Réponse à Reynald (avortement)

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Facebook, Courriel),

Bookmark and Share

Voici mon opinion sur ce dossier épineux Reynald. Personnellement, je suis en faveur du choix laissé aux parents et à la mère. Il ne faut absolument pas criminaliser et marginaliser les mères qui choisissent l’avortement. De plus, il faut mettre des efforts pour faire diminuer le taux d’avortements au Québec, car chaque avortement en est un de trop à mon avis. Il est le résultat parfois, d’insouciance, parfois d’ignorance, trop souvent de négligence et malheureusement parfois de malchance.

Par contre, je me questionne fortement sur le rôle de l’état en tant que payeur pour ce service. À mon humble avis, l’état ne devrait pas payer pour les femmes qui ne sont plus aux études ou qui ne sont pas défavorisées (on pourrait inclure les cas de viols également). Il pourrait également y avoir un maximum.

L’avortement devrait être un service disponible, mais un service payé par l’utilisateur (tant que c’est possible). Gageons qu’avec un bon signal de prix, les avortement diminueraient et plusieurs femmes (et hommes) feraient plus attention.

À mon avis, l’état ne devrait pas payer pour des soins de santé électifs. De la même façon, la vasectomie et la ligature des trompes devraient être payés de manière privé, puisqu’il existe un substitut efficace : le condom et la pilule.

Pour conclure, je serai quand même toujours un défenseur de la liberté d’expression. Même si je suis en désaccord avec le Cardinal Ouellet, il me semble que notre société et nos élites québécoises ont agit de manière immature dans ce débat. Combien a-t-on vu de commentaires suggérant que le Cardinal devrait se faire euthanasier?

Je connais plusieurs militants pro-vies et je peux vous jurer que ce ne sont pas des imbéciles. Ils ont des convictions qu’ils défendent avec cœur. Vous pouvez être contre leurs idées, mais vous ne vous élèverez jamais au dessus de la mêlée en les traitant d’ignares, car ils sont loin de l’être. Vous ne faites que prouvez à tout le monde comment vous êtes fermés d’esprit quand vous ne pouvez répliquer à leurs arguments sans tomber dans la facilité.

Advertisements

17 réflexions sur “Réponse à Reynald (avortement)

  1. Pingback: Tweets that mention Réponse à Reynald (avortement) « Les analystes -- Topsy.com

  2. J’ai à dessein négligé de préciser si je suis ou non en faveur de l’avortement. J’ai seulement voulu attirer l’attention de nos lecteurs sur le fait que sur bien des sujets, les Québécois évitent de discuter du fond du problème, préférant régler de vieux comptes avec des choses et les gens qui les incarnent qui les ont hantés toute leur vie durant, comme la religion catholique et la « grande noirceur ». Personne n’a encore répondu à mes questions pourtant fondamentales.

  3. @ Reynald

    Quelles questions?

    @Ian

    Bons textes que tu nous a proposé. Je retiens surtout:

    We also know that if abortion is completely illegal, women who are intent on aborting will resort to back-alley procedures and that a number will die as a result. An abortion ban is thus guaranteed to kill women, because no amount of anti-abortion counselling or adoption assistance will convince all pregnant women to carry their babies to term. A ban will also not save the life of every unborn child, for the same reason.

    Read more: http://network.nationalpost.com/NP/blogs/fullcomment/archive/2010/05/17/tasha-kheiriddin-abortion-law-an-unavoidable-debate.aspx#ixzz0oMPLJhdB

    • je m’interroge entre autres sur le processus qui consiste à aspirer un foetus de plusieurs mois en lui arrachant parfois les membres. Peut-on mesurer l’intensité de la douleur ressentie par le bébé (par exemple est-ce comparable à celle ressentie par la mouche à laquelle on arrache une aile, celle d’un chat auquel on arrache les pattes…etc) peut-on mesurer cela objectivement et comparer cette douleur vive et courte en durée à celle morale et moins aigue mais plusn longue ressentie par la mère qu’on obligerait à garder un bébé non désiré? et aussi quelle évolution sociale scolaire mène à tant d’avortements de jeunes écolières? est-ce un constat de plus de l’échec de notre système d’éducation? Peut-on réduire au minimum cette orgie d’avortements à répétition au Québec qui détient le championnat canadien? IL me semble que ce sont toutes des questions légitimes, mêmes posées par un homme. Pourtant, non seulement personne ne fournit de réponse, mais on refuse carrément d’en discuter préférant verser son fiel sur un cardinal, qui a droit lui aussi à son opinion, même si elle est peu partagée.

