NOUVELLE LUBIE DE CURZI

Éric Duhaime

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Toujours à la recherche d’une bonne vieille chicane linguistique pour satisfaire son aile radicale, le porte-parole péquiste en matière de langue, Pierre Curzi, revient à la charge cette fois-ci avec l’idée d’empêcher les étudiants francophones et allophones de fréquenter des cégeps anglophones. L’idée sera d’ailleurs débattue au prochain congrès du PQ en avril. Lire la suite…

Publicités

45 réflexions sur “NOUVELLE LUBIE DE CURZI

  1. Pingback: Tweets that mention NOUVELLE LUBIE DE CURZI « Les analystes -- Topsy.com

  2. Quelques idées en vrac:

    Non, même si je suis libertarien, pour la langue je m’en fou: qu’il francise -presque- TOUT.
    ;-)

    Qui paye pour les écoles? Tout le monde?
    Si vous voulez des écoles libres, soyez conséquent et demandez que les écoles soient libérées des griffes de l’état et ce, à 100%. Là, je serai du bord des M. Duhaime de ce monde.

    Tant que 50% (et plus) des Québécois ne seront pas 100% rassurés côté langue, nos idées ne progresseront pas beaucoup. Car la plupart du temps « les réformistes de droite » veulent TOUT bilinguiser. Rien pour rassurer les nationalistes (de droite), les « conservateurs identitaires » ou autres.

    En plus, je ne renie pas mon histoire, je ne renie pas ma culture, je suis né dans UN endroit spécifique, etc. Et tant que nous vivrons dans un état-providence qui nous déresponsabilisent, et bien, j’accepte que l’état décide des questions touchant la langue.

    Je suis également contre l’enseignement de l’anglais dans les écoles primaires, mais plus pour des raisons pédagogiques cette fois-ci.

    De tout façon, certains droitistes (surtout de la région de Québec), ne comprennent rien à rien aux enjeux par rapport à la langue. Presque RIEN n’avancera au Québec tant que la MAJORITÉ des Québécois ne sentiront pas que l’avenir de la langue est assuré.

    Je sais, plusieurs ici n’aimeront pas mes idées, mais je m’en fou, car je suis presque certain que stratégiquement, j’ai raison et pas eux.
    ;-)

    p.s.
    Si un peuple se chamaille par rapport à des question identitaires/culturelles, tout le « reste » prend souvent le bord…

    p.p.s.
    En Suisse, pays qui est probablement le plus « droitiste » ou libertarien au MONDE, et bien, dans chaque canton, UNE langue domine TOUT et n’essayez pas de changer ça, car ils vont vous botter le cul.
    ;-)

    • Je suis d’accord avec Sébas. Et je rajouterais même ceci:

      Comme 40% des électeurs, je suis d’abord et avant tout nationaliste avant d’être de gauche ou de droite. Si un parti de droite m’offrait la garantie d’un Québec indépendant, je voterais pour lui. Un mandat, c’est seulement pour 4 ans. Comme Falardeau disait, tout ce qui peut nous mener vers l’indépendance, je suis pour.

      Est-ce que monsieur Duhaime comprend les véritables enjeux politiques au Québec? Tant que nous n’aurons pas réglé la question nationale, vous n’avancerez à rien avec vos idées de droite.

      Et pour l’anglais, a-t-on vraiment besoin d’études collégiales pour l’apprendre?
      Le français étant beaucoup plus difficile à maîtriser, non?

  3. p.s.

    Pour ça:

    « On ferait beaucoup mieux de créer un espace économique plus libre et plus prospère pour retenir ces forces vives.

    Le jour où le Québec ne sera plus l’endroit le plus endetté, le plus taxé et le plus syndiqué du continent, plusieurs d’entre-nous cesserons d’avoir comme unique ambition de sacrer notre camp.« 

    Je suis 100% d’accord.

    Et ça c’est vrai dans TOUTES les langues.
    ;-)

  4. Les étudiants qui choisissent de poursuivre leurs études après le secondaire auront plusieurs dépenses inévitables. Entre autres, les droits d’inscription, l’achat de matériel pédagogique, volumes, dépenses reliées aux stages, font partie des montants qu’ils auront à débourser pour leurs études. Quant aux étudiants qui proviennent des régions, il faut prendre en compte qu’ils auront en plus des dépenses de logement, nourriture et déplacements.

    L’éducation est un droit et je suis d’accord que la Loi 101 doive s’appliquer aux études primaires et secondaires puisque celles-ci sont « gratuites ». Cependant, lorsque vient le temps après le secondaire de payer pour poursuivre ses études, je suis CONTRE le fait qu’on empêche un étudiant de choisir la langue dans laquelle il veut étudier. Le fait d’étudier dans une autre langue lui permettra au contraire d’aller chercher des outils qui ne pourront que l’aider dans sa future carrière ou profession. Je considère que de ne pas lui donner ce choix est une forme de discrimination; pire, c’est de vouloir isoler nos jeunes québécois qui, par la force des choses, iront voir ailleurs pour poursuivre leurs études et choisiront peut-être d’y rester.

    • école gratuites, hein le deuxieme poste de dépense du gouvernement provincial pour avoir un étudiant sur cinq qui sort avec un diplome du secondaire apres les douze années normal d’étude.
      tout les élèves devraient avoir un enseignement bilingue des la maternelle jusqu’au collège et je dis bien collège et non cégep et si celui(celle) ci décide de poursuivre des étude supérieur ils devraient avoir la maturité requise pour faire leurs choix eux mêmes sur la langue des cours qu’ils dérirent suivre. on dit langue maternelle =mère, la mere est a la maison et non a l’école (qui veut dire dans son rôle de mere et non que la place la mère est au foyer nuance!)

      pourquoi on nous parle de valeurs québecoise(surtout Duceppe et les PQuistes) et que pour plusieurs québecois qui ont donné leurs vie entiere a cette province,la religion est une valeur primaire et que d’un jour a l’autre on a décidé de la balayer sous le tapis comme si c’était honteux d’avoir cette valeur spirituelle, mais si on parle de la langue francaise là c’est l’intransigeance totale on doit rester cave et reclus dans notre petite province de quêteux

      • @ papajohn :

        « Apprentissage de l’anglais en Europe commence à des âges bien différents:
        Et les meilleurs en anglais ne sont pas nécessairement ceux qui commencent obligatoirement le plus tôt (l’Espagne commence très tôt, mais la Hollande relativement tard). »

        Suite:
        http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2011/01/apprentissage-de-langlais-en-europe.html

        *

        « Anglais en maternelle : et pourquoi pas le français ?
        Déjà à l’école primaire, on avait diminué les heures de Français au profit d’autres apprentissages qui auraient pu attendre, notamment une langue étrangère. Et on en paye suffisamment le prix. Des gosses qui ne savent pas lire ni écrire à l’entrée en sixième. Que cherche le ministre ? »

        Suite:
        http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2011/01/anglais-en-maternelle-et-pourquoi-pas.html

        *

        « L’ADQ pour que l’État impose plus d’anglais dès la première année du primaire, qu’en dit un linguiste ?

