Le Québec en 2030 : des prévisions inquiétantes

Éric Duhaime

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Publicités

4 réflexions sur “Le Québec en 2030 : des prévisions inquiétantes

  1. La vie n’est plus sacrée!

    http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/nathalieelgrablylevy/archives/2010/11/20101125-035308.html

    Or, toutes les activités humaines produisent du CO2, même le simple fait de respirer. Entre lutter contre les émissions de CO2, et s’attaquer à l’Homme, le glissement est donc facile. D’ailleurs, un nombre grandissant de voix s’élèvent à présent pour dénoncer la surpopulation terrestre et défendre la nécessité d’un contrôle démographique par de multiples moyens, allant de la limitation des naissances à l’avortement forcé, en passant par la stérilisation. Le plus inquiétant, c’est que le contrôle démographique n’est plus appuyé que par quelques marginaux fanatiques, mais bien par des personnes respectées et influentes, dont Bill Gates et David Rockefeller.

    Jusqu’à tout récemment, rien n’était plus sacré que la vie humaine. Partout et par tous, elle était célébrée, défendue et protégée. Aujourd’hui, certains ont réduit l’être humain à un vulgaire parasite dont l’existence menace l’environnement, un cancer à combattre. On disait que la vie n’avait pas de prix. Maintenant, on la mesure à son empreinte carbone.

    Assisterons-nous un jour à des génocides au nom de l’environnement? Qui sait! L’Histoire nous a montré que l’homme est capable du meilleur comme du pire. Voici néanmoins ce qu’on peut lire dans un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA): «L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable». Plutôt inquiétant, non?

  2. Les nouvelles de fin du monde attirent toujours l’attention. Je ne mets pas en cause l’exactitude des chiffres mentionnés. Mais ils ne tiennent pas compte qu’un plan d’élimination de la dette pour revenir au déficit zéro est en marche au Québec. Personne ne met en doute la façon de faire du gouvernement pour y arriver. Il y a aussi le fond des générations qui grossit. Et surtout, les problèmes des pays européens sont dus aux banques. Au Québec et au Canada, nous n’avons aucun problème de ce genre avec les banques. Bref une émission un tantinet « sensationnaliste » mais qui ne donne pas l’heure exacte.

  3. C’est de l’information très claire, très concise et vérifiable. On va devoir cesser de jouer à l’autruche à un moment donné. Les gouvernements, dans la valeur individualiste de ses représentants, ne prennent pas compte du futur. En fait, ils sont prit entre deux feux. La situation alarmante les forceraient à prendre des décisions drastiques, cependant, prendre ces décisions drastiques est synonyme de suicide politique. Quand la pyramide de Ponzi gouvernementale va finalement éclater (la RRQ), elle va laisser tous les travailleurs sous le choc. L’erreur initiale du gouvernement de se mêler et de nationaliser les systèmes de retraite va lui retomber sur le nez.

    Regardez en fait, le système de santé publique, les retraites, les services sociaux sont tous des éléments tirés de mouvements socialistes. Regardez dans le monde, vous remarquerez que la plupart des pays socialistes ont dût changer leur systèmes au complet. Ça a créé un sérieux problème. Pourquoi cela? Margaret Thatcher décrit ça simplement dans ces mots : « Le problème avec le socialisme, c’est que l’argent des autres vient toujours à nous manquer. » Avec le système de retraites, l’argent des autres va manquer, à 1 ou 2 travailleurs pour 1 retraité, ça peut pas fonctionner. En plus, avec la quantité de travailleurs qui deviennent de plus en plus âgé, ça va coûter plus cher pour un système de santé. Dans ce modèle actuel, ça ne peut pas fonctionner. Les concepts d’acheter maintenant et payer plus tard, c’est financièrement nocif. C’est malheureusement à peu près ce qu’ont fait la plupart des gouvernements dans le monde et c’est nous qui allons payer la note. Alors, épargnez-moi les allusions au « sensationnalisme », ces chiffres sont véridiques. Vous devrez seulement sortir votre tête de votre propre postérieur et commencer à réfléchir.

Les commentaires sont fermés.