Les bouées

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Un des sports les plus violents que l’on connaisse, la boxe, m’a toujours attiré. On voit deux personnes dans un ring s’étudier, s’attaquer, se défendre et riposter aux attaques de l’autre pendant 15 longs rounds qui semblent interminables. Une des caractéristiques des grands champions est qu’ils savent reconnaître le moment où leur adversaire est dans les câbles et qu’il faut doubler la cadence. Il faut avoir l’oeil, car si vous ouvrez la machine trop tôt, votre adversaire vous le fera payer cher lorsque vous aurez fini de vous épuiser à tenter de le mettre au tapis. Je pense que j’aime ce sport pour les nombreux parallèles que l’on peut faire avec la politique.

En politique, quand votre adversaire montre des signes de faiblesses ou de fatigue, il ne saigne pas du nez et n’a pas une grosse bosse en plein milieu du front. Par contre, vous savez qu’il aura tendance à se refermer rapidement au débat et il se rabattra sur ses bouées de sauvetage. Ces fameuses bouées sont en général la base de son idéologie politique et sont donc variables, par définition, pour chaque type d’activistes politiques. La raison première de l’existence de ces bouées est que les activistes politiques sont des passionnés, mais des passionnés qui ne peuvent avoir tort! Leur combat, c’est l’argumentation et tel un boxeur, ils vont se défendre jusqu’au « knock-out », quoi qu’il en coûte.

Si vous désirez un jour parvenir à devenir un prédateur redoutable dans l’arène, vous vous devez de bien reconnaître ces bouées de sauvetage pour tous vos adversaires. Traditionnellement, quand vous aurez un péquiste dans les câbles, il vous dira que si on avait le plein contrôle de nos outils politiques, il n’y aurait plus de problème au Québec. La bouée libérale ressemble plus à une cassette édictée par des « spin-doctor » chèrement rémunérés. Vous le voyez ces temps-ci, ils la passent sans arrêt. On se réfugie derrière les enquêtes policières et accuse les autres d’alimenter le cynisme.

Quand c’est un gars de Québec Solidaire qui ne sait plus quoi dire, il vous parlera d’imposition des compagnies privés et des paradis fiscaux. Et quand c’est l’élite médiatique qui se sent menacée, les accusations de populisme et d’anti-intellectualisme ne sont jamais très loin. On le vit présentement avec le Réseau Liberté-Québec et je dois vous dire que ça me fait sourire.

Ne vous inquiétez pas, à droite du spectre politique, nous avons également nos propres bouées. On devra se rabattre parfois sur la « main invisible » du marché pour défendre nos positions. On n’est pas différent des autres, on a besoin de nos bouées, car nous aussi, on déteste perdre!

Mais si vous analysez tout ça, vous vous rendez compte que les bouées sont toujours utilisées par le débatteur lorsqu’il est en position de faiblesse. C’est dire que son adversaire est tout simplement plus fort que lui. C’est probablement ce qui fait que toutes les accusations de populisme que subit le RLQ nous glissent comme de l’eau sur le dos d’un canard. Nous voyons bien que les ténors de la gauche québécoise (Carole Beaulieu, Josée Legault, Marie-France Bazzo…) sentent le tapis leur glisser sous les pieds et qu’ils en sont à leurs dernières munitions. La modèle québécois est tout simplement devenu indéfendable.

Et quand vous avez en face de vous un adversaire qui crie que l’arbitre est stupide et que vous n’êtes qu’un imbécile qui ne mérite pas de l’affronter, vous pouvez vous dire, tout bonnement dans votre tête, que cet adversaire est peut-être rendu au bout du rouleau et qu’il devrait peut-être accrocher les gants. Comme on dit, vaut mieux se retirer dans l’honneur et la gloire que dans la décadence la plus folle. Parlez-en à Gilles Taillon!

Advertisements

63 réflexions sur “Les bouées

    • C’est un parallèle intéressant entre deux arènes, mais dans l’arène politique, il y a parfois simultanément plus d’un combattant. Il y a aussi l’arbitre (le scrutin) et la foule (les électeurs, dont certains ont payé leur ticket -on les appelle parfois des contribuables- tandis que 40% sont entrées gratos, sur le bras de l’autre 60%, mais ils gueulent souvent très fort contre le combattant qui a le dessus, celui au pouvoir).

      Depuis le 23 octobre je pense avoir identifié une « bouée » du RLQ qui n’en est pas vraiment une: le soin que certains d’entre vous prenez à vous identifier publiquement à une droite uniquement économique, une droite épurée, surtout pas morale et encore moins religieuse. Craignez-vous que l’on vous associe à une quelconque droite morale américaine, intransigeante, trop musclée et trop campée dans des principes auxquels vous seriez prêts à adhérer mais que vous craignez mal perçus par la go-gauche que vous tentez de rallier à votre cause? Y aurait-il une bonne droite, la vôtre, la droite « économique » , celle qui convient au recrutement de nouveaux adeptes, et une mauvaise droite, celle de ceux qui affichent et défendent trop leurs principes? Un homme de véritable droite est aussi suffisamment intègre pour s’affirmer courageusement comme tel et non pas du bout des lèvres préciser qu’on ne doit surtout pas l’associer à des extrémistes qui font sauter des bombes devant des cliniques d’avortement. Et si au Réseau Liberté-Québec on exclut la possibilité d’ouvrir des questions morales sous prétexte qu’elles ont déjà été réglées par l’état, je me demande alors quel sens on donne au mot « liberté ». Nos voisins du sud ont deux mots pour ça: Liberty et Freedom, et la droite américaine les reflète et les mérite très bien. C’est une droite ferme et courageuse. Bien sûr il y a aussi , comme à gauche, des fous, des extrémistes.

      Je suis pour une droite franche, entière et totale. Une droite intègre. Je n’aime pas une droite sélective, partielle, timorée, tiède, émincée et surtout craintive des foudres morales gauchistes. La gauche s’assume tandis que la droite s’affirme.

      J’ai bien peur que le boxeur du RLQ ait peur de choquer à la fois son adversaire et la foule et craigne de s’affirmer par des coups trop francs, trop directs… alors il « s’assumera » et n’assènera que de petits coups de moumoune à son adversaire, des coups exclusivement « économiques » et il recevra un bon uppercut de la gauche, puis se retrouvera vite au tapis. Il avait compté sur une unique bouée, la bouée économique, qui s’est dégonflée et avec laquelle il a coulé.

      • Réponse courte: La droite morale et la droite économique, ce n’est justement pas la même chose. On ne peut les mettre dans le même panier. Il y a des gens de droite économique qui sont des libéraux quand il vient le temps de parler de moralité et d’autres qui sont conservateurs. Même chose chez la gauche économique.

        • Il n’y a qu’une seule droite dont les valeurs ne concernent pas que l’économie, mais bien davantage. Le courage, le travail acharné, le désir du dépassement de soi sont le propre de la droite. Et des standards intellectuels aussi bien que moraux élevées, exigeants, sont aussi le propre de la droite. Parler de droite religieuse est un pléonasme, les valeurs judéo-chrétiennes étant généralement absentes de la gauche. Cette gauche agit d’ailleurs souvent en contradiction avec les valeurs qu’elle prêche et dont elle prétend détenir le monopole, comme la compassion et la protection de l’environnement par exemple.

        • Bush était pourtant de droite morale et a agi souvent à gauche économiquement. Ron Paul est de droite économique, mais un exemple de liberal quand vient le temps de parler de morale.

          Mais bon, je vous laisse vos histoires.

  1. Pingback: Tweets that mention Les bouées « Les analystes -- Topsy.com

  2. Il y as chez les péquistes le fameux modele Suedois des années 80 qui eux ont eu le courage de faire un ménage dans leurs finances ces dernier temp.
    Et chez les bloquistes la fameuse phrase qui tue  »ca ne représente pas les valeurs Québecoises »

  3. En rapport au modèle Suédois, il y a-t-il quelqu’un qui peut me référer des documents qui peuvent me renseigner sur le dit modèle.
    Merci d’avance de votre prompte réponse.