        Ces opinions favorables à l’éducation bilingue précoce sont devenues progressivement ce qu’on appelle en ethnologie des stéréotypes sociolinguistiques, c’est-à-dire des convictions toutes faites, des clichés, des automatismes à propos des langues qui finissent par faire partie des intérêts et des valeurs des membres de la communauté linguistique.

        À propos de l’âge

        Les résultats des recherches descriptives et des comparaisons d’expériences pédagogiques vont à peu près tous dans la même direction : à l’école, contrairement à la situation naturelle (dans la rue ou sur le tas), l’apprentissage des langues secondes réussit mieux à un âge plus avancé.

        Il n’y a pas de raisons « sérieuses » de commencer l’enseignement de l’anglais du primaire, surtout au premier cycle du primaire, et à plus forte raison lorsque les conditions d’enseignement sont déficientes »

        http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2010/11/adq-pour-que-letat-impose-plus-danglais.html

        ***

        En tout cas, si L’ADQ continue de proposer la bilinguisation intégrale, il vont perdre mon vote.

        • oups: « Ils »

          p.s.
          Et trop d’Adéquistes oublient ceci:

          QUELLE ÉTAIT LA COMPOSITION -IDÉOLOGIQUE- DES ÉLECTEURS LORSQUE L’ADQ ÉTAIT POPULAIRE ?

          100% fédéraliste?
          100% nationaliste?
          100% séparatiste?
          100% autonomiste?
          100% de droite?
          100% de gauche?
          100% du centre?
          etc

          Répondez à ces questions honnêtement (et avec des faits), et vous allez ENFIN comprendre -que stratégiquement- vous faites fausse route !

          *********************************************************************

          Que vous le vouliez ou non, que vous aimiez ou pas, si ce parti veut remporter les élections, IL FAUT qu’il puisse être capable de rejoindre (en faisant « vibrer » des « cordes sensibles »), les « nationalistes de droite » ou les conservateurs… et pas uniquement les libertariens ou les « droitistes » à la sauce « ville de Québec »

          *********************************************************************

  5. Je suis du centre ville de Montréal, et la langue que j’entend le plus souvent sur la rue Ste Catherine et dans les cafés ce n’est pas du tout l’anglais mais c’est bien « l’arabe ». Vous vous mettez le doigt dans l’oeil en pensant que l’anglais est votre ennemi. Depuis 1971, il y a un exode du Québec, et plus que 400,000 personnes vous ont quittés à cause des restrictions linguistiques et des tentatives constantes d’indépendance.

    Ces gens bien nantis qui sont partis enrichissent les auttres provinces comme contribuables et le Québec continue à perdre et doit se fier sur l’immigration pour renflouer sa population et ceçi qui nous coûte un fortune. Perdant…perdant! Les gens en ont marre du Québec avec sa société distincte et ses exigences déraisonnables… ça fait 40 ans que cela dure! Enough is enough!

    Quand les anglais seront tous partis, (ceux avec qui vous pouvez communiquer même si votre anglais est limité), j’imagine que vous voudrez passer une loi qui banira l’usage de l’arabe pour protéger la langue française. Sans discrimination… votre fille va probablement marier Moustafa au lieu de Jack, et il y aura des occasions ou vous ne pourrez pas communiquer avec certains membres de votre belle famille…Ça c’est notre dur futur.

    Les anglophones ont batti le Quebec avec nous, et ce sont totalement assimilés, il me semble que l’on pourrait leur accorder un place avec tout le respect qu’ils méritent car la plupart parlent un français (meilleur que le nôtre souvent) et nous pourrions arrêter de leur cracher dans le visage et traiter l’anglais comme une maladie contagieuse tel la lèpre. C’est troublant cette attitude si régionale. L’anglais ouvre l’univers à nous! Nous sommes en 2011, il faut arrêter de se regarder le nombril!

    Continuez comme cela avec l’acteur Curzi, qui répète n’importe quoi comme si il était sur scène, et Marois qui machouille l’anglais et veut en plus faire l’indépendance sans réflections sur les graves répercutions. Demain, ce ne sera pas « Vive le Quebec Libre » mais bien « Vive le Québec Vide! ».

    Pauvres Québecois!

  6. Totalement d’accord avec Sylvie St-Laurent…

    « Est-ce que monsieur Duhaime comprend les véritables enjeux politiques au Québec? Tant que nous n’aurons pas réglé la question nationale, vous n’avancerez à rien avec vos idées de droite. »

  7. @Sylvie….Tant que le Quebec ne se sort de sa pauvreté, tu ne peux vraiment pas te payer le luxe d’être nationaliste. Moi, ma nation c’est le Canada, un des meilleurs pays au monde.

  8. Benjamin…Tant que le Québec est gauche-gauche il restera toujours une province pauvre, se donnant des services de luxe, tels guarderies a $7 par jour, fécondation gratuite (seul en Amerique du Nord). Nous sommes totalement irresponsables avec les $8.6 Milliards que les provinces riches nous donnent. Eux ne peuvent même pas se payer ces luxes. La banque est cassé ici, ilnous faut nous responsabiliser et touner vers la droite.

