Plus l’état est gros, plus il y a de corruption

Éric Duhaime

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Publicités

27 réflexions sur “Plus l’état est gros, plus il y a de corruption

  1. Pingback: Tweets that mention Plus l’état est gros, plus il y a de corruption « Les analystes -- Topsy.com

  2. On devrait jouer cet excellent extrait partout et en boucle pendant 10 ans…
    ;-)

    Et peut-être que nos politiciens vont finir par réaliser quelque chose…

  3. On mélange les genres ici… Évidemment, je crois qu’il y a consensus au Québec (à l’exception peut-être dans quelques cercles libéraux, firmes d’ingénieurs, entrepises en construction…) que le gouvernement actuel est aux prises avec un sérieux problème d’influences qui court-circuite la gestion des fonds publics, nos impôts…

    Mais quel raccourci intellectuel que d’utiliser l’indice de corruption de Transparency International pour tenter de nous vendre l’idée qu’il faut détruire notre système et tout privatiser! Depuis l’apparition de cet indice, le Canada s’est toujours classé parmi les pays où il y a le moins de corruption dans la gestion des fonds publics. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas un problème, mais si vous aviez fait preuve d’un peu de rigueur, vous auriez mentionné ce fait. Année après année, le Canada se classe parmi les pays où il y a le moins de corruption. Référence: http://tinyurl.com/yf42b83

    Lorsqu’on en est rendu à se référer à l’antagoniste, on est à court d’arguments, non? Concentrons-nous plutôt à dénoncer l’administration libérale et à proposer du concret. Merci.

    P.S. On disait que les militants de Qs vivaient dans les nuages lorsque nous avons proposé de réduire les subventions aux entreprises de 50% lors des élections de 2008…

  4. J’oubliais… Saviez-vous que Remstar – propriétaire du Canal V – ainsi que Quebecor Media – propriétaire du Journal de Québec – ont tous deux profité de l’interventionnisme étatique dans notre économie? Et saviez-vous que Remstar – qui vous permet de vous exprimer sur le plateau de M. Dumont – a profité de la générosité du Fonds de Solidarité de la FTQ?

    Vous voyez qu’il ne faut pas toujours jeter le bébé avec l’eau du bain?

    Bonne journée.

    • @ lutopium:

      Si on abolissait les subventions et crédits d’impôts, etc (et la réglementation/bureaucratie qui entourent ce genre de trucs), nous pourrions réduire d’autant les frais de gestion et impôts que ces entreprises payent.

      Tout le monde en sortirait gagnant, sauf quelques ‘grand$ coeur$’ qui se sentent/disent ‘généreux’ avec NOTRE argent…
      ;-)

      Et votre p.s. est TOTALEMENT faux. Le ‘méchant’ IEDM et les encore plus méchants libertariens et les plus méchants de tous, soit les économistes du Fraser Institute, ont depuis longtemps expliqué le côté néfaste des subventions (+ bureaucratie + réglementation qui entourent ces subventions), aux entreprises.

      • Rien de faux dans mon « p.s. »… La réduction des subventions aux entreprises était écrit nour sur blanc dans les engagements électoraux de Qs en 2008. Je n’ai jamais dit que c’était une idée exclusive à Qs… Peut-on dire que les membres de l’IEDM sont à cheval sur ce principe et qu’ils refusent toute subvention gouvernementale? Pas certain…

        • Lutopium:

          C’est cette partie que je disais fausse:

          « On disait que les militants de Qs vivaient dans les nuages »

          Ni moi, ni aucun libertarien, ni les organismes mentionnés ont dit ça…
          Soyez honnête un ‘ti-peu’ svp. Même Martin Masse a écrit un texte pour noter spécifiquement que QS et les libertariens étaient 100% d’accords par rapport à CETTE idée…

          Et il y a tellement d’interventionnismes néfastes dans nos vies, nous ne pouvons quand même pas parler de ça à tous les jours. Le faites-vous, vous ? ;-)

          Et pourquoi dites-vous: « pas certain qu’ils refusent toute subvention gouvernementale? »

          Si vous recevez des retours d’impôts/crédits d’impôts/etc, pensez-vous que les libertariens ou ces organismes vont les refuser par principe? Zut, c’est NOTRE argent qui nous revient…

      • C’était de l’ironie Isabelle… Je m’adressait à M. Duhaime, qui a l’opportunité de gagner sa vie en travaillant pour des entreprises qui ont bénéficié d’interventionnisme étatique…

      • J’ai lu Martineau. Il a raison sur un point et a tort sur un autre. Beaucoup de simples citoyens contribuent au financement de certains partis politiques – spécifiquement l’ADQ, le PQ et Qs – parce que les idées les rejoignent. Et ils savent qu’ils pourront récupérer une partie de leur don en crédit d’impôt. Ce sont les ambitieux et les propriétaires d’entreprises qui peuvent court-circuiter l’exercice démocratique, pas tous les citoyens. Il faut, encore une fois, faire la nuance…

      • « Je ne banalise pas ce qui se passe dans les coulisses du PLQ. Mais comment se protéger du trafic d’influence, quand la politique n’est qu’un jeu d’influence ? »(Richard Martineau)

        Simple. Si l’État sert à quelque-chose c’est bien là ! Il suffit d’interdire toutes contributions aux partis. C’est l’État qui subventionnera équitablement les dépenses pour les campagnes d’élection et obligera ainsi les médias à donner équitablement la place à tous les partis.

