Un accommodement du maire Labeaume ?

Guillaume S. Leduc

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

La semaine dernière, la Ville de Québec a obtenu conjointement avec la ville d’Amman en Jordanie la présentation du Forum Universel des Cultures en 2016. Honnêtement,ce genre d’événement n’obtient généralement pas ma bénédiction, parce que ça coûte cher (on parle de 100 millions) et que les retombées ne sont pas garanties (qui avait entendu parlé du Forum Universel des Cultures avant cette année ?). De ce que j’ai compris, la vieille capitale était favorite pour obtenir le Forum. Ma surprise a donc été immense quand j’ai appris qu’on allait finalement le présenter conjointement avec la capitale d’un pays aussi archaïque que la Jordanie. Je n’aurais jamais cru, par contre, que cela créerait un malaise aussi important en si peu de temps.
 
On vient d’apprendre que la journaliste du Journal de Québec, Karine Gagnon, s’est vue refuser une entrevue par le maire d’Amman parce qu’elle est une femme. En écoutant ça à la radio ce matin, je suis resté estomaqué et j’en suis encore totalement frustré. Cela faisait plusieurs fois qu’elle essayait d’obtenir cette entrevue et à chaque fois elle échouait, alors que des collègues masculins en obtenait une facilement. Elle s’est donc entendu avec un collègue masculin du Soleil pour envoyer exactement la même demande au maire jordanien. Résultat : en moins de 10 minutes, il a obtenu l’entrevue.
 
Le ridicule ne tue pas
 
Voilà maintenant que le maire de Québec, Régis Labeaume, n’écarte pas la possibilité de se retirer de l’événement. Cela ne serait pas sans rappeler l’épisode de Clortaire Rapaille, où le maire Labeaume avait dû reculer après s’être rendu compte à qui il avait réellement affaire. C’est exactement la même chose qui s’est produite. Le maire ne s’est pas renseigné sur ce pays moyen-âgeux aux valeurs diamétralement opposées aux nôtres et est peut-être prêt aujourd’hui à tout laisser tomber, après avoir dépensé des milliers de dollars dans la candidature de Québec.
 
Je vais probablement en surprendre plus d’un, mais je m’oppose totalement à ce que Québec se retire du Forum Universel des Cultures. Tant qu’à avoir obtenu cet événement et tant qu’à avoir déjà dépensé des milliers de dollars, autant saisir l’occasion pour dénoncer haut et fort la situation des droits de la femme, de la liberté de presse et de la liberté politique en Jordanie. Au lieu de se retirer, nous devrions faire pression sur les organisateurs du Forum pour qu’ils retirent la ville d’Amman de la présentation du Forum. Si les organisateurs refusent d’entendre cette réclamation, Québec devrait alors lancer un mouvement de boycott du Forum Universel des Cultures auprès de tous les pays qui croient en la démocratie, en l’égalité entre les sexes et en la liberté d’expression. Je mettrais ma main au feu que la France de Nicolas Sarkozy nous appuierait sans réserve.
 
De par sa nature même, ce Forum international est voué à l’échec. En voulant présenter les cultures de partout dans le monde en un lieu unique, il a une propension à mondialiser des valeurs qui sont souvent irréconciliables. Les sociétés occidentales comme le Québec vivent actuellement une profonde inquiétude par rapport à l’arrivée massive d’immigrants ayant des valeurs religieuses qui ne cadrent pas avec celles de la société majoritaire. Comment a-t-on pu penser qu’elles pourraient être jumelées à des sociétés aussi archaïques que la Jordanie ?
 
Gardons la tête haute
 
Pour que ces nations puissent participer à un tel Forum en étant conséquents avec l’identité qui leur est propre, le Forum Universel des Cultures devrait imposer comme condition aux pays hôtes qu’ils respectent certaines valeurs fondamentales ou un texte comme la Déclaration universelle des droits de l’homme par exemple. Comme vous voyez, cela n’est absolument pas le cas en Jordanie :
 
  • L’indice le plus utilisé en comparaison internationale pour analyse l’état des droits humains et des libertés civiles est l’indice Freedom House, qui donne aux pays une cote à partir de différents facteurs éprouvés. La Jordanie obtient un score combiné de 5.5, ce qui la classe dans le même groupe que des pays comme l’Irak, le Yémen et le Congo.
     