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/201002/26/01-4255828-dette-le-quebec-au-5e-rang-dans-le-monde-industrialise.php

  9. @PapaJohn…Totalement d’accord avec… »tout les élèves devraient avoir un enseignement bilingue des la maternelle jusqu’au collège et si celui(celle) ci décide de poursuivre des étude supérieur ils devraient avoir la maturité requise pour faire leurs choix »

    Malheureusement…le gouvernement ne veut pas çela, car tout les enfants étant bilingues ils pourront apprendre et jouer ensemble et devenir amis…alors petits anglos avec petits francos….On ne peut pas avoir cela…qui sera l’ennemi si ont est unis…le Québecois ne pourra plus chialer…et pointer aux méchants anglos…il faut nous garder une société arrièrée, distincte.

  10. Je suis pas mal d’accord avec vous, Renée Houde Edwardh! Je n’irais peut-être pas jusqu’à dire que la langue qu’on entend le plus est l’arabe au centre-ville de Montréal mais…je fais la même lecture que vous sur bien des points! L’espagnol est pas mal entendu aussi! Vive le Québec vide, j’aime bien!

    Ce spectre de l’anglicisation rampante à Montréal est-il l’exact reflet de ce qui se passe? Je ne trouve pas ça évident à trancher. Premièrement, je n’ai jamais expérimenté qu’un commerce ne sache me répondre en français, même au centre-ville de Montréal. D’accord, il arrive quelquefois que ce soit un français baragouiné mais bon… Vrai aussi que dans certains restaurants (Indiens pour ne pas les nommer), la langue de Molière soit quelque chose d’assez extra-terrestre pour les serveurs mais il en fut toujours ainsi. Ce n’est pas un phénomène récent.

    Par contre, ce que j’observe, c’est la présence d’anglophones qui s’est accru sur les terrasses du Plateau Mont-Royal ou dans des quartiers plus à l’est, là où on n’avait pas l’habitude de les apercevoir. Pourquoi? Je ne sais trop (le prix des maisons?). Que peut-on y faire? Devrions-nous les accoster dans la rue et leur dire: « Eille, icitte on parle français!!! »???

    Autre observations: la disparition des boutiques de chaînes québécoises au détriment de boutiques américaines sur les rues commerciales. Sur la rue St-Denis, est apparu un Foot Locker, Edible Arrangements, des Second Cup, des Starbucks etc… Toutes des boutiques avec des noms anglais. D’où le sentiment de se faire envahir.

    Que voulez-vous, les loyers ont augmenté, les taxes d’affaires aussi. Seules les grosses chaînes peuvent s’offrir le luxe d’avoir une vitrine sur la rue St-Denis.

    Conclusion no. 1: si on veut survivre dans notre langue, on serait peut-être mieux de viser d’abord la prospérité.

    Conclusion no. 2: Sachant les défis financiers qu’ont à affronter les petits commerçants de la rue St-Denis, ça permet de mieux mesurer l’affront qu’a subi le propriétaire du Marcheur. Honte au Paju et à ses supporteurs.

  11. @Isabelle…J’adore entendre parler l’anglais mieux que l’arabe….J’adore les anglais…J’adore la culture anglaise…mais je demeure Québecoise Francophone même si j’ai passé 25 ans en dehors du Quebec. Les anglais ne m’ont jamais enlever quoique ce soit, en effet, ils ont grandement contribué à mon émancipation et épanouissement. Je suis fiere d’être bi-culturelle. çela n’enlève rien de ma propre culture. Les leaders du Québec vous duppent en vous disant que vous disparaissez.

    Je dois admettre être secouée et écoeurée de ces longues discussions, français anglais…who cares? Ce qui est important c’est que nous pouvons communiquer ensemble. Avec l’arabe, ce ne serais malheureusement pas possible. Arrêtez de cracher sur l’anglais…c’est l’ouverture sur le monde. C’est la langue la plus importante qu’une personne peut posseder, reveillez vous Québecois, Québecoises!

  12. @ Tous « progressistes » déconnectés ici:

    Vous aimez le bilinguisme de Trudeau? A part au Québec (où les francophones sont majoritaires), et quelques rares autres endroits, où peut-on vraiment vivre en français au Canada?

    Combien coûte cette politique utopique, stupide, hypocrite et non-fonctionnelle ?
    Trop cher… pour ce qu’elle donne réellement.

    Et en plus, elle[cette politique] fait en sorte que beaucoup de francophones veulent se séparer du Canada! Le réalisez-vous? Où est-ce que vous êtes tellement gagas devant vos utopies que vous n’y pensez même pas?

    Combien de pays développés ont copié ce modèle?
    AUCUN!
    ;-)

    Allez voir comment se passe en Belgique, Suisse, Allemagne, Italie, etc et dans au moins 25 états américains qui décrètent qu’il n’y a QU’UNE langue de fonctionnement dans chaque canton, état, province, etc.

    Aimez-vous le multiculturalisme de Trudeau?
    T’se la patente qui fait en sorte que les ghettos et les communautarisme se multiplient au Canada et au Québec?

    Aimez-vous « la charte des droits des minorités et des avocat$ » de Trudeau? (et que le Québec a copié)
    T’se celle qui accorde plus de droits ou de privilèges aux femmes, aux minorités religieuses, etc, qu’aux hommes, aux chrétiens, etc. ? La charte endosse la discrimination dite « positive » (envers les hommes, les majorités, etc). Le saviez-vous?

    Aimez-vous « sa » politique concernant nos relations… i.e. au lieu de « sortir l’état de nos chambres à coucher », l’état est devenu omniprésent dans celles-ci et ce, depuis « son » bill omnibus de 1968.

    Aimez-vous la politique « immigrationniste » du Canada et du Québec?
    T’se celle qui fait qu’il y a trop d’immigrants pour notre capacité d’accueil?
    Surtout au Québec (et de plus en plus en Ontario et à Vancouver, où la bulle immobilière est complètement débile!), et surtout à Montréal où les immigrants (et pas seulement eux), se retrouvent de plus en plus sur l’aide sociale et le chômage… dans une ville stagnante.

    Et en plus d’être coûteuse, l’immigration massive ne fait pas rajeunir notre population.

    Êtes-vous contents que l’état-providence subventionne les « ghettos de pauvreté »?