        Les citoyens pourront alors juger sur les contenus.

  5. Effectivement, la bureaucratie entraine normalement plus de corruption.
    Ça fait longtemps que c’est connu, même Marx (et ses prédécesseurs) le soutenait dans ses écrits de 1850…
    En plus de favoriser l’accoquinage, on fini par ne plus savoir qui est réellement responsable et finalement, il est impossible de juger et condamner qui que ce soit. D’où la total responsabilité et la révocabilité des élus pendant la fameuse commune de paris de 1871. Ce sont les bourgeois qui raffolent de bureaucratie, non pas le peuple.

    La bureaucratie n’est pas propre à l’État ou au Privé. Elle est un mal qu’il faut combattre constamment, c’est seulement que le privé la combat constamment pour éviter les dépenses. En ce qui concerne l’État, vous comprendrez que nos élites n’ont pas intérêt à être directement responsable de leurs actes, donc ils n’ont pas intérêt à combattre la bureaucratie ainsi que les hauts-fonctionnaires qui la forment.

    Il existe une troisième voie : l’action citoyenne, l’action communautaire. Nous pensons que la structure même de l’État est dépassée, moribond. Il est supposé être au service des populations, il est d »avantage géré comme une entreprise, au service du profit. Tant qu’à lui, le privé ne pourra jamais offrir aux citoyens de la Terre les service qui sont vraiment souhaitables pour lui. Nul besoins de vous énumérer des projets nécessaires au bon fonctionnement en société, à l’homme et à l’environnement qui ne pourront jamais être mis en œuvre puisqu’ils ne génèrent pas assez ou pas du tout de profits.

    Une organisation active de citoyens informé est le meilleur moyen de combattre l’injustice et la corruption, peu importe où elle se trouve. Je vous invite à lire quelques textes sur l’organisation de la commune de paris de 1871, le système politique y est très développé, pro-actif, mais surtout responsable. Un besoins essentiel en ces temps de malversations. Plus actuel, vous pourriez également lire « Abolir les partis politiques » de Jacques Lazure. http://unionrevolte.blogspot.com

  6. Quand je pense que cette fausse représentante de la droite, Sylvie Roy, à dit exactement le contraire de vos propos à l’émission « 24 heures en 60 minutes » la semaine passée concernant la une du MacLean’s, je me dis que ce parti est irrémédiablement désaxé.

    À mon avis vous avez bien résumé le problème: on a érigé un système qui encourage la corruption. On ne peut même plus dire que c’est la faute d’une poignée d’individus car la corruption est rendue carrément institutionnalisée.

    Il faut outrepasser la façon sensationnaliste dont le sujet à été traité et être capable de faire un peu d’introspection. Mais la classe politique n’a pas perdue de temps à faire dévier le débat en criant au Québec-bashing. On comprend pourquoi…

  7. Corruption- Tout les journalistes du Québec doivent s’excuser auprès de M.Charest

    The worst of it is that Charest still doesn’t get yet …and that by refusing to order a commission on the construction’s doubtful procedures, he himself created the atmosphere that something wrong is being hidden. The citizens are not heard, so thank you Maclean for bringing it up to shake up our dear deaf Prime Minister.

    Is he not aware that (not only Maclean’s) but « all the newpapers, TV shows, radio interviews including blogs like ours » have been heavily involved in treating the subject of alleged corruption in the Liberal party…why is he so surprised? He’s now CANADA BASHING!? Will he be asking all of our QUEBEC journalists to excuse themselves as well?

    M. Charest , you definitely had it coming to you. Do not act like the offensed virgin! You do not make any sense anymore…it’s time for you to step down.

    cc:M. Charest

    Time for action from all of us!

    The world is a dangerous place, not because of
    those who do evil, but because of those who look on
    and do nothing ».

    – Albert Einstein

  8. Dans l’article de Maclean’s nous signalons

    Andrew Coyne starts his article by naming others in Canada….so no Quebec Bashing here…there it goes from the start of the article:

    No, Quebec is not the only province where political scandal sometimes erupts. Governments and business have been corrupting each other across this country since pre-Confederation days. But in no other province does it feel quite so . . . inevitable. British Columbia has thrown up the odd chiselling premier, Atlantic Canada is famously steeped in patronage, but there is no comparison to the kind of octopussal industry-union-mob-party configuration lurking just below the surface of politics in Quebec. Toronto may have been scandalized by the cronyism of the Mel Lastman era, but only in Montreal would a candidate for mayor publicly confess to being afraid for his life. When a senior adviser to Ontario premier David Peterson was forced to resign after it was revealed he had accepted a refrigerator from a party donor with ties to a developer, puzzled Montrealers phoned their friends in Toronto, asking, ‘What was in the fridge?’ ”

    P.S. Ontario’ Premier Peterson resigned for accepting a fridge?..OMG! If we checked all our MAL probably most of them would have to resign. Oh la la!