  4. Je me pose la question suivante,
    pourquoi les plus grande oppositions a la droite viennent presque toujours d’émission de réseau financer par nos fonds ,(télé -quebec, radio-canada,)ils se servent de nos sous pour passer leur idées,,,peut-on nous financés pour nos opinions ?

  5. Ben franchement, quand j’ai lu la chronique de Pierre Foglia, j’ai souri.

    Premièrement, si ça se retourne contre lui, il va se mettre à utiliser sa propre bouée qu’il s’est confectionné: il va prétendre que son billet était ironique et qu’il ne fallait pas le prendre au pied de la lettre, et que nous sommes imbéciles (cette fois là pour de vrai) parce qu’on y a cru.

    Une vieille tactique à la Foglia, ça ne m’étonnerait pas qu’il la sorte, celle-là.

    Autre chose, j’hésite à le dire mais…comme il évoque son passé et son association avec le Plateau, moi aussi ça m’a replongé dans le passé, du temps où je fréquentais l’école secondaire.

    Ça ne m’étonne pas qu’il s’associe à la gauche de Plateau…Vous savez cette gauche caviar tout en discours. Celle qui crie haut et fort les injustices sociales…tout en envoyant ses enfants à l’école privée.

    Ouaip! Le vernis hypocrite de la gauche caviar commence à être pas mal usé.

  6. 1) Les crises économiques, spécialement la dernière, a été créée par des politiques de droite. Ce que nous savons faux, mais répété et répété encore.

    2) La droite veut abandonner les plus pauvres de la société.

    3) La droite veut mettre du monde au chômage.

  7. Tant qu’à être dans la boxe on va rester dedans.

    Si je comprends bien votre texte vous semblez dire que le RLQ est le plus fort! Plus que qui ? Plus fort que quoi ? Je vais reprendre votre analogie à la boxe.

    Vous devez savoir qu’il y a le tournoi des Super Six sur Showtime, http://sports.sho.com/world-boxing-classic.html (en anglais seulement). À l’Assemblée Nationale, il y a le Super Quatre ou Cinq. Le PQ, le PLQ, l’ADQ, Québec Solidaire et des indépendants. Autour il y a des boxeurs semi-pro, l’Alliance sociale, qui représentent des membres que vous aimiez ça ou non (on appelle ça la réalité).

    Ce sont eux qui sont dans l’arène de boxe, qui se sont entrainés et qui s’entrainent encore de longues heures pour recevoir et donner des coups. Pour aller au plancher et se relever, pour continuer même quand il ne semble plus y avoir d’espoir parce qu’ils ont des convictions qu’ils sont prêt à défendre corps et âmes. Il y a aussi ceux qui ont décidé de prendre du recul de la boxe politique, les Facal, Legault, Parizeau et autres. Ne vous détrompez pas, eux aussi sont des boxeurs. Ce sont eux qui souffrent et qui ont souffert pour nous, qui vont aller au tapis et vont se relever.

    Confortablement assis dans notre salon avec notre télécommande, notre bière et nos chips ou autour du ring (ring side), il y a le RLQ, Marie-France Bazzo, les journalistes politiques et les citoyens, naturellement ça m’inclus moi aussi! Pour la plupart des GÉRANTS D’ESTRADES. Des gérants d’estrades qui ne suent pas à grosses goûtent à l’entrainement, pendant les combats et qui n’ont jamais à mettre le genou par terre parce que l’adversaire vient de vous donner un coup au corps qui vous a fait complètement perdre le souffle. Des gérants d’estrades dont la seule sueur qu’ils produisent est à force de crier « RELÈVE TOI TU ES CAPABLE, MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUS T’ES DONC BEN CON, FRAPPE, FRAPPE ENCORE PLUS FORT, TUEEEEE-LEEEE ».

    Vous écrivez ; « C’est probablement ce qui fait que toutes les accusations de populisme que subit le RLQ nous glissent comme de l’eau sur le dos d’un canard. », alors pourquoi depuis le rassemblement du RLQ on entend seulement le RLQ se plaindre du traitement qu’il reçoit ? Alors pourquoi toujours jouer la victime ?

    La vérité c’est que vous êtes seulement un gérant d’estrades et que vous avez la chienne de monter sur le ring. Je ne crois pas que vous soyez aussi fort que vous semblez le dire. L’assurance que le RLQ essaie de démontrer, démontre plutôt de la peur. Vous commencez à sentir que les coups sont pas mal plus solides que vous ne l’aviez imaginé assis dans votre salon avec la télécommande. Vous commencez à savoir qu’il y a les PROS et les GÉRANTS D’ESTRADES.

    Alors vous avez deux choix, soit vous vous entrainés pour devenir un pro et vous sautez dans le ring ou vous commentez les combats comme un gérant d’estrade que vous êtes.

    Mais surtout, de grâce, ARRÊTÉS DE VOUS PLAINDRE.

    Sylvain Plourde

    • Bonjour je veux manifester mon opinion sur votre billet. Le Rlq veut être à mon avis un groupe de pression comme tous les autre groupes de pression afin d’être la voix de ceux qui n’ont pas de représentant comme moi. Je suis content moi que le RLQ soit né car je ne me reconnaissait pas dans aucuns parti politique ni aucuns groupe de pression. Maintenant je suis représenté, quelqu’un exprime ce que je pense.

      • Comprenez-moi bien, je +rien contre le RLQ. Moi non plus je ne me reconnais dans aucun parti. Je ne me considère ni de droite ni de gauche.

        Cependant, si le RLQ veut brasser des idées ce ne sont pas des textes comme ceux de Ian Sénéchal, de Jacques Brassard, d’Éric Duhaime ou de mme. Marcotte qui vont y arriver.

        Il n’y a absolument aucune idée, que du chiâlage sur le traitement médiatique. Une perte de temps monumentale.

        Pour brasser des idées il faut en voir, pour le moment je ne vois rien!!

        • Si vous ne voyez pas d’idées dans ce qu’écrivent Joanne et Éric, que je lis le plus souvent dans les 4 que vous avez nommé, c’est que… Je ne sais trop. Vous faites de la lecture sélective?

          Aussi, ce serait une erreur de se taire sur le biais gauchiste et interventionniste qui règne au Québec depuis trop longtemps. Parce qu’on sait que ce qui sera proposé va être attaqué par cette gauche médiatique. Si au moins les gens sont au courant en avance de leur biais… C’est pas tout le monde qui est honnête sur ses positions comme Le Devoir.

    • Très bon texte Ian !

      @ Sylvain Plourde:

      Les GÉRANTS D’ESTRADES c’est tous ceux que vous décrivez, sauf les payeurs de taxes, les électeurs, le « peuple », ect.

      -Tous ces gérants gèrent NOS sous (ou discutent de nos sous et nos vies).
      -Tous ces gérants sont des ÉLUS, pas des dictateurs.
      -Tous ces gérants doivent protéger NOS DROITS.
      -Tous ces gérants doivent protéger la DÉMOCRATIE.
      -Etc.

      Voilà.

      • Tout ce que je demandes c’est de débattre d’idée pas de couverture médiatique. LE RLQ tombe dans le panneau de tous les groupes de pressions et ils perdent de la crédibilité.

        Ils se doivent d’être au dessus de tout ça et de promovoir des idées. Les membres du RLQ disent qu’ils ont des idées, qu’ils les partagent…

  8. Vous avez bien raison concernant toutes les bouées mentionnées, mais je vous trouve pas mal avare concernant les vôtres, disons ici celles du RLQ.

    J’ajouterais à vos bouées votre victimisation constante, voulant qu’on entend que la gauche dans les médias (c’est faux) et que vous êtes des êtres grandement opprimés (on a déjà vu pire comme victime du communisme stalinien). Dès que les médias vous donne une tribune, vous vous en servez pour planter la gauche plutôt que de promouvoir vos idées (qu’elles sont-elles au juste? Précisément?). La liste des défauts de la gauche, on la connaît, on la vit à tout les jours! Parlez-nous de vos idées, pas celles des autres!!!