    Moi je n’aime aucune de ces politiques.
    Je rejette tout ça en bloc, car il n’y AUCUNE SAGESSE dans tout ça.
    Au nom de « beaux » principes, le Canada/le Québec s’en vont chez yable.

    p.s.
    Presque toutes ces politiques sont issues de la gauche libéral et progressiste.

    p.p.s
    L’Europe est en train de rejeter la plupart de ces folies, justement parce qu’elles ne fonctionnent pas.

  13. Ne vivant pas à Montréal, je ne peux me prononcer sur la progression, stagnation ou sur la chute de la langue française chez-vous. Je pense cependant, que selon son ouverture ou au contraire fermeture d’esprit vis-à-vis les autres cultures, autrement dit, selon son degré de xénophobie, on apprécie plus ou moins l’évolution d’une situation linguistique. À ceux qui veulent « régler la question nationale », donc séparer le Québec du Canada avant tout, je demande une comptabilité honnête du nouveau pays : bien sûr, plus d’impôts à Ottawa, mais aussi plus de ces beaux 8,5 milliards de pétrodollars albertains versés annuellement au Québec qui se paie avec l’argent albertain, des garderies que les Albertains ne se paient même pas. Croyez-vous sincèrement améliorer le sort des Québécois en les séparant du reste des Canadiens? Personne n’y gagne à s’isoler… les Européens ont bien compris ça.

  14. Si les faits que je décris fait de moi un xénophobe, je porte fièrement cette insulte(comme une médaille).

    ;-)

    Pour le reste, je suis pas mal d’accord.

  15. « font de moi »

    Tout je que je décris, n’a rien à voir avec « mon ouverture ou au contraire ma fermeture d’esprit vis-à-vis les autres cultures » ou avec « mon appréciation de l’évolution d’une situation linguistique ».

    Il y n’a pas que 2 positions -binaires- dans la vie, il y en a presque toujours 3, 4, 5 etc.

    Les enjeux sont souvent plus complexes que ceux expliqués par les « faiseurs d’opinions » de tout acabit.

  16. Ajoutez mon nom à la liste des censurés au blogue de votre copain Éric Duhaime.
    Il a effacé mon dernier commentaire.

    Le combat de la langue, c’est délicat.
    Rassurez-le, je ne vais pas le mordre, tout de même.
    C’est incroyable !…

    SP

    • Ce n’est pas Éric qui gère les commentaires sur son blogue, mais bien le staff de Sun Media. Ils sont effectivement beaucoup plus « sensibles » que les modérateurs du blogue que vous lisez actuellement.

      • « Ian Sénéchal dit :
        2 février 2011 à 05:38
        Ce n’est pas Éric qui gère les commentaires sur son blogue, mais bien le staff de Sun Media. Ils sont effectivement beaucoup plus « sensibles » que les modérateurs du blogue que vous lisez actuellement. »

        C’est joli, mais je n’en crois pas un mot.
        C’est que, mes répliques au blogue du riche et célèbre Claude Garcia, au site de l’argent de Canoe, n’ont jamais été censurés par les communistes chinois du Sun Média. Étonnant, non ?…

        Au passage, vous ne trouvez pas que c’est absolument passionnant, ces débats linguistiques des canadiens et québécois ?…

        Par exemple, une canadienne dit…

        Renee Houde Edwardh dit : 31 janvier 2011 à 19:14
        Moi, ma nation c’est le Canada, un des meilleurs pays au monde.
        Arrêtez de cracher sur l’anglais… c’est l’ouverture sur le monde. C’est la langue la plus importante qu’une personne peut posseder, reveillez vous Québecois, Québecoises!

        Cette lectrice est de nation Canada et non Québec. Tout en habitant à Montréal. Est-ce une immigrante ?… Aucune idée.

        Elle affirme que «l’anglais» est la langue la plus importante et c’est l’ouverture sur le monde.

        Pourtant, à chaque commentaire elle se contredit et nous fait la démonstration que l’anglais est une langue inutile, puisqu’elle écrit en français.

        Je n’y comprends plus rien à ces canadiens aux doubles langues. Fortuné que je suis de ne pas être bailingue.

        SP

  17. @Sebas…Tout ce qui colle dans ma tête pour moi avec l’ADQ, c’est Jean Allaire et cette longue liste de demandes de pouvoirs d’Ottawa. Séparé du Canada sans l’indépendance. Ceci m’a fait tellement peur car je trouve que le Québec est un mauvais admisnistrateur et a la manie de tout bousiller, la santé, l’éducation, l’immigration. Pour moi , ils étaient des séparatiste faisant semblants d’être on ne sait quoi au juste. A part cela je dirais qu’il sont centre.

    • @ Renee Houde Edwardh :

      Je suis d’accord avec vous: c’est TRÈS mal géré au Québec.

      C’est justement une des raisons que fait que je suis aussi 100% pour plus d’autonomie pour le Qc et des transferts de points d’impôts vers le Québec.

      Ça tuerait dans l’oeuf le projet séparatiste, ça nous rapprocheraient du projet original confédéral et cela démontrerait à tous que lorsque le Québec contrôle 100% de ses budgets (bye bye transferts pour la santé + autres transferts « sociaux »), ce n’est pas mieux et que ce n’est pas la faute d’Ottawa.
      ;-)

      En english pour vous:
      http://www.maximebernier.com/en/2010/10/restaurer-notre-union-federale/

      En français pour les autres:
      http://www.maximebernier.com/2010/10/restaurer-notre-union-federale/

      p.s.
      Pour le bilinguisme « coast-to-coast » je ne change pas d’idée: c’est couteux, utopique, mal adapté aux situations/pratiques réelles, hypocrite et inefficace. Par exemple, je m’en fou s’il n’y a pas de services en français à Hongcouver. Par exemple, si la Colombie-Britannique veut donner des services en mandarin et en anglais (ou seulement en anglais), libre à eux de le faire. ;-)

  18. @Sebas….Les Québecois n’ont jamais compris que le bilinguisme de Trudeau…voulait dire que dans tout les bureaux du fédéral toute personne pouvait obtenir des informations en français, d’un océan à l’autre à travers le Canada. Il n’a jamais dit que chaque individu du Canada, parlerait le français. Avant Trudeau, ceçi n’était pas possible. Bravo a Trudeau pour cet initiative.

