Avoir raison

Stéphane Lessard

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Parcourant le web Québécois fréquemment à la recherche d’idées et d’opinions, je constate souvent les mêmes commentaires: des gens qui parlent de péquistes et de bloquistes qui grimpent dans les rideaux face aux arguments contre les syndicats et la viabilité de la souveraineté. Je n’ai pas de statistiques, mais c’est quelque chose que j’ai moi-même constaté. On peut mettre cela sur le dos de l’émotivité du débat, des enjeux en cause et autres justifications toutes aussi diverses que discutables. Je crois personnellement que cela tient au fait qu’ils sont dans une dynamique classique de la gauche: détenir la vérité et savoir ce qui est bien pour le peuple.

Lors de l’élection de nombreux députés conservateurs dans la région de Québec, quelle fût la réaction du Bloc Québécois? Pondre une étude sur le « mystère de Québec ». Comme si voter pour autre chose que le Bloc était un mystère! Ils auraient aussi pu acheter des panneaux sur le bord des routes disant « Vous n’avez pas compris, on va vous expliquer » que ç’aurait été aussi insultant mais non moins révélateur de cette attitude qui veut que les souverainistes savent ce qui est bon pour le peuple.

Par ailleurs, dans la même lignée d’attitudes méprisantes, on pourrait mettre la fameuse « pédagogie de la souveraineté ». Venez les enfants, papa Jacques, monon’c Gilles et tante Pauline vont vous expliquer les choses de la vie. Et les exemples ne manquent pas. Mais pour qui nous prenez-vous?

Cette attitude et ce mode de pensée voulant qu’ils sachent, eux les illuminés,  ce qui est bon pour nous est tellement ancré profond dans leur inconscient prophétique qu’ils en sont venus à tuer eux-même le rêve qu’ils chérissent. Leur certitude quand à l’incapacité du peuple à penser, se mouvoir idéologiquement et s’assumer socialement les a menés sur la voie de la sociale-démocratie. Ayant englué le concept de souveraineté avec celui d’État providence, ils ont induit le réflexe de voir la souveraineté comme une menace à l’intervention rassurante de l’État dans la vie de tous les jours. Ils ont tué l’indépendance politique d’un peuple par la dépendance Étatique des individus. Il faut quand même le faire.

Cependant, ils ont aussi fait pire et avec la complicité du PLQ faut-il le noter. En s’adonnant à une sociale-démocratie orgiaque sur des décennies, avec le but ultime de donner au peuple l’indépendance telle qu’ils la conçoivent, ils n’auront pas seulement tué leur propre rêve mais aussi spolié l’avenir bien ancré dans le réel des jeunes et des générations à venir.

Vous me direz que cet échec est aussi celui de la démocratie parce qu’accompli au fil de maintes élections et c’est vrai. Les Québécois n’avaient sans doute pas cette maturité qu’ont par exemple les peuples scandinaves d’accepter les réformes requises pour l’équilibre entre le présent et l’avenir. Mais qui leur a entré le « Modèle Québécois » dans la gorge et la tête tels des curés récitant les dix commandements?

Ils voulaient leurs noms dans les livres d’histoire, je crois que c’est fait. Sauf qu’au lieu de se voir cités dans le chapitre sur la liberté du peuple, ce sera dans celui traitant du forgeage des mailles de ses chaînes.

Publicités

7 réflexions sur “Avoir raison

  1. une étude suggère au souverainiste une fois le oui remporter de prendre le contrôle des médias et on aurait un maudit beau pays de Q, déjà que le Québec c’est pas la meilleurs des provinces, Toronto ont une Métropole le Québec a une BS-opole gracieuseté de la sociale-médiocratie et des lubies péquisse.

  2. Mario Boivin….

    Que d’acharnement ma foi sur un Parti de l’opposition en l’occurence le Parti Québécois, vous semblez être instrument de quoi au juste ?….Un peu de préparation H
    avec ça ? Tant qu’à s’pencher autant qu’ça…..

    • @Luc…

      oh! n’êtes-vous pas un peu soupe au lait mon cher? Est-ce qu’une personne vivant dans une démocratie où la liberté d’opinion existe n’a pas le droit de se questionner sur certain sujet? De remettre en cause certaine notion?

      Ou est-ce que vous êtes la sommité de ce que nous avons le droite de débattre et de ce que nous n’avons PAS le droit de débattre?

      Disons que votre intervention tend à donner raison à une des affirmations de l’auteur de ce texte : « […]cette attitude qui veut que les souverainistes savent ce qui est bon pour le peuple.[…] »

      (soupir… :-/)

  3. Je suis bien d’accord avec vous. En fait, notre gauche-caviar québécoise a toujours été convaincue de sa supériorité intellectuelle et morale.

  4. …Un complexe de supériorité inférieur. Ces élus séparatistes sont sur une autre planète. D’ailleurs je pense que Marois a eu un petit faible pour Rael a Tout le Monde en Parle!

  5. C’est le fondement même du socialisme que les élus savent mieux que le petit peuple ce qui est bon pour lui et que le sujet ne se discute pas.

  6. Je ne sais pas si c’est parce que je suis centriste, mais à faire le même exercice, je trouve que le mépris est de plus en plus généralisé, et n’est pas l’exclusivité de la gauche. Peut-être que l’anonymat du web n’aide pas non plus.

    A écouter les gauchistes, les gens de la droite sont tous des arriérés congénitaux.

    Mais en écoutant le discours de certains partisans de la droite, il y a des courants que je ne comprends pas. Le plaisir à fesser sur les artistes, ou la fantomatique clique du Plateau, par exemple.

    Je rêve d’échanges où le respect serait plus présent. C’est pas en s’insultant qu’on finit par changer les idées, et on aurait bien besoin de cela au Québec.

Les commentaires sont fermés.