Les néo-communistes

Frédérick Têtu

(Contact via Courriel),

Aujourd’hui, je vous suggère que la lutte contre l’automobile est en fait une lutte déguisée contre le capitalisme. Je fais le lien avec un phénomène politique récent : l’émergence du néo-communisme.

Advertisements

18 réflexions sur “Les néo-communistes

  1. Effectivement, il faut vraiment se méfier de la montée de Projet Montréal, très liée à Québec solidaire. Selon mois, Louise Harel a perdu ses élections uniquement parce qu’elle a refusé de participer à un débat en anglais, donc Gérard Tremblay, malgré ses problèmes de corruption, a remporté la mise en allant chercher les immigrants et les anglophones, avec un certain pourcentage de francophones qui ne sont pas péquistes. Richard Bergeron a même passé proche d’être maire. S’il n’y avait pas des journalistes qui avaient mis en évidence des déclarations douteuses dans son passé, comme vous l’avez relevé à juste titre dans le cas de la cigarette, il était à égalité avec les deux autres partis environ une semaine avec les élections municipales.

  2. Une autre étiquette!!

    Vous ne fêtes que cela, jouer avec les clivages et apposer des étiquettes afin de vous justifer et surtout nous diviser comme citoyen. Selon moi, les citoyens peuvent avoir des opinions de tout ordre et défendrent des causes de toutes sortes sans les compartimenter pour autant de néo… communiste, de néo…, ce que vous voulez!! « La partisannerie » nous enlève notre pouvoir citoyen et les « étiquettes » nous divise, ce que vous faites! Belle affaire!! Le résultat est beau!! Changez votre façon d’être et de pensée, les citoyens ne sont pas dupes. Simple citoyen qui subit les saletés du gouvernement Charest, je me dis, vous auriez avantage à unir plutôt que de salir!! Quel étiquette allez-vous m’apposer pour avoir dit ma vérité? C’est vrai,les riches et les gouvernements ne font que ça nous « diviser pour régner »!! Je ne demande qu’une chose, soyez respectueux envers vos concitoyens et surtout affirmez-vous sans pour cela devoir catégoriser les autres!! Pour la liberté, l’égalité et la fraternité!

    • « Pour la liberté, l’égalité et la fraternité! ». C’est la devise d’un grand pays, pourtant j’aurais peine à y vivre justement à cause du manque de liberté. Quand l’appareil étatique envahit la vie du citoyen, quand on édicte des normes nationales qui ne concernent plus seulement le milieu de travail, la santé, l’éducation, mais aussi la vie privée et les loisirs de l’individu, peut-on encore parler de liberté? Nos voisins du sud nuancent beaucoup plus ce mot que nous les latins, car ils ont liberty et freedom.

      J’en suis rendu à me demander si les Québécois sont vraiment épris de liberté quand ils laissent s’installer un gouvernement , qu’il soit libéral ou péquiste, qui prend toutes les décisions qui concernent leur vie personnelle au nom d’une collectivité, pour le bien « commun ». La marge de manoeuvre de l’individu est devenue minuscule, l’état est devenu étouffant.

      Faire ses propres choix et prendre ses responsabilités d’adulte demandent une dose de courage car ça comporte toujours des risques qu’il faudra assumer en cas d’échec, donc ça déplait à certains qui préfèrent que le gouvernement fasse ces choix et assume ces responsabilités à leur place. On se décharge ainsi de poids qu’on refuse d’assumer par paresse, lâcheté et égoïsme. Ainsi on refile nos ainés aux CHSLD car ils sont devenus trop encombrants, trop lourds ils risqueraient de troubler la quiétude de notre petite vie bourgeoise. Les couches de nos ainés sont devenues pour nous aussi gênantes que celles de nos bébés que nous déchargeons quotidiennement et à des heures matinales indécentes dans nos fourrières humaines que sont devenues ces garderies étatiques à 7$. l’État est devenu la maman de bébé car c’est l’État qui passe le plus clair de ses journées avec lui. On confie à l’État l’éducation totale et même la transmission de la plupart de leurs valeurs à nos enfants. Et ensuite on s’étonne que le tiers d’entre eux décrochent de l’école et de plus en plus d’entre eux décrochent aussi de leurs parents. Peut-on leur reprocher?

