Jean-Marc Fournier s’est « ressourcé » dans la construction

Guillaume S. Leduc

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel)
Croyez-vous aux coïncidences ?

C’est la question que je tenais à vous poser après avoir remarqué que le nouveau candidat libéral dans Saint-Laurent et probable successeur de Jacques Dupuis a lui aussi des liens avec le secteur de la construction. Ce n’est pas un fait nouveau, mais durant sa pause de ressourcement, avant d’aller faire un pèlerinage auprès de Michael Ignatieff, Jean-Marc Fournier est allé se ressourcer auprès de Socodec, une firme de construction de SNC-Lavallin. Il n’y a rien d’illégal là-dedans. D’ailleurs, Il a lui-même affirmé ne pas faire de représentations auprès du gouvernement du Québec, conformément aux règles en vigueur. Ce qui dérange, par contre, ce sont les liens serrés que l’on découvre en grattant un peu.

UNE DÉCISION SURPRENANTE

D’abord, la première question qu’il faut se poser est la suivante : pourquoi Jean-Marc Fournier, qui a une formation de juriste et a fait carrière en radio et en politique, est allé travailler pour une firme de construction après son passage au Parti Libéral du Québec ? Cela me rappel étrangement le cas de Frank Zampino, ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, qui  est allé travailler pour la firme d’ingénieur Dessau. Étranges décisions, ne trouvez-vous pas ?

Par ailleurs, quand on examine la liste des membres du conseil d’administration de Socodec, on y trouve un certain Pasquale Di Lillo. Peut-être est-ce un hasard, mais une personne du même nom (!) a été nommée par Jean Charest à la régie des installations olympiques (RIO), le 26 mai 2004. Encore là, rien d’illégal. Sauf qu’en fouillant un peu, je me suis rendu compte que Socodec semblait avoir quelques squelettes dans son placard, justement concernant les installations olympiques.
L’AVENTURE OLYMPIQUE DE SOCODEC
C’est sur le site très complet de Claude Phaneuf, ingénieur principal de la construction du stade olympique (qui mène actuellement toute une bataille pour que la vérité soit faite dans ce fiasco auquel il a assisté aux premières loges), que j’ai découvert que c’est Socodec qui a réalisé la construction du fameux toit du stade olympique dans les années 1980. Voici un résumé de toute cette histoire, décrite avec détails sur le site de M. Phaneuf :
Le Toit Socodec-Lavalin installé dans les années 1987 et 1988 connut des ratés et a dû être enlevé en 1998. Le contrat octroyé à cette firme était du type « clés en main », ce qui signifie que seul le montant du contrat devait être payé sans extras ou imprévus que l’entreprise devait prendre à sa charge.
[…]
Ce n’est pas tout à fait ce qui est arrivé, vous vous en doutiez bien. $42,5 Millions d’extras furent demandés par Socodec-Lavalin dont $21 millions accordés plus quelques $8 Millions d’intérêts ($29 Millions au total). La « cher » RIO a donc payé pour ce premier Toit $147,42 Millions, soit $716,000 (études) + $117.7 Millions (contrat fixe) + $29 Millions (extras et intérêts). Ce montant exclut une somme annuelle de l’ordre $600,000 pour l’entretien et l’opération, montant payé en plus pendant une dizaine d’années.

On y apprend également que suite à ce gaspillage déplorable, il y a eu un procès en 1990 dans lequel :

La RIO s’est empressée de recourir à un tribunal d’arbitrage qui garantissait un verdict rapide et la confidentialité des débats, et de payer les $29 Millions additionnels, du jamais vu.

[…]

Quant aux $29 Millions d’extras et intérêts inclus accordés, (ce qui en dit beaucoup) La Presse du 21 septembre 1991, rapporte :- « Serez-vous vraiment étonné d’apprendre qu’un chèque de 17 millions fut émis un mois avant que les arbitres ne statuent sur le montant ! Quant au solde de 12 millions, il a été acquitté en un temps record, 21 jours après le prononcé du verdict alors que les difficultés financières de la firme faisaient la une des journaux ».

Jin Fanning – Claude Phaneuf – Gene Kirby – Don Drysdale

Et M. Phaneuf y ajoute probablement la question la plus intéressante : « Malgré tout cela, y aurait-il une grande différence entre certains ingénieurs qui ont travaillé au Toit Socodec-Lavalin en 1985 et ceux qui travaillent aujourd’hui en 2008 sur le Toit que la RIO veut absolument accorder  à SNC-Lavalin ? »

À tout cela, je veux ajouter d’autres faits importants. Le directeur de la RIO de 1989 à 1995 était nul autre que Pierre Bibeau, mari de Line Beauchamp et organisateur de longue date du PLQ qui a été pointé du doigt au sein même de son parti pour avoir une influence trop importante auprès de Jean Charest sur les nominations partisanes. Cette histoire est sortie sans faire trop de bruit le jour même de la démission de Marc Bellemare, le 28 avril 2004…. soit quatre semaines avant qu’on apprenne la nomination de Di Lillo à la RIO.