    Une chose m’irrite grandement aussi dans votre discours ces dernier temps, c’est qu’il tient de la pensée magique (comme celui de la gauche, soit dis en passant). Penser que couper partout et réduire les impôts va régler tout les problèmes (et amener la paix dans le monde un coup parti?) et que tout l’activité privée est dirigée par des anges (l’inverse est tout aussi faux)…

    Et vous me faites rire avec vos « liberté individuelles ». Laisser les gens décider pour eux-mêmes revient à laisser des enfants de 3 ans décider pour eux-même. Désolé, mais on naît pas intelligent et éduqué. Les gens ont peur du terrorisme alors qu’ils ont 1000 fois plus de chance de mourir du cancer ou d’obésité mais ils mangent comme des porcs car ils sont liiiiibre. Ils vivent en banlieue alors qu’ils travaillent en ville, mais ils sont les premiers à chialer contre les congestions. Ils achètent de grosses voitures avec de l’argent qu’ils n’ont même pas et viennent ensuite se plaindre du prix de l’essence. Bref les exemples sont nombreux.

    • Vous avez raison vos mieux prélever des impôts sinon les drogués vont tout dépenser leur argent dans la drogue? Aumoin en payant des impôts ils auront un fond de pension et pourront s’acheter de la drogue j’usqu’à leur mort.

      J’aime aussi le prélèvement automatique de la paye de vacances, je crois que cette mesure a été instauré parce que les gars Hydro- Québec allaient flauber leur paye dans les machines à cènes et ils étaient à sec pour traverser leur vacances. Mesure excellente si une compagnie fait faillite et que le syndic de faillite à la caisse vide et bien la paye de vacances vous vous la mettez ou je pense, Mais Le gars d’Hydro est pas à sec pendant c’est vacances.

      Bref protégeons toutes les personnes sans jugement contre l’appovrissement!!!

    • Je suis d’accord avec votre commentaire, sauf pour le dernier paragraphe. Si la majorité des gens est  »imbécile », n’est-il pas injuste pour les gens brillants d’être contraint à vivre dans une démocratie où les élections sont constituées de votes d’imbéciles? En réduisant l’importance de l’État et en redonnant les libertés aux individus, ceux-ci se verront obligés de se prendre en main et de devenir plus matures. S’ils ne se prennent pas en main, c’est la faillite et ils devront vivre selon leurs moyens. De plus, les gens  »intelligents » n’auront plus à subir les choix de ces imbéciles.

      Les libertés individuelles s’accompagnent de responsabilités individuelles.

  9. La CSN (prennons cet exemple), qui a des membres de force, ne les représente pas et ne leur demande jamais leur opinion. Alors les dirigeants de la CSN ne parlent qu’en leurs noms personnels.

    De plus, sans les « gérants d’estrade » comme Bazzo et cie, la CSN a pas mal moins de pouvoir. Ce que la CSN ne veut pas, c’est que le RLQ soit dans le même ring qu’eux.

    Et les boxeurs ne devraient jamais oublier que, sans les millions de gérants d’estrade, ils se battraient dans l’anonymat et ils devraient payer leur ring, leurs gants, leur gymnase, etc.

  10. Sylvain n’est pas de bonne humeur. Il n,a pas lu les bons commentaires sur le traitement médiatique du rassemblement du 23 octobre. A part quelques un, la majorité ont été réalistes comme évalutation. Là par contre, l’alliance des grandes centrales syndicales se doit d’être dénoncer. Leur financement ne servent pas à partir en guerre contre des citoyens du Québec. Wo minute !

  11. @DooM

    Ou avez-vous vu que la crise économique n’a pas été créé par la droite ? J’aimerais bien voir ça. C’est assez clair que la déréglementation à outrance a causé cette crise et que c’est la classe ouvrière au USA qui a chèrement payé pour.

    Les agissements sauvage des banques et compagnies de cartes de crédit étaient seulement la culmination du laisser aller de l’administration BUSH qui a permis à ces compagnies d’avoir un apétit de plus en plus grand pour litéralement fourrer les travailleurs.

    Sylvain Plourde

    • Assez clair? Vous pouvez le prouver? De quelles déréglementations exactement parlez-vous? Concrètement?

      La crise économique a été causée par un programe interventionniste d’accès à la propriété sous le président Clinton. On a forcé les banques, avec la participation des bras étatiques de Freddie Mac et Fannie Mae, à accorder des hypothèques à des gens qui n’avaient pas les moyens de les payer.

      Ça a créé une forte hausse de la demande dans le marché de l’habitation de plusieurs États, spécialement ceux déjà en croissance de population comme la Floride et s’en est suivie la bulle des valeurs mobilières qui a finit par péter.

      Sans cette volonté de l’État, il n’y aurait pas eu de bulle ou de crise.

      • Juste AIG 185 milliards. Allez sur se site http://www.nytimes.com/packages/html/national/200904_CREDITCRISIS/recipients.html, vous verez la liste des compagnie qui ont reçu des milliards. C’est une vielle liste.

        GM et Chrysler ne sont pas des banques. Bush a eu 8 ans pour changer les choses.

        Il a été prouvé que Lehman Brothers et Goldman Sach ont fraudé leurs clients en misant sur leurs insolvabilité..

        C’est à cause de cette crise que le gouvernement américain ne veut plus de méga banques qui offre tous les services financiers. Le papier commercial, les marchés financiers ont créé un produit que personne ne pouvait comprendre, ils savaient très bien que cette bulle exploserait mais ils ont préféré laisser aller, faire du cash vite et collecte l’argent du « bailout » pour continuer à fourrer les travailleurs en augmentant de façon sauvage les taux d’intérêts sur leurs cartes de crédits.

        Quand Obama a présenté son projet de loi pour réglementer Wall Street et les banques les républicain ont crié que le système bancaire serait détruit…le même système bancaire que eux-même avait détruit. Avez-vous une idée de la quantité de famille qui ont tout perdu?

        • Euh… De quoi vous parlez exactement?

          On parlait des causes de la crises, vous me parlez des solutions étatistes, keynesiennes qui ont été implantées. C’est ça les bailout, pas les raisons de la dernière crise, mais plutôt de la prochaine possiblement.

          1) Parce que les États se sont surendettés.
          2) Parce qu’on n’a pas laissé mourir les compagnies inefficaces et envoyé un message que l’État peut vous sauver si vous merdez.

          Tout ce que vous décrivez, c’est les résultats de ce que je vous ai expliqué plus haut. La cause de la crise demeure l’implication de l’État dans le marché hypothécaire.

          Aussi, Bush n’a pas agi à droite, désolé. Il a été un des présidents les plus dépensiers, même excluant les guerres en Irak et en Afghanistan. http://www.cyberpresse.ca/place-publique/opinions/la-presse/200901/16/01-818153-lheritage-socialiste-de-bush.php

          Et il ne faut quand même pas oublier une chose: Personne n’a forcé personne à prendre une hypothèque ou une 2e hypothèque. Les Américains qui ont « tout perdu » ont en fait perdu ce qu’ils n’auraient jamais dû avoir en premier lieu et qu’on ne leur aurait jamais accordé sans l’intervention de l’État.

  12. @Jacques

    C’est pas que je ne suis pas content. Je trouve dommage qu »un regroupement comme le RLQ qui prétend vouloir faire les choses différemment passe sont temps à utiliser tous les médias possible pour se plaindre du traitement supposémment injuste dont il est victime.

    Si le RLQ veux vraiment provoquer un débat et proposer de nouvelles idées, ce qui n’est pas encore arrivé, que le RLQ le fasse. Ce qui va arriver c’est que plus personne va lire les nouvelles du RLQ puisque l’on va savoir d’avance que ça va être un exercice de victimisation.

    On peux-tu s’attendre de lire des propositions sérieuses que l’on pourrait débatre plutôt que de savoir le père de qui est le plus fort!!

