PRIVATISER LE RRQ

Éric Duhaime

Claude Castonguay

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Claude Castonguay, le père de l’assurance-maladie du Québec, y allait la semaine dernière de ses recommandations sur nos pensions.

Il dresse d’abord un portrait lucide et alarmant: La retraite s’annonce douloureuse pour la majorité des travailleurs qui ne dispose pas d’un régime de retraite d’employeur. Lire la suite…

Publicités

11 réflexions sur “PRIVATISER LE RRQ

  1. Pingback: Tweets that mention PRIVATISER LE RRQ « Les analystes -- Topsy.com

  2. Proposer sans gêne le programme ultralibéral d’Augusto Pinochet aux Québécois… Faut le faire !!!!

  3. Concernant le chili
    http://www.oecd.org/dataoecd/21/37/2429351.pdf
    faut noter qu’encore une fois c’est l’Etat qui assume le risque . En effet l’Etat garantit le versement des pensions aux retraités affiliés à une compagnie
    d’assurance qui ferait faillite.

    autre point toujours sur le chili: On nous mentionne que même si certains coût on diminuer(salaires) d’autres ce sont pointer à l’horizon qui font que même si on privatise des coûts non désirés vont se pointer:

    « Les analystes et les responsables constatent avec une certaine inquiétude que cette diminution
    s’est arrêtée depuis quelques années. Par conséquent, d’autres solutions possibles sont à l’examen. La
    plupart des analystes ont insisté sur le rôle des dépenses de commercialisation et de promotion des ventes.
    Ils ont estimé que pendant la première moitié des années 90, ces dépenses ont représenté plus du tiers des
    dépenses totales. De plus, tout porte à croire que ces dernières années, elles ont augmenté de façon
    significative. Dans la plupart des cas, ces augmentations ont été liées à l’expansion de la force de vente.
    Dans l’ensemble du régime, le personnel commercial est passé de 3500 personnes en 1990 à près de
    15 000 au début de 1995. Ce phénomène est particulièrement déconcertant car on peut considérer que le
    système est parvenu à maturité pour ce qui est du nombre d’adhésions, et tout cet effort de vente vise à
    faire passer les adhérents d’une AFP à une autre. »
    Bref est-ce vraiment mieux ?

  4. Peu importe le nombre de travailleurs pour le nombre de retraités. J’ai contribué durant 35 ans, donc ce que j’ai mis plus la part du Gouvernement (qui n’a jamais été versée) devrait suffire à ma pension. Sinon, les calculs actuariels sont mal faits, ou le montant que je verse est insuffisant ou bien on me verse trop. Le rendement n’est peut-être pas suffisant (papiers commerciaux, etc).

    Si je préfère faire bombance aujourd’hui au lieu d’accumuler un REER, c’est mon problème. Si je n’ai pas les moyens, je n’y peut pas grand chose.

    Tout ce qui doit être fait est de légiférer à l’effet que ce que je mets dans mon REER doit être mis aussi par mon employeur, avec certaine balises, c’est tout.

  5. Une fois que les Québécois se sont acquittés du fardeau fiscal qui leurs incombent, du a de trop nombreux programme sociaux et de mauvais choix politiques de leurs élites. Ils leur reste quoi dans les poches pour investir dans leur retraites.
    Ailleurs au pays les gens économisent plus pour leur retraite qu’ici au Québec, la raison en est fort simple,c’est qu’ils en ont les moyens, leur gouvernement est beaucoup moins vampire que celui du Québec.De toute façon, le ministre des finances du Québec Raymond Bachand a dit que la finalité était d’être heureux comme peuple, n’en déplaise a Claude Castonguay.

  6. Je n’aime pas ça l’idée du réer obligatoire, il ne resterait plus qu’aux syndicats à faire pression sur le gouvernement pour obliger les gens à investir dans leur réer. La réalité c’est celui qui détient l’argent c’est lui qui a le pouvoir donc si vous envoyez de la liquidité aux syndicats vous leur octroyé du pouvoir. Eux vont investir l’argent dans leurs intérêts et non dans les intérêts de la collectivité. À moins que la collectivité soient toutes syndiqués alors le système démocratique tomberait et deviendrait un système syndical. C’est une impression que j’ai parce que les syndicats quand tu leurs laisses un pied ils en prennent deux.