  19. « Francine Emond dit : 30 janvier 2011 à 14:27
    je suis CONTRE le fait qu’on empêche un étudiant de choisir la langue dans laquelle il veut étudier. Le fait d’étudier dans une autre langue lui permettra au contraire d’aller chercher des outils qui ne pourront que l’aider dans sa future carrière ou profession.
    Je considère que de ne pas lui donner ce choix est une forme de discrimination; (…) »

    Si vous êtes contre et qu’il s’agit d’un forme de discrimination, pourquoi alors acceptez-vous qu’en Ontario ce soit tout à fait normal d’appliquer la discrimination, de n’avoir aucun autre choix que l’anglais au collégial et universitaire ?…

    Pourquoi est-ce une discrimination au Québec envers l’anglais, mais pas en Ontario envers le français ?…

    Renee Houde Edwardh dit : 31 janvier 2011 à 22:33
    Arrêtez de cracher sur l’anglais…c’est l’ouverture sur le monde. C’est la langue la plus importante qu’une personne peut posseder, reveillez vous Québecois, Québecoises!

    Je ne comprends pas.
    Pourquoi écrivez-vous votre commentaire en français au lieu de l’anglais ?
    Pourquoi crachez-vous sur l’anglais ? Pourquoi êtes-vous fermée sur le monde ?…

    CH

    • @Christian…Si tu veux lancer des déclarations, assures toi d’avoir fait des recherches avant de descendre l’Ontario concernant l’éducation de ses francophones. Voici de l’information annulant toute la désinformation que tu as posté ici:

      ONTARIO
      La communauté francophone a le droit aux écoles et aux conseils scolaires en français, institutions gérées par les Franco-Ontariens eux-mêmes[citation nécessaire]. Au niveau de l’enseignement supérieur, il y a cinq universités bilingues où le français est une langue officielle : l’Université d’Ottawa, l’Université Saint-Paul, toutes deux situées à Ottawa, le Collège universitaire Glendon (de l’Université York) à Toronto, l’Université Laurentienne à Sudbury et le Collège militaire royal du Canada à Kingston. De plus, l’Université de Hearst, affiliée à l’Université Laurentienne, offre des cours en français dans une variété de programmes à ses campus de Hearst, Kapuskasing et Timmins.

      Depuis 1986, la Loi sur les services en français garantit au public le droit de recevoir en français les services du gouvernement provincial. En cela, le Gouvernement de l’Ontario a fait des efforts considérables et réels pour améliorer et renforcer le statut du français en Ontario.

      C’est gênant de voir notre gouvernement qui veut banir les droits des étidiants de choisir l’anglais si l’on veut. On brime les libertés au Québec spécialement les droits des francophones. J’en rougit, quel embaras. Pourtant nous sommes bien en 2011 avec le monde ouvert devant nous.

  20. @Sebas….tu n’est pas consistant….je disais que le Quebec gèrait mal ses pouvoirs et son argent…et tu dis être 100% d’accord ensuite tu ajoutes: « C’est justement une des raisons qui fait que je suis aussi 100% pour plus d’autonomie pour le Qc et des transferts de points d’impôts vers le Québec. » ??? Hellooo!

    Pour que le Québec bousille tout!

    Pur ce qui est du discours du charismatique Max Bernier, voici le commentaire que je lui ai laissé:

    Renee Houde says: 3-February-2011at 03:30

    « Wow! I read about half of this speech… sounds like a separatist’s speech to me. Giving more power to the province of Quebec, would be to drown it further in its inability to administer the extra money that would be given with the extra powers. Puuh leze!

    Quebec has already messed up everty power, please don’t encourage the federal government to give him more. Protect us for God’s sake. They have no idea about contol. »

    Et ne vous inquiétez pas si ils ne peuvent pas blamer Ottawa parce ce qu’ils auraient recupérer tout les pouvoirs, il blameront Ottawa pour leur avoir donné in the first place…If you catch my drift!

    Nos membres du gouvernement Libéral comme Péquistes sont des adolescents depuis trop longtemps. On en a assez, il nous faut un autre parti sans faute qui gouverne nos taxes d’une manière responsable et surtout transparante. Amen.

  21. @ Renee Houde Edwardh

    « Et ne vous inquiétez pas si ils ne peuvent pas blamer Ottawa parce ce qu’ils auraient recupérer tout les pouvoirs, il blameront Ottawa pour leur avoir donné in the first place…If you catch my drift! »

    Premièrement, personne a parlé de récupérer « TOUS » (sic) les pouvoirs.

    De 2, si le Québec obtient tous les fonds directement -sans passer par les mains de gestionnaires fédéraux qui prendront une petite « cote » au passage- et ce, pour des secteurs qu’il gère déjà presque à 100% (comme la santé par exemple), il ne bernera personne, si les fonds manquent ou si c’est mal géré.

    So you see, what you think is and what reality is, are two different worlds.
    ;-)

    Et si je suis votre logique, les « pères de la CONFÉDÉRATION » étaient des « séparatistes » parce qu’ils ont inventé le concept de séparation étanche des pouvoirs?

    Comm’on… gimme a break

    Vous êtes le miroir parfait de ceux que vous dénoncez (ou que vous aimez détester et la haine n’est jamais bonne conseillère, et je crois que vous le savez).
    En québécois on pourrait vous répondre:
    « Pousse, mais pousse égal »
    ;-)

    p.s.
    Saviez-vous que BEAUCOUP de monde au Canada (surtout dans l’ouest canadien et à Terre-Neuve), aime cette idée d’un retour aux principes fondateurs des pères de la confédération. Saviez-vous QU’AUCUN pays/état -trop- centralisateur est bien géré (Par exemple: France, Québec et de plus en plus les États-Unis)?

    p.p.s
    Ceux qui aiment le MOINS Maxime Bernier, sont des séparatistes et des « centralisateurs one size fits all » justement. Les gens qui pensent comme vous sont ceux qui mettent le plus d’huile sur le feu des séparatistes. J’ai l’impression que vous avez plus de points en commun avec le PLC (i.e. ceux qui ont fait le MOINS pour maintenir uni ce pays et le PLUS pour détruire ses bases), qu’avec les conservateurs…

    Put that in your pipe… « Miss Canada ».
    ;-)

  22. @ Renee Houde Edwardh qui écrit:

    « Nos membres du gouvernement Libéral comme Péquistes sont des adolescents depuis trop longtemps. On en a assez, il nous faut un autre parti sans faute qui gouverne nos taxes d’une manière responsable et surtout transparente. Amen.

