Pétition : Révision du projet de loi 103

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Comme je sais que quelques-uns d’entre-vous pourraient être intéressés par cette pétition, je vous mets le lien en ligne.

Advertisements

14 réflexions sur “Pétition : Révision du projet de loi 103

  1. @Ian, merci pour inclure le lien en ligne. Your leadership is appreciated as I feel this is sooo important.

    Je suis en train de traduire mon courriel çi bas en français. Du moins 80% de mes amis(es) sont anglophones. Je l’ai envoyé à une centaine.

    To all my friends…I am a francophone (both parents) and knowing your sensitivities about rights, I thought I should share something important that is going on in this wonderful province of ours and will hurt francophone Quebecers if we do not take action. I have signed a petition from the National Assembly that is being circulated against the extension of Bill 101 to cegeps and other educational institutions, which would ban English instructions for francophones, therefore making bilingualism a far away dream for francophone students.

    Francophone Quebecers will have to go out of province to become fully bilingual, as the quality of the English taught in schools is worthless. This will, of course, also affect enrollments in Quebec cgeps which is not a good thing.

    Last night, over 3,000 persons from the groups listed at the end of this email, joined forces to manifest against the rights of French Quebecers to attend cegeps in English (colleges after secondary education in Quebec). For many of our francophone students that is, the only way they can become literate in English. In other words, Bill 101 would extend itself to cegeps and other English educational institutions, therefore cutting the chances of French Quebecers to become bilingual..

    By keeping francophones monolingual it will restrict a bond to ever be created between French and English Quebecers and/or with Canadians as well as the 320,000 Million inhabitants of North America. Not good for business. Total isolation. A good manner to keep them prisoners. And of greater importance of course, it will shamefully keep all our innocent poor little francophones away from the best jobs and they will continue to remain insecure and continue not to be part of today’s world.

    Looking back many years ago, when religion kept francophones down by forcing them to have many children so the church could grow at a fast rate (families had as many as 20 children in some cases) and due to tuition expenses, many francophones children from those numerous large families, could not access higher education and university.

    At that time, Anglos being mainly protestants had only 2-3 children, were well educated and became bosses of most big businesses in Québec. Eventually, there was a huge revolt and catholic Quebecers who were mainly francophones threw religion out the window. They could now attend university and soon became masters in their own home with 80% of chiefs being francophones. Perfect you say! No. Not anymore….I predict, if the mainly separatist groups win their way to keep bilingualism out by restricting its education in cegeps…. Québec companies will eventually re-start hiring anglos, as many of them,can now speak a very respectable French. I read that as many as 70% of anglos can speak French with only 40% of francos being bilingual. So Quebec will go in reverse again, going back 30 years.

    It’s amazing how you can keep citizens down by crushing their rights which are guaranteed by our Canadian charter of Rights. These people in all the movements listed below think they are acting for the benefit and protection of the French language but in so doing, they are going too far and are « hurting Quebec’s future children very badly ». they unfortunately are not thinking of the grave repercussions of their actions.

    Please take action before it is too late. I hope this link will work for you. If not, just google « Petition National Assembly Revision of Bill 103 ». It may be that the link can only serve once, so you are probably better to google it.

    https://www.assnat.qc.ca/en/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-841/index.html

  2. @Marian Elle

    Je veux te remercier pour avoir pris le temps de nous donner la liste des organizations qui participaient hier au rassemblement pour étendre la loi 101 dans les cegeps et autres institutions.

    Je leur ai envoyé mes commentaires sur ce chaud sujet. Ce fut très facile car leur site est facile a touver avec Google.

