Hymne au biais médiatique

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Bookmark and Share

J’ai récemment lu sur le blogue de Vincent Marissal de Cyberpresse un billet anodin écrit à Johannesburg. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un chroniqueur affirmé aussi ouvertement son biais gauchiste. Marissal y affirme tout bonnement que le Canada aurait mauvaise réputation à l’étranger, car il est dirigé par « le gars de droite ». Ce qu’il ne faut pas entendre!


À la défense de Marissal, il ne se présente pas comme un journaliste, mais bien comme un chroniqueur. Il a alors parfaitement le droit d’émettre ses opinions les plus biaisées soient-elles. Après tout, personne ne s’attend à ce qu’Éric Duhaime devienne un chroniqueur neutre et impartial. Ce n’est pas le rôle que doivent jouer les chroniqueurs politique dans notre démocratie. C’est pourquoi ça me fait toujours rire quand je vois les chroniqueurs radio-canadiens prétendent qu’ils sont objectifs. C’est beau la complaisance, non?

À mon avis, les chroniqueurs devraient tous expliquer correctement à leurs lecteurs où ils se situent sur l’axe politique gauche-droite.. Marissal vient de faire son coming-out (il l’avait peut-être fait avant) et il y en a sûrement d’autres qui s’affirment, comme Jean-François Lisée à gauche et Éric Duhaime à droite. Cependant, bien des chroniqueurs sont tellement flous que plusieurs en viennent à penser que des gars comme Alain Dubuc et André Pratte sont de droite simplement parce qu’ils défendent le corporatisme patronal. Rien n’est plus faux. Au mieux, ils sont de centre-droite et encore, je force la note pas mal en écrivant ceci.

Il y a une profonde pédagogie politique qui doit être faite au Québec sur l’axe gauche-droite. Les stations de radio de la Capitale nationale ont bien réussi, au cours de 10 dernières années, à émettre des opinions qui divergent profondément du consensus ronflant qui sévi au sein de notre élite médiatique. Alors qu’elles sont vues comme des exceptions dans la Belle Province, on se rend compte, quand on ouvre légèrement nos horizons, que leurs pendants anglophones sont activement présents partout en Amérique du Nord.

D’ailleurs, dans bien des démocraties, les combats politiques sont entre les « conservatives » et les « liberals ». Pourquoi est-ce différent au Québec? Lâchez-moi la société distincte. L’ADN québécoise n’est pas différente des autres. Sommes-nous moins cultivés politiquement? Peut-être. Le débat sur la souveraineté à trop pris de place dans le passé? Définitivement, mais depuis 10 ans, ce n’est plus un facteur. Alors, c’est quoi?

Je pense que le manque de transparence de plusieurs de nos pédagogues politiques, les chroniqueurs, aide grandement à la stagnation de l’engouement pour la chose publique des québécois. À force de vouloir tous être gentils et modérés, ils sont devenus sans odeur et sans saveur. C’est pour ces raisons que des chroniqueurs comme Martineau, Elgrably et Duhaime sont rafraîchissants dans notre paysage politique. Ils ont un large public et n’hésitent pas à sortir des sentiers battus. De son côté, le Canada anglais sera choyé avec l’arrivée de Sun News TV.

Ces protagonistes réussiront, sur le long terme, à changer le paysage politique québécois. Ils réussiront à faire sortir de leur sommeil les chroniqueurs politiques de gauche qui se disent présentement neutres. Le débat politique deviendra alors plus enflammé et la population reviendra dans l’arène et les choses pourront enfin changer. Comme on dit, un politicien, ce n’est pas quelqu’un qui tire, mais bien quelqu’un qu’on pousse (citation de Denis Julien).

Publicités

72 réflexions sur “Hymne au biais médiatique

  1. Pingback: Tweets that mention Hymne au biais médiatique « Les analystes -- Topsy.com

  2. Moi aussi je vois une lumière pointer à l’horizon politique québécoise. De plus en plus de gens sont ouvert aux idées libertariennes que je défend. De plus en plus de gens se laissent convaincre du coté néfaste de l’état dans nos vies…

    En 2016 (années des élections, normalement), je crois qu’on va observer un énorme changement au Québec…

  3. IL est vrai que la population de Québec est intéressée et mieux informée politiquement. Bravo! Et n’oublions pas que c’est à Jeff Fillion que l’on doit les débuts de la pédagogie politique à Québec…

  4. À Jeff Fillion?!? hahaha qu’est ce qu’il ne faut pas entendre! Les gens qui ne font que critiquer le Québec et les Québécois sans jamais proposer de solution concrète sont maintenant des pédagogues politiques? Comparer Lisée à Duhaime? Dubuc et Pratte pas de droite? Mais qu’est ce qu’il ne faut pas lire ce matin!!!

    • Critiquer le Québec sans jamais proposer de solutions? Je crois que tu devrais écouter Fillion un peu pour te rendre compte que c’set faut. C’est sûr qu’en stickant sur les choses que tu n’aimes pas entendre, tu n’entendras pas les solutions.

  5. Jeff Fillion pourrait effectivement en parler du biais médiatique: il l’a subi pas à peu près! Mais il a ouvert la voie.

  6. Ouais ouais. Faudrait une Loi sur les chroniqueurs afin de leur imposer d’apposer un baromètre de gauche à droite avec ça? On pourrait forcer les chroniqueurs à afficher leur poltical compass, un coup parti! Et empêcher toute opinion qui dirait que le gros bon sens de chaque chroniqueur est toujours aléatoire.

    Jeff Fillion, créateur de la pédagogie politique au Québec. On aura tout entendu. On pourrait lui décerner un doctorat honoris causa en communications et études féministes, pendant qu’on y est.

  7. Dans l’univers médiatique de Montréal, tout ce qui sort du discours social-démocrate mérite l’étiquette très flatteur de : radio-poubelle.

    Et ça se croit neutre. Faut le faire!

    Heureusement, on peut se rabattre sur certaines émissions du FM98,5. Parfois, je me demande si le succès de Mario Dumont et de ses idées n’auraient pas été mieux assuré si il avait commencé sa carrière en tant que chroniqueur. Car je pense qu’il y a beaucoup d’éducation à faire au Québec.