    Sylvain Plourde

  13. Contrairement aux dires d’Extrême-centre, il faudrait peut-être que celui-ci fasse la différence entre « chiâler » et répéter « les désinformations » constantes qui se font à l’endroit de la droite tout en faisant les CORRECTIONS NÉCESSAIRES…

    L’utilisation de la peur pour fin politique a toujours été l’arme favorite de certains politiciens; Chrétien l’a utilisé à maintes reprises contre « les séparatisses/souverainistes etc. ».

    Aujourd’hui, le soulier se retrouve nul part ailleurs QUE CHEZ ces mêmes « séparatistes/souverainistes etc. ». J’admire l’originalité (hic…) de ces derniers (??!!)

    Ne nous leurrons pas et reconnaissons simplement que c’est une méthode qui fut « très » efficace dans le passé et continu de l’être aujourd’hui auprès de certaines gens. Mais, c’est une méthode qui devient de plus en plus « vieux jeux!… »

    RIEN DE MIEUX que de faire croire aux gens qu’ils perdront EX.: leur pension, leur services de santé etc.etc. s’ils élisaient quelqu’un de la droite (si seulement il existait un Parti de droite); dans le passé, cette même propagande par les Libéraux de Jean Chrétien et cos., répétait exactement ce même message ET CE, dans exactement les mêmes mots …

    Personnellement, j’ose espérer que les plus jeunes générations ONT BIEN APPRIENT leurs leçons d’histoire, « LA VRAIE » et non pas seulement « le révisionnisme » des nationalistes (sécessionnistes) ?!…

    Reconnaissons également, que si dans un avenir rapproché, un Parti de droite se faisait élire au Qc et que le ‘dégraissage’ se faisait, il est certains que PLUSIEURS de ces ‘propagandistes professionnels’ perdraient des revenus – je pense entre autre, les Syndicats qui EUX, perdraient ÉNORMÉMENT de revenus et « pourraient » devoir ENCAISSER « leurs placements/investissements » :PPPPPPPPPPP

    • Vous oubliez d’ajouter le RLQ dans les groupes qui utilisent la peur. J’aimerais juste qu’on arrête toutes ces conneries et qu’on passe aux idées.

      Pour le moment, le RLQ n’a rien proposé de concrets. Juste de veilles idées reprise à droite et à gauche.

      Si le PQ est un parti aussi à gauche que vous croyez, sachez que le PQ est le parti qui a posé le geste le plus à droite que vous puissiez imaginé il y a de ça 30 ans. Vous pouvez vous plaindre des syndicats et des salaires supposément trop élevé des fonctionnaire mais si ce n’était pas du PQ il y a 30 ans serait encore pire…

      • Le PQ a agi à droite… Comment? En coupant dans les salaires des employés de la fonction publique parce qu’on avait trop dépensé avec l’étatisation galopante?

        Le PQ, comme la gauche en Grèce, n’a pas eu le choix. C’est tout. C’était le résultat de leur étatisme passé.

        Ont-ils coupé des programmes? Des fonctionnaires? Privatisé quoique ce soit? Non! Ils ont dit à tout le monde de se serrer la ceinture temporairement parce que les coffres étaient vides.

        Vous dites que c’est du vide que de parler de réduction de la taille de l’État, qu’on en parle depuis longtemps (mais qui n’arrive pourtant jamais), mais vous ne semblez même pas comprendre que c’est la base de ce qui différencie la gauche et la droite.

        Et j’ajouterais même qu’il ne faut pas parler de coupures temporaires comme Bouchard a fait! Bouchard a mis des gens à la retraite pour les remplacer quelques années plus tard par des plus jeunes. Il y avait dans le discours du déficit 0, une grosse place au fait qu’on devait faire place aux plus jeunes. Ça a créé des pénuries pourquoi? Parce que les structures sont demeurées EXACTEMENT les mêmes. On en a ajouté en plus!!!

        C’est pas des coupures sporadiques, contextuelles et temporaires qui font des gouvernements de droite. Ce n’est que pelleter l’étatisme par en avant.

        • Je n’ai jamais dit que le PQ était de droite.

          Donnez-moi l’exemple d’un seul politicien au Québec qui a coupé le salaire d’un fonctionnaire de 20%, d’un coup autre que Parizeau ? Admettez quand même que ça prenait des couilles et qu’en plus le PQ a été réélu ensuite si ma mémoire est bonne.

          Coupure temporaire de Bouchard. Après 10 ans, on le tient encore responsable de l’attente dans les urgences!

          Regardez le fédéral, Pétro Canada a été privatisé et maintenant on s’apperçoit que ça été une erreur.

          Mais oubliez la droite et la gauche pour un instant. Ce n’est pas important parce que ni un ni l’autre n’arrivera à quoi que ce soit. Dans les deux cas on ne parle que d’argent alors que le problème n’est pas là du tout.

          La seule façon d’arriver à quelque chose c’est d’avoir un plan sur 200 ans minimum. Sinon oubliez ça droite gauche c’est du pareil au même. Ragardez dans le monde tout est là.

          Autant de la droite ou la gauche on ne va pas continuer à refaire ce que l’on sait qui ne fonctionnera pas. Pourtant c’est ce qui est fait. Croyez-vous que le monde est né à gauche. Croyez-vous que quelqu’un c’est levé un matin et c’est dit bon un petit virage à gauche ça ferait du bien.

          Je crois qu’il serait utile pour tout le monde, drotier ou gaucher, de regarder l’histoire et comprendre pourquoi les mouvements de gauche sont apparus. Vous verrez que dans bien des cas c’est pour corriger des injustices et des abus.

          Ce n’est même pas une question de droite ou gauche, ça prend quelqu’un qui a une vision de l’avenir et qui est prêt à faie ce qu’il faut pour y arriver, comme Parizeau, Bourassa, Lévesque, Castonguay, Lesage et bien d’autres.

          Sylvain Plourde

      • Vous parlez beaucoup d’idées mais semblez n’en avoir aucune. Il serait temps de mettre les vôtres de l’avant. Jusqu’à maintenant vous n’avez fait que chialer contre le RLQ.

        • Des idées oui j’en ai mais elle ne vous plairont probablement pas.

          Premièrement, oubliez de rembourser la dette à court terme. Il y a trop à faire pour rendre le Québec un force économique. Il faut même envisager augmenter la dette mais intelligemment.

          Nationaliser le plus de richesse naturel possible. Les gaz de schiste (c’est à la mode), l’eau, pétrole si on en trouve. Maximiser notre utilisation de l’électricité dans les transports. Est-ce que vous comprenez-vous qu’au Québec on ne soit pas foutu d’avoir un seul autobus électrique et que des villes comme Vancouver, Toronto, San Francisco en ont ?

          Nous importons pour environ 14 milliard$ de pétrole par année. On produit de l’électicité, utilisons la! Plutot que d’envoyer l’argent à l’extérieur du Québec gardons le ici. Il y justement 2 ingénieurs qui ont proposé un train électique entre Montréal et Québec.

          Devenir la référence mondiale de la recherche médicale, la population vielli, à mon avis ça devrait être un créneau pas trop pire à long terme.

          Diminuer l’immigration à court terme pour permettre une meilleure intégration des immigrants déjà ici. Assurons-nous que lorsqu’un immigrant arrivera ici on puisse lui donner du travail et qu’on est pas beoin d’attendre une à deux générations pour qu’ils deviennent un atout pour la société. Nous recevons très mal nos immigrants. (S.v.p, dites-moi pas que je suis raciste ou contre l’immigration, je considère que de continuer à recevoir des immigrants quand tu ne peux pas les faire travailler est une forme de racisme)

          Favoriser la natalité. Nous devons absolument augmenter le taux de natalité autour de 2,5 enfants par famille. Pour maintenir un population ça prend 2,1. Nous ne pouvons pas compter seulement sur l’immigration pour toujours. C’est comme ça que nous arriverons à rembourser la dette.

          Faire une réforme complète du système d’éducation, pas en coupant des postes mais en utilisant les milliers de fonctionnaires pour donner des services aux enfants. Je crois que c’est Lucien Francoeur qui avait fait cette proposition que je trouve assez intéressante. Rendre toutes les écoles français-anglais, Julius Grey avait fait cette proposition. 80-20 ou 75-25. Éliminer le décrochage scolaire comme la Finlande le fait. Augmenter le niveau d’éducation.