    Amen sister.
    ;-)

    Sérieux, à part concernant le choix # 1 pour leur capitale (Ottawa ou Québec), ces 2 partis ont beaucoup de points en commun, dont une incroyable manie de vouloir TOUT centraliser à UNE place et d’imposer 1 modèle à TOUS. Ils vénèrent les chartes des droits des minorités et des « à-vos-ca$ ». Ils sont contre l’égalité véritable pour tous. Le respect de la propriété privée et des contrats librement consentis, n’est pas prioritaire pour eux. Ils aiment BEAUCOUP les syndicats (ou ils se plient à presque toutes leurs demandes). ;-) Ils croient que les lois liberticides ou favorisants les corporatismes ou les minorités ou les « cas », sont la solution à presque tous les problèmes. Leurs solutions visent presque toujours à régler des problèmes « à la pièce », sans trop penser à l’impact de celles-ci sur le « big picture ». Ils écoutent BEAUCOUP trop les PUISSANT$ lobby$ et VRAIMENT PAS ASSEZ MONSIEUR ET MADAME TOUT LE MONDE. Ils adorent les programmes universels « one size fits all ». Ils adorent les grosses bureaucraties, les taxes, les règles fiscales, etc. Ils jouissent devant les corporatismes autoritaires. Ils sont dépensiers comme des « gamblers ». Etc et etc.

    Une « p’tite » analyse « psy » (pas trop scientifique, mais passons):

    They are bleeding hearts… and soooo « naive ». Ils sont prêts à tout pour sauver la veuve et l’orphelin et ce, pour se donner bonne conscience. Ce qu’ils oublient, c’est qu’un état ne se gouverne pas uniquement avec de « bons sentiments » et en répondant à des besoins particuliers.

    ***

    En matière de gouvernance, c’est exactement le contraire qu’il faut faire: décentraliser/simplifier les structures au maximum, comme par exemple en Suisse (ou faire ce que l’Angleterre est en train de faire). Il faut « lâchez prise » comme disent les psys. Il ne suffit pas de changer de parti ou de mettre la « bonne » personne au pouvoir ! C’est un changement de philosophie qu’il nous faut et ce, pour arrêter de s’enfoncer. En tout cas, plus les responsabilités sont proches des citoyens, des profs/directeurs d’écoles, des médecins/infirmières, etc, moins il y a de dépenses folles, moins il y a de règlementations; et plus il y a de responsabilisation, plus il y a de prospérité, de souplesse, d’innovations et de structures simples et « humaines »

    « It’s not rocket science », et pourtant pour beaucoup de monde avec plein de diplômes (dans tous les domaines, mais surtout en droit et même en économie), ça semble être le cas ! Et cette folie centralisatrice/autoritaire, basée surtout sur les « bonnes intentions », les émotions, ou les « grandes » théories déconnectées de la réalité ou du monde sur le plancher des vaches, est très peu démocratique et transcende presque toutes les « idéologies politiques ». Snif.

    Bon, assez de blablabla pour aujourd’hui.
    ;-)

    p.s.
    Pour la transparence, je suis d’accord avec vous, on en a jamais assez. Et internet pourrait jouer un plus grand rôle dans ce domaine…

  23. @Sebas…Comme de raison tu as raison sur tout. Tu peux me traiter de n’importe quoi, tu ne m’intimides pas. J’ai le droit de m’exprimer de la manière que je veux et tu n’as pas de leçon à donner à qui que ce soit. So put that in your pipe and smoke it! Amen.

  24. @ Renee Houde:

    I’m smocking…
    Alors, j’ai raison sur tout?
    Wow, alors à partir de maintenant, lorsque je parlerai, dites: amen à tout et à genoux, merci.
    ;-)

    ***

    Non, non, non, vous n’allez pas vous en tirer aussi facilement.
    ;-)

    Alors Maxime Bernier n’a plus un discours « séparatiste » ?
    Les « pères de la confédération » non plus ?
    Et si c’était VOTRE position qui nous nourrissait les tendances séparatistes, que diriez vous? Que j’ai raison sur tout, amen à genoux ?

    Et vous ne direz plus qu’ils demandent « tous » (sic) les pouvoirs, comme vous l’affirmiez ci-dessus?

    Et vous reconnaissez que ce n’est seulement les Québécois qui désirent une plus grande décentralisation du Canada et le respect de l’esprit de la constitution de 1867 ?

    Your turn to smoke that.
    ;-)

  25. p.s.
    Québec gère déjà -presque à 100%- sont secteur de la santé. Les transferts vers le Qc, EST de l’argent de NOS taxes/impôts.

    Commencez-vous à comprendre la position de Bernier et des pères fondateurs?

    Idéalement, c’est l’état fédéral qui devrait abolir son ministère de la santé (et les lois fédérales liberticides « one size fits all » entourant ce secteur), et nous redonner une baisse d’impôt.

    ;-)

  26. @Sebas…je pense que tu mélanges tes cartes. Donnez pas plus de pouvoir au Québec, elle a le tour de tout bousiller. La santé et l’éducation ont croulés au plus bas, gracieuseté de Madame Marois qui a tout reviser pour une chute libre. C’est pour cela que je suis contre les propos de Bernier. Il ne peut même pas garder des dossiers confidentiels en sécurité et il voudrait plus de pouvoirs pour le Québec (cela fait séparatiste un peu) Apart from that he is very charismatic but I doubt the value of his vision.

  27. Renee Houde Edwardh :

    You can be a real pain in the…
    Can’t I smoke in peace ???
    ;-)

    Je répète encore(pour la 3e fois): le Québec gère déjà 100% (ou presque) de ce secteur. Mais je suis d’accord avec vous que c’est très mal géré.

    Vous du auriez lire le texte de Bernier (au complet) et la constitution, i.e. la base LÉGAL de notre pays… pour comprendre le but exact de cette opération.

