Notre bureaucratie scolaire !

Par Éric Duhaime,

J’ai fait le tour avec Mario Dumont le 20 avril 2010 sur la lourdeur bureaucratique des commissions scolaires. En raison de l’affaire Bellemare, c’est passé inaperçu, mais au Conseil général du PLQ, les militants ont adopté une résolution visant à tenir les élections scolaire en même temps que les élections municipales.

Advertisements

11 réflexions sur “Notre bureaucratie scolaire !

  1. Oui abolissons ces commissions scolaires mais examinons les modèles hors Québec et retenons la solution qui semble présenter le meilleur rapport qualité/prix. Dans chaque région du Québec il y a un représentant du MELS. Chaque école doit avoir un conseil d’école formé du directeur, de représentants des parents et des élèves, tous bénévoles bien sûr. Une réunion par mois pendant l’année scolaire avec rapport semestriel au représentant du MELS. Un cocktail, un 5 à 7 ou brunch de remerciements pour les bénévoles juste avant les Fêtes et c’est tout.

  2. On pourrait mettre ça bien simple:

    – Abolir les commissions scolaires
    – Privatiser les écoles (Les laisser se gérer eux-même et attirer une clientèle). Les écoles sont libres d’offrir les services qu’elles veulent autour d’un curriculum de base.
    – Laisser aux parents le choix de l’école que leur enfant fréquentera en fonction des services offerts à cette école et payer les frais de scolarité. (on abolirait les taxes scolaires et on diminuerait les impôts pour compenser, bien sûr)
    – Pour ceux qui n’en ont pas les moyens, on pourrait offrir des bons d’études équivalents à ce que le Ministère de l’éducation paie par étudiant et permettre à ces parents d’inscrire les enfants à l’école de leur choix.

  3. @Philippe David
    J’achète ça! Votre solution responsabilise les parents qui sont les seuls juges de la qualité des écoles auxquelles ils décideront – et non pas le MELS- de confier leurs enfants. Mais cela suppose une société mature. Tant que la société québécoise aura une confiance infantile, totale et donc aveugle à madame le Ministre Courchesne, on n’est pas sortis de l’école…
    p.s. désolé pour les féministes québécoises, partout dans la francophonie , sauf au Québec, on dit madame « le » ministre . « la ministre » c’est politiquement correct – seulement au Québec- mais ça n’est pas français. La mairesse reste toujours la femme du maire, comme la pharmacienne est la femme du pharmacien.Tant que l’Académie française avec son dictionnaire (et non Larousse ou Robert) n’en aura pas décidé autrement.

  4. @ Reynald Du Berger

    Mais cela suppose une société mature.

    Absolument d’accord et il faudrait peut-être convaincre les québécois qu’ils ne sont pas des enfants et que donc, il faudrait cesser de les infantiliser. Les gens se conduisent en adultes responsables quand ils n’ont pas le choix de se conduire comme tel (Il y en aura toujours qui n’apprendrons jamais, mais j’ai espoir qu’ils seraient une minorité).

  5. y a pas juste les commissions scolaire que nous devons abolir il y a également les cegep qui doivent être reconvertit en école technique uniquement

  6. @mario Boivin
    ça a déjà été envisagé, mais le Québec est la seule province qui ne fait pas comme les autres et complique le jeu quand il s’agit par exemple d’harmoniser les normes d’agrément des programmes de formation entre les différents ordres professionnels au Canada. Cela aurait pour effet d’allonger la formation universitaire et que faire avec les profs de CEGEP qui assurent la formation générale? Ont-ils les qualités pour être intégrés à l’université? Et les syndicats?

  7. Pingback: Tweets that mention Notre bureaucratie scolaire ! « Les analystes -- Topsy.com

  8. @ Eric;

    Commme toujours: très pertinent et bravo pour vos recherches ! L’abolition des commissions scolaires était une des meilleures idées de l’ADQ. Est-ce votre idée?

    Qu’attendez-vous pour fonder un parti libertarien? Ou sont les politiciesn prêts à se lancer ? Je serais même prêt à militer pour ce parti.

    Mario Dumont a dit que seulement 25% des Québécois seraient des libertariens au Québec. Pensez-vous comme lui? Et comment fait-il pour obtenir ce chiffre… la clairvoyance ?

Les commentaires sont fermés.