  8. Je suis d’accord avec votre propos M. Sénéchal. Les chroniqueurs Éric Duhaime et Nathalie Elgrably le disent qu’ils sont de droite. J’aimerais que des chroniqueurs comme Vincent Marrisal et Michel David aient le courage de le dire qu’ils sont des gauchistes. Ceux-ci affirment qu’ils sont neutres et ce n’est pas le cas.

    Je crois que des gens comme M. Duhaime et Mademoiselle Elgrably ont le courage de remettre en question le modèle québécois et ils vont réveiller bien du monde au Québec. Il faut que la droite s’affirme et elle le fait par le biais des blogues et d’excellents chroniqueurs comme Éric Duhaime et Nathalie Elgrably.

  9. Je suis désolé pour les lecteurs fédéralistes pro-conservateurs de ce blogue, mais il faut vraiment avoir la tête dans le sable pour penser que le Canada a amélioré sa réputation à l’étranger depuis que Harper est au pouvoir…

    Je vous invite à consulter ces statitisques intéressantes parues dans le magazine l’actualité (et qu’on ne vienne pas me dire que l’actualité est une revue de gauche!!!) :

    http://www.lactualite.com/monde/le-palmares-des-reputations

    Tel que vous pouvez le voir, le Canada a subi LE PLUS IMPORTANT RECUL du lot de 28 pays.

    • OH MON DIEU!!! ONT EST TROISIÈME!!! SCANDALE!!! SC-AN-DA-LE!!!!

      Sérieusement, quelqu’un peut m’expliquer l’obsession de la gauche de plaire aux étrangers? Pourquoi je voterais pour quelqu’un qui plait seulement aux étranger? Je vote dans MES intérêts, pas pour les intérêts d’un allemand.

      Je sais que la société deviens de plus en plus superficielle, mais de là a voter pour quelqu’un JUSTE pour plaire a des anglais qui sont en pleine crise économique, je comprend vraiment pas. C’est comme acheter un char pour impressionner ses voisins. Le pire c’est que je suis persuadé qu’aucun de ces « sondés » ne connais le Canada.

      Le fait reste, il n’y a aucun pays du G20 qui peut donner des leçons d’économie a Harper, AUCUN. Ça, on en parleras jamais assez… Croyez moi, plus les pays vont goûter a l’austérité, plus ils vont trouver des qualités a Harper…

      En tout cas, si un gauchiste du dimanche pourrait m’expliquer où est l’intérêt de plaire aux étrangers? Le canadien moyen connais même pas les membres du parlement, je doute que les jugements des étrangers soit plus approfondis…

    • Il semblerait en effet que les US ont gagnés en popularité en Corée du Nord, Iran et autres pays douteux. Obama fait pas mal moins peur que Bush.

      Je crois qu’il est peut-être rapide d’attribuer la « chute » de popularité directement à Harper. Il aurait été intéressant de voir les raisons de popularité et d’impopularité.

    • M. Thierry:
      J’en ai marre qu’on me traite de fédéraliste. J’ai déjà expliqué sur ce blogue en quoi le fait de ne pas être séparatiste ne fait pas de moi automatiquement un fédéraliste. Un Breton qui ne veut pas que la Bretagne se sépare de la France n’est pas plus républiciste (promoteur de l’idée de république) que je suis fédéraliste (promoteur de l’idée de fédération). Le malade, l’anomal, le taré, le bizarre, i.e. celui qui n’est pas normal,donc le séparatiste, n’a pas a appeler le normal par un nom. Depuis quand les cancéreux, tuberculeux ou sidatiques appellent-ils les gens sains par des noms signifiant qu’ils ne sont pas atteints de leur maladie? Peut-on foutre la paix aux gens normaux sans qualifier leur normalité, leur équilibre, avec un nom qui suggère que leur état est anormal?

      • Que pourrais-je ajouter de plus ? Il semble qu’ici au Qc, il faut absolument se promener avec une éthiquette (politique) identitaire quelconque au front avec des lumière scintillantes pour mieux attirer l’attention. ;PPP

        N’est-ce pas d’ailleurs la même façon de faire (éthiquette) des Nazis envers les Juifs lors du dernier siècle ??? Sauf qu’eux, devaient porter « leur éthiquette identitaire » au bras …

    • Moi, je trouve L’Actualité très a gauche… au Québec, l’orthodoxie ambiante règne… surtout dans les média.

  10. Croire que Vincent Marissal, Michel David ou qui d’autre camouflent leurs idées est un peu absurde. Ce sont des chroniqueurs chevronnés. Ils ne font pas l’unanimité (ce n’est pas leur job non plus), mais je n’ai jamais senti le moindre manque d’intégrité de leur part.

    Mais s’afficher de gauche ou de droite, c’est aussi réducteur que de se draper du gros bon sens.

  11. Je trouve drôle qu’au Québec l’ont doivent se définir de gauche ou de droite. Pis encore, en être étiqueté et automatiquement stigmatisé par l’autre clan, sans la moindre ouverture d’esprit à ton discours. Comme si la vérité se situait toujours d’un coté ou de l’autre de la clôture. Qu’est-ce qui empêche un « supposé! droitiste d’épouser une cause gauchiste à l’occasion ou vice-versa, si celle-ci est souhaitable collectivement.

    Oui nous avons tous un penchant d’un coté ou de l’autre, mais la réalité n’est pas toujours blanche ou noir.

    • Parce que les deux sont mutuellement exclusifs dans le cas présent.

      A droite tu as les droits individuels. Par exemple, le capitalisme est a droite, parce que le capitalisme dicte que toi seul en tant qu’individu peut judicieusement choisir ce que tu fais de ton capital. Que ce soit le donner a des oeuvres de charité ou t’acheter une ferrari.

      A gauche tu as le collectivisme. Par exemple, tu n’as plus le droit de garder ton capital, le gouvernement en prend une partie, le donne au BS, aux entreprises, aux amis du partis, etc, le peu qui reste, tu peux le dépenser, mettons.

      A droite il n’y a juste pas ce concept de « collectif ». D’où l’intérêt de savoir si tu es a gauche ou droite, parce que dans le cas présent, pour la gauche c’est rendu tellement important de penser aux autres plutôt qu’a nos intérêts, qu’ils essaient de nous convaincre de voter pour les politiciens qui sont populaire A L’ÉTRANGER. Apparemment, selon Marissal, je devrais voter contre Harper parce qu’un rappeur Sud-Africain trouve qu’il est pas cool. Nonobstant le fait que tu pourrais même pas trouver un seul rappeur canadien qui trouve Harper cool, non le fait qu’il soit sud-africain devrait prouver hors de tout doute que Harper est dangeureux!