    Extrait:

    « Si nous voulons régler ce problème une fois pour toutes, nous devons continuer de le mettre à l’ordre du jour et en discuter sur la place publique.

    Depuis la Commission Séguin, mise sur pied il y a près d’une décennie par le gouvernement du Québec, le débat s’est surtout focalisé sur le déséquilibre fiscal, soit la divergence entre les ressources fiscales du gouvernement fédéral et les responsabilités financières croissantes des provinces. Cette question a été en grande partie réglée par notre gouvernement lorsque nous avons augmenté les transferts sociaux et les transferts pour la santé aux provinces dans le budget 2007. Cela n’a toutefois pas réglé le déséquilibre législatif, qui est le coeur du problème.

    Comme on a pu le constater il y a deux mois lors de la rencontre des premiers ministres provinciaux à Winnipeg, les provinces ont déjà commencé à faire pression sur Ottawa pour qu’il augmente les transferts pour la santé lorsque l’accord décennal se terminera en 2014. Si les transferts n’augmentent pas aussi vite que le veulent les provinces, soyez certains que ce débat sur le déséquilibre fiscal reviendra dans l’actualité dans trois ans.

    Cette formule engendre des disputes permanentes. Les provinces agissent comme des groupes d’intérêt qui préfèrent recevoir de l’argent du gouvernement central au lieu d’augmenter leurs propres impôts. En bout de ligne, ces gouvernements viennent toutefois piger l’argent dans les poches du même contribuable.

    Cette formule crée aussi nécessairement une certaine confusion et une absence d’imputabilité. Malgré l’existence de la Loi canadienne sur la santé, ce sont les gouvernements provinciaux qui sont largement responsables de la gestion du système de santé. Mais le débat sur le financement fédéral fait en sorte qu’il est difficile pour le citoyen moyen de savoir qui est responsable de quoi. »

    P.s.
    Si on savait tout de tout le monde, on pourrait rire de n’importe quel politicien comme de vous ou de moi. Personne n’est parfait sur notre planète et je trouve que vous vous laissez BEAUCOUP influencer par les médias (c’est eux qui font et défont les politiciens). Finalement, vous vous attardez très peu au contenu et aux idées. Lâchons Bernier 2 secondes, et discutons de ses idées. Please et merci.

  28. Et un autre extrait du texte de Bernier:

    « Par ailleurs, le gouvernement central serait probablement plus efficace s’il s’occupait uniquement de gérer ses propres dossiers importants au lieu de se mêler des affaires des provinces.

    Tous ces arguments sont pertinents non seulement pour les Québécois, mais pour tous les Canadiens. En tant que Québécois fédéraliste, je suis toutefois très sensible à cette question, pour des raisons évidentes.

    Depuis un demi-siècle, les Québécois ont eu le choix entre deux options extrêmes : un modèle de fédéralisme centralisé ou la séparation du reste du Canada. Aucun de ces extrêmes n’obtient l’appui d’une majorité de Québécois.

    http://www.maximebernier.com/2010/10/restaurer-notre-union-federale/

    C’est ça la 3e voie…

  29. Entièrement d’accord avec Sébas, je suis libertarien sur presque tout mais pas la langue.

    Je veux un pays francophone (pas bilingue, c’est la chicane, voir la Belgique) et une fois qu’il est francophone, que son immigration est compatible alors je veux un maximum de liberté et le moins d’État possible.

    C’est l’un ou l’autre : protection de la langue et de l’identité ou État de plus en plus présent pour gérer les conflits communautaires (voir le cours ECR, la commission Bouchard-Taylor pour forcer l’intégration, en France la demande de répression contre des djeunes de banlieues mal intégrés, les demandes de mises en place de discrimination positive parce que le marché est faussé, etc.)

    Croire que les seules forces du marché vont garantir la paix sociale, l’assimilation et la survie du français c’est rêver en couleurs.

    Mais bon, Éric Duhaime adore l’anglais, comment lutter contre des sentiments ;-)

  30. @Sebas – « Combien de pays développés ont copié ce modèle? AUCUN! »
    Ils n’ont pas copié ce modèle mais sa parle plusieurs langues, peut-être parce-qu’il n’ont pas copié la Loi 101. Eux ils ont compris, c’est l’individu qui choisi!

    • @ lynn:

      English is the official language in these states:[20]

      * Alabama (1990)
      * Alaska (2007)[citation needed]
      * Arizona (2006)[21]
      * Arkansas (1987)
      * California (1986)
      * Colorado (1988)
      * Florida (1988)
      * Georgia (1986, 1996)
      * Idaho (2007)[22]
      * Illinois (1969)[23]
      * Indiana (1984)
      * Iowa (2002)[24]
      * Kansas (2007)[25]
      * Kentucky (1984)
      * Mississippi (1987)
      * Missouri (1998 statute[26]) (2008 constitutional amendment[27])
      * Montana (1995)
      * Nebraska (1920)
      * New Hampshire (1995)
      * North Carolina (1987)
      * North Dakota (1987)
      * Oklahoma (2010)[28]
      * South Carolina (1987)
      * South Dakota (1987)
      * Tennessee (1984)
      * Utah (2000)
      * Virginia (1981, 1996)
      * Wyoming (1996)

      http://en.wikipedia.org/wiki/English-only_movement

      ****

      En Belgique, il y a une section 100% presque francophone, une section presque 100% néerlandaise et à Bruxelles, c’est bilingue (et c’est souvent aussi le bordel autour d’enjeux linguistes).

      « Les trois langues officielles sont le néerlandais, le français et l’allemand. Elles sont placées sur un pied d’égalité au niveau fédéral. Parmi les différentes régions, seule la Région de Bruxelles-Capitale (habitée par près de 10% de la population) est officiellement bilingue (français et néerlandais). La Région flamande (habitée par près de 58% de la population), située au nord-ouest, est officiellement unilingue néerlandophone. La Région wallonne (habitée par plus de 32% de la population), située au sud-est, est officiellement unilingue francophone, à l’exception de la région de la Communauté germanophone de Belgique, laquelle comprend 75 000 personnes, soit moins d’un pour cent de la population belge. Des minorités linguistiques sont présentes dans les régions unilingues, leurs importances respectives ne peuvent être qu’estimées, les recensements linguistiques étant interdits par la loi en Belgique

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Belgique#Langues

      ***

      En Suisse, il y 3 (presque 4), langues officielles, mais les cantons sont majoritairement tous unilingues.