  • Comme le mentionnait le Journal de Québec, le rapport 2010 d’Amnistie Internationale sur la Jordanie est accablant. Le journal affirme : « Cas de tortures et de mauvais traitements, femmes victimes de discrimination dans la législation et en pratique, au moins 24 femmes victimes de crimes d’honneur dans l’année, douze personnes condamnées à mort, décès à la suite d’interrogatoires par des policiers : le rapport 2010 d’Amnesty International regorge par ailleurs de constats accablants sur la Jordanie. « 
  • Même son de cloche du côté de Reporter Sans Frontière qui affirme que 2010 est une année noire pour la démocratie en Jordanie : « La Jordanie est signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et liée envers la communauté internationale par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle est aussi membre du Partenariat euro-méditerranéen, qui a adopté la Déclaration de Barcelone. Malgré ces engagements, la Jordanie ne respecte même pas les principes de base de la liberté d’expression et d’information, et se prépare à fermer des journaux et à chasser des rédacteurs en chef tout en encourageant l’autocensure au sein des organes de presse. »
  • Le site Internet de Human Right Watch nous apprend également que les crimes d’honneur sont facilités par la loi en Jordanie. Ils citent le cas en août 2009 d’un homme de 39 ans qui a abattu sa nièce de 16 ans après qu’elle ait été violée par ses fils et qu’elle était enceinte de l’un d’entre eux. Comme il aurait commis ce crime horrible pour « nettoyer l’honneur de sa famille », la justice jordanienne a réduit sa sentence.
  • La Jordanie est également un berceau tu terrorisme islamiste; plusieurs terroristes dangereux, comme Abou Moussab Al-Zarquaoui (défunt chef d’Al-Quaïda en Irak) proviennent de ce pays.
 
Avez-vous pensé aux conséquences d’un retrait de Québec du Forum ? On laisserait toute la place à cette ville arriérée et ce serait une victoire des partisans de l’oppression des femmes, de la censure journalistique et de la tyrannie. Si le maire Labeaume se retire du Forum, il accomoderait par le fait même les défenseurs des valeurs islamistes qui s’en réjouiraient aussitôt. Non, je refuse qu’au stade où on en est rendus on décide de rebrousser chemin. Plutôt saisir l’opportunité qui nous est fournie de se battre pour faire valoir les valeurs québécoises et occidentales en gardant la tête haute que de se retirer lamentablement la tête entre les deux jambes comme s’apprête à le faire le maire Labeaume.
 
Je serais curieux, par ailleurs, de voir si une motion condamnant les droits des femmes et la censure journalistique en Jordanie serait, dans le contexte actuel, capable d’obtenir l’unanimité à l’Assemblée nationale. On pourrait également penser à rallier des organismes comme Reporter sans frontière derrière nous pour faire pression sur les organisateurs du Forum.
 
Les Québécois peuvent profiter de l’occasion et envoyer un message clair à la communauté internationale qu’il y a certaines choses que l’Occident ne pourra jamais accepter.
Publicités

29 réflexions sur “Un accommodement du maire Labeaume ?

  1. Il nous manque sûrement une grande mosquée à Québec. On pourrait la loger dans la caverne de Robert Leapage avec son show d’ouverture…

    On aurairt jamais du embarquer dans une telle folle aventure. Maintenant qu’on peut aider les femems à s’affranchir, 100 millions est-ce de trop pour y arriver er dénoncer haut et fort le sort des femmes dans ce pays de cul. Mais pas pour des shows sur les plaines, on repassera…

  2. « Je vais probablement en surprendre plus d’un, mais je m’oppose totalement à ce que Québec se retire du Forum Universel des Cultures.  »

    Moi aussi Guillaume je m’y oppose mais pour des raisons différentes et qui te surprendront aussi. J’ai déjà exprimé largement sur ce blogue comment non seulement le voile intégral, mais le simple foulard islamique porté par une femme musulmane dans mon pays me heurte, et comment j’ai déjà exprimé ici à une femme au foulard islamique que, si elle voulait me parler, elle devait retirer ce foulard, afin que je voie ses cheveux qu’elle me cache car c’est selon elle un attribut sexuel secondaire que je ne dois pas voir, n’étant ni son mari ni un proche de sa famille. La plupart des Québécois ignorent ça et n’y voient qu’un simple symbole religieux et c’est leur problème. _ Combien de fois ais-je entendu « moi le foulard sur la tête ça me dérange pas, mais le voile ça me dérange ». J’ai lu le Coran et ai visité l’Égypte (3fois), le Maroc, la Libye (2 fois) , l’Iran, la Syrie, le Liban et la Jordanie (2 fois). Quand je parle de l’Islam et de ses excès, je le fais avec un peu plus d’autorité que le Québécois moyen.

    La Jordanie est le mois « arabe » des pays arabes. Si je refuse le voile et le foulard islamique chez-moi, je m’en accommode très bien chez-eux. Si je traîne ma bosse dans ces pays, c’est que ça enrichit ma culture. L’art de l’islam mérite d’être découvert aussi bien que la culture arabe. On n’est pas obligé de faire siennes toutes les valeurs exprimées par la religion des habitants des pays étrangers.