      Moi je suis a droite, sérieusement, ce qu’un étranger qui n’a même pas droit de vote au Canada pense du premier ministre canadien, je m’en fou complètement. Ça frôle même pas mon esprit. J’arrive même pas a comprendre pourquoi ça intéresserais quelqu’un, la politique canadienne intéresse même pas les canadiens! Mais pour la gauche, où les apparences compte pour beaucoup, ça les intéresses énormément de savoir que les Anglais, qui sont insolvable, approuvent leur décision politique dans un sondage.

      Faut absolument qu’un gauchiste m’explique ça. Si un gauchiste voudrais bien prendre 5 minutes pour m’expliquer pourquoi il vote pour faire plaisir a un anglais d’angleterre? Vous réalisez que l’anglais d’angleterre moyen sais même pas où est le Canada sur une carte?

      • L’opinion que les citoyens de d’autres États sur notre pays peut être pertinente pour une foule de raisons. Tourisme, investissement, etc. Il faut relativiser l’importance, mais ce n’est pas complètement anodin. À combien se chiffre cette baisse de popularité? Je n’ose m’avancer sur aucun chiffre, et je répète qu’il faut relativiser les choses.

        Votre comparaison entre la gauche et la droite manque de nuance. C’est justement ce que j’essayais d’évoquer précédemment. Nos sociales-démocraties ont tenté d’emprunter justement un modèle socio-économique où la libre-entreprise et les libertés individuelles coexistaient avec le partage des ressources. Les études tendent à démontrer que l’interventionnisme gouvernemental à pour effet de diminuer l’écart de richesse entre les riches et les pauvres. Cela favorise la mobilité sociale. Les études démontrent également que les sociétés ayant adopté des politiques sociales-démocrates sont en générale plus heureuses, moins criminalisées et ont un meilleur niveau de vie.

        Je suis d’accord pour dire que les États communistes, d’autrefois et d’aujourd’hui, avaient d’immenses problèmes sociaux. Les États sans intervention de l’État, d’hier comme aujourd’hui, aussi.

        • Des études tendent a démontré? Sérieusement, TOUT les pays actuellement sont basé sur le principe de prendre le capital du peuple pour le redistribuer, pis s’il en manque, endetter le peuple, si c’est pas assez, endetter les enfants, si c’est pas assez, endetter les générations a naître.

          Ont vie pas au Canada pré-1917 où il n’y avait aucun impôt.

          On est tous Keynesiens aujourd’hui, qu’on le veuille ou non. La population mondiale vie sous ces idées, cette idéologie. Il n’y a absolument aucune alternative, alors viens pas me dire que tu peux faire une étude comparative.

          La seule chose que tu me dis c’est les pays qui s’endettent le plus pour payer des services qu’il ne peuvent ce permettre sont en général plus heureux. Je vais te répondre, attend que la facture de toute ces dépenses arrive a maturité.

      • La distinction, c’est que le reste du Canada vie dans la même maison que nous, ce qu’on nomme le Canada, et partage nos dettes.

        Si l’Alberta veut pas payer pour nos services sociaux, c’est comprenable, que Marissal essaie d’impressionner un rappeur sud-africain, c’est pitoyable.

      • peut etre que l’opinion des autres provinces nous intéresse car ils paie pour nous ?et pour qualifié les radio de québec de radio-poubelle je te confirme que t’es gauchiste si toi tu ne le savais pas et tu nous le confirme deux fois en disant que l’opinion des étrangés est importante mais celle des canadiens tu t’en sacres

      • @Johnny

        C’est bon de pouvoir se comparer aux autres provinces, on peut voir ou l’on brille et ou l’on doit se forcer un peu ou beaucoup.

        Malheureusement, quelques fois ce n’est pas plaisant de savoir que l’on traine à la queue. Le Québec a beaucoup de chemin à faire dû à toutes les années perdues en discutant de séparation ad nauseam. Cela a fait « très mal » au Québec.

        Si nous sommes une province pauvre qui doit être aidé financièrement par les provinces riches, nous pouvons pointer « en partie » les leaders séparatistes qui nous ont fait marcher souvent de reculons nuisant à notre économie!

        Nous sommes sortis du grouffre du clergé, nous nous sortirons de cet autre gouffre politique aussi. Et BRAVO aux Analystes qui n’ont pas peur d’afficher les choses telles qu’elles sont. Il faut beaucoup de courage au Québec pour dire la dure vérité!

        La plupart des gens aiment mieux être au pays des merveilles, les yeux fermés, mais cela change…et plus vite que l’on peut constater. Vive l’Internet!

  12. Tu as totalement raison. Malheureusement, je crois qu’il serait un bon début d’utiliser ces étiquettes pour l’éducation politique des Québécois. Trop peu de gens savent vraiment ce qu’est la gauche et la droite. Au Québec on se défini plutôt comme nationaliste ou fédéraliste… quelle perte de temps.

  13. M. Marissal a raison, nous sommes gouverné par un George Bush déguisé car Ignatieff est trop maladroit pour en prendre avantage. C’est vrai aussi que les électeurs sont bornés car ils ont en mémoire le scandale des commandites et applaudissent les conservateurs qui ont pendu Louis Riel.

      • C’est écrit noir sur blanc dans l’histoire du Canada, JA McDonald, PM Conservateur a fait pendre Louis Riel.

        • Oh boy, je m’attendais à une analogie boiteuse, pas que vous teniez les conservateurs de Harper responable de ça. J’étais persuadé qu’on était en 2010. Désolé.

  14. Je trouve prétentieux les gens qui baptisent les autres de gauchistes ou de droitistes car eux-mêmes ne savent pas ce que ces mots veulent dire.

    Pour moi un gauchiste est celui qui joue au tennis de la main gauche. Mon épouse écrit de la main droite, donc elle est de droite… enfin, ça c’est clair!!!

    Si vous êtes contre la peine de mort vous êtes gauchiste et si vous êtes pour, c’est la droite qui vous enveloppe. Qui a décidé cela? Castro est de gauche et il fait exécuter bien des gens dans des procès truqués pour se débarrasser d’eux. Serait-il de droite? C’est la solution facile de baptiser les gens selon ce qu’ils pensent et font.