      Ce tableau ne correspond pas vraiment à ma conception de la liberté, et c’est pourtant celui qui décrit le Québec de 2010. C’est nous, et non pas les multinationales qui avons mis ces gouvernements en place. Nous avons élu ces gens parce qu’ils tenaient un discours démagogique, rassurant, lénifiant… « on va prendre soin de vous, on va vous donner ceci, cela… on va même fabriquer gratuitement les bébés que vous désirez et tuer aussi gratuitement ceux que vous ne désirez pas. Que voulez-vous de plus? On a les Charest qu’on mérite, assumons-les jusqu’au bout, et que ça nous serve de leçon! Ça va nous prendre encore combien de Charest ou de Marois avant qu’on comprenne? À partir de ce constat navrant, on dit quoi? et surtout, on FAIT quoi?

  3. Je partage votre vision des choses! Projet Montréal a été aidé par le vide politique ambiant. Également, Mme Harel qui avait été ministre des affaires de la métropole, avait piloté le projet de fusions pour Montréal, au grand déplaisir de certaines municipalités à l’intérieur de l’île. 10 ans plus tard, les anglophones ont été en mesure de faire savoir que eux aussi, ils se souviennent…

    M. Richard Bergeron me fait l’effet d’un Jean Drapeau verdoyant. C’est un mégalomane dont le cerveau fourmille d’idée pour rendre notre chère métropole une ville moderne (à savoir si ces idées sont bonnes ou réalistes, c’est une autre affaire). Luc Ferrandez quant à lui, a le « défaut » d’être plutôt transparent. On voit plus aisément à quoi ils veulent en venir en lisant son blogue. Mais je crois que M. Ferrandez apprend vite le jeu de la politique, c’est pourquoi ses interventions sur son blogue sont plus espacées…
    Son billet « C’est pas moi, c’est lui » vaut la peine d’être lu, ne serait-ce que pour voir à quel genre de personnage on a affaire.

    Vous avez 100% raison avec l’affaire de « l’apaisement de la circulation » des rues résidentiels vs leur intervention pour les plans d’aménagement de l’échangeur Turcot. Il y a là comme un double discours, un espèce de jupon qui dépasse… radicalement.Je trouve cela très hypocrite de leur part. D’ailleurs, si ce n’était que de M. Luc Ferrandez, ce n’est pas juste les rues qui seraient apaisés..Il voudrait également bannir carrément toute automobile sur le Mont-Royal!

    http://24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2010/05/20100504-165654.html

    Je ne sais pas si il réalise que pour une famille avec des jeunes enfants, ce n’est pas toujours de la tarte que de se déplacer. Surtout si on veut pratiquer des sports d’hiver. Vous vous voyez, vous, avec deux enfants de 4 et 6 ans, apporter traineaux et patins en autobus pour aller au Lac des Castors?! J’ai l’impression que beaucoup de purs et durs anti-voiture doivent être célibataires…Et après ça, on essaie de nous faire avaler que c’est pour ramener les familles en ville qu’on entreprend ces mesures.

    Plus démagogue que ça, tu meurs.

  4. C’est bien pire que ce que vous pouvez imaginer! En fait, les forces de gauche se préparent à prendre le pouvoir par les armes et convertiront les québécois à l’islamisme. Toutes les entreprises seront nationalisées, le tourisme international interdit et les voitures retirées de la circulation. Vous serez forcés à travailler pour la patrie et vous serez exilés dans le grand nord si jamais vous osez défier l’autorité.

    Rien de moins… ;-)

    Blague à part… Est-ce ici un aperçu du style « journalistique » de Sun TV? À soir, on fait peur au monde, inspiré par le sénateur MacCarthy. Avec une p’tite photo de Chavez pour accompagner le tout… C’est n’importe quoi!