          J’en ai pour longtemps à décrire des idées. La différence entre ce que je propose et ce que la droite et la gauche propose c’est le temps. Si nous voulons être prospère et partager la richesse nous n’avons pas le choix de viser pour le long terme et de faire en sorte que le Quéec devienne la province #1 au Canada.

          Sylvain Plourde

  14. Je viens d’écrire mes commentaires à La Presse. C’est la première fois de toute ma vie que j’envoie un lettre de commentaire à un journal (j’ai 34 ans).

    En lisant la chronique de Mr. Foglia du 13 novembre, je me suis rendu compte de quelque chose. Ceux qui s’autoproclament « de gauche » au Québec, qu’ils soient la « clique du Plateau » ou non, ne représentent que le status quo qui a peur du changement. L’article de Foglia n’apporte absolument aucun argument et aucune idée. Il ne fait que dénigrer un mouvement de rationalisme qui est représenté par des gens intelligents qui prônent moins d’intervention de l’état, plus de liberté économique et plus de liberté individuelle. Dans la presse québécoise, on préfère parler de ce mouvement comme une « dangereuse montée de l’extrême droite, » puisque que ce terme « droite » est tant associé dans l’imaginaire des gens au racisme, voire même au fascisme et l’extrémisme religieux.

    De dire que « la droite est au pouvoir » partout dans le monde sauf au Brésil, au Venezuela, à Cuba, au Manitoba et en Nouvelle Écosse (…) Corée du Nord et sur le Plateau… » est un aveu peu flatteur.

    Le Cuba, Venezuela et la Corée se classant au dernier rang mondial en ce qui à trait à la liberté individuelle, à la transparence et la corruption, aux respects des droits de l’homme et même en richesse nationale par habita (PPA). Sur le même index, le Brésil ne se classe pas tellement mieux.

    Qu’est-ce que Foglia a tant à envier à ces pays, j’aimerais savoir ?

    Et de dire que la droite domine le monde est une autre fumisterie. Si l’on définie la droite comme étant: moins d’état, moins de taxes, plus de responsabilité individuelle et économique, on peut constater que dans plupart des pays du monde la tendance est plutôt dans le sens contraire, malgré le bruit que font ces « extrémistes » de la droite que Foglia se plait à dénoncer avec tant de hargne.

    La chronique de Foglia, ce n’est que le cri de cœur d’un mouvement qui est à court de souffle. C’est facile de lire entre les lignes et de voir que la gauche du Québec, c’est la status quo d’une philosophie moribonde qui n’a pas de nouvelles idées à apporter et qui est à court d’arguments.

    • J’peux-tu être écoeuré de l’entendre celle-là « Si l’on définie la droite comme étant: moins d’état, moins de taxes, plus de responsabilité individuelle et économique ». Ça veut RIEN dire, RIEN du tout. Soyez concrêt. Vous reprocher à Foglia de ne pas avoir d’idée et vous écrivez de la même façon.

      Concrêtement ça veux dire quoi « moins d’état, moins de taxes, plus de responsabilité individuelle et économique » ?

      Sylvain Plourde

      • Ça veut dire, on privatise les sociétés d’État, on vend une parti du système de santé au privé, on démantèle les commissions scolaires, on enlève les prix plancher, on élimine les subventions aux artistes, on élimine les centrales syndicales, etc. Et on réduit, par la bande, les taxes et les impôts. (voilà pour le moins d’impôts, moins de taxes)

        Le but est de remettre l’argent dans la poche des citoyens pour qu’ils puissent eux-mêmes choisir ce qu’ils font de leur argent. S’ils sont trop négligents pour se payer l’assurance médicament ou santé par eux-mêmes, c’est leur problème. (voilà pour les responsabilités)

        Le développement culturel, social et économique du Québec devient donc l’addition des milliers de choix individuels plutôt que le choix de l’État.

        On peut prendre l’exemple de la Suède. Voici un vidéo (en anglais) démontrant de façon simpliste l’idéologie de la droite économique:

        • LOL. Vous coryez vraiment que ce vidéo prouve quoi que ce soit. Environ à 1:39 lorsque la demoiselle dit : « In 1970 things started to go wrong and the Swidish economy began to lag other rich nation the government began to give subsidies… », pourquoi est-ce que ça commencé à aller mal ? Les règles qui ont été mis en place, j’imagine que c’est pour le plaisir ou pour contrer des abus ? La grande majorité des règles sont mises en places pour contrer des abus, pas pour le plaisir.

          Pourquoi est-ce qu’il n’y a pas une explication des raisons que le pays c’est retrouvé dans le début des années 1970. Que c’est-il passé en 60-65-70!! Ce vidéo ressemble beaucoup à de la propagande!! De plus, la Suède est un pays et non une province, donc toutes comparaisons ne tiennent pas la route.

          Pour revenir à vos solutions, en combien de temps voulez-vous faire ça ? Parce que je voudrais juste vous rappeler que 40% de la population ne paient pas d’impôts, 3% declarent 100 000$ et plus donc 57% sont entre les deux. J’allais oublier la population viellie et le taux de décrochage est de 35% chez les garçons, donc le 40% ne va pas diminuer, et le 57% ne va pas augmenter. Juste vous rappeller qu’il y a quelques années c’est 5% qui déclaraient 100 000$ et plus! La tendance est simple à détecter et l’effet des solutions que vous proposez aussi.

          Quand je dis que j’attends toujours les idées c’est de ça que je parle, la RÉALITÉ. Toutes les solutions que la droite propose ne tient pas du tout compte de la réalité.

          Arrivé avec de vraies solutions bien détaillés qui tiennent compte de la réalité et là on parlera.

          Sylvain Plourde

        • @ Sylvain Plourde:

          Solutions?

          En voici une:

          Rendre TOUS les programmes étatiques non-obligatoires et les garder UNIQUEMENT pour les plus démunis.
          ;-)

          C’est « chocial-démocrate » et efficace.
          ;-)

          p.s.
          Nous sommes plusieurs ici à vous donner des solutions et vous n’êtes jamais content. Que voulez-vous exactement? Que nous écrivions les projets de lois?

          Ok:

          Loi 1 :

          « TOUS les programmes étatiques sont dorénavant non-obligatoires et seront accessibles UNIQUEMENT pour les plus démunis. »

          ;-)

  15. Gilles Taillon s’est retiré dans l’honneur et la gloire?? Dites plutôt qu’il nous a fait dans les mains. Son départ précipité fait encore mal. Depuis le parti est en mode survie avec une recrue inefficace aux commandes.
    Taillon au fait est complètement disparu de la sphère publique, je me demande ce qui lui arrive. Je serais curieux de l’entendre sur les récents développements (RLQ, mouvement Legault) et nous donner une évaluation de la performance de Gérard 6% Deltell.

  16. En tout cas, c’était vraiment tragicomique d’entendre les pseudos-intellectuels invités à Bazzo.tv se conforter dans leurs propres mythes-bouées.