    Je ne pense pas que la Jordanie soit un pays où les droits des femmes soient très brimés. C’est le plus occidentalisé des pays arabes, et c’est le seul qui soit ami d’Israël. Ce dernier point à lui seul devrait te le rendre sympathique. Au lieu de taper sur les habitants d’Amman en prétendant leur envoyer un « message clair » c’est sur nos propres femmes musulmanes de Montréal ou Toronto qu’il faut agir en refusant qu’elles continuent de nous jeter au visage leurs symboles de soumission totale à l’homme.

    Je serais désolé que M. Labeaume annule son engagement envers la ville d’Amman sur le simple fait que le maire d’Amman aurait refusé une entrevue à cette journaliste. Et je serais étonné qu’il ait exprimé clairement que son refus reposait sur une attitude discriminatoire. Et même si c’était le cas, il est chez-lui et il a droit de décider qui entrera dans sa maison ou sur sa ligne téléphonique.

    Je souhaite sincèrement que ce Forum ait lieu et s’il en résulte que des Jordaniens viennent visiter Québec et que des Québécois aillent découvrir ce merveilleux pays, ces 100$ millions auront été bien investis.

    p.s. au cours du dernier voyage là-bas, j’ai passé 3 jours à Amman, puis ai visité le grandiose site romain de Jerash puis ensuite 2 jours à Petra, le plus magnifique site archéologique du monde! Au premier voyage j’avais passé la frontière depuis Israel, qui mérite aussi le voyage. La Jordanie est aussi le seul port d’entrée terrestre pour l’Irak si ça vous intéresse…

    • Je suis conscient que la Jordanie, ce n’est pas l’Iran et que Amman, ce n’est pas Peshawar. Je comprends aussi que la Jordanie est un pays souverain et qu’on ne peut rien faire pour imposer nos valeurs occidentales de liberté et de démocratie. Cela étant dit, ce qui m’offusque c’est qu’on parle d’un Forum qui a des prétentions universalisantes qui s’en va s’installer dans un pays aux valeurs islamistes, dont certains domaines sont encore régis par la Charia. Dans la mesure où un pays veut accueillir les cultures de partout au monde, je considère que ce pays doit respecter un certain nombre de droits humains. Quand je lis des choses comme ce crime d’honneur sur la petite fille de 16 ans qui est encadré par la loi jourdaine, je me dis que l’humanité est rendue à un stade où elle peut, peu importe les frontières étatiques, prendre des mesures contre de telles pratiques.

      • Vous parlez de la Charia liberticides et inégalitaire ?

        Et nous (i.e.’l’occident’), sommes contrôlés dans nos valeurs et nos relations comme aucune autre civilisation avant nous.

        Nos relations et valeurs sont contrôlées/encadrées/codifiées;

        – par des « DPJ » ;
        – par des milliers de travailleurs sociaux;
        – par des éducatrices spécialisées;
        – par des psys pour tous nos bobos vrais ou imaginaires;
        – par des avocats et leurs millions de règlements juridiques/fiscaux;
        – par des cours de la famille qui penchent presque toujours pour la mère(pire encore, souvent à son détriment et à ceux de ses enfants);

        … et sommes régis par des codes de lois ou codes civiles ‘laics'(sic), complètement débiles, liberticides, infantilisants, aussi épais et vides (dans les 2 sens du terme), qu’un bottin téléphonique.

        Je le dis et répète: Regardons notre poutre avant leur paille !

        Vous voulez répandre la folie « occiMentale » partout? Vous voulez leur imposer nos nombreuses névroses et nos déficiences morales? Vous voulez qu’ils soient aussi dépressifs que nous(environ la moitié des femmes font une dépression après l’âge de 40 ans), aussi toxicomanes que nous (environ la moitié de la population occciMentale est soit sur des anti-dépresseurs, soit alcoolique, soit dépendante d’une drogue illégale), que le célibat soit le nouveau ‘modèle’ familiale (envorn 40% des Québécois sont soient célibataires, soient monos)….

        Moi non, et je les comprends de nous trouver décadents, car nous le sommes !

        • Quelques corrections:

          « Charia liberticide »
          « que le célibat soit le nouveau ‘modèle’ familial »(environ 40% des Québécois sont soient célibataires, soient monos) »

          ***

          Et vous parlez toujours des ‘pôvres’ femmes et ce qu’elles vivent là-bas…

          Et les hommes ici?

          L’égalité homme femme EST vraiment, mais vraiment, mais vraiment un mythe ici.

          J’aimerais tellement qu’un des analystes ose en parler, pour que je puisse sortir ma longue, trèèèèèès longue liste de lois et politiques injustes envers les hommes, pères et garçons d’ici.