  15. Ici au Québec je dirais que les personnes de droite sont celles qui sont tout simplement curieuses et qui essaient de voir plus loin que leur nez ou qui ne prennent jamais comme du ‘cash’ ce qui est véhiculé par les réseaux de télévision ou par les personnages publiques. En fait ce sont ceux qui peuvent se faire une opinion par eux-même , qui sont indépendants intellectuellement.

    Le gauchiste de son coté est le résultat parfait, du nivellement par le bas mis de l’avant par la fameuse sociale-démocratie du PQ . Pour lui , ses gourous ( la vérité incarnée) sont les gauchistes professionnels, c-a-d ces supposés experts , grand penseurs qui ne veulent qu’aider leur prochain en se remplissant les pôches avec les impôts nécessaires à la mise en place de tous ces beaux programmes sociaux qui prends soin du bon peuple.

    • Bon, là c’est trop fort. Vous croyez que se dire de droite c’est être curieux, se poser des questions et ne pas prendre les choses pour acquises? C’est n’importe quoi! Où avez-vous pris ça? De Jeff Fillion peut-être?! Je ne suis plus capable des idées préconçues comme ça. Comme si un partisan de gauche ne pourrait pas le faire aussi!

      « Indépendants intellectuellement » : ça c’est le plus drôle. Les gens qui se disent de droite ont, comme par hasard, tous le même et identique discours. Toujours la même salade. Et après ça se dit indépendant d’esprit! hahaha faites-moi rire. Nous on est de droite, car on se pose des questions, et les autres, se ne sont que des gauchistes! lol

      En passant, mettons les choses au clair une fois pour toute. Au Québec, nous avons un duopole médiatique. D’un côté, Quebecor qui ne fait plus que de la téléréalité et du allô-police et est donc complètement aseptisé politiquement, et de l’autre on retrouve Radio-Canada et l’empire GESCA de Paul Desmarais qui ont le même discours et une couverture médiatique majoritaire au Québec. L’empire Desmarais qui comprend le Soleil, la Presse, l’actualité, etc. a toujours historiquement défendu les valeurs fédéralistes de droite et a farouchement attaqué le PQ durant TOUTES les campagnes électorales. En 1995, le seul éditorial au Québec à appuyer le référendum pour le OUI était Le Devoir. Et oui, le SEUL journal. Surprise, il n’appartient pas à ces deux réseaux. Alors arrêtez de jouer à la vierge offensée des médias qui ne sont que des gauchistes!

      • Vous connaissez bien les journaux d’ici mais je voudrais apporter un complément d’information.

        « Québécor ne fait plus que du photo-police et de la télé-réalité. »

        Vraiment? C’est pas gentil pour Joseph Facal, ça (entre autres). Et le canal Argent, ça n’entre pas exactement dans les catégories sus-mentionnées non plus, il me semble.

        Le Devoir a fêté ses 100 ans dernièrement et nous a fourni une belle « galerie » de photos de cet événement. Savez-vous qui figurait parmis les invités?

        Pierre-Karl Péladeau en personne!

        Savez-vous seulement que le Devoir est très redevable à Québécor qui a effacé quelques dettes de ce journal pour lui permettre de survivre dans les années ’90?

        Savez-vous où est imprimé le Devoir? Dans les imprimeries de Québécor.

        Je ferais attention avant de définir le monde en noir et blanc. Je préfère différentes teintes de gris.

    • En fait, les gauchistes d’aujourd’hui sont le troupeau endormi par les curés qui, après la Révolution tranquille, a continué à dormir sans se rendre compte que le curé avait changé.

  16. @ Jean-Claude St-Yves.

    Les conservateurs qui ont pendu Louis Riel ne sont pas les conservateurs d’aujourd’hui. Et je sais que vous le savez!!! Et, de grâce, ne me dites pas que, à l’époque, vous avez refusé de voter pour Brian Mulroney, juste pour cette raison!!!

    @ Thierry.

    Moi, j’ai bien plus peur que ce que les États-Unis sont en train de devenir avec Obama à leur tête. Ils sont en train de gagner en popularité dans des dictatures anti-occidentales, comme l’Iran et la Corée du Nord!!! Même les talibans ont bien jaugé Obama et son pacifisme irresponsable!!! Ils voient, maintenant, les États-Unis comme un gentil p’tit minou inoffensif qui ne mord pas.

    Moi, que les ennemis de l’Occident nous perçoivent en amis, ça me fait peur!!! Par contre, qu’ils nous perçoivent en ennemis, ça, c’est normal et c’est ce qu’on doit être: être perçus comme étant des ennemis aux yeux de ces fous-là!!!

    Par contre, si, toi, tu veux aller prendre le thé avec l’illuminé de Téhéran et avec le pitre de Caracas, tu embarqueras dans l’avion de ton idole Obama, quand il ira rendre visite aux «plus nouveaux meilleurs amis du monde» des États-Unis et, pendant que tu y es, tu emmèneras tous tes chums de la gau-gauche étatiste qui rêvent de copier la Frôôônce avec toi et prenez un billet aller seulement!!!

    • On par d’une discussion gauche/droite pour ensuite accuser la gauche de prendre le thé avec Mahmoud Ahmadinejad. Cohérence, où es-tu?

  17. @ Ian Sénéchal,

    Si ma réponse semble boiteuse à vos yeux, elle est au contraire très forte car il y en a encore qui ont à l’esprit le scandale des commandites et ils tiennent l’équipe actuelle en place comme responsable, ils dorment au gaz… À moins que vous preniez la chose pour une joke, faut voir que Louis Riel avait la même idée que René Lévesque au sujet du Manitoba. McDonald a fait pendre Riel alors qu’à notre époque, Chrétien, plutôt que de prendre Lévesque pour un révolutionnaire et l’éliminer physiquement, il a triché au référendum. Lévesque a simplement eu plus de chance que Riel.

  18. @ Ian Sénéchal, je devrai dire Trudeau plutôt que Chrétien sur mon message précédant, excusez la méprise car plus on est vieux plus on a de choses en mémoire et parfois on se mélange!

    • Au moins, vous vous connaissez votre histoire. Le passé se répète et si tous les Québécois connaissaient leur histoire comme il faut, le Québec serait un pays à l’heure actuelle. On aurait pas besoin d’un état aussi fort pour défendre notre culture contre la nation qui nous a annexé, et tout le monde s’en porterait mieux! Moi ce n’est pas l’indépendance qui me fait peur, c’est la dépendance!