      • Pour faire suite a vos intérogations, je comprends tres bien les points que vous voulez éluder, premierement il ya au québec un immence déficit parental, des gens mal équipé émotionnellement(on oubli de vivre a fond tous les jours et refusons de voir la mort et pourtant c’est aboutissement de toute vie,même la terre qui semble figé dans le temp est en constante mutation) socialement on se croit investit d’une mission suprême, on veut régenter la vie des autres en leur fermant la nôtre par contre, on tient trop compte de l’avis des autres comme si on était trop bête comme animal évolué pour se faire notre propre opinion. et trop souvent ceux qui ont le moins de vécu et d’expérience et surtout les moins bonne raisons, ont le haut de l’estrade pour nous faire la leçon comme votre ami Guilbault. Et surtout ,tellement pas de valeurs!. je tombe sur le cul chaques fois que j’entends « LES VALEURS QUÉBECOISES » les quelles?? je vous prie, lé bin pi le skidoo? on en a tellement pas que l’on est pret a ouvrir les portes a n’importe qui puis n’importe quoi, on est pret a accepter l’inacceptable sous prétexte de multiculturalisme, si on avait des valeurs si forte que l’on dit, on ne serais pas a se demander ce qui est acceptable , on le saurait tres précisément. JE ME SOUVIENS HA HA quelle farce, vendredi on a déja oublié ce qui s’est passé le mardi, il ne faut pas vivre au passé, mais il ne faut pas répetter les mêmes erreurs continuellement. demain ,PAS IMPORTANT c’est demain. aujourd’hui bien c’est le full confort, la full sécurité et ce même au détriement des autres. alors le constat de celà est que on est devant une socièté de « ME,MYSELF AND I » et les responsabilités, le respect, les devoirs et obligations c’est l’affaires des autres (LA PENSÉE MAGIQUE) avec tous ça on se ramasse avec des filles et des femmes qui pensent que l’avortement est un moyen de contraception et ça sans pensé que plus tard lorsque des enfants seront désiré, la machine sera peut etre cassée. (oui c’est déguelasse que des embryons ayant un système nerveux fonctionnel soient démanbrer a cause d’une NOUILLE n’est pas pris ses RESPONSABILITÉS et/ou pris 20 semaines avant de savoir si elle était équipé pour avoir un enfant par et pour elle même et non pas pour et au frais de l’état) et d’un autre coté avoir un enfant qui se retrouve dans une merde pas croyable avec des chances tres reduite de faire un cheminement normal et non plein d’embuches car non désiré ou pire sous l’égide de la DPJ et balotter d’un bord et l’autre et souvent victime a son tour de manipulateur et/ou violeur qui disent aimer et aider ces enfants rejetés et qui en font des victime générationnelles. Pour ce qui est d’une agression, je comprends très très bien la victime de ne pas vouloir porté le fruit de son agrssseur et ce même si cette embryon a autant de chance de faire un Beetoven, un Einstein qu’un Manson ou un John James Charest. Moins d’état, moins de religion ,plus de responsabilité individuelles.

  4. Je suis d’accord avec M. Sénéchal. Je suis un pro-choix. Je crois que c’est la femme qui doit choisir de ce faire avorter ou non, c’est un choix personnel. Je ne crois pas que l’État doit décider pour la femme concernant l’avortement. Je suis un conservateur libertarien qui croit que la liberté individuelle est une chose sacrée. L’État ne doit pas brimer la liberté de ses citoyens tant un niveau social qu’économique. Je ne suis pas un partisan de l’avortement. Je pense que l’on devrait dans la mesure du possible diminuer l’utilisation de l’avortement. Mais, dans des cas exceptionnels comme un viol, l’avortement est inévitable.

    Une dernière chose, je crois que Marc Ouellet à le droit à ses opinions et qu’il a été traité de façon injuste par la classe politique et les médias dans ce dossier.