          Une fois que ce sera vraiment égal ici;
          Une fois que l’état ne sera vraiment plus liberticide ici ;

          Donc, une fois que NOTRE version de la charia(l’envers de la médaille occidentale?), sera analysée et surtout CORRIGÉE, là nous aurons un début de commencement d’une légitimé pour commencer à leur faire la leçon.

  3. Le maire Labeaume me semble agir comme une girouette. Oui Guillaume, tres bonne suggestion, le Québec doit accepter et se servir de cette occasion pour dénoncer la barbarie envers les êtres humains de la Jordanie.

    Je me compte si chanceuse d’être née au Canada et de pouvoir jouir de la démocratie, même si on en abuse parfois.

    Le film le plus difficile que je n’ai jamais vu était « The Stoning of Soroya » J’ai eu le coeur a l’envers pour longtemps après son visionnement. Voici le trailor:

  4. M. Leduc,

    Moi, ce qui me dérange dans ce nouveau « scandale », c’est de constater qu’encore une fois, les bien-pensants de l’occident se pensent imbus de la détention de la vérité.

    Qui a investi les occidentaux de cette détention de la vérité absolue ? Et si c’étaient les orientaux qui avaient raison ?

    Je constate, pour ma part, que notre égalitarisme à tout prix nous apporte notre part de problèmes.

    Le noyau familial n’existe plus; nos enfants n’ont plus de mères; ces dernières étant trop préoccupées par le veau d’or et leur égalité, ceux-ci sont laissés à eux-mêmes, et demeurent d’éternels enfants sans sens des responsabilités.

    Le décrochage scolaire est une plaie qu’on ne parvient pas à enrayer.

    Le taux de suicide chez les adolescents bat tous les records du monde.

    Nous dépensons des fortunes en congés parentaux.

    Nos vieux sont « dompés » dans les CHSLD, et la responsabilité transférée au bon gouvermaman.

    Le mariage dure en moyenne 3 ans; nous détenons le record des avortements.

    Je pourrais continuer ainsi pendant des heures.

    Mais je vous pose la question: qu’est-ce qui fait, M. Leduc, que tous les bien-pensants sont convaincus que leur système « diamétralement opposé » comme vous le dites si bien, ont raison ???

    Moi j’aurais plutôt tendance à croire, à la lumière des résultats des derniers 40 ans, que c’est le maire de Amman qui a raison; et non M. Labeaume et tous les bleeding hearts de l’occident.

    • Vous dites : Mais je vous pose la question: qu’est-ce qui fait, M. Leduc, que tous les bien-pensants sont convaincus que leur système « diamétralement opposé » comme vous le dites si bien, ont raison ???

      Êtes-vous entrain de remettre en question la démocratie libérale ?

      Les sociétés occidentales et le Québec ont évidemment bien des maux à régler. La différence, c’est qu’ici les personnes ont un nombre très élevé de libertés civiles et de droits. C’est le propre des démocraties libérales, alors que ce n’est pas le cas dans ces pays. Ici, ce n’est pas tout le monde qui a une qualité de vie enviable, mais il y a tout de même un nombre acceptable de personnes qui en ont une, vous en conviendrez. Et cette qualité de vie dépend, dans une mesure tout aussi acceptable, des choix qu’ils peuvent faire.

      Or, dans un pays où les personnes ne peuvent pas poser les choix qu’ils désirent pour avoir une vie meilleure, par exemple exercer le métier de journaliste pour une femme, la qualité de vie de ces personnes se trouve diminuée par ces restrictions à leurs libertés et leurs droits.

      D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si dans tous les classements mondiaux les pays qui accordent le moins de libertés civiles aux personnes sont ceux qui performent le moins bien dans tous les indicateurs de bien-être d’une population, que ce soit le PIB, l’IDH, le taux de mortalité infantile ou le taux d’alphabétisation par exemple.

      • Ce que je remets en question, ce n’est pas la démocratie libérale, mais plutôt la façon dont nous la concevons et la gérons.

        Même dans une démocratie, il doit y avoir des dirigeants et des exécutants. Tout groupe social, si minuscule soit-il, doit avoir un chef, un leader. Cela inclue l’unité familiale. Une famille doit aussi avoir un leader, sinon, c’est l’anarchie et le chaos.

        C’est ce que nous vivons ici au p’tit québec, depuis des années: plus personne ne mène, donc, plus personne n’est imputable de rien. On le constate à la lecture des nouvelles tous les jours.

        On le voit aussi même au niveau de l’entreprise privée: les patrons ne sont plus patrons; ce sont soit les syndicats, soit les différents organismes gouvernementaux qui mènent, et malheureusement, dans beaucoup de cas, les deux.