    1. la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal;
    2. le Mouvement national des Québécoises et Québécois;
    3. la Commission scolaire de Montréal;
    …4. le Mouvement Montréal français;
    5. le Mouvement Montérégie français;
    6. le Mouvement Laurentides français;
    7. le Mouvement Lanaudière français;
    8. Impératif français;
    9. la FTQ;
    10. la CSN;
    11. la CSQ;
    12. le Syndicat de la fonction publique du Québec;
    13. la Fédération autonome de l’enseignement;
    14. l’Union des artistes;
    15. le Conseil central du Montréal métropolitain (CSN);
    16. le Bloc québécois;
    17. le Parti québécois;
    18. Québec solidaire;
    19. la Conseil de la souveraineté;
    20. L’Action nationale;
    21. les Intellectuels pour la souveraineté;
    22. le SPQ-Libre;
    23. le Rassemblement pour un pays souverain;
    24. le Mouvement souverainiste du Québec;
    25. le Réseau de résistance du Québécois;
    26. les Jeunes Patriotes du Québec;
    27. le Mouvement pacifique pour l’indépendance du Québec;
    28. le Comité action indépendantiste et culturelle québécoise du Cégep du Vieux-Montréal;
    29. le Mouvement des cégépiens pour le français;
    30. le Comité souverainiste de l’UQAM;
    31. le Mouvement des étudiants souverainistes de l’UdM;
    32. le Mouvement étudiant pour le français-UQAM;
    33. Solidarité Québec-Algérie.

  3. Je pense qu’on s’énerve un peu ici… Premièrement, c’est plutôt pour s’assurer que les allophones acceptent qu’ici, au Québec, c’est en français que ça se passe. Les droits historiques de la communauté anglophone ne sont nullement remis en question.

    L’histoire l’a prouvé: il est essentiel pour le peuple québécois d’utiliser le cadre législatif pour protéger sa langue. Autrement, C’est le folklore qui nous attend.

    Les québécois francophones qui sont persuadés que seul le bilinguisme leur assurera la prospérité ont d’autres choix. Ils peuvent suivre des cours privés ou, comme moi, aller travailler au Canada anglais après leurs études. C’est pas sorcier.

    Les immigrants qui décident de venir s’installer ici doivent adopter notre langue. Si ça ne rejoint pas leur plan de carrière, y’a tout un continent qui est disposé à leur offir une éducation en anglais.

    Au Québec, c’est en français que ça se passe. Ça veut pas dire que nous ne sommes pas disposés à tisser des liens avec nos amis anglophones. D’ailleurs, beaucoup de québécois sont bilingues ou se débrouillent pas si mal, même s’ils n’ont jamais fréquenté l’école anglaise… Et nos amis du ROC, après avoir chanté leur amour lors du référendum de 1995, ont-ils pris le temps d’apprendre notre langue?

    • Évidemment qu’on ne remet pas en question les droits des anglophones. C’est plutôt la majorité francophone qui est brimée par la législation linguistique.

      • @derteilzeitberliner

        Quelques mots qui valent tout dire. Comment se fait-il que la lumière ne s’allume jamais avec ces gens là. On a beau expliquer mais cela rentre dans une oreille et sort de l’autre. Est-ce que les gens sont à ce point programmés? Ils ont peur de disparraître mais pas peur d’être prisonniers. Garder les citoyens ignorants c’est toujours bon pour les leaders.

  4. La langue ne doit pas être une prison, nous contraignant nous les Québécois de souche a redevenir les porteurs d’eau que nous étions jadis,c’est exactement la ou nous mènera notre monolinguisme, qui n’est qu’un mur psychologique, une espèce de firewall culturel; nous empêchant d’échanger, de communiquer et surtout de se comparer avec nos voisin. On parleraient que le latin et ca ne serait pas pire.
    Même Jacques Parizeau a déclaré, que dans un Québec souverain; il botterait le cul de ceux, qui ne parle pas l’anglais, ca dit tout.
    le monde des sciences, le monde des affaires,le monde du sport et j’en passe ont une langue commune de communication, l’anglais.
    Ici au Québec on peut tous constater que les finissants du secondaire 5, on moins de vocabulaire que les enfants du primaire en France alors qu’est-ce que l’on veut défendre au juste?

  5. @lutopium..j’oublie votre vrai nom…pourquoi vous cachez vous?

    Oui, il est grandement temps que l’on s’énerve lorsque les droits mêmes des francophones sont attaqués de plus en plus.

    Je vois que vous n’avez rien compris même avec tout les details excessifs de mon texte.

    Je résume:

    « These people (mainly separatists) in all the movements listed below (list is on this blog separately) think they are acting for the benefit and protection of the French language but in so doing, they are going too far and are « hurting Quebec’s future children very badly ». They unfortunately are not thinking of the grave repercussions of their actions ».

    Une des raisons pourquoi le Québec n’avance pas économiquement et reste pauvre est l’exodus des gens bien nantis qui ne peuvent avaler la pilule amère du manque de respect et du baffouement de leurs droits et libertés. Depuis 1971, 400,000 personnes ont abandonnées le Québec enrichissant l’Ontario. Québec est toujours le perdant car il doit remplacer ces personnes par des immigrants…très couteux!