      Beaucoup de Suisses parlent plus d’une langue. L’allemand est la langue la plus répandue. 17 cantons sur 26 sont unilingues allemands. La population germanophone parle généralement l’un des nombreux dialectes suisses allemands ou Schwyzertütsch, lesquels jouissent d’une grande valorisation sociale, y compris dans les centres urbains. L’usage de l’allemand standard – Hochdeutsch ou « bon allemand » – est limité aux situations les plus formelles. Dans le milieu scolaire, afin d’élever le niveau d’allemand des élèves qui généralement préfèrent parler le dialecte, plusieurs cantons alémaniques (dont Zurich, Schwytz, Uri et Zoug) ont imposé l’usage systématique du Hochdeutsch, et les professeurs sont tenus de s’exprimer exclusivement dans cette langue. En effet, on constate ces dernières années, suite au recensement fédéral de la population de 2000, une progression de l’usage du dialecte dans les écoles alémaniques au détriment de l’allemand[38]. À de rares exceptions près (comme les messages publicitaires), tous les écrits sont en allemand standard.

      Le français est parlé dans l’ouest du pays, région généralement appelée Suisse romande. Quatre cantons sont unilingues français (Genève, Jura, Neuchâtel et Vaud), trois sont officiellement bilingues français-allemand : Fribourg, Valais et Berne.

      Quant à l’italien, il est parlé dans le canton du Tessin (Ticino en italien) et quelques vallées méridionales des Grisons. L’usage du dialecte tessinois, apparenté aux parlers lombards, y demeure très vivant.

      Le romanche n’a pas le même statut que l’allemand, le français et l’italien. Selon l’alinéa 1 de l’article 70[39] de la constitution fédérale, les langues officielles de la Confédération sont l’allemand, le français et l’italien. Le romanche est aussi langue officielle pour les rapports que la Confédération entretient avec les personnes de langue romanche.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse#Langues

      En passant, le Jura (la partie française)m s’est séparé d’un canton allemand, justement pour une question de langue. ;-)

      p.s.
      Pour les études post-secondaires, la minorité anglophone d’ici est de loin plus choyé que les minorités francophones de plusieurs provinces. Au niveau du financement, aucune minorité reçoit autant -au pro rata de sa population- que la minorité anglo d’ici. Et les minorités francophones de toutes les provinces, n’ont pas 300 millions d’habitants autour d’eux pour les « réconforter » dans leur identité. Et ces 2 « items » font nourrissent la ferveur séparatiste.

      De toute façon et selon moi (pour les raisons déjà mentionnées), les politiques linguistes devraient être une prérogative provinciale, point.(sauf peut-être pour la capitale du Canada: Ottawa)

  31. @Francoise…Je ne peux croire ce que vous avez écrit..Esperons qu’un certain jour vous deviendrez une Citoyenne du Monde..C’est fondamental de parler l’anglais en 2011. J’adore les deux cultures et il ne devrait pas y avoir d’hostilité vers la langue des affaires dans les monde. C’est primordial l’anglais.

  32. « citoyenne du monde »

    Mouahahahaha !!!

    Bon alors, les « valeurs canadiennes » ne sont plus importantes…
    Vous n’êtes pas née dans UN pays spécifique?
    Vous n’avez pas UNE culture spécifique?
    Vous n’avez pas UNE histoire spécifique ?
    Etc?

    C’est vrai, toutes ces choses sont dépassées…

    Ok, parfait alors:

    -Plus besoin de politique étatique sur le bilinguisme… c’est une entrave aux « citoyens du monde » et on va sauver des centaines de millions par année!

    -Plus besoin de protection du crtc pour protéger la « culture canadienne » conte les méchants américains. Les « citoyens du monde » sont heureux partout et d’autres sous épargnés et plus de libertés.

    -Plus besoin de politique étatique sur le multiculturalisme = « citoyens du monde » sont tous égaux et pareils et encore des sous épargnés.

    -Plus besoin d’obliger les écoles étatiques à enseigner l’anglais ou le français… à partir de maintenant, chaque école étatique pourra enseigner dans la langue de son choix: arabe, mandarin, hindie et pourquoi pas, en français ou en anglais? Les « citoyens du monde » doivent pouvoir vivre comme ils le veulent, et ce, partout.

    -Plus besoin de cour suprême qui penche presque toujours en faveur des minorités: appliquons la déclaration universelle des droits de l’homme (ça, ca fait « citoyens du monde »)… qui n’est pas en faveur des droits et privilèges pour les minorités. De de toute façon, il y a plus de minorités: nous sommes tous des « citoyens du monde ». Terminé la discrimination positive pour les femmes et autres minorités. Terminé les chicanes = tout le monde est vraiment égal. Encore des centaines de millions d’épargnés.

    -Plus besoin de fonds fédéraux pour aider les minorités dans chaque province. Les « citoyens du monde » ont de l’avenir.

    -Plus besoin de restreindre et de gérer l’immigration: ouvrons toutes grandes nos portes à tous les « citoyens du monde » de tous les continents: sky is the limit. Assurons-nous seulement qu’ils ne sont pas méchants. Et n’oublions pas de couper dans tous les programmes pour aider les « citoyens du monde » qui viennent ici. De toute façon, il n’y a plus de différences: nous sommes tous des « citoyens du monde ».

    -Plus besoin de frontières… fusionnons avec les États-Unis, l’Europe et tant qu’à y être avec la Chine, la Russie et la ligue arabe.

    -Plus besoin de $ canadiens: une monnaie mondiale -égalitariste- contrôlée par l’ONU.

    -Plus besoin de parlement canadien: L’ONU est là et elle est la seule instance qui peut vraiment représenter les « citoyens du monde ».

    « Citoyens du monde »… yah ! L’avenir est à vous !
    ;-)

    p.s.
    Renee Houde :
    L’ONU a besoin des « citoyens du monde » pour faire advenir votre nouveau monde.

Les commentaires sont fermés.