        Comme le précisait M. Du Berger ci-dessus, la Jordanie est l’un des pays islamistes les plus libéraux du Moyen-Orient. Mais je ne blâme sûrement pas le maire d’Amman de tenir à ses principes de vie. Il pense probablement que si les femmes désertent le foyer, comme c’est le cas ici au québec, le résultat sera le même qu’en Occident: le désastre à tous points de vue. Il a décidé de ne pas encourager cette philosophie, et je ne peux que l’applaudir pour être conséquent avec ses principes. Nous aurions grand besoin de tels leaders ici, en passant; des gens qui ne parlent pas des 2 côtés de la bouche !!!

        La Jordanie n’empêche pas les femmes d’étudier et de devenir journalistes ou médecins. Par contre, elle ne pousse pas l’égalitarisme à tout prix, forte qu’elle est de l’expérience de l’occident.

        Il y a une grosse différence entre empêcher les femmes de faire ce qu’elles veulent, et les pousser à déserter le foyer à tout prix, comme ce fut le cas durant les 50 dernières années ici, avec les résultats que l’on connait, et dont je vous donnais quelques exemples dans mon intervention précédente.

        Sans rancune !

        • Ce maire non-élu nommé pas un roi dont la légitimité provient directement d’Allah, ni quiconque, n’a le droit de se baser sur le sexe d’une personne pour lui accorder ou refuser une entrevue. Vous pouvez croire que la place des femmes est au foyer et pas sur le marché du travail, mais pour moi cela est absolument discriminatoire, sexiste, faux, ridicule et arriéré. Les femmes qui travaillent le font pour elles-mêmes, parce qu’elles ont elles aussi le droit d’avoir une carrière, d’être autonomes financièrement et de s’accomplir dans l’emploi qu’elles choisissent. Les hommes qui remettent ça en question au profit d’une prétendue cohésion familiale sont pour moi des peureux, qui ont peur d’avoir plus de responsabilités familiales et de partager les décisions avec leur conjointe. Vous avez droit à votre opinion, mais elle me dégoute au plus haut point.

      • « Or, dans un pays où les personnes ne peuvent pas poser les choix qu’ils désirent pour avoir une vie meilleure, par exemple exercer le métier de journaliste pour une femme, la qualité de vie de ces personnes se trouve diminuée par ces restrictions à leurs libertés et leurs droits. »

        Et moi, M. Leduc, je vous dirai que dans un pays où les gens sont forcés de faire les mauvais choix, par exemple abandonner le foyer pour exercer le métier de journaliste pour une femme, la qualité de vie de cette dernière, de son conjoint et de sa progéniture se trouve compromise pour des générations à venir.

        • Nos opinions sont absolument irréconciliables. Ça ne sert à rien d’aller plus loin.

        • M. Ron

          Je peux vous affirmer sans aucun doute que la journalsite en question n’a jamais été forcée d’abandonner le foyer pour exercer son métier. Sa progéniture, une charmante petite fille, se porte très bien, tout comme le père de celle-ci d’ailleurs.
          Vous êtes pathétique.

        • M. B Pom

          Tant mieux si la journaliste en question est une exception à la règle (ce dont je doute).

          Peut-on en dire autant pour la majorité des enfants d’aujourd’hui dont les parents transfèrent leurs responsabilités au wèrnement, via les garderies à 40$/Payez-en juste 7, et via les écoles ?

          Et en passant, quand je parle de « forcées à », je ne parle pas de manu militari; je parle de la pression qu’exerce nos brillants « choix de société » et la pensée unique, qui ont décidé qu’une femme au foyer n’est pas une vraie femme accomplie ou épanouie.

          Si vous et M. Leduc trouvent ma pensée « pathétique » et « arriérée », c’est que vous êtes trop enfoncés dans la forêt pour voir les arbres.

          Moi je prétends qu’un enfant doit être élevé par ses parents, et spécialement sa mère. On voit très bien aujourd’hui le résultat de 2 générations dont l’éducation a été faite par le bon wèrnement.

          Je suis désolé pour vous et M. Leduc, vous me faites quasiment pitié.