    Message à Mme Legault: en ce qui me concerne, vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude à propos du succès conjoncturel de l’ADQ. Premièrement, même si je n’ai pas voté pour le PQ, il y aurait eu plus de chance que mon vote penche de ce côté avec M. Boisclair comme chef plutôt que Mme Marois. Deuxièmement, les accomodements raisonnables, personnellement, je m’en tape complètement. Je trouve très vicieux les insinuations de Mme Legault, à savoir que ceux qui se sont présentés à la première réunion du RLQ étaient des hommes BLANCS. Ben oui, elle a cru bon de semer cette petite graine, cette bouée comme quoi il y aurait peut-être un petit côté raciste…C’est qu’elle est vraiment douée pour nous amener là où elle veut, cette Mme Legault! Une suggestion pour le RLQ: si vous pouviez inviter quelques conférenciers autres que québécois ou canadiens anglais lors de votre prochaine réunion, ce serait vraiment un bon uppercut dans le visage de l’adversaire…

    Autre chose vraiment hilarante: Mme Legault pense nous faire une grande révélation en décrétant que M. Harper est un intellectuel! Eh ben…. C’est drôle, dans mon cas, elle ne m’a absolument rien appris. C’est vrai que je ne me borne pas à lire le Devoir. Sans ça, c’est vrai que je ne l’aurais peut-être pas su. D’ailleurs, les autres personnes présentes à l’émission n’avaient pas l’air de tomber des nues plus qu’il n’en faut…Mais Miss Démagogie en personne nous préparait une nouvelle bouée très intéressante avec ce prétendu secret révélé: c’est que M. Harper nous le cache qu’il est un intellectuel!! Voyez-vous, le populisme c’est ça: les démons de la droite ne sont pas aussi épais, rustres et barbares qu’ils veulent bien nous le montrer. Au fond, ils sont intelligents mais ils le cachent pour pouvoir s’abaisser suffisamment pour atteindre le peuple. Ainsi, ils simplifient leurs messages au maximum pour que le peuple puisse comprendre!

    C’est là qu’on voit la haute estime que la gauche caviar porte au monde ordinaire.

    Si j’étais Gilbert Rozon, je prendrais des notes. Il y a vraiment des humoristes talentueux qui s’ignorent.

    • Mais au lieu de répondre aux attaques par des attaques apporter des idées. Dites ce que vous feriez de mieux et les résultats que vous obtiendriez.

      Pas des idées complètements vides que l’on a entendu jusqu’à maintenant comme réduire l’état (en passant j’en entends parler depuis plus de 30 ans de réduire l’état, le seul qui l’a fait ces Parizeau en 80) couper le BS, réduire les impôts, privatiser la santé, pourquoi pas l’éducation aussi.

      Non pas toutes ces conneries, des IDÉES avec les résultats. Qu’allez-vous faire avec les réalités avec lesquelles le Québec doit composer ? Comment allez-vous réduire les risques de dérapages comme on en a vu partout ou la droite est passé. Comment allez-vous réduire le décrochage scolaire, comment allez-vous réduire le temps d’attente à l’urgence. Qu’avez-vous à proposer pour le viellissement de la population (ça c’est une bonne parce qu’il est évident que le RLQ n’a pas fait ces devoirs là-dessus)?

      C’est ça que je voudrait lire, pas « mon père est plus fort que le tiens » ou « je pisse plus loin que toi » comme on entend dans les cours d’école primaire.

      Amenez les suggestions, c’est ça que ça prend pour débattre, pour le moment le RLQ parle beaucoup mais ne dit RIEN. C’est drôle c’est la même chose qu’on reproche à nos politiciens!!!

      Le RLQ ne se dit pas un parti politique mais agi exactement de la même façon!!

      Sylvain Plourde

      • Premièrement, le RLQ n’a que 2 mois et demi et il n’y a même pas un mois de passé depuis la conférence. Il faut commencer par le commencement. Quand vous construisez une maison, vous commencez avec les 2×4 pis un marteau ou avec un plan général qui montre ce que vous voulez construire ?

        Deuxièmement, ce n’est pas parce que vous dites que le RLQ ne présente pas d’idée ou qu’elles sont vides que c’est vrai. Faites vos recherches. Un bon point de départ est le film de Joanne Marcotte « L’Illusion tranquille ». Après, écoutez les différentes tribunes et lisez les différents textes écrits par le RLQ. Allez à une conférence pour voir ce que le RLQ propose.

        Comment faites vous pour associer le discours du RLQ avec des phrases comme « mon père est plus fort que le tien » ? Le discours de cour d’école, les bétises et les attaques viennent plutôt de la gauche qui s’affole en ce moment, pas du RLQ.

        Je vais vous donner ma vision personnelle de vos questions de votre 3e paragraphe:

        – Réduire les risques de dérapage comme on a vu partout où la droite est passée:
        Un peu fallacieuse comme question. Vous présupposez qu’il y a eu dérapage partout où la droite est passée. Moi je répondrai, il y a des risques de dérapages dans n’importe quel système. La gauche glisse de temps à autre vers l’autoritarisme pour garder le contrôle de l’État sur le peuple. La droite glisse de temps à autre vers des idées contradictoires et, oui, populiste. Franchement, il n’y a pas de réponse à donner puisque la question est biaisée.

        – Pour le décrochage scolaire, le RLQ et la droite en générale dit depuis très longtemps qu’il faut abolir des pans de l’organisation du MEQ comme les commissions scolaires et donner l’argent directement aux écoles pour qu’elles puissent concevoir de meilleurs programmes qui intéressent les jeunes et ainsi rendre l’école plus attrayante. Des programmes sports-études, des projets parascolaires, etc. L’école pourra aussi mieux encadrée les élèves en difficulté. Des programmes où on intègrerait des cours que ces élèves aiment pour les motiver et en même temps les former. Dans ma polyvalente au secondaire, ils y avaient de ces cours. À la place de faire de l’art plastique, ils faisaient du débosselage, de la soudure, de la mécanique, etc. On avait un très bon taux de réussite. C’était une école où on était très près des élèves par contre. C’est un facteur très important. Et elle était public !

        – Réduire le temps d’attente à l’urgence:
        Ca aussi, c’est sur la table depuis longtemps. Instaurer un système de santé mixte comme dans tous les pays industrialisés ou presque. Pas l’épouvantail des syndicats là ! (oouUUUhh… Les États-Unis !!). Des systèmes comme en France, Suisse, Belgique, Scandinavie, etc. Ils offre un bien meilleur service avec beaucoup moins d’attente (ou même, pas d’attente) au même cout par tête de pipe. Abolir l’universalité pour réorienter l’argent vers ceux qui en ont besoin, c’est-à-dire, la classe à faible revenu.

        – Vieillissement de la population:
        Drôle que vous dites que le RLQ n’a pas fait c’est devenir parce que c’est un des thèmes, sinon LE thème principal du RLQ. Éric Duhaime en fait même son cheval de bataille. L’équité intergénérationnelle. C’est à dire, mieux gérer les finances dès maintenant avant qu’on frappe le mur du vieillissement de la population et qu’on mette un fardeau insurmontable sur la prochaine génération.

        Donc en conclusion, je ne crois pas que vous ayez vraiment fait des efforts pour savoir ce qu’était le RLQ et la droite québécoise. Je crois plutôt que vous vous êtes mis une idée dans la tête, discréditer le RLQ à tout prix en répétant ce que certaines personnes des médias disent pour nous étiqueter. Ça a fonctionné avec l’ADQ mais le RLQ, comme vous le dites, n’est pas un partie politique. Comme on le voit, Joanne Marcotte et Éric Duhaime n’ont pas la langue de bois des politiciens. Je ne crois pas que ca va fonctionner ce coup-ci.

        Bien à vous.

        • @ Olivier Gagnon

          Très belle réponse…

          ***

          Lorsque vous écrivez:

          « Pour le décrochage scolaire, le RLQ et la droite en générale dit depuis très longtemps qu’il faut abolir des pans de l’organisation du MEQ comme les commissions scolaires et ***donner l’argent directement aux écoles*** pour qu’elles puissent concevoir de meilleurs programmes qui intéressent les jeunes et ainsi rendre l’école plus attrayante. »

          Je réponds:

          C’est dommage que l’ADQ n’a plus ça comme PRIORITÉ !

          Encore mieux serait de donner un « chèque-instruction » aux parents. Oui je sais que c’est presque identique à votre idée, mais c’est surtout par principe que je prône cette idée.

        • C’est un début. Je lis a peu près toutes les communications du RLQ ou d’Éric Duhaime, tout ce que je trouve ce sont des textes sur le traitement de la droite. Mais si le RLQ réussi à publier et à se faire publier des textes là-dessus, il réussirait avec des textes de fond et là on pourrai débattre des idées.