  19. @ Jean-Luc Proulx,

    Oui bien sûr que je sais que ce ne sont pas ceux d’aujourd’hui qui ont fait pendre Riel bien sûr, mais quand j’étais jeune et que j’ai vu Diefenbaker dans la fin des années 1950 faire la lutte à Pearson, on mentionnait ce fait haut et fort. Ça a fait gagner Diefenbaker quand même et bien de mes amis ont perdu leur emploi.

    Si j’ai voté contre les Conservateurs, c’est que Mulroney a fait quelque chose d’impardonnable. Vouloir couper la pension des aïnés est scandaleux et ça lui a brûlé les ailes… Son déclin a commencé quand il a mentionné cette intention. Il est finalement devenu indésirable auprès du Parti Conservateur!

    Pour revenir au système de pension des aïnés, un immigrant qui entre au pays aujourd’hui, reçoit le double de prestations et à droits à plus d’avantages que les aïnés et pourtant, il n’a jamais contribué à l’économie du pays comme l’ont fait les aïnés durant toute leur vie. 2 poids, 2 mesures comme d’habitude.

    • Les deux devraient être éliminés tant qu’à moi…du moins pour ceux qui sont encore assez jeune pour se virer de bord…

    • Et si les conservateurs voulaient éliminer les prestations aux imigrants vous seriez un de ceux qui seraient contre. Idéologie oblige…

      • Au contraire, je serais pour,mais je serais plutôt en faveur d’une augmentation de la pension des aïnés, et faut dire que le peu qu’ils reçoivent est imposable.

  20. J’ai connu des soirées électorales assez mémorables surtout au début du temps des séparatistes. J’ai connu le Dr Renée Jutras qui était pour le mouvement du RIN et mes amis et moi allions assister à leurs sorées quand ils venaient dans le coin.

    Le Dr Jutras avait la fâcheuse habitude de nous foutre dehors de la salle parce que nous étions encore mineurs(17 et 18 ans) et à l’époque on devait avoir 21 ans pour voter. Je dois dire qu’il a manquer une superbe occasion de nous convertir au mouvement séparatiste. Je suis devenu libéral parce que les bleus étaient trop fades et après 15 ans sous Duplessis, fallait du changement.

  21. Tout ce que je demande, c’est que les journalistes et chroniqueurs arrêtent de se prétendre neutre. Qu’ils soient à étatistes ou non, souverainistes ou fédéralistes, religieux ou non, choisissez la dichotomie qui vous intéresse, ce n’est pas pertinent que ca soit mentionné explicitement. Ces positions se déduisent facilement lorsque le discours est cohérant et il est bon d’avoir différents opinions pour alimenter les discussion. Mais de grâce, qu’ils cessent de nous prendre des cruches en se drapant de neutralité ou pire d’une prétendue vérité qu’eux seuls possèderaient.

    Remarquez, ce n’est pas comme si notre système scolaire formait nos jeunes à penser et analyser non plus…

    • J’ai beau chercher, je ne connais aucun chroniqueur politique qui se prétend neutre. Des dées?

  22. « À mon avis, les chroniqueurs devraient tous expliquer correctement à leurs lecteurs où ils se situent sur l’axe politique gauche-droite.. Marissal vient de faire son coming-out (il l’avait peut-être fait avant) et il y en a sûrement d’autres qui s’affirment, comme Jean-François Lisée à gauche et Éric Duhaime à droite. »

    Faux, si un commentateur ose s’affirmer comme anarchiste, il sera dans la black list des médias étatistes!

  23. « Il y a une profonde pédagogie politique qui doit être faite au Québec sur l’axe gauche-droite. »

    Oui, mais c’est surtout une pédagogie sur l’étatisme, que ce soit de gau-gauche ou de droite, qui devrait être faite!

    « Les stations de radio de la Capitale nationale ont bien réussi, au cours de 10 dernières années, à émettre des opinions qui divergent profondément du consensus ronflant qui sévi au sein de notre élite médiatique. »

    Oui, mais ils sont demeurés des étatistes!

    « D’ailleurs, dans bien des démocraties, les combats politiques sont entre les « conservatives » et les « liberals ». »

    Oui, c’est merveilleux, des étatistes militaro-terroristes de centre-gau-gauche contre des étatistes militaro-terroristes de centre-droit! Ça progresse beaucoup avec de tels frères idéologiques! (sic)

  24. Gauche droite, gauche droite, gauche droite, centre, mi-centre, centre-gauche, centre-droite, en haut, en bas, à côté, alouette…babebibobu, termes étymologiques vraiment concrets et définissants de la réalité sociale politique ? Dans tout ce jargon, difficile d’y voir un peu plus clair question surtout de ne pas afficher ses convictions profondes et de demeurer dans la zone payante  »politically correct » ?….
    J’aime bien en général les commentaires de M.Marissal ( La Presse, Bazzo à TéléQuébec ) même si je soupçonne que nos convictions ne logent pas dutout à la même enseigne. Pour un journaliste ou un chroniqueur soit de gauche ou de droite ou d’avant-centre, l’important, c’est qu’il sache porter le ballon dans ses propos, susciter la curiosité chez la populatiom tout en l’informant…..

  25. Les problèmes que connaissent la Santé et l’Éducation viennent de la Révolution Tranquile et sont alimentés par les syndicats d’une part et par l’incurie des gestionnaires. Ces derniers font ce qu’ils peuvent dans certain cas, mais il est trop tard, on ne peut remettre le compteur à zéro, on doit vivre avec les deux erreurs fondamentales du gouvernement Lesage et avec son imprévoyance au sujet des baby-boomers.

    À cette époque tous applaudissaient ces changements et ne se rendaient pas compte des deux monstres que le gouvernement « Maître chez-nous » était en train de créer. À l’époque, le capitalisme couvrait trè bien le socialisme qui comprenait toute la population. La Nationalisation de l’Électricité fut le meilleur coup de la Révolution Tranquile. Aujourd’hui, on voit le résultat, ça aide à éponger bien des dépenses qui empêche un endettement encore plus volumineux.

    En plus de former un ministère de l’Éducation et prendre en main la Santé, le gouvernement fit d’énorme investissements dans les infra-structures qui sont aujourd’hui en réparations ou en reconstruction.