      • Je vois que ton billet a attisé des braises dormantes et suscitera des commentaires passionnés. Il y a des organismes qui publient certaines statistiques sur les pays, il y a des médias qui montrent des scènes de torture. Tu es libre de te faire une idée avec ces statistiques (qui peuvent être fausses) et ces bulletins de nouvelles qui peuvent interpréter un événement hors contexte. J’y ai vu de superbes femmes blondes qui fréquentaient l’université, des gars et des filles se promenant dans la rue en couples (rare en pays musulman), bref une Jordanie complètement opposée à celle que tu décris. Ma suggestion aux Québécois: au lieu d’aller vous faire bronzer près de cocotiers à Cuba ou Rep. Dom, payez vous un voyage combinant Israël et Jordanie. Allez voir la richesse des anciennes civilisations qu’on y a préservées, la beauté tranquille et mystérieuse du désert, des sites archéologiques de ces pays « de cul », faites-vous inviter comme moi dans une famille d’Amman, ensuite déterminez si le Québec est plus civilisé que la Jordanie. Vous pensez que le pourcentage de batteurs de femmes est plus élevé en Jordanie parce que c’est écrit dans le Coran? Et au Québec c’est pas écrit dans la Bible mais ça existe peut-être davantage qu’en Jordanie. L’idée que j’ai de la Jordanie est davantage formée de mes impressions de voyage là-bas que de ce que j’ai pu en glaner ici dans les médias. Mais je peux me tromper. Pour l’instant, les deux séjours que j’y ait faits ont été merveilleux. Et j’y retournerais, ne serait-ce que pour revoir Petra.

        p.s. j’ai reçu aucun cachet du maire d’Aman pour écrire ça :)

    • M. Ron,

      Tous les problèmes que vous soulevez existent réellement et la société québécoise en est affectée – comme aussi la plupart des sociétés occidentales.

      Mais de là à tirer la conclusion que tous ces problèmes sont dûs à l’égalité des hommes et des femmes, et que ramener nos valeurs à une autre époque permettra comme par enchantement de faire disparaître presque tous ces problèmes est une fumisterie. Vous devez savoir que « l’ancien temps » recelait lui aussi son lot de problèmes qui n’étaient pas inférieurs à ceux d’aujourd’hui. La différence, c’est que les gens étaient forcés de vivre leur détresse et leurs problèmes en cachette, ce qui ne veut pas dire que la souffrance n’était pas aussi forte qu’aujourd’hui. On jouait les hypocrites, c’est tout.

      Pour en revenir au sujet, je suis plutôt d’avis que Québec doit rester dans ce Forum et en profiter pour remettre les pendules à l’heure sur nos valeurs à nous. Comme de toute évidence le maire d’Amman refusait de donner une entrevue à la journaliste tout simnplement parce qu’elle était une femme (quant on y pense, c’est vraiment imbécile de refuser une entrevue juste à cause que le journaliste est de sexe féminin !!!), il est certainement approprié que le maire Labeaume déclare que c’est une attitude ridicule et inacceptable.

  5. Je n’ai entendu parlé d’aucune pétition, ni vu aucune marche de la part des citoyens de la ville de Québec réclamant que le forum universel des cultures soit tenu a Québec.
    Que le maire Labeaume soit en faveur,je veux bien, mais qui nous l’impose alors que nous le lui avons rien signifier dans ce sens me heurte.

    Durant sa campagne a la mairie de Québec, Régis Labeaume exhortait Anne Bourget de nous parler du Tramway,lui étant contre. Aujourd’hui du haut de sa stature physique imposante, ce même régis se fait le promoteur du Tramway. Qu’est-ce qui nous vaut ce formidable retournement de veste et qui se cache derrière ce revirement aussi inattendu que soudain de la part du Maire.

    Comme visage a deux face il ne ce fait pas mieux que Labeauminable Régis!

  6. « « l’ancien temps » recelait lui aussi son lot de problèmes qui n’étaient pas inférieurs à ceux d’aujourd’hui »

    Au contraire, moi je crois fermement qu’ils étaient de beaucoup inférieurs à ceux d’aujourd’hui.

    Mais je suis conscient du fait que la nature humaine est telle qu’elle rend difficile l’acceptation de l’échec, et encore plus difficile de constater une régression, alors qu’on croit fermement avoir progressé. Cela est une menace à la pensée unique ainsi qu’à la pensée magique.

  7. 100 000 000 $ pour aller faire la leçon à d’autres?

    Débile!

    Qui sommes-nous pour penser pouvoir leur apprendre quelque chose? L’occident a foutu le bordel en Irak, en Afghanistan, au Pakistan et là vous voudriez qu’on leur fasse la leçon en Jordanie? Nous avons aucune, mais aucune légitimité pour faire ça !

    La poutre avant la paille !

    Et comme dit Ron, ça va tellement mal ici (au niveau familial, moral, social, psy, etc), qu’il faut se rabattre sur certaines données économiques ou de santé (des données matérialistes), pour trouver des points positifs ici. Pour ce qui est des données économiques positives = c’est bientôt terminé (l’Occident ça va en dépression)… et la famille étant massacrée; les gens étant devenus hyper dépendants de l’état pour tout et pour rien, l’individualisme est devenu roi ici, alors lorsque l’économie va vraiment ‘souffrir’, les gens vont vraiment trouver ça difficile de ne pas avoir un ‘réseau’ fort sur lequel compter.