    • Ben…M. Amir khadir souhaite nationaliser les mines, le secteur éolien…Il veut créer Pharma-Québec…

      Me semble que ça s’approche de votre scénario, non?

      Si on continue d’appauvrir les gens en passant taxes par dessus taxes, on n’aura pas besoin d’être coercitif pour retirer les autos de la circulation, les gens n’auront tout simplement plus les moyens de s’en acheter! Seuls les amis du Parti (de Québec Solidaire?) en auront les moyens. ;-)

      Pour ce qui est d’interdire le tourisme international, pas besoin de l’imposer…Suffit de rendre ça tellement pas attrayant. D’ailleurs, à entendre le secteur du tourisme québécois se plaindre de la baisse de touristes étrangers…encore une fois votre scénario n’est pas si tiré de l’imaginaire que ça!

      Travailler pour la patrie…si on augmente encore les impôts, ça va être pas mal ça. Déjà, on travaille la moitié de l’année pour la Patrie!…

      Aussi, j’aime bien votre analogie avec le grand Nord et le Goulag! Car, tout comme le Goulag, le grand nord recèle de métaux précieux et ça nous ferait de la main d’oeuvre bon marché…Saviez-vous que les prisonniers du Goulag avaient comme activité de « paner » de l’or? J’ai entendu ça dans une conférence nous présentant un projet dans cette région!

      Ah! Que j’ai hâte que le Québec se « modernise » ainsi!

      • Si on nationalisait une partie du secteur des mines, la société en serait grandement gagnante. Au lieu de voir les profits s’envoler ailleurs, on pourrait financer nos services et payer une partie de notre dette, n’est-ce pas ce que vous souhaitez? L’idée de Pharma Québec n’est pas si bête que vous essayez de nous le faire croire. En fait, ça permettrait d’économiser un milliard par année… Vous n’êtes par écoeurée de voir les grandes pharmaceutiques faire des profits faramineux alors que vous et moi devont en faire les frais?

        Arrêtez donc de faire croire que les idées de Qs sont extrêmistes. Tant et aussi longtemps que les québécois désireront vivre en collectivité et contribuer au bien-être de leurs concitoyens, vos idées ne rejoindront pas grand monde. Si un jour notre peuple adhère à vos idées individualistes, je me rallierai au consensus. Mais nous n’en sommes pas là.

        Nonobstant ce que vous essayez de faire croire aux gens, les propositions de Qs sont modérées et applicables dans le système capitaliste. Système qu’il faut bien encadrer, sinon ça dérape. Investissez donc vos énergies à dénoncer la corruption et le gaspillage des fonds publics. Elle est là l’urgence politique.

        • Allez raconter vos bobars aux Russes, Ukréniens etc.etc.

          Q.S. = extrême gauche (socio-communiste) cachant un agenda SOUS l’argument de « Parti tempéré » (centre-gauche).

          On a vu neiger avant hier et NOUS, on connait l’histoire LA VRAIE!

        • ouais ouais, l’aplaventrisme québecois est reconnu mondialement et le bienvenue-alisme Canadien sont une porte d’entré en amérique, suffit d’arrivé ici les bras en l’air en criant réfugié et ce n’est qu’une question de temp avant d’avoir TOUT les droits des autre RÉSIDANTs qui se sont arraché le c.. et qui n’ont droit qu’a une pitence de merde pour des décénies de travaille acharné alors que tout ces faux réfugié qui retourne chez eux tout les deux ans pour des vacances, pour endoctriné leurs décendants ou même faire excisé leurs filles, et j’en ai vue des petites qui partaient en jupes pour revenir la mort dans et draper de la tête au pieds.

