La paranoïa nationaliste

Par Frédérick Têtu,

Voici une seconde version de mon texte corrigé, mieux connu sous le nom de « La paranoïa nationaliste » suite au billet de Joanne Marcotte. Je voudrais d’ailleurs remercier ceux et celles qui ont soulevé les quelques erreurs que l’on retrouvait dans la première version.

Publicités

7 réflexions sur “La paranoïa nationaliste

  1. Pingback: Tweets that mention La paranoïa nationaliste « Les analystes -- Topsy.com

  2. M. Sénéchal,

    C’est la première fois qu’un « incroyant » et un « non-pratiquant », comme vous le dites, parle avec intelligence et respect des « traditionalistes religieux » (groupe dont je fais partie) c’est-à-dire sans les faire passer pour des fous furieux.

    Je vous remercie de cette analyse fort intéressante et qui aura bien du succès, je crois, dans le milieu chrétien, militant ou non.

    Brigitte Bédard
    Journaliste indépendante

  3. Écoutez bien le discours des défenseurs du modèle québécois et de la go-gauche élitiste et pique-assiette du Québec, nous bonimentant sur les bien faits de l’état pour le bon peuple. Et a chaque fois qu’ils prononceront le mot  »État ». Remplacez-le par  »Église ». Cette exercice est assez cocasse!

  4. Excellent texte, monsieur Têtu !

    J’ai particulièrement apprécié votre allusion à Gilles Duceppe et aux députés du Bloc québécois, qui ont la prétention intolérable de définir et d’incarner les « valeurs québécoises ».

    Vous rappelez aussi, avec raison, le caractère élitiste du nationalisme québécois. Il suffit, pour s’en convaincre, d’entendre des trublions ultra-nationalistes comme Patrick Bourgeois ou Michel Brûlé exprimer, sous couvert de « culture », leur profond mépris pour le Québec réel, trop américanisé et pas assez « politisé » à leur goût.

    Continuez vos réflexions.

  5. Monsieur Frédérick Têtu;

    Votre conception erronée du nationalisme reflète bien votre étroitesse d’esprit dans la compréhension totale de cette doctrine. À la base, le vrai nationalisme est totalement apolitique et dans l’Histoire, tous les régimes qui en dévient, se voient relégués vers d’autres doctrines totalitaires. Contrairement à ce que vous dites le nationalisme est rassembleur, précis et surtout évolutif. Vous comparez un nationalisme québécois qui n’en est aucunement un et qui priviligie la gauche qui est forcément irresponsable par ses excès bien connus. Le vrai nationalisme mise hautement sur le sens des reponsabilités, c’est-à-dire la vraie démocratie, la vraie citoyenneté, et ce, contrairement à ce que vous dites. Vous devriez lire le livre « Le dernier Testament de l’Occident » pour avoir l’heure juste sur cette doctrine parfaitement intègre. De plus votre énoncé qui met tout sur le dos du nationalisme est faussé puisque les partis fédéralistes sont tous aussi responsables de la situation. On n’a qu’à regarder Charest et sa suite de bouffons qui n’ont absolument rien changés à votre fausse accusation unilatérale et parfaitement erronée.

  6. Pauvre monsieur Bernier;

    J’espère que vous n’avez pas oublié ce discours chez une certaine demoiselle bien nantie… ) (comme le dernier document ultra confidentiel de la défense nationale!)

    1- Votre discours hautement politique (PC) est hautement biaisé par votre favoritisme politique, ce qui en fait un discours faussé, dénaturé et sans aucune crédibilité.
    2- Vos commentaires sur le Québec en ce qui concerne son incapacité à se gérer n’a rien à voir avec tel ou tel autre parti fédéraliste ou souverainiste puisque le parti libéral était aussi au pouvoir et que Charest empire encore davantage la situation avec son Liberal party!!!
    3- Vos commentaires ne sont que des constats alors que les causes du problème sont les vrais sujets à aborder. Tout ce que vous dites n’est que du réchauffé lu et relu partout. Si vous voulez de vrais débats, je vous suggère de lire « Le dernier Testament de l’Occident » pour éclairer vos neurones un peu trop soumis à la doctrine anesthésiante du PC.
    4- Dans vos propos vous êtes incapable de proposer quoi que ce soit, ce qui en fait un discours parfaitement inadmissible et non crédible. Lorsque qu’on ose critiquer, il faut au moins avoir le culot de proposer, sinon vous parlez sans rien dire. Le discours intelligent est celui qui se doit d’être suggestif, progressif et évolutif!
    5- Vous parlez de liberté et de la non intervention étatique pour que l’économie soit optimale alors que votre bien aimé Harper fait exactement le contraire en imposant un nationalisme « canadian », alors que vous craché sur le nationalisme légitime du Québec.
    6- Vous parlez du Québec qui ne fait pas ceci ou cela ou qu’il quémande alors que tous les innocents savent très bien que le Québec n’a pas les pouvoirs culturels et économiques totalement libres pour mener à bien sa destinée. La dépendance du Québec au Canada est une cause majeure de ne pas pouvoir agir en toute liberté. On sait que tous les pays qui ont une dépendance sont forcément sujets à être plus faibles économiquement.
    7- Votre discours n’est en fait qu’un discours qui prône la pure décadence où tout ce qui compte c’est l’argent. Vous avez oublié de dire que les pays les mieux nantis économiquement ont toujours été, dans l’Histoire, ceux qui avaient une culture évolutive et précise. Vous êtes le fier représentant du vrai décadent qui s’imagine que seul l’argent est important.

    Conclusion : c’est un discours académique, anémique et redondant qui biaise la réalité et sans aucune proposition intelligente.

Les commentaires sont fermés.