.

    Les sondages dicteront probablement quelle sera sa décision…

  5. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du jour 05/20/2011

  6. FUSION OU PAS?

    Il faut lire le Devoir, pour le savoir.

    «Concernant l’ADQ, je veux qu’on soit bien clairs, a dit François Legault. Notre coalition est une coalition non partisane, elle ne se fusionnera jamais avec un parti politique. Ce qui est prévu, c’est qu’on va sortir quatre textes [en éducation, en santé, en économie et en culture], on va faire une tournée du Québec, ensuite on va déposer un plan d’action, et après la coalition va disparaître.»
    Louise-Maude Rioux Soucy Le Devoir – le 18 mai 2011 Québec

    sp

  7. Je ne pense pas que Legault veut être deuxième, quand les médias l’ont pogné en train de ce monter un team, caché dans un sous-sol d’une maison, le team n’a pas fusionné pour monter son parti. Alors, une hypothèse est qu’il a une ligne directrice qu’il veut donner et non pas subir une ligne directrice.

    Pour l’instant pourquoi être chef de l’adq alors qu’on ne sait pas si les électeurs vont le suivre dans ses réformes. Il y a toujours un journaliste qui tombe sur ces plans de réformes en ramassant les papiers qui traînent dans la rue. Si ça serait Legault qui demande de publier ses réformes ça ne paraitrait pas bien de dire « NON » a un parti qui veut publier ses plans de réformes.

    Si les médias auraient publié à fond de caisse les propositions de l’adq et bien Legault n’aurait jamais pu être chef de l’adq. Les portes sont ouvertes. Si Legault baise dans ses sondages et bien Gérard Deltel est Chef.

    A mon avis Legault veut pas perdre son temps. Publie le message, sonde, peaufinage.

    Je ne crois pas que divisé le vote avec deux partis réformateurs ne sois une bonne idée.

    S’ il adviendrait d’avoir deux partis, je me pause la question lequel des deux serait publié? Publié positivement ou négativement.

    J’ai hâte de voir les stratégies adoptés. Legault va avoir bientôt toute ses propositions chiffrées en appuis électoral, quand y va montrer ça au big boss de l’adq ça va être dur de cracher là-dessus. Mettons que ça fait un beau C.V

  8. La gauche est tout sauf efficace, regarder combien on paie d’impôt et de taxes pour la qualité des services obtenue (Hôpitaux)(Route) (Éducation) qui sont de juridiction provinciale.Notre niveau de vie qui ne cesse de se détérioré, les Québécois sont de plus en plus appauvrient, notre pouvoir d’achat est menacé par le gouvernement du Québec c’est lui l’ennemi de tous avec sa bureaucratie obèse et tentaculaire ils veulent même légiféré pour nous ordonner quoi manger ils sont déjà dans nos cuisine,tantôt les députées seront dans vos chambre a coucher avec leur gros sabot, y a un boute a se faire gouverner par cette bande de crapules.

  9. « Mais à la lumière des développements récents, plus le temps passe et plus il semble que dans ce mariage de raison, ce sera Gérard Deltell qui aura le gros bout du bâton, et non l’ancien ministre péquiste de l’éducation. » FT

    Récemment, les employés des médias nous ont proposé un bon lot de ce type d’expression, très variés. Quelqu’un avait même utilisé le mot «naturelle», avec alliance.

    C’est curieux qu’aucun auteur de ces expressions n’avait songé ou prévu que Coalition Québec allait disparaître bientôt. Sinon, à la fin de cette année.

    Très étrange.
    ch

Les commentaires sont fermés.