    Il y a le coût d’un tel système qui va manger les gains des investisseurs en impôt par derrière. Le rendement sera donc moins bon que si une personne décide d’investir par elle-même.

    Un citoyen qui veut par exemple se libérer de son hypothèque le plus rapidement possible pour ensuite épargner le (400$ et plus intérêt) par mois et ensuite investir dans un réer va voir son capital augmenté plus rapidement quand instaurent votre mesure, vous allez les appauvrir.

    Vous allez appauvrir ceux qu’ils ont de bonne stratégie pour ceux qu’ils ont une mauvaise stratégie.

    Moi je trouve ça drôle que tout le monde fait la course aux aubaines pour économisé et n’ont pas de remord de mettre le solde de leur achat sur le financement. Ce qui serait plus logique serait de commencer par ne pas financer et ensuite économisé grâce au rabais offert par le vendeur.

    Je crois que le fond du problème c’est qu’il n’y a pas d’éducation à l’épargne et ça ce n’est pas la job du gouvernement c’est celle des parents. Au lieu de s’occuper de vos enfants si vous leur achetez des bébelles pour les gars et des guenilles pour les filles pas étonnant qu’on se ramasse avec autant de bébelleux et autant de guenilleuse qui comble leur vide intérieur en achetant tout ce qui pourrait combler leur vide.

    Quelqu’un de cassé comme un clou est beaucoup plus facile à contrôler que quelqu’un qui a des épargnes ça le Pq le sait, je crois que c’est pour cela qu’il voulait taxé l’épargne.
    Sais sur que cela vous aide quand vous voulez concevoir une structure pour le bien des citoyen comme vous dites.

  7. J’y pense…Duhaime sérieux as tu une job? …T’se on te voit juste chialer mais y’as quelqu’un qui te paye pour ca?

  8. Je suis contre la proposition de M. Castonguay car, faisant partie des gens qui ne gagnent pas des fortunes mais qui prennent quand même soin d’épargner, je ne veux pas qu’on m’impose une façon de faire.

    Si je préfère le CELI ou simplement faire un payement sur mon hypothèque, je dois demeurer libre de le faire. Si une année ou deux je décide de prendre un congé d’épargne pour des raisons qui m’appartiennent et essayer de me reprendre plus tard, je devrais être libre de gérer ça.

    En plus, la formule de gestion centralisée telle que le propose M. Castonguay ne m’enchante pas vraiment.

    Cependant, on ne doit pas non plus nier le problème de l’épargne au Québec. En bout de ligne, vous savez tous autant que moi que dans un état providence, ceux qui épargnent se trouveront un jour ou l’autre à payer pour ceux qui n’épargnent pas.

    Alors pour employer une expression populaire, je dirais qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Pourquoi pas une sorte d’entre deux? Par exemple, on pourrait obliger les entreprises de plus de 50 employés à contracter un REER, avec l’institution de leur choix, au nom de leurs employés et effectuer des retenues à la source.

    Pour l’employeur, ça me semble gérable comme situation, des compagnies comme ADP offrent ce genre de services. Et pour les employés, ça représente moins de démarches pour faire l’effort d’ouvrir le compte et déposer de l’argent dedans.

    Évidemment, on parle ici d’un REER ordinaire duquel le cotisant peut retirer son argent à tout moment s’il est prêt à payer l’impôt. Mais j’ai grandement l’impression que si les gens devaient prendre la peine de décaisser leurs épargnes pour les dépenser, ils y réfléchiraient à deux fois avant de le faire.

    PS: Est-ce que Castonguay aborde la question de la diminution des revenus fiscaux de l’État si son plan était mit en action? Si des centaines de millions se retrouvent à l’abri de l’impôt, j’imagine qu’à court terme ça va creuser un trou de le budget public, non? Si le gouvernement se mettait à nous taxer encore plus parce que le peuple se met à épargner davantage, ce serait bien le bout de la m****.

  9. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du jour 01/19/2011

  10. Alors….si les jeunes contribuent à un REER privé, il y aura moins d’argent pour les personnes agées?

    Alors les jeunes seront plus taxés pour renflouer les caisses pour que les personnes agées ne se retrouvent pas sur le trottoir?

    Je ne suis pas sûre si je comprend, faudrait-ils que les jeunes contribuent au public et au privé?

Les commentaires sont fermés.