« Photo-finish » de la session automnale

Guillaume S. Leduc

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Petite surprise ce matin, la firme CROP publie un sondage réalisé du 10 au 19 décembre dernier. Le PQ serait en tête avec 41% des intentions de vote, contre 25% aux libéraux, 16% à l’Action démocratique et 12% à QS. Avec ces données, qui constituent les dernières de l’année, j’ai fait la moyenne des intentions de vote de toutes les maisons de sondages (CROP, Léger, Angus Reid et Ipsos) pour chaque mois de août à décembre. Voici ce que ça donne.

 

 

Comme vous pouvez le constater dans le graphique, ça n’a pas beaucoup bougé cet automne, malgré une session parlementaire excessivement turbulente. En bout de ligne, le Parti libéral (-3,5%) et le Parti Québécois (-1,5%) sont plus faibles aujourd’hui qu’ils ne l’étaient lors de la rentrée. Québec Solidaire a gagné 2% durant cette même période et l’Action démocratique remporte le titre du parti politique ayant marqué le plus de points, avec 5% de plus qu’au mois d’août.

 

À noter qu’en moyenne, la marge d’erreur de chacun de ces sondages est de 3,1% 19 fois sur 20 et que ce ne sont pas toutes les maisons de sondage qui en ont publié à chaque mois. De plus, bon nombre d’entre eux ont été réalisés par Internet. Avec tous les risques que cela comporte, il semble malheureusement que de plus en plus de firmes de sondage optent pour cette façon de faire. Ces chiffres démontrent donc davantage une tendance qu’une réalité scientifique absolue.

 

L’hiver augure donc très bien pour Gérard Deltell, qui devrait continuer à se faire connaître à l’extérieur de la région de Québec au cours des prochaines semaines. Les appuis à l’Action démocratique pourraient ainsi grimper encore davantage d’ici le mois de juin. Pour ce faire, le chef adéquiste devra prendre des positions audacieuses, présenter un programme solide au prochain Conseil général de son parti et continuer à démontrer aux deux députés indépendants que leurs arguments pour ne pas revenir dans les rangs adéquistes ne trouvent écho nulle part à l’exception d’un blogue poussiéreux écrit par leur propre employé.

 

Pour Amir Khadir, on peut dire qu’il s’agît d’un bilan positif, mais on est loin de la montée fulgurante de la gauche que prédisaient plusieurs commentateurs lors de son élection. Le co-chef de QS devra arrêter de se comporter en activiste de la lutte des classes et se donner une stature de chef d’État s’il veut continuer à gruger des votes à l’aile gauche du PQ et arrêter de plafonner à 10-12% des votes.

 

Pauline Marois peut se réjouir du siège remporté à l’arraché dans Kamouraska-Témiscouata. Par contre, elle doit assumer son échec et prendre le blâme pour l’incapacité du PQ à augmenter son score même après la débandade gouvernementale. Son parti semble totalement déconnecté de la population lorsqu’on constate qu’ils font passer les questions de langue et culture avant les finances publiques dans leurs priorités parlementaires.

 

Jean Charest doit faire un sérieux examen de conscience. Son entêtement à ne pas déclencher de commission d’enquête est entrain de porter une blessure critique au Parti libéral. Une prorogation ou un remaniement ministériel ne réussira pas à faire diversion. La seule alternative au déclenchement de cette enquête est sa démission, mais les libéraux n’ont aucun chef de rechange, ce qui expliquerait selon ce que j’ai appris pourquoi il n’est pas encore parti.