    Voici les statistiques, c’est très impressionant:
    http://www.statcan.gc.ca/pub/89-641-x/89-641-x2010001-eng.htm

    Le Québec accepte sans culpabilité de quêter du Canada et continue de tout faire pour crouler économiquement. Le Québec sait faire.

    Je vous recommenderais de lire l’article içi sur les bienfaits du bilinguisme.

    http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/201009/16/01-4316078-langue-denseignement-pour-le-libre-choix.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=envoyer_cbp

    • Je vais lire le rapport, merci pour le lien. Cependant, vous mélangez les genres ici. Il est question essentiellement du projet de loi 103 et de l’opposition qui a pris forme.

      Personnellement, je n’ai pas l’impression que le Québec est une province « quêteuse ». Je vous invite à lire le billet de mon ami Darwin sur le sujet. Vous verrez, c’est pas aussi pire que Maxime Bernier tente de nous le faire croire. http://tinyurl.com/33ynwx8

      Le dernier lien que vous suggérez n’est pas un article mais bien l’opinion d’une lectrice.

      Et, je le répète, je n’ai absolument rien contre le bilinguisme, au contraire. Je persiste à croire cependant que l’enseignement doit se faire en français; tant pour les francophones que pour les allophones. Encore une fois, je le répète, les droits historiques de la communauté anglophone ne sont pas remis en question. Je peux comprendre toutefois qu’ils aimeraient bien que les allophones fréquentent leurs écoles…

      Tiens, si ça vous intéresse: http://tinyurl.com/25cgns8

      • @lutopium

        Je pense que vous ne comprennez pas les enjeux.

        Les 400,000 personnes qui ont quittés le Québec depuis 1971 payeraient sûrement près de $8 Milliards en dollars constants en taxe par année… Oooops…n’est ce pas $8.5 Milliards que nous devons quêter des provinces riches?

        Continuons è chasser les gens avec nos lois restrictives.

        • Je ne suis pas d’accord. La loi 101 n’est pas une loi restrictive. Elle existe avant tout pour protéger la langue française au Québec. C’est une loi qui fait presque consensus chez les francophones. Et tous les partis politiques l’appuient. De plus, est-il nécessaire de rappeler que la loi 104 a été appuyée unanimement par les députés de l’Assemblée Nationale. Est-ce que les sympathisants que RLQ iraient jusqu’à demander l’abolition de la loi 101?

          Vous ne pouvez pas dire que ces 400,000 personnes ont tous quitté le Québec pour la même raison. C’est un mouvement migratoire inter-provincial. Évidemment, plusieurs anglophones ont quitté le Québec lorsque nous avons commencé à parler sérieusement d’indépendance. Et puis?

          Bien des gens ont quitté le Nouveau-Brusnwick pour aller s’établir en Alberta. Des Ontariens sont partis vers la Colombie-Britannique. Des résidents de l’Île-du-Prince-Édouard se sont exilés en Nouvelle-Écosse. Qu’est-ce que ça prouve?

          Parfois, vous dites que le Québec est pauvre car il offre trop de services publics. Et maintenant, vous dites que c’est à cause des gens qui ont quitté le Québec. Parfois, j,ai l’impression que vous n’aimez pas le Québec…

  6. @ Mario..bien dit.

    @ Ian, j’aimerais bien savoir quel est votre opinion sur ce sujet qui est d’après moi d’une importance vitale sur l’économie du Quebec…

    @qui sait…

    J’aimerais savoir aussi si quelqu’un aurait fait une thèse ou écrit un article sur le « coût » au Québec de l’exodus continuel des ses citoyens anglophones, allophones et même francophones et naturellement en calculant aussi les coûts exhaorbitants d’avoir à les remplacer avec l’immigration.

    Je n’entend jamais parler de ces répercutions sur nos ondes ou dans les journeaux. Pourtant ce sont sûrement des milliards de dollars qui sont perdus pendant que nous avons a en quêter du Canada.

    http://www.statcan.gc.ca/pub/89-641-x/89-641-x2010001-eng.htm

    • Je favorise simplement la liberté de choix. Si un adulte souhaite envoyer ses enfants francophones à l’école anglaise, il devrait avoir le droit dans mon esprit. C’est lui qui sait ce qui est le mieux pour son enfant et notre société n’a pas à déterminer s’il a tord ou raison à sa place.

