Salut, on se connaît?

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Salut mes « vous-autres ». J’écris sur le blogue aujourd’hui, mais je me sens un peu « cheap ». Ça fait un bout que je ne l’ai pas fait. Même si ce n’est qu’un passe-temps, j’ai la fâcheuse impression de vous avoir délaissés.

Remarquez, c’était pour le mieux. J’ai concentré mes efforts à tenter de séduire une autre douce! Son nom? Montréal. En valait-elle la peine? Tout à fait. Était-elle jolie? Non, mais c’est juste parce qu’elle s’arrange mal. Elle a un bon fond! À ma surprise, elle a un beau petit fond bleu. Quand on réussit à ne pas regarder sa grosse verrue à la gauche de son visage, on découvre toute sa jeunesse, toute sa vigueur, toute sa force. Je me rends compte que même le grand régionalisé que je suis a plus d’affinités qu’il ne le croit avec cette grande sophistiquée aux faux airs prétentieux.

Bon, ça va faire les fausses allures d’artistes, ça manque de chiffres ce texte emmerdant. Je vous le jure que j’aurai essayé, mais je n’ai aucun talent artistique ou poétique. Faudra que je m’y fasse, je ne serai jamais subventionné pour me faire aimer.

Sérieusement, la poussière et l’adrénaline sont entièrement revenues à des niveaux normaux. Pas facile d’aimer sa job un lundi matin à la suite d’une fin de semaine aussi incroyable que ça. J’ai adoré la conférence de Danielle Smith. J’en veux une au Québec. Remarquez, je ne suis pas tombé en amour comme mon ami Fred (faut le suivre sur Facebook pour comprendre :)). Je n’ai pas encore écouté sa chronique, mais je suis prêt à gager qu’il s’est tapé un « Political Porn » avec Maurais!

Mon moment fort de la journée, faut que je vous le conte. C’est un agent de sécurité. Je le trouvais cute! Non, pas vraiment. C’est Joanne qui trouve tout le monde cute, pas moi! En fait, c’est plus que j’ai adoré notre petite anecdote. Il est venu me voir à la fin de la journée.Il m’a dit qu’il s’était informé sur nous durant la semaine. Il fait ça souvent avec les groupes pour lesquels il décroche un contrat de sécurité. Merci aux manifestants gauchistes en passant, sans vous, on n’aurait pas eu besoin de lui. Donc, bref, il a demandé à son superviseur de surveiller l’entrée près des salles de conférences. Un gars a le tour. Ma fierté? Quand il vient me voir et me dit :  » Wow, je détestais la politique, mais ça… j’aime ça. Votre prochaine conférence, je serai à l’intérieur de la salle. C’est la première fois que j’entendais parler de vous. Vous me faites triper! » [adaptation d’une mémoire défaillante].

Et voilà. C’est pour ça qu’on a créé le Réseau Liberté-Québec. Faire plaisir aux gens. Leur redonner le goût à la politique. Leur faire voir autre chose. Y a trop de monde au Québec qui sont écœurés et qui pensent que la politique est viciée. En fait, c’est juste qu’ils n’ont pas accès à un discours qui leur plairait. Nous on tente de leur donner. Et à voir le sourire des jeunes gars agressifs, comme dirait Denis Julien, à la sortie des conférences, on a réussi et j’en suis sûr. Et avis aux mauvaises langues, ce n’est pas juste la vue de Danielle et Nathalie qui les a rendus heureux ces mecs.

Merci à ceux qui y étaient. Les autres, on se verra une autre fois!

PS. En fait, j’ai écouté la chronique à Fred en écrivant le texte. Eh oui, le cochon, il s’est tapé un « Political Porn ». Je le savais… tellement prévisible!


Advertisements

10 réflexions sur “Salut, on se connaît?

  1. Je pense que les gens qui s’imaginent que tout le monde à Montréal est à gauche ont une impression erronée. Le fait que le Bloc/PQ et les libéraux se partagent les circonscriptions de l’île est d’avantage le reflet d’une certaine tension ethno-linguistique plus que celui d’un véritable positionnement politique sur les questions de fond.

    De toutes façons, dites vous bien qu’au moins un francophone sur deux que vous rencontrerez à Montréal vient des régions.

    Bravo au RLQ! Je me demande juste si d’avoir fait le rassemblement en même temps que le congrès du PQ, même si j’aime bien le petit côté effronté de cette idée, n’aura pas fait en sorte de diminuer un peu la couverture médiatique? En plus des élections fédérales que vous ne pouviez pas prévoir…

  2. On devient vraiment accro. Vous choisissez toujours de brillants et fougueux invités. Bravo !

    J’ai sursauté quand j’ai entendu Christian Dufour à la radio de Radio-Canada lundi dire « qu’il était un peu nerveux » de participer à cet évènement. Un gars que j’aime beaucoup, mais qui semble être totalement déconnecté du courant qui vient. Les Marie-France Bazzo, Guy A. Lepage, Martineau, Lagacé et quelques autres, semblent tous atteint de la même naïveté, ou totalement brainwashé par la doctrine péquiste.

    Heureusement, Christian Dufour a découvert qu’on ne mangeait personne et il a apprécié sa journée.

    Bravo à toute l’équipe du RLQ.

  3. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du jour 04/20/2011

  4. Votre Pierre, c’est un syndiqué de la CSN qui travaillait au journal de Montréal ou au dépanneur Couche-tard qui vient de fermer? À moins qu’il ne s’agisse d’un travailleur à la raffinerie Shell de Montréal-Est…

    J’espère pour lui que non car on pourrait penser que c’est lui, le grand naïf sympathique qui fait habituellement office de clou dans ce type d’événement…

  5. Bon texte d’humeur, Réjean. J’ajouterais cette citation d’un philosophe du XIXe siècle, qui s’applique tout à fait à l’esprit libertarien:

    « Ce que la droite veut, en partie, en matière de finance, ce n’est
    pas moins d’État mais moins de redistribution, via l’impôt progressif,
    de ce que l’État leur a permis d’accumuler grâce à sa protection. »

    http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/321264/le-devoir-de-philo-le-philosophe-britannique-john-stuart-mill-fustigerait-la-nouvelle-droite-quebecoise

  6. « Conclusion : Car la liberté selon les partisans du RLQ de la social-démocratie, c’est supprimer ou interdire tout ce qui les emmerdent, faire taire ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, et pouvoir se servir à pleines mains dans la mesure où leur situation sociale leur donne une position très préférencielle dans le système qu’ils prônent. »

    Fixed.

  7. Gérard Deltell a viré la salle à l’envers lors de sa participation à la première conférence à Québec. N’y avait-il pas lieu de l’inviter à nouveau, histoire de lui donner un coup de main à Montréal où l’ADQ fait face à un défi de taille. Je comprends que le RLQ veut être apolitique, en fait non je ne comprends pas. L’ADQ est votre allié sur le terrain politique j’espère que vous en êtes conscient.

Les commentaires sont fermés.