  5. Ian soulève des questions très pertinentes qui n’ont pas été vraiment débattues, comme par exemple l’économie de l’avortement. Mes impôts doivent-ils servir à payer l’avortement à 20 ou 22 semaines de la petite secrétaire qui a changé d’idée parce que son chum l’a laissée ou qu’elle est maintenant en amour avec son patron qui veut rien savoir du bébé? L’avortement doit-il rester le bar ouvert qu’il est présentement. Et si on en fait un bar payant dans certains cas, va-t-on subir des foudres et de quels groupes de pression?

    • @ Reynald

      Non pas Reynald ni l’Etat devrait payer…mais le chum de la « PETITE SECRETAIRE » devrait payer… car il a « oublié de mettre son condom! » C’est vraiment sa faute, car c’est son outil qui a causé la grossesse. Mettons le coupable en évidence

      Il faut éduquer nos garçons à être plus responsables et de se premunir du condom et il faut « driller » à nos filles de l’exiger.

      Et si on revenait 50 ans en arrièere… et que l’avortement serrait criminalisé, les « deux » devront faire de la prison, lui, parce qu’il fut irresponsable et l’accessoire a la participation de cette création d’un être humain (comme vous dites)….et elle pour s’être fait prendre dans un état qu’elle ne souhaitait pas!

      Assez de blamer la méchante femme…assez!

  6. Wow, j’aime bien ce texte, même si je ne suis pas d’accord avec tout.

    En passant, l’avortement (comme la vasectomie, etc), ne sont pas des soins de santé.

    La grossesse n’est pas une maladie qui s’attrape…

    ;-)

    p.s.
    Je médite toujours.

    • @ Reynald

      Qu’est ce qui est le plus odieux, quelques minutes de souffrance, ou une vie entière de souffrance avec une mère qui a été violé par son père et qui voit son père tout les jours dans son enfant?

      Je vous le demande? Et comme je disais auparavent si les petits garçons violés par les prêtres seraient tombés enceintes, nous ne serions pas içi à discuter ce sujet.

      Amen

      • Qu’est ce qui est le plus odieux, quelques minutes de souffrance, ou une vie entière de souffrance avec une mère qui a été violé par son père et qui voit son père tout les jours dans son enfant?

        C’est une fausse alternative.

        Il n’y a pas que

        1) Mort de l’enfant (« un petit moment de souffrance »),
        2) Vie entière de souffrance parce qu’on n’avorte pas.

        Il existe des cas de femmes qui n’ont pas avorté de l’enfant du viol et qui n’en ont pas conçu un ressentiment éternel pour cet enfant, bien au contraire. C’est le viol qui posait problème, pas l’adorable bout de chou. Mais je veux bien admettre que ce ne soit pas une généralité (mais de là à tuer…)

        On peut en dire autant de tous les « enfants non désirés », on ne peut pas en conclure qu’ils seront malheureux, pas plus que leurs
        parents.

        Notons enfin que l’enfant issu du viol est très rare, un cas extrême qui sert de prétexte à tous les autres avortements.

        • @Luc et tout les autres

          Tout ces hommes qui parlent au nom de la femme ici et qui se font les papes de la moralité…n’oubliez pas de mettre votre condom ce soir!

          Si vous prenez vos responsabilités à coeur…je vois là une bonne solution pour qu’il y ait de moins en moins d’avortements.
          Je comprend plus pourquoi les femmes ne s’impliquent pas dans les blogues…c’étauut ma previèere expérience que j’ai commencé avec les analysts, mais je trouve le prêchage des BOYS un peu trop lourd.

          I HAVE HAD ENOUGH OF ALL THIS REGURGITATION. Subject closed for me now.