          Maintenant le dérapage de la droite, parce que l’ère Bush n’est pas un dérapage ? S.v.p, ne faites pas comme tous ceux qui essaient de me vendre l’idée que Bush était de gauche. Tatcher, n’a pas dérapé en Angleterre, ils en paient encore le prix.

          Ceci étant dit, je ne crois ni en la gauche ni en la droite. Un politicien incompétent, qu’il soit de droite ou de gauche il reste un incompétent!!

          Sylvain Plourde

        • Que vous aimiez ça ou non, Bush a agi à gauche. Ce n’est pas une opinion, mais un fait. C’est prouvé. Contrairement à tout ce que vous lancez ici.

          Thatcher a dérapé et la GB en paie de le prix? Vous pouvez l’expliquer ou c’est aussi au-dessus de vos moyens et c’est seulement une autre chose que vous avez lancé dans le vide sans savoir?

    • @ Isabelle Robillard qui écrit:

      « Une suggestion pour le RLQ: si vous pouviez inviter quelques conférenciers autres que québécois ou canadiens anglais lors de votre prochaine réunion, ce serait vraiment un bon uppercut dans le visage de l’adversaire… »

      Ouais, très, très, très bonne idée !!!

      Un haitien, un asiatique, un homo qui en parle ouvertement, alouette…. cela devrait fermer le clapet aux progressistes…
      ;-)

      • Quelqu’un d’origine arabe qui se camperait à droite!! Ça serait vraiment trop bien!!

  17. Mon cher Sylvain, je vais vous donner un exemple concret. Vous avez mentionné qu’il y a seulement 3% de gens qui déclarent un revenu de 100K et plus au Québec, alors que c’était 5% auparavant. Pourquoi? Il se trouve que le Québec est un des pires endroits au Canada pour un entrepreneur. Les impôts sur les compagnies sont plus élevés, sans compter toute la paperasserie et la loi ridicule selon laquelle toute correspondance du gouvernement aux compagnies ne peut être qu’en français.

    J’en sait quelque chose car je suis moi même entrepreneur et j’ai une compagnie au Québec… compagnie que je suis en train de déménager en Colombie Britannique. Comme ma compagnie est sur Internet, le Québec ne m’offre absolument rien pour rester. Mon travail est en anglais, et mon comptable n’est pas Québécois (car je n’ai pu trouver aucun comptable compétent au Québec qui comprend les compagnies sur Internet). La loi sur le français des compagnie rend la communication très difficile car je dois tout traduire avant d’envoyer à mon comptable. Je paye plus d’impôts, et je n’ai rien en retour de plus. J’ai finalement décidé de dire: « Bonsoir tout le monde » et de déménager.

    Je ne suis pas riche mais je paye certainement plus d’impôt que la plupart des gens.
    Il n’y a absolument rien qui me retienne au Québec. Pour un entrepreneur avec des idées, c’est un endroit de stagnation où la réussite est punie (autant par les impôts que par l’envie et la haine des gens qui détestent les riches).
    Pourtant, ma réussite ne provient seulement de mon travail ardu. J’ai bûché fort, avec aucune garantie, aucune subvention gouvernementale et aucun fond de pension « gras-dur » donc bénéficient les employés du gouvernement.

    Le climat du Québec n’encourage pas les entrepreneurs. L’état se plaint de ne pas faire assez d’argent? Pourquoi ne pas donner à des gens comme moi une raison de rester?

    Voilà une solution de « droite » toute simple: diminuer les impôts sur les petites entreprise, simplifier la bureaucratie, ne pas faire porter le fardeau de la société sur ceux qui entreprennent, éliminer cette loi ridicule sur la langue française dans les compagnie (qui n’apporte absolument rien). Ce n’est qu’une solution CONCRETE parmi tant d’autres.

    Malgré que l’Ouest du Canada soit très de « gauche » en ce qui concerne l’environnement (exemple: Vancouver), il reste que concrètement c’est un meilleur endroit pour être entrepreneur.

    Voyez vous que les solutions de gauche comme « faire plus payer les compagnies » ne fonctionnent pas? Plus d’impôts aux compagnies les fait fuir de la province, et si jamais ils décident de rester, ils vont tout simplement augmenter leur prix et refiler la note au consommateurs, qui payent au bout du compte.

    Ceux qui ne comprennent pas ça n’ont jamais été en affaire. Les gens en affaire, ce ne sont pas des méchants. Ce sont pour la plupart des gens honnêtes qui prennent plus de risques, travaillent plus, et ont bûché très dur pour en arriver où ils sont. De vouloir leur faire porter tout le fardeau de la société est un risque assez évident. Vous vous réveillez le lendemain et vous apercevez qu’ils sont tous parti.

    Quand le réseau LQ parle de « création de richesse », cela peut vous paraître assez vague mais ça veut tout simplement dire: donnez une chance aux gens de réussir! Et ce n’est pas des subventions du gouvernement qui encouragent ça. Ceux qui en bénéficient en général dépensent inutilement l’argent au lieu de penser comme un entrepreneur et de faire des choix judicieux dans les débuts de leur croissance.

    • Mille bravos!!!

      En tant que travailleuse autonome, je suis d’accord en tout point avec vous!

      C’est vraiment généreux de votre part d’avoir pris du temps SUR VOTRE BRAS pour tenter d’expliquer ce qui ne va pas dans l’attitude de ceux qui sont assis et attendent après le gouvernement, les partis politiques ou les mouvements comme le RLQ pour tout leur apporter tout cuit dans le bec.

      • @Olivier

        Le 3% est aujourd’hui plus riche que le 5% il y a plusieurs année. La tendance c’Est enrichir les riche et d’apauvrir la classe moyenne. Avez-vous remarqué qu’il n’y a que ceux qui soit gagne beaucoup d’argent ou ceux qui n’en gagne vraiment pas beaucoup qui trouvent que les fonctionnaires gagnent trop et coûtent trop cher.

        La solution n’est pas de créer des chômeur et d’augmenter le 40% qui ne paient pas d’impôts.

        Croyez-vous que les politiques de la droite vont augmenter le 3%, diminuer le 40% et augmenter le 57% ?

        • 1) Les plus récents chiffres vous donnent tort. La classe moyenne ne s’appauvri pas depuis de longues années. Elle demeure bien stable. Il y a bel et bien moins de riches.

          2) Les fonctionnaires, c’est un coût payé à même la richesse collective. Si c’était qu’une question de chômage, tout le monde serait employé de l’État. Ça a déjà été essayé.

          3) Il y a, au Québec, autant de pauvres qu’ailleurs, mais moins de riches. Donc ça augmenterait le 3% et le 40% alors que le 57% resterait proportionnellement semblable.

  18. J’écoute le vidéo de Bazzo.tv sur le populisme. Je cite quelques paroles qui m’ont fait sourire (c’est ca ma bouée pour moi aussi :P)

    (Josée Legault) Il existe un vent de droite depuis les années 80 qui a commencé avec Reagan et Thatcher, le couple maudit. (MF Bazzo) Hum hum, ouais.

    (Josée Lefault) La droite populiste qu’on entend est anti-intellectuelle. Elle manipule en laissant de côté la science et la raison. (celle là est vraiment bonne)

    (Amir Khadir) Ce qu’il y a de bon dans la droite populiste c’est qu’ils dénoncent quand même des problèmes qui existent et auxquels il faut s’attarder. Il est vrai qu’il y a trop de bureaucratie dans le gouvernement. C’est vrai que ca existe. Il y a trop de bureaucratie dans les syndicats. Ce qui est important c’est que la gauche puisse le reconnaitre aussi, de faire de l’auto-critique et trouver des solutions.

    Conclusion: Amir Khadir de QS a plus de bon sens politique qu’une chroniqueuse politique expérimentée.

    Franchement, c’est quoi ca Josée Legault ? J’ai voulu compté le nombre de sophismes et d’arguments démagogiques, mais j’ai laissé faire. Elle traite la droite québécoise de mentir tandis qu’elle la décrit elle-même avec des mensonges flagrants, des généralisations douteuses et avec une rhétorique fallacieuse.

    C’est vraiment de la projection qu’elle fait.