    Mais, à penser que d’un côté et oubliant le revers de la médaille, ça a mis la province dans une situation quasi ingouvernable.

  26. Je ne pense pas que ce billet soit représentatif de l’ensemble du travail de Vincent Marissal. Ce billet m’a surpris un peu car d’habitude, on a droit à mieux que ça venant de lui. Je ne sais pas… peut-être qu’il n’avait juste pas grand-chose à dire ce jour là? D’ailleurs, je n’ai pas tellement compris pourquoi La Presse a envoyé Marissal couvrir la coupe du monde…

    Mais qu’on soit d’accord ou non avec son contenu, il faut admettre que ce n’est pas fort comme billet. Prendre l’opinion d’un quelconque rappeur sud-africain pour en venir à la conclusion que le Canada a une mauvaise image à l’étranger à cause de Harper, ce n’est pas le genre de chose qu’on s’attend venant d’un chroniqueur politique chevronné.

    Remarquez aussi qu’il s’est fait varloper assez sévèrement par les participants alors à l’avenir il va peut-être éviter d’aborder un sujet chaud d’une façon aussi légère.

  27. Depuis plusieurs élections, ce sont les chroniqueurs qui ont élus les gouvernements. Les gens furent assez naïfs pour les suivre dans leurs voies et ce, pour leurs malheurs. C’est légal et immoral car un chroniqueur qui a une bonne conscience sait pertinament qu’il appuie un mauvais politicien mais qu’il y va dans l’intérêt de son patron qu’un tel politicien soit porté au pouvoir. En conclusion, ce chroniqueur n’a pas plus d’importance que le préposé au stationnement, il ne fait que copier ce que dit son patron.

    Pour ce qui est du journaliste proprement dit, il se doit d’être neutre car son rôle est de donner très fidèlement la nouvelle à l’aide des informations qu’il détient.

    • Le chroniqueur donne « son » opinion en général c’est « sa » chronique; c’est plutôt « l’éditorialiste » qui représente l’idéologie principale d’un quotidien (journal) contrairement à vos dires.

      D’autres part, le nouvelleliste n’a pas à émettre quelqu’opinions que ce soit, de quelques façons que ce soit; il n’a QU’A RAPPORTER la nouvelle c’est tout. Ama, un interviewer devrait également faire la même chose SANS toujours chercher à pousser l’interview dans un sens (droit/gauche/centre etc.) plus qu’un autre mais bon! Ce n’est que mon opinion.

      Ama, aujourd’hui, y a beaucoup trop de « chroniqueurs » dans les médias et pas assez de nouvellistes… Aujourd’hui, tout le monde veut émettre « son » opinion qu’elle soit bien informée et objective ou pas.

      Pour ce qui est de M. Marissal, malgré beaucoup de respect, il laisse parfois « ses émotions » trop l’emporter, sur « sa » raison àma.
      Plusieurs chroniqueurs d’ailleurs, àma, jouent « la vedette » plus que n’importe quoi…

      Mais d’un autre côté, comme disait Mark Twain: « Si vous lisez pas le journal vous n’êtes pas informé – si vous lisez un journal vous êtes mal informé » C’est aussi vrai aujour’hui que çà l’était hier.

      • Écoutez Mme Lorraine, je suis bien d’accord avec vous à condition que vous ne travailliez pour un journal qui appartient à Desmarais.

  28. « Les gens furent assez naïfs pour les suivre dans leurs voies ».
    Si c’est le cas, on ne peut pas donner un pays à des gens incapables de plus de discernement.

  29. Sans blâmer le PQ, Maurice Duplessis a fait plus que toutes les oeuvres du PQ par une seule signature. Il fait reculer le Premier-Ministre Louis St-Laurent sur les points d’impôts ce qui a amené que le Québec s’occupe lui-même de collecter ses impôts.

    Si le PQ aurait imité Duplessis dans le même sens dans d’autres domaine, peut-être que le Québec serait indépendant maintenant.

    On peut dire aisément que la démocratie a elle-même décidé que le Québec ne serait pas indépendant. Cette démocratie qui habite le PQ est entrain de le tuer à petit feu. Entre-temps, le parti fédéraliste au pouvoir continue d’entretenir les petits amis du parti. 400$ millions qui s’en vont dans les poches d’un entrepreneur en dépassement de coûts, déjà qu’il avait droit à une cote de 30% sur le dépassement de ces coûts et le bal continue!

  30. Je n’en reviens pas de m’être fait censuré suite à ma réponse au commentaire plus que déplacé de Reynald Du Berger… Pitoyable votre blogue M. Sénéchal.

    • C’est le dernier commentaire que je publie de votre part. Je n’apprécie pas vraiment que les gens changent de nom pour lancer des insultes. Pour ceux que ça intéresse, Thierry, Thierry Vaudreuil et Johnny sont la même personne.

      Nous avons accès aux adresses IP pour savoir si justement certaines personnes n’abuseraient pas de notre hospitalité.

      À moins que vous reconnaissiez vos tords, vous ne serez plus publier sur notre blogue.

      Bonne journée.

  31. Enfin, le Québec est délivré suite au départ éventuel du Ministre de la Sécurité Publique qui va laisser un vide bienfaisant sur le présent gouvernement du Québec. M. Dupuis est à ce que je sache un vrai libéral comparé à son patron Jean Charest, ancien député et ministre conservateur sous M. Mulroney, largement récompensé pour prendre le PLQ en charge et s’en servir comme véhicule pour accéder au pouvoir à Québec à la demande de certains groupes occultes.

    Personnellement, je n’ai jamais aimé M. Dupuis à cause de sa façon d’envoyer promener un peu tout le monde avec sa cassette: « C’est devant les tribunaux, donc, attendons le jugement! » ou « C’est sous enquête de police, attendons les résultats! » Je trouvai cela indûement irrespectueux à certains égards car le ton employé était plutôt dictatorial.

    On ne peut pas dire que comme son collègue Couillard, M. Dupuis n’était plus l’étoile montante du parti, il a cumuulé les fonctions de la Justice et de la Sécurité Publique ainsi que le poste de Vice-Premier-Ministre, le dernier qu’il a perdu au main de Mme Normandeau et a également dû se départir du ministère de la Justice, ne lui restant que la Sécurité Publique. Devant de tels revers, il est facile de ne pas se sentir soit désiré ou convoiter pour continuer à travailler au sein du gouvernement. Certes, il ne quitte pas dans la disgrâce apparente, mais je crois qu’au fond, M. Charest se doit de récompenser un autre millitant qui mérite une promotion et qui aspire une fonction de haut rang dans le domaine judiciaire.

