Le « contrisme »

Pedro Rodriguez

(Contact via Twitter ou par Courriel),

S’opposer à quelque chose est un droit incontournable dans toute société démocratique.

Être contre quelque chose est une position légitime, certes, mais il s’agit d’un état qui devrait toujours comporter un pourcentage élevé de lucidité. Cette semaine, un groupe de résidants du quartier de Sillery à Québec a démontré que cela n’est pas toujours le cas.

Dans un contexte marqué par une très grave pénurie de places en garderie (publiques et privées),  des résidants de ce secteur nanti de Québec s’opposent à l’installation dans leur quartier d’une garderie qui permettra d’accueillir 28 enfants d’âge préscolaire.  Lire texte publié par Le Soleil

Les raison évoquées par le groupe de résidants (40 personnes): l’établissement sera aménagé dans un secteur historique où les règles ne se prêtent pas à l’établissement d’une garderie et, surtout,  les résidants craignent de voir la circulation s’alourdir dans leur rue. Sans oublier, évidemment, que « nos maisons vont perdre de la valeur avec tout ça ».

Est-ce uniquement moi qui vois dans cette fronde « populaire » un autre exemple du pouvoir de l’industrie du contre ou du « contrisme » au Québec? Ces opposants ont-ils des enfants d’âge préscolaire dans leurs familles qui cherchent depuis des mois, voir des années, de places dans une garderie?

Comprenez-moi bien, il ne s’agit pas ici d’âgisme ou d’un raccourci basé sur un préjugé, mais est-ce que ces 40 opposants vivent dans le même monde que moi?

Les fanatiques du « pas-dans-ma-cour » refont surface, cette fois-ci, dans un domaine totalement surprenant. Le «contrisme » est un courant tellement répandu de nos jours dans divers contextes que je ne me souviens plus quand était la dernière fois que les Québecois se sont prononcés clairement POUR quelque chose.

Je ne parle pas ici de prostituer ses idées et d’être en faveur de tout sans se poser des questions mais, de grâce, pourrions-nous regarder un peu plus loin que le bout de notre nez?


Publicités

7 réflexions sur “Le « contrisme »

  1. Et si a la place d’un CPE on leur foutait une maison de transition dans leur quartier histoire de la dompter un peu ses snobinards

  2. Vous avez bien raison. Le syndrome du Pas-dans-ma-coeur est omniprésent. Est-ce un trait de notre « belle » société distincte? On dit qu’au Québec, on aime nos enfants. Permettez-moi d’en douter fortement après plusieurs expériences vécues en cours de voyage.

    Pour ce qui est de ce courant joliment nommé « contriste », vivant à Montréal, j’en ai plus que ma dose. Permettez-moi d’apporter ici un autre bel exemple de nos belles préoccupations humanitaires: dans le quartier Villeray moisit un édifice qui fut autrefois un hôpital chinois. Ça doit bien faire 15 ans qu’il ne se passe rien là-dedans à part quelques tournages sporadiques de films qui lui redonne vie pendant quelques jours.

    L’année passée, on avait envisagé le transformer pour accueillir des malades en convalescence de la communauté inuit. Eh bien, ce fut la même réaction que votre garderie.

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201006/01/01-4285956-centre-dhebergement-pour-inuits-on-nen-veut-pas-dans-notre-cour.php

    Résultat: après quelques mois, l’agence de la santé et des services sociaux de Montréal a décidé de laisser tomber le projet.

    Et au coin de Faillon et St-Denis, il y a toujours une bâtisse vide qui pourrit. Je ne peux m’empêcher de penser à chaque fois que je passe à côté qu’il en va ainsi pour bien des pans de la société québécoise. Triste à mourir.

  3. Sillery, c’est notre Plateau à nous à Québec. Alors que les gens soient déconnectés n’est pas surprenant.

  4. Il n’y a rien de mal à ce que des gens qui se voient atteint dans leur droit de propriété protestent contre la source de la nuisance en question et réclament des correctifs

    Mais celui qui va me convaincre qu’une garderie est une nuisance et que ça fait perdre de la valeur à une maison devra se monter un argumentaire incomparable… vraiment, sur quelle planète ces gens vivent-ils?

  5. Bon commentaire M.Rodriguez, c’est toujours ben pas un bunker des Hells qui veut s’implanter à cet endroit mais bien une garderie dont on sait passablement manquante au Québec. Et puis éventuellement un de ces 4, si ces gens désirent vendre leur maison cossue faudra bien faire place à un peu de relève non ?……

  6. Sillery est le quartier bourgeois par excellence à Québec.

    Un quartier vieillissant aussi. Et pas spécialement un bastion de la droite « populiste », si vous voyez ce que je veux dire…

    Mais que des rentiers généralement fortunés en soient venus à s’opposer à l’établissement d’une garderie dans leur quartier a quelque chose d’assez hallucinant. Il y a tranquillité… Et tranquillité…

Les commentaires sont fermés.