  7.  » R.H.quelques réflexions me sont venu suite a votre commentaire. 1) peut etre que la femme porte le bébé mais depuis quand une femme peut elle s’auto procréé? 2)homme et femme sont semblent t’ils égaux sauf si on parle d’enfant a naitre 3) comme il faut un examplaire de chaque sexe pour faire naitre la vie et que tout autre agencement de couple est infertile alors vous qui prétender avoir tout droit sur votre corps, pourquoi les hommes deviennent les écoeurants qui ne prennnet pas leurs responsabilités en matiere de contraception vue que ultimement si la femme a un droit absolu de l’avenir du bébé a naitre. droit et responsabilité sont selon moi indissociable 4) les enfants sont une histoire de couple AVANT,PENDANT ET APRES la naissance et ce pour toute la vie et non jusqu’a ce qu’ils quittent le « nid ». 5) les hommes sont parfaitement capable d’élever des enfants et souvent avec des valeurs ethiques et morales superieur a celles des femmes (comme on a pu le voir avec le dossier de la prostitution juvénille a québec ou aucune femmes ne s’est levée pour faire valoir les droits de ces filles victime, on a même souvent entendu des choses tres désobligeantes du genre petite garce et petite crisse de salope)les plus grands défenseurs étaient des hommes, des pères 6) j’ai vu souvent des filles qui pour garder un chum qui prenait des distances ,cesser de prendre la pilule et tout faire pour tombé enceinte et disons le PIÈGER LE GARS pour ensuite etre mises devant inévitable se rammasser seule( ça ne marchait plus et le bébé ne pouvait rien y changer) et ensuite plumer le gars pour finir avec la DPJ , les foyers d’accueils, et finir victime innocente a son tour 7)comme je suis veuf depuis 12heure apres la naissance de mon fils, j’ai du porter les deux chapeau celui de père et celui de mère des le début de mon aventure parentale et je crois avoir bien réussi avec les commentaire de mon fils qui dit en parlant de moi « the best Dad ever » 8) on perçoit une légère frustration dans votre propos, les femme voulaient l’égalité alors pourquoi n’est elle pas applicable partout?

  8. @papajohn

    J’ai déjà lu que 36% des papas disparaissent…

    En Ontario seulement, le nombre des « deadbeat dads » est de 180,000. Il y a même des listes sur l’internet avec photos pour retrouver ces fameux deadbeat papas!

    Nous devons enseigner ces faits dérangeants è nos petites filles…pour qu’lles soient bien « driller » de réfléchir avec RAISON AVANT LA PASSION!

    Lisez…si vous pouvz lire en anglais:

    Ontario’s Family Responsibility Office has more than 180,000 active cases of deadbeat parents with more than $1 billion owing in child support.

    Read more:

    http://www.cbc.ca/canada/toronto/story/2007/02/19/website-ontario.html#ixzz0oUrmgnL3

    http://www.cbc.ca/canada/toronto/story/2007/02/19/website-ontario.html

    Je penserais qu’au Québec les statitiques seraient plus élevés car on croît de moins en moins içi dans la matrimonie.

    • oui R.H. 180 000 pères sur une population de 12 000 000 ce qui donne un pourcentage pas tres élevé. si on se rapporte au québec combien de mère tocicomane ou sur l’aide social avant de devenir enceinte qui font quand même le choix d’avoir des enfants en sachant tres bien dans quoi elles les embarquent. il faut arreter de se faire peur avec tout et rien . et quant-il questions d’enfant le seul point de réussite est l’amour et le désir au dela de notre propre vie et un complet don de soi , si ces éléments sont présent, avoir un ou des enfants ne sera jamais un fardeau ou un boulet . il faut etre le phare en gardant un brin de folie et etre capable de mettre des limite que l’on est pres a respecter soi même. arreter de voir le verre a moitié vide car celui qui a soif le voit a moitié plein et donnerait sa vie pour le donner a son enfant qui a soif.

  9. Au Québec, le gouvernement ne laisse pas de choix: il perçoit les pensions directement sur la paye… de l’homme, dans 96% des cas, c’est l’homme qui paye une pension.

    Avant que ce systême de perception étatique et liberticide soit mis en place, plus de 90% des pères aptent au travail (encore eux, les guichets automatiques, sans droits?), payaient leurs pensions.

    Et dans les rares cas, où l’homme obtient la garde complète (i.e. dans les cas où un jugement allait dans ce sens parce que la mère était vraiment inapte et le père quasi parfait!), seulement 50% des mères payaient leurs pensions.

    DeadbeatMOMS ?

Les commentaires sont fermés.