Rétro : Débat sur la République du Plateau

Frédérick Têtu

(Contact via Courriel),

Voici un débat auquel j’ai participé en 2007 sur la République du Plateau.

Publicités

2 réflexions sur “Rétro : Débat sur la République du Plateau

  1. À mon avis vous avez gagné le débat avec votre argumentaire, mais puisque qu’au Québec la victoire du débat va à celui ou celle qui hurle le plus, je dirais mme. Arsenault a hurlé la plus fort.

    Le débat est très dur à analyser, vous êtes toujours interrompus par des rationalisations bidons, pour amener le débat sur l’exception qui confirme la règle. C’est une bonne tactique pour éviter la réalité surtout quand le facteur temps du débat est limité.

    Elle vous demande « qu’est-ce que vous reproché? » Vous dites vos reproches argumentaires sur la gauche, ensuite elle vous reproche d’être méprisant et condescendant et par la suite n’ayant plus d’argument elle dit que vous avez été très paternaliste.

    Ouf!! quel débat d’idée!!

    Quesce qui est plate c’est que ceux qui ont écouté l’émission ne sauront pas rendu compte que le comportement de vos adversaires confirme ce que vous étiez venu débattre à l’émission.

    Ah oui!! et la « menace » que vous avez faite à la fin n’en est pas une c’est un « avertissement » j’ai hâte que Bazzo et Kadir l’apprennent. Au Québec si vous menacez ça peut vous couter votre poste ou vous allez être obligé de vous excuser comme un imbécile, mais si vous répondez que c’est un « avertissement » vous vous sortez du pétrin.

    Très belle performance conte-tenue du contexte!!

  2. Madame Arsenault a dit lors de ce débat, que cela prenait du rêve pour faire un pays. Mais la réalité est que cette opportunité de faire du Québec un pays, les leaders politique de cette option l’ont eux-mêmes bousillés, en ayant des politiques sociale-démocrate très interventionnistes, basé sur un modèle de 1960 devenue caduc et inadapté à nos besoins.
    C’est ce qui a jeté le Québec, dans le gouffre de la dette; le tout assortie à notre peur chronique de développé nos richesses naturel . Ce faisant,ils ont sceller le destin du Québec pour des générations à venir.

    Sauf votre respect Madame Arsenault, faire du Québec un pays ce n’est plus un rêve, mais de l’utopie.

Les commentaires sont fermés.