Prix plancher de la bière

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Une des propositions que j’ai écrite pour le congrès de la CDJ-ADQ de 2008 est réapparue dans l’actualité aujourd’hui (aucun lien en fait, je ne fais que de l’auto-promo!) Et oui, Maxime Bernier souhaite voir les prix planchers sur la bière disparaître. Et vous, vous en pensez quoi?

*Notez que la proposition mise en ligne ici n’est pas celle adoptée par la CDJ, mais bien celle que j’ai écrite. Je ne me souviens plus si on l’avait corrigée ou amendée à l’époque.

Advertisements

9 réflexions sur “Prix plancher de la bière

  1. Ce n’est pas parce que la bière deviendrait moins coûteuse demain que je vais en consommer plus. La seule raison que je vois, est que le gouvernement reçoit plus d’argent dans ses poches.

    Sinon, je crois que c’est une excellente idée. Je crois que le prix plancher du lait et des autres alitements aussi devrait disparaître. Un peu comme les subventions aux producteurs de veaux de lait.

  2. On peut sortir un Beauceron de la Beauce, mais pas la Beauce du Beauceron!

    Ce prix plancher est une des réglementation les plus stupides existantes, particulièrement à l’heure que Molson et l’américaine Coors ne font plus qu’une.

  3. … il y a de ces idées avec lesquelles nos gouvernements totalitaires et cleptocrates ne peuvent tout simplement pas vivre… celle-ci en est une. Le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument. L’obsession de notre gouvernement est de nous déposséder au maximum.

  4. Personnellement, je ne serai pas satisfait tant que la politique « libertarienne » de l’Allemagne sur l’alcool ne sera pas chez nous aussi.

    Donc, abolissez-moi cette affaire-là. Et puis la même chose pour le lait ou l’essence.

  5. Comme plusieurs l’on dit précédemment, tous les programmes et les taxes sont à revoir. Si on élimine la SAQ ou on vends la bière moins cher, le gouvernement perdra des revenus dans l’administration actuelle. Il faudra abolir des programmes ou réformer profondément pour équilibrer ces revenus en moins. Mais l’exercice doit être fait sérieusement, et le plus tôt posssible.

  6. Si on se compare avec le Nouveau-Brunswick(NB), on se rend vite compte que le problème principal ce n’est pas le prix plancher de la bière mais le prix trop élevé des vins et spiritueux vendu exclusivement par la SAQ.

    Au NB, NB Liquor ne contrôle pas seulement la vente des vins et spiritueux comme le fait la SAQ, mais aussi la vente de la bière. Ce qui fait que le prix minimum pour une caisse de 24 de Bud Light est de 41,98$ soit plus de 20$ de plus la caisse qu’au Québec. Par contre, la Vodka Iceberg de 750 ML, ce vend 24,99$ au NB contre 23,85 au QC. Un vin, Yellow Label Cabernet Sauvignon de 750ml se vend 17,49$ au NB contre 17,95 $ au QC.

    Pourquoi une aussi grande différence entre la bière au QC vs le NB alors que pour le vin et les spiritueux, il n’y a presque pas de différence? Parce que la bière est le seul item au QC qui n’est pas sous l’emprise d’un monopole d’état et est la preuve qu’en privatisant la SAQ, le prix des spiritueux et des vins ressemblerait à celui de la bière au Qc et on parlerait peut-être du prix plancher du vin de des spiritueux.

    Le gouvernement ne perdrait rien au change, elle n’aurait plus a gérer des employés trop payés et récolterait les redevances comme elle le fait déjà trop bien avec l’essence actuellement! Il n’y a pas de station de service opérée par des fonctionnaires, ca devrait être la même chose pour les vins et spiritueux!

    P.S. J’ai exclu volontairement ce que l’on appel les vins de dépanneur.

  7. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du 11-11-2010

  8. Aucun commentaire sur le fait que 65% des jeunes Québécois n’obtiennent pas le diplôme de sec V, mais 6 commentaires sur le prix plancher de la bière… oui je sais, l’échantillon est petit, mais le résultat significatif.

    me suis-je embarqué sur le bon blogue? kel son vos prioriter?

Les commentaires sont fermés.