 

Publicités

7 réflexions sur “« Photo-finish » de la session automnale

  1. Merci Guillaume pour ton billet….et notre Québec qui pourrait avoir plein de possibilitées est encore pris entre des séparatistes qui nous retiennent d’avancer et nous gardent dans la gauche en compangie de Kadhir, et notre parti fédéral libéral, impuissant qui nage dans la boue. Pour 2011, si j’avais une baguette magique « I would kick somem asses! »

  2. « La seule alternative au déclenchement de cette enquête est sa démission, mais les libéraux n’ont aucun chef de rechange, ce qui expliquerait selon ce que j’ai appris pourquoi il n’est pas encore parti. »

    Le sondage Crop-LaPresse du 27 novembre dernier avait une seule bonne nouvelle pour les libéraux: Avec Nathalie Normandeau, ils grimpent de 3-4%. Ce n’est pas grand chose mais lorsqu’on ne récolte rien, on devrait prendre les miettes qui passent chose que les libéraux semblent également mépriser profondément comme ils méprisent l’ensemble de la population québecoise depuis que Charest a les 2 mains sur le volant. Son semblant d’écoute en 2007-2008 au moment où le PLQ se faisait chauffer par l’ADQ n’aura été que du vent, que de la frime.

    Moi je suis en faveur des 2 mandats maximum (10 ans avec le système actuel ou encore 8 ans si on ramène les élections à dates fixes aux 4 ans comme on voit aux USA et dans d’autres pays démocratiques par exemple) parce que cela FORCE le parti à PRÉPARER la RELÈVE. J’en conviens, les partis devraient être assez auto-disciplinés pour se doter d’une telle gestion interne de parti mais force est de constater que les partis libéraux tant au niveau fédéral que provincial (surtout au Québec) ne le font pas. Alors lorsque le gros bon sens fait défaut, il faut forcer la main aux partis pour qu’ils deviennent plus démocratique c’est triste mais c’est le constat déplorable que je fais. Dans l’état actuel des choses, Jean Charest a réussi à s’entourer comme l’avait fait également Jean Chrétien à l’époque d’une gang de béni-oui-oui chez qui la fidélité et la loyauté sont des valeurs chéries à des milliers de lieu de la compétence et de l’expérience et ça paraît, ça se sent.

    Si Jean Charest croit qu’il a connu une annus horribilis en 2010 selon ses propres termes, qu’il attende un peu ce que lui réserve 2011 et 2012. Ce sera autant sinon pire alors lui aussi devra attacher sa tuque avec de la broche parce que les coups n’ont pas finis de pleuvoir surtout ceux qu’il réussit à s’auto-administrer.

  3. N’oublions pas que si on prend uniquement le vote des francophones, l’ADQ est quelques pourcents même devant les libéraux (le 27 novembre, on parlait de 18% environ pour l’ADQ versus 16% au PLQ). Alors attendons nous si la tendance se maintient et que Gérard maintient le rythme actuel à ce que les régions de Québec et la Beauce connaissent un ras de marée adéquiste à l’instar des conservateurs au fédéral ainsi que quelques percées dans les autres régions du Québec. Bref de belles surprises pour les élections de 2013 même si bien des choses peuvent changer d’ici là mais certainement pas la popularité du PLQ qui ne pourra que stagner avec ses positions d’éternel statut quo et de gestion banale de petite semaine.

  4. Pingback: lacapitaleblogue.com | La Capitale blogue 12/31/2010

  5. Pour que l’ADQ passe ailleurs qu’à Québec, il devrait commencer à parler du français (ce qu’il ne fait désormais plus jamais) et à ne plus être obsédé par l’anglais à enseigner encore plus et plus tôt que ce que le PLQ voulait (c’est une obsession d’unilingue de Québec, pas de Montréalais qui voit bien l’influence de sa langue française être de moins en moins importante) et ceci contrairement à Mario Dumont qui comprenait bien cela (il recommandait en 2008 de supprimer le cours ECR au primaire et de le remplacer par plus de français). Rappelons que plusieurs études montrent que l’on apprend mieux l’anglais au secondaire avec le même nombre d’heures d’anglais qu’au primaire (on comprend mieux les concepts une fois qu’on comprend bien sa langue et qu’on comprend les notions de grammaire).

Les commentaires sont fermés.