    ***

    @ Reynald:
    Ce n’est pas un « investissement », c’est une dépense.
    Nous devrions (comme peuple), avoir le droit de se prononcer (i.e. vote), sur ce genre de dépense farfelue de nos élus (même s’ils se prennent par des rois ou des dictateurs).

    Et à tous ceux qui pensent que nous sommes plus libres ici, c’est faux. Plus un état est interventionniste, moins il y a de libertés. Sur papier nous sommes plus libres (et pour faire toutes les expériences sexuelles du monde aussi), et dans les discours de certains « penseurs » (il faut le dire vite), oui, mais dans les faits non.

    Et à tous ceux qui pensent que nous pouvons leur faire la leçon sur un sujet comme l’égalité homme femme, regardez-vous (regardons-nous, plutôt), dans le miroir. C’est un mythe ici. Ici, ce sont les droits des hommes/pères/garçons qui sont bafoués. Allez-vous finir par être capable d’en parler? Et la-bas, (comme nos grands-mères d’ailleurs), sur papier, elles sont moins libres, mais dans la réalité elles sont hyper respectées.

    Ah, que j’ai hâte que certains Québécois soient capables de réfléchir au lieu de répéter tous les lieux communs possibles et impossibles.

    • M. Sebas,

      Comme il est rafraîchissant de constater qu’il y en a encore quelques-un qui n’ont pas été totalement « brainwashés » par la pensée unique, et pour reprendre vos mots, et qui peuvent « réfléchir au lieu de répéter tous les lieux communs possibles et impossibles. »

      Il s’agit là, je le crois fermement, du problème principal dans la société d’aujourd’hui: l’école gauchiste qui prévaut depuis les années ’70 a complètement lessivé les cerveaux, et a dicté à tous ce qu’ils devaient penser. C’est cela, la pensée unique, si prévalente au p’tit québec. Et comme une foule a l’âge mental d’un enfant de 5 ans, eh bien … tout le monde a avalé la pilule, car il est beaucoup plus facile de se faire dicter ce que l’on doit penser que de réfléchir par soi-même.

      C’est pourquoi des propos comme les miens suscitent un tremblement de terre de 9.8 à l’échelle Richter. Mes propos ne sont pas farfelus du tout … ni arriérés … si les gens s’arrêtaient un peu à penser, au lieu de répéter les « lieux communs », ils ne pourraient que constater le résultat pitoyable de nos « choix de société » tels la libération de la femme (qui n’a, en passant, jamais été aussi prisonnière que maintenant) et l’interventionnisme de l’état omniprésent dans nos vies.

      Vous avez tout à fait raison, quand vous parlez de nos libertés: c’est cousu de fil blanc, et ce n’est qu’une grotesque illusion.

      Lorsqu’on dépend du wèrnement pour chaque détail de nos vies, incluant l’éducation de nos enfants dès l’âge de 3 mois, il n’y en a plus de liberté, sauf sur papier, et dans l’esprit des pelleteux de nuages.

      Laisser l’état élever nos enfants à notre place, pour favoriser l’égalitarisme à tout prix, donne le même résultat que tout ce qui est géré par le bon wèrnement: UN DÉSASTRE !!! Pourquoi en serait-il autrement, je vous le demande ?

      Pas plus compliqué que cela … mais dommage que presque personne n’a encore pris conscience de l’état dans lequel nous nous trouvons. Continuons à pelleter des nuages, bien enveloppés que nous sommes dans la pensée unique … et magique … qui gouverne nos vies.

      On pousse même jusqu’à demander au bon wèrnement du p’tit québec de jouer au bon Dieu, avec la fécondation in vitro.

      Fabuleux !!!

  8. Pingback: lacapitaleblogue.com | links for 2010-10-07

  9. Le maire Labeaume a mal expliqué son projet à la population. Je comprends que le programme n’est pas encore arrêté et doit faire l’objet de discussions entre les deux villes. Il n’y a pas eu de battage publicitaire encore. Laissons donc les deux maires faire leur travail. Un forum culturel partagé entre les deux villes ne veut pas dire que chacune des villes fait siens les traits culturels (arabe vs occidental) de l’autre mais veut les connaitre. J’entends à la radio en ce moment toutes sortes d’opinions sur la méchante et archaïque Jordanie de la part de gens qui ne peuvent même pas localiser ce pays sur le globe et encore moins sa capitale. Si on croit donner une leçon de droits humains à la Jordanie en boycottant ce forum… il faudra se lever tôt… C’est ici au Canada qu’il faut envoyer des « messages clairs » à ceux qui viennent s’y installer à partir de ces pays « de cul » et à date je n’ai vu personne avoir le courage de faire ce que j’ai fait devant le foulard islamique. Au fait, on ne lapide plus personne en Jordanie, mais on le fait encore les vendredis en Iran et Arabie Saoudite.