      Quant à ce que je ferais pour mon propre enfant, je lui ferais faire probablement l’école primaire et le premier cycle du secondaire en français. Par contre, je serais très intéressé à lui faire compléter ses études secondaires en anglais s’il le souhaite.

      Pour ma part, j’ai toujours eu un regrès dans mon cheminement académique et c’est de ne pas avoir fait mon collégial en anglais. J’ai 26 ans et je me considère preque bilingue, mais je dois encore travailler. Ce qu’il me manque, à Québec, c’est des occasions de discuter avec des gens en anglais pour venir à bout de mon manque de fluidité.

      Je valoriserai toujours le français comme notre langue principale à la maison, mais c’est sûr que je vais tout faire pour que mes enfants soient bilingues le plus tôt possible.

      Malheureusement, moi, j’aurai les moyens de payer pour atteindre ce but. Ce n’est pas le cas de tout le monde.

  7. @Ian…Merci bien pour ta réponse. C’est un monde énorme qui s’ouvre à toi lorsque tu es bilingue. Mes parents nous ont envoyé à Toronto pour 2 ans car l’anglais apprit à l’école n’était pas suffisant pour se dire bilingue. Par après, ceci m’a ouvert une porte incroyable dans le monde des affaires. Ce fut pour moi la plus grande héritage qu’on ai pu me laisser. J’ai crée de merveilleuses liaisons avec des anglophones. Ici on a fomenté la peur contre la langue anglaise….je ne comprend pas.

    Pourquoi n’avons nous pas des écoles bilingues à partir même de la premiere année. Cela se fait partout en Europe. Est-ce que les petits québecois ne sont pas assez doués? Ou est le raisonement pour être contre?

    Si tu veux pratiquer ton anglais avec moi, cela me ferra plaisir. Anytime.

  8. @Lutopium….Je vais redire tout ce que j’ai dit auparavent avec quelques nuances…La pauvreté du Québec est là pour y rester tant que nous ne serons pas responsables avec nos finances. Nous dépensons l’argent que nous n’avons pas et que les provinces riches nous envoient, en se donnant des services, que les provinces riches ne peuvent même pas se payer.

    Bientôt la péréquation va être une chose du passé….et là que va t’il se passer au Québec??? Ou trouverez vous $8.5 Milliards? Nous faisons mieux de se réveiller vite! Ce serra fini le filet mignon nous serrons au baloney et encore plus de personnes partiront car les services serront sérieusement manquants.

    Nous allons vraiment un peu trop loin avec les restrictions sur l’anglais tout en baffouant sutout les droits des francos, en guise de protéger la langue. Il devrait y avoir une limite. J’ai eu une belle vie parce que j’étais bilingue, ce ne serra pas ce qui attend nos jeunes si les restrictions de devenir bilingues continuent.

    C’est dommage que les médias et le gouvernement ne se penchent jamais sur ce sujet important et sur cet exodus qui causent de graves répercutions sociales et économiques. Yahoo!!!… on est dans le fossé économiquement mais c’est pas grave, victoire… nous parlons tous que français! Bravo! VIVE LE QUEBEC VIDE!

    Une chose que je trouve vraiment bizarre est lorsque les fédéralistes s’expriment pour un Québec meilleur, pour une meilleur éducation, un meilleur système de santé, pour une meilleure gérance de nos taxes, pour qu’il soit noble et arrête d’harceler les anglophones et la langue anglaise tout en brimant les droits des francophones …on nous traite de « traite » et comme vous me dites « Parfois, j’ai l’impression que vous n’aimez pas le Québec… »

    C’est tout le contraire, ma chère Jeanne, c’est que je suis passionnée et heureuse de mes racines, j’adore mon Québec qui se trouve dans un des meilleurs pays du monde… mais… je n’aime pas regarder mon Québec « going down the toilet »!

    C’est le temps pour le Québec de faire des efforts énormes pour s’améliorer et évoluer, avant qu’il soit trop tard! Je suis sûre que vous avez la même vision pour un Québec fort économiquement dans un Canada uni et finallement de l’harmonie entre nous tous!

Les commentaires sont fermés.