    J’aime bien la définition de populisme sur Wiki: « It can be understood as any political discourse that appeals to the general mass of the population, to the « people » as such, regardless of class distinctions and political partisanship – « a folksy appeal to the ‘average guy’ or some allegedly general will »

    Est-ce que le discours du RLQ s’adresse à la « masse populaire » ? Pas vraiment. Le « peuple » québécois recherche le statu quo, pas le changement. Le discours est ciblé et cherche à instruire plutôt qu’à simplifier les solutions aux problèmes.

    Et entre vous, moi et la baratte à beurre, qui utilise le plus l’expression « volonté populaire québécoise » ? Duceppe qui répète ad nauseam qu’il défend LE peuple Québécois. Les intérêts DES Québécois. Les syndicats qui disent que LES Québécois veulent ceci, cela. Les groupes de pression de gauche qui pensent représenter eux aussi ce que LES Québécois veulent ou ne veulent pas.

    C’est mon autre bouée ca. Me rappeler que j’utilise des arguments logiques et mes connaissances et que « l’autre bord », le discours est rarement conséquent…

    • À noter également le terme « vent » de droite. Ne pas sous-estimer ici le choix des termes qui est tout sauf innoncent. Elle aurait bien pu parler de « mouvement » ou de « courant » mais « vent », ça fait plus léger, plus superficiel. Moins ancré sur du solide.

      Ne dit-on pas en voulant décrire des paroles ou des discours creux que tout ça c’est du « vent »?

      Manipulatrice jusqu’au bout des ongles, cette madame Legault.

    • Vous illustrez bien ce que je dis à propos de la droite qui, à mon avis, contribue à la perception (je ne suis pas sûr que c’est aussi pire que la drotie veut bien le dire)mauvaisre presse.

      Vous avez écrit un texte d’environ 30 ligne et vous parlez de ce que la droite peut apporter au débat en citant Amir Khadir pour 1.5 ligne : « Ce qu’il y a de bon dans la droite populiste c’est qu’ils dénoncent quand même des problèmes qui existent et auxquels il faut s’attarder. Il est vrai qu’il y a trop de bureaucratie dans le gouvernement. C’est vrai que ca existe. Il y a trop de bureaucratie dans les syndicats. »

      J’aimerais voir 1,5 lignes sur le traitement médiatique et 28,5 lignes sur les idées de la droite et ce qu’elle dénonce…

      Sylvain Plourde

      • Avez-vous pris la peine de regarder le titre de cette rubrique: LES BOUÉES. Alors, on parle de BOUÉES.

        Pour d’autres sujets, je vous invite à parcourir ce blogue ainsi que la liste des blogues figurant à droite de la page: Mme Marcotte, Antagoniste, Le Québécois libre, Mme Nathalie Elgrably, etc…etc…Des heures de plaisirs!! Instruisez-vous donc au lieu de répéter toujours la même affaire.

        Mais bon, je ne me fais pas d’illusions. Y’a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. D’ailleurs, je soupçonne que vous avez quelques difficultés avec votre vision également. Vous n’avez pas vu les 40 lignes du commentaire précédent d’Olivier à 23:36 (15 novembre)?

        Parlant de bouée (il faut bien rester dans le sujet!), vous devriez peut-être songer à lâcher la vôtre. Je crois qu’elle prend l’eau…

        • Juste vous faire remarquer que dans tous vos textes vous avez utilisé le mot « BOUÉE » un total de 7 fois dont 3 dans cette réponse!! WOW, félicitations!!

          Désolé que vous ne soyez pas en mesure de voir une bouée quand vous l’avez devant vous en rouge avec une lumière clignotante dessus!

          Donc, lisez bien je vais vous faire une liste de bouées constamment utilisé oar les droitiers :

          -Se plaindre en permanence du traitement médiatique
          -Dénigrer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les droitiers (j’espère que vous n’allez pas contester celle-là)
          -Faire exactement ce qu’ils accusent les gauchers de faire : déformer la réalité
          -Faire preuve de condescendance
          -Justifier les échecs de la droite en mettant ça sur le conte de l’interventionnisme, le keynésianisme ou n’importe quoi
          -Utiliser la peur

          Je répète ce sont des bouées.

          Je vous remercie pour les références mais je les lis déjà et devinez quoi, c’est bouré de bouées!!

        • @Sylvain Plourde
          Ces liens sont plein de bouées? Pouvez-vous, s’il vous plait, démontrer, et justifier pourquoi ce sont des bouées? Vous semblez souvent répondre avec des affirmations, mais ces affirmations sont vides, vous n’avez jamais d’exemples. De plus, juste vous faire remarquer que vous faites des attaques personnelles sarcastiques. WOW, félicitations!! Avez-vous peur des faits utiles?

          De plus, svp, prouvez que la droite déforme la réalité? (sinon, nous pourions vous accuser de ne pas vous fier aux faits et parler à travers votre chapeau)

        • @LeRequiem

          Lisez bien le texte d’Isabelle et vous comprendrez peut-être pourquoi j’ai été sarcastique.

          Pour ce qui est de déformer la réalité, je ne dis pas que la droite a le monopole, toutes les tendances le font, droite, gauche, centre. Je comprends que la gauche le fasse mais le RLQ est nouveau. Le RLQ n’a pas à citer des exemples des résultats de politiques de droite et de les qualifier de gauchiste.

          J’aimerais que le RLQ soit plus concrêt dans son idéologie. Je me fous de savoir si une idée est de droite de gauche, de Mars ou de Vénus. Parce que ce qui m’intéresse le plus c’est de débattre pas d’accuser, se défendre ou se sauver, mais bien débattre.

          Le mouvement de la droite, le RLQ se présente comme voulant brasser la cabane, brasser là avec des idées.

        • Vous êtes une preuve Monsieur Plourde qu’il faut faire de l’éducation. Vous ne savez différencier la gauche et la droite, vous avez peu de sens critique sur ce qu’on vous répète depuis longtemps et vos connaissances économiques semblent rudimentaires.

  19. À la toute fin de L’Illusion tranquille, j’ai cru voir les logos de Patrimoine Canada et de la SODEC. Ça reste à confirmer, j’ai peut-être fait un cauchemar.

    • @ Sylvain Plourde:

      J’aime bien votre message du 18 novembre 2010 à 00:01
      ;-)

      ***

      Selon moi, voici 2 problèmes qui transcendent la dialectique droite-gauche:

      1/
      Les problèmes de gouvernance et de respect des droits humains (pas assez de démocratie directe/locale et de contrôles sur nos élus et donc, la tentation autoritaire/centralisatrice/corporatiste -de gauche ou de droite- est plus que jamais présente.)

      2/
      Le système monétaire keynésien (et donc l’inflation = taxe cachée): source de presque tous nos malheurs.

      Tant que le « peuple » se divisera (en 2 ou plusieurs groupes) et se chamaillera… la gauche ET la droite n’iront nul part.

      p.s.
      En tout cas, pour le point # 1, presque tous les électeurs vont aimer les dernières propositions de l’ADQ (concernant la gouvernance).

      BRAVO À L’ADQ : c’est déjà un GRAND pas dans la bonne direction.

      • Bon quelqu’un qui parle le gros bon sens.

        Vous avez vraiment bien résumé lorsque vous écrivez « Tant que le « peuple » se divisera (en 2 ou plusieurs groupes) et se chamaillera… la gauche ET la droite n’iront nul part. ».

        Je crois qu’il y a suffisamment de preuve dans l’histoire que l’application de n’importe quel système politique ne fonctionne pas. Sur papier c’est toujours formidable mais sur papier il y a toujours un élément manquant et c’est l’être humain. L’être humain qui perd de vue le portrait global et qui se centre sur lui-même. Qu’il soit de droite ou de gauche.

        Enfin, moi aussi je suis content que l’ADQ reprenne du poil de la bête. Pas que je crois que l’ADQ ait la solution mais au moins on sent le discours se rafermir et une organisation mieux structuré.

        Tréve de bouées et place aux débats…

Les commentaires sont fermés.