Un ex-ministre péquiste au RLQ

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Vous aurez la chance, car je considère ça vraiment comme une belle opportunité, de voir et entendre M. Jacques Brassard lors de la toute première conférence du Réseau Liberté-Québec. Il sera accompagné par notre bon ami Reynald Du Berger qui saura probablement vous faire rire le 23 octobre prochaine. Ces deux conférenciers vous offriront un atelier portant sur le climato-scepticisme.

Il vous sera également possible de discuter d’un sujet économique avec l’excellent Pierre Simard de l’ÉNAP que vous avez eu la chance de connaître cet été sur notre blogue puisque nous avons diffusé quelques-uns de ses textes (#1, #2, #3). Il sera accompagné d’Éric Duhaime, qui n’a plus besoin de présentations ici.

J’espère que vous commencez à bien visualiser la journée du 23 octobre prochain. Plus de 125 personnes sont déjà inscrites et de nouvelles personnes s’ajoutent chaque jour. D’ailleurs, vous devrez faire vite, car le 23 septembre prochain, le coût d’inscription passera à 35$. J’espère que nous aurons la chance de rencontrer plusieurs lecteurs des analystes lors de cette activité.

Finalement, j’aimerais que vous donniez votre opinion sur notre choix de conférenciers. Êtes-vous satisfaits jusqu’ici?

Publicités

8 réflexions sur “Un ex-ministre péquiste au RLQ

  1. Je ne serai pas présente à cette journée, la principale raison étant que j’habite beaucoup trop loin et que le sujet proposé par M.Kory Teneycke ne m’intéresse pas. Quiconque lit les blogues de droite ou de centre droit de manière assidue est déjà bien informé sur le sujet de la « prétendue objectivité journalistique » de « la couverture franchement de l’actualité », etc. J’adhère en partie à ce point de vue.

    Par contre, j’aurais bien aimé assister à cet échange qu’auront M. Brassard et Du Berger sur le climato-scepticisme, un courant de pensée auquel je ne me suis pas intéressée jusqu’à maintenant, trop confortable dans l’idée qu’il y avait, qu’il ne pouvait y avoir qu’un réchauffement climatique conséquence de cette frénétique activité humaine.

    Comme il s’agit d’une primeur réservée aux participants de cette journée, j’espère que vous nous offrirez comme prix de consolation, un compte-rendu des moments les plus représentatifs de cet échange, et si possible dans un format vidéo.

  2. On pourrait inviter Arnold, il pourrait nous donner des idées comment réduire notre déficit ?

    Hasta La Vista, Arnold!: What California’s Budget Mess Means for America

    On pourrait inviter Arnold, il pourrait nous donner des idées comment réduire notre déficit ?

    Je vous invite à l’écouter, et voir à quel point que les unions sont très forts.

    Q.D.

  3. Pingback: lacapitaleblogue.com | links for 2010-09-13

  4. Certainement qu’en confinant Jacques Brassard au sujet prévu, vous éviterez les dérapages.
    Sujet qui m’interpelle, sous l’angle politique. Comment se fait-il qu’aucun parti n’est climato-sceptique? Précisément pourquoi le Parti Conservateur n’a pas adopté cette position? Combien de fois Al Gore doit-il être contredit par les données pour que sa doctrine sorte du cerveau de Jim Prentice? Je perçois un décalage entre l’élite et la base. À la longue ça devient agaçant. Il y un comme un vide politique au pays. Au Québec, à l’ADQ, je commence à en avoir marre qu’on se complaise dans la crédulité ambiante.

  5. On voit par les différents commentaires soit sur le blogue de Joanne Marcotte ou les analystes, que certains « péquistes » (souverainistes/indépendantistes), croient également qu’il est temps pour les gouvernements de cesser de dépenser comme des charognes.

    Or, si c’est le cas de M. Brassard alors BRAVO!

    Pour ce qui est du sujet qui sera abordé ‘climato-scepticisme’, j’aime bien lire les commentaires de M. Du Berger sur le blogue « les analystes » conçernant le sujet. Je crois même que si M. Brassard est à l’opposé de M. Du Berger ce sera TRES intéressant!

    Malheureusement, j’habite un peu loin pour me joindre aux conférences et la date est mauvaise pour moi, mais j’ose espérer que le tout sera sur vidéo pour ceux intéressés.

  6. Pour Luc

    Arnold a sauvé l’État de la faillite l’année passée (au moins empêché qu’il fasse défaut de paiement), mais le déficit persiste.

    Contrairement aux provinces, un État ne peut faire des déficits pour des dépenses d’opérations.

    Alors, il fait son possible, n’oubliez pas il a subi de plein fouet la crise immobilière, au Québec on est en déficit structurel sans même avoir subi une telle crise, juste une mauvaise gestion des dépenses d’États par des politiciens qui étaient plus préoccupés à gagner des votes, qu’à gérer en bon père de famille l’argent des contribuables.

  7. J’espère qu’il y aura enregistrement video/audio de cette conférence pour ceux comme moi qui habite ailleurs dans le monde!A+

Les commentaires sont fermés.