Accès au bureau du PM : Rondeau est-il seul ?

Guillaume S. Leduc

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Comme le mandat de la Commission Bastarache est restreint au processus de nomination des juges, la question de savoir si d’autres collecteurs de fonds ont pu avoir un accès aussi facile au bureau du Premier Ministre que Charles Rondeau n’y est pas vraiment abordée. Voici une phrase qui m’a fait sourciller hier :

À propos des nominations qu’il a faite la première année, voici ce qu’il a dit :

On en a fait huit cents (800) dans la première année du gouvernement, soixante-cinq pour cent (65%) reconductions, renouvellements. Alors, on n’est pas dans un environnement où on va sur une base partisane nommer des gens, on le fait parce qu’on veut nommer les gens qui sont les plus compétents.

Si le mandat de la Commission avait été plus large, alors je pense que Me Bertrand aurait pu demander à Jean Charest comment alors il explique les deux articles de presse de Denis Lessard et le reportage de Sophie Langlois dont je vous ai parlé au printemps dernier. Il aurait pu lui demander, aussi, pourquoi ne pas avoir poursuivi M. Lessard et Mme Langlois pour avoir affirmé de telles choses, ou pourquoi à tout le moins ne pas avoir démenti ces articles et reportages sur la place publique. Et il aurait pu lui demander, finalement, si d’autres « bénévoles » du parti avaient un accès aussi facile au bureau du Premier Ministre et une influence dans les diverses nominations du gouvernement.

Mais bon, il faut croire que les Québécois devront se faire une idée à partir d’un mandat aussi restreint qui a été déterminé par Jean Charest lui-même. Je pense que les événements des derniers jours font en sorte qu’il est pertinent de remettre en ligne cet après-midi l’entrevue que j’avais donnée à Stéphane Gasse de CHOI Radio X en avril dernier. Cliquez ici pour écouter.

Publicités

4 réflexions sur “Accès au bureau du PM : Rondeau est-il seul ?

  1. Pingback: lacapitaleblogue.com | links for 2010-09-24

  2. Faudrait d’abord et avant tout, que tout le monde sache faire la différence entre: « faire une ou des suggestions ET/OU « pressions » pour des nominations ». Y a une mardite grosse différence entre les deux mots!…

    N’importe qui ou à peu près, peut faire des suggestions; l’important c’est surtout que la ‘compétence’ y soit et que ce soit pas principalement une question ‘d’allégeance politique’.

    C’est là qui est toute la question!

    Présentement, il se peut (possibilité) que les nominations soient surtout faites QUE sur une base « d’allégeance politique » TOUT PARTI CONFONDUS.

    Or, « SI » c’est le cas, c’est ce que la Commission Bastarache doit définir àma, il faudra trouver une/des solution (s), si possible, pour éviter ce genre de ‘partisannerie politique’ dans la nomination des juges.

    Personnellement, je crois que les « allégations » de Me Bellemare 6 (+) ans après son départ comme ministre de la justice du Qc, N’EST surtout dû qu’à sa très grande ambition (politique) pour devenir un jour Premier Ministre du Qc.

    Ce caractère que j’attribue « d’opportunisme » me fait monter la moutarde au nez et m’empêche de lui faire confiance non seulement en tant qu’individu mais également en tant que ‘professionnel’ et/ou ‘représentant politique’…

    Il est « l’un » des instruments principals à l’instauration de ce cirque qui ne sert qu’à envoyer de la poussière aux yeux de la population du Qc. laquelle, devra tout de même, en payer la note finale.

    SI c’est çà « la conscience politique » de nos politiciens de demain alors, on n’est certes vraiment pas sorti du bois – on a même les pieds dans la merde jusqu’au cou (pour être généreuse)…

  3. Comment se fait il que les médias ont soudainement encensé J J Charest suite à son interrogatoire de la part Me Bertrand. Selon ce que l’on a vue/entendue, il est faux de dire que J J Charest était inébranlable et qu’il a, comme le mensonge de Sébastien Bauvais qui osait affirmé que celui-ci avait répondus à toutes les questions. C’est faux, il n’a pas donné de réponses à toutes les questions. Qui a fait cette commande aux médias ? P Desmarais père ? en tout les cas on doit se poser de sérieuses questions sur la qualité de l’information transmise par certains journalistes.

    On dit qu’une photo vaux mille mots :

Les commentaires sont fermés.