Dans la même nouvelle, on apprenait que l’ancien chef de cabinet de Jean Charest, Michel Crête, s’était plaint de la présence d’un individu en conflit d’intérêt dans une réunion visant à allouer le contrat sur l’étude des défusions municipales. Ce contrat de 1,1 million fut finalement accordé par Jean-Marc Fournier, alors ministre des affaires municipales, à ce même individu. Michel Crête, lui, a été congédié.

On sait, aussi, que Pierre Bibeau et Jean-Marc Fournier sont très proches : le premier ayant déjà travaillé « dans l’entourage » du second et les deux étant très proches du Parti Libéral du Canada. Autre fait intéressant, Marc Bibeau (aucun lien de parenté avec le premier, selon ma source), dont la famille est propriétaire de Shokbéton qui a participé elle aussi à la construction du Stade Olympique, était décrit en 2004 comme étant le plus grand collecteur de fonds du PLQ et ayant lui aussi une énorme influence dans les nominations de Jean Charest.

Je sais, ça fait du stock. Mais si on résume les grandes lignes :

  • En 1989, Pierre Bibeau est directeur de la RIO, qui a liquidé 29 millions d’argent des contribuables pour sauver la face de Socodec.
  • En 2004, un dirigeant de Socodec est nommé à la RIO, au moment même où Pierre Bibeau est accusé d’avoir trop d’influence dans les nominations de Jean Charest.
  • En 2008, un ex-ministre avec aucun background dans le domaine de la construction, mais proche de Pierre Bibeau, se trouve un job chez Socodec.

Rien d’illégal, évidemment. Mais c’est fou ce que les liens peuvent être serrés entre le PLQ et le monde de la construction! J’ai hâte de voir comment le probable prochain leader du gouvernement va défendre l’entêtement de son parti à ne pas déclencher de commission d’enquête sur la construction.

Alors, vous y croyez, aux coïncidences ?

Publicités

11 réflexions sur “Jean-Marc Fournier s’est « ressourcé » dans la construction

  1. Socodec est la firme de construction filiale de Lavaliin qui a installé le toit du stade olympique. C’est eux qui soumissionnent pour le remplacer…

  2. Pingback: Tweets that mention Jean-Marc Fournier s’est « ressourcé  dans la construction « « Les analystes -- Topsy.com

  3. Bof… C’est comme ça depuis des lustres. Ça fait un bout que le peuple est dirigé par une clique restreinte… Tant et aussi longtemps qu’on va laisser l’état avoir autant de pouvoir, ça n’arrêtera jamais !

  4. M. Leduc, je crois que votre article est un début d’enquête publique sur la construction. La venue de Jean-Marc Fournier vient d’ouvrir la première boîte de pandore, et il y en a de nombreuses autres. À chaque nouveau personnage qui entreront au PLQ pour le renouveller amènera sa boîte de pandore remplie de relations obscures et de squelettes si bien qu’un contrat sera accordé pour fabriquer une armoire servant à les cacher au peuple.

  5. Pingback: lacapitaleblogue.com | Jean-Marc Fournier s’est « ressourcé dans la construction

  6. Très bon travail, tu mets en lumière des liens qui ne paraissent pas dans les médias traditionnels! Il faudrait aussi voir les liens possible avec le fiasco de l’Îlot voyageur de l’UQÀM, alors qu’il était ministre de l’Éducation…

  7. Pingback: Jean-Marc le constructeur « DUHAIME EN DROITE LIGNE

  8. SURPRISE ou pas SURPRIS : MY GOD !!!…

    TOUS les partis libéraux du Canada doivent DISPARAÎTRE = URGENT = MAFIOS……………

    POURQUOI le Québec est-il si ENDETTÉ = ????????????????????????????????????????????????

  9. Oui il y a du stock mais ça pu

    Pierre Bibeau

    Ancien organisateur de Vision Québec reconnaît avoir servi de prête-nom pour le parti fondé par l’ex-ministre Marc Bellemare afin de briguer la mairie de Québec en 2005. Membre de la première heure de cette aventure électorale, Pierre Bibeau révèle également que des fonds ont été amassés avant l’enregistrement officiel de la formation politique, ce qu’interdit la loi.

Les commentaires sont fermés.