        • « Arrêtez donc de faire croire que les idées de Qs sont extrêmistes. Tant et aussi longtemps que les québécois désireront vivre en collectivité et contribuer au bien-être de leurs concitoyens, vos idées ne rejoindront pas grand monde. Si un jour notre peuple adhère à vos idées individualistes, je me rallierai au consensus. Mais nous n’en sommes pas là.  »

          J’en ai marre d’entendre ça. Qui a décidé de ce que LES québécois veulent? Pourquoi LES québécois veulent quelque chose? Pourquoi on le laisserait pas CHAQUE individu décider de ce qu’il veut plutôt que de lui imposer ce que 51% des gens sont « supposés » vouloir? Ne pourrait-on pas laisser les gens libre d’embarquer ou non dans un système collectiviste? Pourquoi n’est-je pas la possibilité de sortir du RRQ, de la RAMQ, du RQAP, de la CSST… Je peux continuer, mais vous comprenez le principe. Bien beau si vous voulez vivre dans une société avec un Pharma-Qubec, mais laissez ceux qui désirent payer leur médicament directement du méchant privé la liberté de le faire sans avoir à payer pour ceux qui veulent le système collectif….

  5. Claude Talbot

    Vous avez tellement raison.
    Aussitôt que nous voulons dire des choses qui sortent du chemin de nos médias réguliers ou de l’establismen, nou nous faisons « flocher » comme du papier de toilette …

    Fernand Cloutier
    Val-d’or

  6. J’ai lu ce commentaire sur un site américain qui s’applique parfaitement à la situation au Québec:

     »The unholy alliance of unionized government employees, entitlement program recipients, and the not-for-profit sector represents the greatest threat to our economic and political liberty since our nation’s birth. »

    La différence? Les Américains vont réagir… le 2 novembre…

  7. à Claude Talbot

    Je vous cite :
    « Vous ne fêtes (sic) que cela, jouer avec les clivages et apposer des étiquettes afin de vous justifer et surtout nous diviser comme citoyen. »

    Oh, mon Dieu ! On nous « divise » comme « citoyen » ! On nous appose « des étiquettes » ! Quelle horreur ! Au secours !

    Euh… Une société d’adultes libres est nécessairement « divisée » et comporte des « clivages ». D’autre part, j’aimerais bien conserver le droit d’envoyer encore se faire voir les emmerdeurs (comme vous ?) qui se croient autorisés à me faire la leçon, et à me dire ce que je dois penser, au nom du « bien commun » ou de « l’intérêt collectif »… Tant pis si ça fait de moi un méchant « citoyen » qui travaille à « diviser » la société…

    Et puisque vous avez parlé « d’étiquettes », j’aimerais aussi avoir le droit de voter Harper sans me faire qualifier de « réactionnaire », de « fasciste » ou de « red-neck ». Mais je rêve, je crois bien.

    Vous n’arrêtez pas de vous gargariser avec l’étiquette « néo-libérale », mais dès qu’on parle de « néo-communiste » (un terme approprié, selon moi, pour qualifier cet excité de Richard Bergeron), vous montez dans les rideaux… Vous avez l’épiderme bien sensible…

    P.S. « Liberté, égalité, fraternité »… N’était-ce pas, aussi, la devise des champions de la guillotine ? Enfin, c’est très pompier comme devise.

    • Oui,malheureusement,le néo-communiste existe bel et bien au Québec!Quand c’est rendu que l’école par exemple,se mêle de la vie privée des gens en faisant faire des devoirs actifs aux enfants!Ou encore questionne les enfants sur leurs habitudes de vie à la maison!Si c’est pas de l’ingérence digne d’un régime totalitaire,je me demande ce que c’est!Réveillez-vous!Notre liberté n’est pas acquise!On doit se battre pour la conserve r!En terminant,je vous laisse un extrait d’un récit de Dostoïeski : »…Il n’y a pas pour l’homme de souci plus cuisant que de chercher un être devant qui s’incliner(…)à`qui déléguer ce don de liberté.(…)L’homme préfère la paix et même la mort à la liberté(…)Nous avons corrigé ton oeuvre.(…)Et les hommes se sont réjouis d’être de nouveau menés comme un troupeau… »

Les commentaires sont fermés.