    Son départ serait-il lié à la réclamation de la Commission sur l’Enquête dans la construction, ce qu’il nie, et dont il s’est toujours prononcé contre. Dans le fond, il sait bien que cette enquête devrait avoir lieu, mais il se doit de suivre la ligne du parti ou enfin la décision de son chef. Sa conscience sur le financement des partis politique le hante-t-il car il fut un temps ministre de la Justice et devra certainement répondre dans la saga de la Commission Bastarache si le juge agit de façon intègre. Enfin, une petite foule de mystères entourent ce ministre et l’avenir devrait être riche en évènements si les choses se passent correctement.

  32. Mme Lorraine, chez Gesca, entreprise des journaux de la famille Desmarais, tout article doit être conforme à la politique de la famille. Tout doit être en faveur des libéraux politiquement parlant et dans d’autres domaines, ça ne doit jamais concerner au désavantage de l’empire familliale. Vous ne verrez jamais la Presse parler contre les Sables Bitumineux d’Alberta parce que la famille Desmarais possède des intérêts dans ces gisements.
    Dernièrement un important chroniqueur qui avait été dégommé de son poste de dirigeant à cause d’un article qui n’avait pas plû à la famille a été réintégré à son poste après un an de disette. J’ignore l’identité du monsieur, mais il est depuis passablement prudent dans ses chroniques.

  33. Moi, ça m’amuse que le Canada ait enfin le début d’une mauvaise réputation. D’ailleurs, c’est une chose que j’apprécie chez les Américains : ils ont l’air de se ficher éperdument de ce qu’on peut penser d’eux dans le reste du monde ! En 2004, ils ont réélu Bush alors que la bien-pensance mondiale les suppliait de ne pas faire ça ! Mais depuis qu’Obama est arrivé au pouvoir, c’est extrêmement ennuyeux : même un emmerdeur comme Amir Khadir n’ose plus dire franchement qu’il est anti-américain ! Vivement le retour d’un Bush à la présidence ! Je m’ennuie des grimaces de dégoût et des condamnations outrées des bien-pensants devant l’Amérique « hégémonique », « décadente » et « pollueuse » ! C’est tellement plus drôle que les minauderies admiratives devant Obama !

  34. à Thierry

    « Le passé se répète. » Ah oui ? Sur quoi vous basez-vous pour affirmer une pareille généralité ? Ça ressemble à un gros cliché de cégep, si vous voulez mon avis.

    « Si tous les Québécois connaissaient leur histoire comme il faut […] ».
    TOUS les Québécois… Et ben ! Vous ne tolérez pas beaucoup les mauvais élèves, vous.
    Et puis qu’entendez-vous par « connaître son histoire comme il faut » ? Comme on l’enseigne dans les livres publiés par l’impayable Michel Brûlé, peut-être ?

    Mais enfin, si vous cherchez un bouc-émissaire pour le Québec toujours pas libre-indépendant-souverain, et bien vous l’avez trouvé : ce sont ces mauvais Québécois qui ne connaissent pas leur histoire « comme il faut ». Ou qui s’en fichent, tout simplement. Ô quelle horreur, ça existe pour vrai, ce genre d’individus !

    En somme, c’est la faute de ces individus plutôt indifférents au grand récit national que le merveilleux « rêve » co-collectif ne s’est pas encore réalisé.

    « Moi, ce n’est pas l’indépendance qui me fait peur, c’est la dépendance. »
    Ah bon… D’abord, il s’agit là d’un beau truisme. Un peu comme si vous disiez : « Moi, ce n’est pas la paix qui me fait peur, c’est la guerre ». Tout le monde s’entend pour dire que la dépendance n’est pas un état souhaitable pour quiconque. Ceci étant dit, de quelle « indépendance » parlez-vous, exactement ? Et qu’est-ce qui vous empêche d’être indépendant comme INDIVIDU, dès maintenant ?

    « On aurait pas besoin d’un état aussi fort pour défendre notre culture contre l’état qui nous a annexé […] » Wow ! Voilà ce qu’on appelle un voeu pieux. Et ce n’est pas la première fois qu’on l’entend, celle-là : si l’état québécois est aussi gourmand, aussi collant, aussi tannant, et bien c’est la faute… du fédéral, pensez donc !

    Consolez-vous, cependant : je pense que vous avez toutes les qualités requises pour devenir un très solide et très capable emmer…

  35. Je vois cela autrement en disant que la vraie indépendance n’est pas celle d’un état, mais bien celle à l’échelle individuelle.

    Ironiquement, les nationalistes peu importe leur couleur de drapeau et leur orientation politique sont souvent ceux qui ont le plus peur de donner de l’indépendance individuelle. Sans vouloir généraliser, pour eux, individu se résume en fait à devenir peu à peu un corolaire de la «nation» peu importe sa couleur sans toutefois réaliser que beaucoup de faveurs politiques (et autant le PLQ que le PQ font des cadeaux à leurs petits amis depuis des décennies) viennent de l’étatisation et d’un état qui devient de plus en plus grand dans nos vies.

    J’espère au moins qu’il existe un petit nombre d’individus qui réalisent que le problème au Québec n’est pas basé sur le radius PLQ/PQ, Libéral/Conservateur, gauche/droite mais bien sur la notion que le Québec est en train de frapper un mur à cause de son étatisation, mur dont aucune de nos élites politiques est capable de parler sur la place publique.

    En passant, vous croyez vraiment que la classe politique au Québec est si bonne que cela? Pourtant les bonzes des deux principaux partis restent les mêmes au cours des années (le PLQ et PQ sont un même parti selon moi), et cela avec une fonction publique qui ne change pas! Je n’ai jamais été un gros fan de l’ADQ car ce parti manquait de cohérence et est présentement en phase terminale, mais force est de dire que j’en ai soupé du consensus des «pelquistes».

  36. Quelle idiotie de dire gauche/droite, c’est bon pour les militaires, eux savent ce que c’est clairement la gauche et la droite. J’ai fait de la milice et je le sais parfaitement.