    • « When a senior adviser to Ontario premier David Peterson was forced to resign after it was revealed he had accepted a refrigerator from a party donor with ties to a developer, puzzled Montrealers phoned their friends in Toronto, asking, ‘What was in the fridge?’ ” »

      Elle est bonne celle-là !! :-)

  9. « Plus l’état est gros, plus il y a de corruption »

    M. Duhaime, vous pouvez me fournir votre référence pour cette affirmation ?

    Je ne trouve que des références qui affirment le contraire !

    Moi qui faisait référence à la Finlande, justement, a l’État le plus gros au monde et est le moin corrompu ! Ce n’a rien à voir avec la grosseur de l’État.

    Regardez la carte :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Transparency_International

    • @Gébé….vraiment! Continues à chercher, je suis sure que l’auteur n’invente pas ses données. Il a quand même une réputation solide.

    • wikipédia,l’encyclopédie web où chacun peut aller changer ce qui ne lui convient pas!!!
      GÉBÉ, la coruption est pareil a un numéro de cellulaire plus qu’il y a du monde qui le savent, plus il y a de chance que le numéro soit divulgué, pis ca prend pas la tête a pépinot pour savoir ça!De toute façon , on a jamais eu autant de moyen de communication et plus personne ne se parle alos il est tres facile de corrompre qui tu veux car personne ne se rends plus compte de rien si TVA en parle pas!

  10. @ Gébé:

    Vous avez raison de poser ce genre de question.

    David Descôteaux y répond d’ailleurs très bien:

    « *Certains commentateurs aiment se référer au classement de «perceptions» de corruption de Transparency International, où les pays scandinaves sont classés comme faiblement corrompus, pour conclure que cette corrélation n’existe pas. Ces commentateurs occultent le fait que les pays scandinaves ont grandement évolué dans les dernières années et sont loin de représenter l’idéal de gouvernement social-démocrate interventionniste d’antan. C’est aussi confondre taille de l’État et intervention de l’État. Quiconque tient ses connaissances à jour sur les pays scandinaves savent que ceux-ci, par exemple, laissent le privé offrir les soins de santé, que les Pays-Bas ont des réglementations infiniment moins contraignantes que le Canada, qu’en Suède les syndiqués, bien que plus nombreux en proportion qu’au Québec, ont beaucoup moins de pouvoir, etc. Il serait donc plus juste de parler de «liberté économique» que de taille de l’État pour faire ces comparaisons. De la même manière que plusieurs pays (dictateurs) d’Afrique fournissent peu de programmes sociaux, mais contrôlent tout. D’ailleurs, quand on croise les données de Transparency International avec celles de l’indice de liberté économique du Fraser Institute, la relation est claire (p.19, tableaux 11-12). »

    http://daviddescoteaux-economie.blogspot.com/2010/09/thank-you-macleans-jean-charest.html

    J’aime beaucoup les nuances apportées dans ce bout de texte, et vous?
    ;-)

  11. C’est vrai que plus un État est gros plus il y a de corruption.

    Prenez par exemple les pays d’Afrique. Il n’y a presqu’aucun service sociaux, l’État est minimal et ne comprend bien souvent que l’armée, et grâce a cela, il n’y a aucune corruption dans ces pays.

    C’est la même chose en Asie et au Moyen-Orient.

    Pour éviter le coppinage et la corruption, il faut réduire l’État et tout donner a des compagnies privés. Ils savent ce qui est bien pour nous. Adam Smith la dit!

  12. Pingback: « L’assiette au bar … « Blogoosphere's Blog

  13. Toute cette histoire est une farce! C’est quand même bizarre que ce soit une province de l’ouest qui nous traite de corrompus alors qu’il n’y existe même pas de lois sur le financement des partis, ni loi sur l’accès à l’information, etc…

    C’est certain que si la corruption et le trafic d’influence est légal et socialement accepté, c’est pas un problème. Si au Québec on a décidé d’essayer de contrôler les injustices, ce n’est pas qu’il y ai plus d’injustice, c’est seulement que nous avons un esprit commun un peu plus développés que nos cousins de l’ouest…

    Si on abolis toutes les lois et qu’on légalise tout, il faut pas se péter les bretelles ensuite parce qu’il n’y aura plus de criminels, ce serait ridicule, pensez-y un peu.

    En ce qui concerne l’article du Maclean’s, je propose à leurs éditeurs un petit cours d’histoire et de philosophie. Ça leur fera pas de tord!

Les commentaires sont fermés.