  10. Bon, j’ai reformaté mon message. ;-)

    100 000 000 $ pour aller faire la leçon à d’autres?

    Je trouve ça débile!

    Qui sommes-nous pour penser pouvoir leur apprendre quelque chose? L’occident a foutu le bordel en Irak, en Afghanistan, au Pakistan et là vous voudriez qu’on leur fasse la leçon en Jordanie? Je considère que nous n’avons aucune, mais aucune légitimité pour faire ça !

    La poutre avant la paille, non ?!

    Et comme dit Ron, ça va tellement mal ici (au niveau familial, moral, social, psy, etc), qu’il faut se rabattre sur certaines données économiques ou de santé (des données « matérialistes »), pour trouver des points positifs ici. Pour ce qui est des données économiques positives = c’est bientôt terminé (l’Occident ça va en dépression)… et la famille étant massacrée; les gens étant devenus hyper dépendants de l’état pour tout et pour rien, l’individualisme est devenu roi ici, alors lorsque l’économie va vraiment ‘souffrir’, les gens vont vraiment trouver ça difficile de ne pas avoir un ‘réseau’ fort sur lequel compter.

    ***

    @ Reynald:
    Ce n’est pas un « investissement », c’est une dépense.
    Nous devrions (comme peuple), avoir le droit de se prononcer (i.e. vote), sur ce genre de dépense farfelue de nos élus (même s’ils se prennent parfois pour des rois ou des dictateurs).

    Et à tous ceux qui pensent que nous sommes plus libres ici, c’est faux. Plus un état est interventionniste, moins il y a de libertés. Sur papier nous sommes plus libres (et pour faire toutes les expériences sexuelles du monde aussi), et dans les discours de certains
    penseurs, oui, mais dans les faits non.

    Et à tous ceux qui pensent que nous pouvons leur faire la leçon sur un sujet comme l’égalité homme femme, svp, regardez-nous, dans le miroir. C’est un mythe ici. Ici, ce sont les droits des hommes/pères/garçons qui sont bafoués. Allons-nous finir par être capable d’en parler? Et la-bas, (comme nos grands-mères d’ailleurs), sur papier (i.e. juridiquement), elles sont moins libres, moins égales, mais dans la réalité, elles sont hyper respectées.

  11. N’empêche qu’au-delà de toutes ces considérations culturelles, rien n’a été dit sur l’intérêt de tenir l’événement point, sans égard à sa localisation. J’en suis encore à l’étape du « le forum des cultures, kos’ça donne » pour reprendre maladroitement une vieille formulation de Yvon Deschamps. Avec toutes les folies dépensières que notre maire adore tellement, on devient méfiant aussitôt qu’il ouvre la bouche.

  12. Le fait qu’un maire musulman refuse d’accorder une entrevue à une journaliste ne me dérange pas le moins du monde. Et si l’incident provoquait le retrait de Québec de ce Forum Universel des Cultures je dirai merci au maire d’Amman pour sa contribution à la lutte au gaspillage de fonds publics de nos élites politiques.

  13. Je trouve qu’il y a certaine similitude entre ces deux maires. L’un refuse une entrevue à une journaliste pour la simple raison qu’elle est une femme, l’autre ne se gène pas pour agresser verbalement une journaliste qui lui a déplu, une mairesse qui refuse d’appuyer aveuglément une de ses décisions et une ministre que n’obéit pas au doigt et à l’oeil. Le premier agit pour ne pas mériter la désaprobation populaire l’autre malgré la désaprobation populaire. On peut se demander comment agirait le maire de Québec s’il était maire d’Amman.

    • « l’autre ne se gène pas pour agresser verbalement une journaliste qui lui a déplu, une mairesse qui refuse d’appuyer aveuglément une de ses décisions et une ministre que n’obéit pas au doigt et à l’oeil »

      Et pourquoi se gênerait-il, M. Laplante ???

      Parce que ce sont des femmes ? Pourtant, l’opinion générale semble pencher vers l’égalité des sexes. Serait-ce que selon vous, elles doivent être égales dans les bénifices, mais pas dans les désagréments qui viennent avec ?

      Ou est-ce parce que vous voudriez que le seul politicien crédible, coloré et sans langue de bois du Québec devienne inodore et incolore, comme tous les autres ?

      On semble avoir beaucoup de difficulté à tolérer ceux qui disent ce qu’ils pensent sans s’enfarger dans les fleurs du tapis, au p’tit québec sans envergure.

      • Il y a moyen de manifester sa désapprobation sans devenir grossier. Ne pas s’enfarger dans les fleurs du tapis n’est pas synonyme de manque de respect et de savoir vivre. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

Les commentaires sont fermés.