    Pour les gérants d’estrades qui disent la gauche et la droite sont dupes et ignorants. Pas d’appelations plus intelligentes? C’est mettre en doute la bonne morale car ce qui est à droite est bon et ce qui est à gauche mauvais. Pourtant sur notre bonne vieille terre, ce qui est à gauche est bon et ce qui se retrouve à droite est mauvais, juste à voir la moralité du Gouvernement Harper, ça crève les yeux. Excusez mon affirmation si catégorique parce que la plus belle preuve gauche/droite vivante est le plus mauvais président que les États-Unis n’ont jamais eu en la personne de George W. Bush qui a dirigé la classe la plus pauvre de son peuple sur le pavé de l’enfer qu’Obama tente de détourner. Être contre l’avortement et pour la peine de mort, faut être gauche/droite.

  37. Si j’avais la chance de rencontrer M. Charest, voici ce que je lui demanderais:
    M. Charest, j’aimerais bien prendre une marche seul avec vous.
    Si vous voulez parler honnêtement, j’aurais queques questions à vous poser.
    Que ressentez-vous quand vous voyez des aînés se faire flouer par la Caisse de Dépôt et de Placement?
    Que ressentez-vous quand vous voyez des avortements financés par votre Gouvernement?
    Que ressentez-vous quand vous voyez des crapules amasser des argents pour votre parti?
    Que ressentez-vous quand vous voyez vos collecteurs de fonds influencer la nommination de juges auprès du ministre de la justice?
    Que ressentez-vous quand vous voyez des directeurs d’hôpitaux traiter leur personnel comme du bétail?
    Que ressentez-vous quand vous voyez des contracteurs véreux se partager les contrats de votre gouvernement sans que les entrepreneurs honnêtes ne puissent même pas soumissionner parce que menacés s’ils le font?
    Que ressentez-vous quand vous refusez une enquête sur l’industrie de la construction?
    Que ressentez-vous quand vous voyez qu’un ministère va bien et que le ministre vient y mettre le bordel comme dans le ministère de l’Éducation?
    Que ressentez-vous quand vous voyez les mères monoparentales obligées de se payer une gardienne pour lui permettre de travailler parce que votre Gouvernement ne l’aide pas à joindre les deux bouts?
    Que ressentez-vous quand vous voyez pleins de sans-abris traîner dans les rues toute l’année?
    Que ressentez-vous quand vous voyez des haut-fonctionnaires à gros salaires recevoir pleins de bonis alors que les nécessiteux ploient de misère dans la pauvreté?
    Comment pouvez-vous célébrer quand toute la classe moyenne pleure dans la misère?
    Comment pouvez-vous imposer les aïnés qui n’ont que leur petite pension alors que vous exemptez les riches pensionnés par toutes sortes d’astuces que le ministère du revenu leur permette?
    Combien de rapports pertinents avez-vous mis sur les tablettes?
    Que ressentez-vous quand vous voyez toutes les promesses non tenues que vous avez faites?
    Que ressentez-vous quand vous vous regardez dans un mirroir?
    Comment pouvez-vous bien dormir la nuit?
    Pouvez-vous regarder un honnête homme droit dans les yeux?
    Comment pouvez-vous marcher la tête haute?
    M. Charest, je sais que nous ne prendrons jamais de marche ensemble…

    • Vous croyez vraiment que les péquistes feront mieux? Des histoire de crosse et de ti-namis, j’en ai vu moi-même au PQ. Le plus ironique est que lorsque les péquistes vont être au pouvoir, tous ces partisans finis du PQ vont accepter n’importe quelle politique, car elle est faite pour la «cause».

      Or, je déteste Charest autant que vous, mais rendez-vous à l’évidence que le problème existe depuis longtemps, qui est celui qu’il est très difficile de changer un modèle qui va frapper un mur et Charest l’a compris. Sur ce, les péquistes n’ont fait qu’être complices de ce problèmes depuis 30 ans et de mettre un état plus gros et plus interventionniste ne fait qu’augmenter les possibilités de cadeaux à ceux qui donnent au parti.

      En passant, vous croyez sérieusement que Obama est plein de bonnes intentions lorsqu’il veut encore faire un autre plan de relance pour transformer les États-Unis en un autre Japon? Or, le problème à Washington est du système actuel que tant les Républicains que les Démocrates sont aussi coupables (vous semblez oublier que cela fait déjà 4 ans que les Démocrates contrôlent le congrès). Pourtant, il est curieux que beaucoup des politiques liberticides de GWB (dont certaines de ses politiques viennent aussi de l’ère Clinton) sont continuées tout bonnement par Obama.

      • @ matvail2002,
        Je suis d’accord sur bien de vos commentaires. Mon but n’est pas tellement de comparer les libéraux avec les péquistes, mais de sonder la conscience de Jean Charest face à ses responsabilités de gouvernant.

        Je sais que Clinton fut pire que Bush sur plusieurs points de vues. C’est lui qui a laissé le génocide au Ruwanda suivre son cour, qui a attaqué la Serbie causant là aussi des morts inutiles, c’est lui qui a bousillé le système économique de la planète en ouvrant l’Amérique à la Chine qui nous envahie de leurs gasdgets empoisonnants et non-durables, faisant par le fait même fermer des centaines de commerces et usines, c’est lui qui actuellement favorise la corruption sur le territoire Haïtien. De plus, il donne des conférences sur des sujets que tous connaissent et il demande un prix exhorbitant pour ce faire. Il n’est pas aussi gourmant que Gorbatchev qui demande un million par soirée, mais je ne donnerais pas un sous noir pour l’entendre. En fait, il a fait beaucoup plus de tord à l’Amérique du Nord que Bush si on regarde l’économie comme telle.

        Obama a de son côté réussi à aider un groupe de sa population avec son plan d’assurance-santé. Pour le reste, autant les démocrates que les républicains lui nuisent tant qu’ils le peuvent car ils n’ont pas l’intelligence de faire le point sur plusieurs sujets. Il a un bel idéal pour son pays, mais la canaille en n’a que pour ses arrières. Qu’ont fait les banques américaines quand il leur a fourni le capital pour aider le crédit des plus petits? Elles ont payé leurs dettes et se sont payés de gros bonis. Il semble bien qu’il ne fera qu’un seul mandat, la canaille aidant.

Les commentaires sont fermés.