Dossier Brassard : Radio-Canada me répond

Par Ian Sénéchal,

J’ai reçu une réponse de Radio-Canada suite à ma plainte à l’ombudsman dans le dossier André Brassard. J’attends vos commentaires :

 M. Ian Sénéchal

Monsieur,

On m’a transmis le message que vous avez fait parvenir le 24 mars dernier à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de propos tenus à l’émission « Six dans la cité » du 21 mars dernier.

Votre plainte nous a interpellés et nous avons regardé plusieurs fois l’enregistrement de l’extrait qui l’a provoquée. Vers 15 h 15, les chroniqueurs Nathalie Petrowski et René Homier-Roy répondaient aux questions de l’animatrice Catherine Perrin au sujet d’un livre qu’ils avaient analysé, à savoir la biographie du metteur en scène québécois André Brassard.

Rappelons pour le situer que Brassard a mis en scène presque 90 pièces de théâtre en 40 ans de carrière. Il a acquis une grande notoriété dès la fin des années 60 en mettant en scène les Belles-Soeurs de Michel Tremblay. Brassard a participé à la création du Théâtre d’Aujourd’hui en 1968. Il a dirigé le Théâtre français du Centre national des arts de 1983 à 1989, à Ottawa et l’École nationale de théâtre du Canada. Enfin, il a réalisé des scénarios de films comme Françoise Durocher, waitress et Il était une fois dans l’Est.

 Qu’on le veuille ou non, Brassard est un incontournable. Sa biographie est un événement et il était compréhensible qu’en parle une émission à l’affût des nouveautés culturelles comme « Six dans la cité ». Là où notre émission s’est démarquée de ceux et celles qui ont parlé de cette biographie depuis sa publication début mars, c’est qu’elle a révélé les passages du livre qui montrent le côté trouble du personnage dans sa vie privée.

 « Six dans la cité » n’avait pas à juger les agissements répréhensibles de Brassard, le seul fait de les mettre en lumière suffisait. Est-ce que l’émission aurait dû, comme le disait Nathalie Petrowski au micro de Christiane Charette le 26 mars, faire preuve de plus de sensibilité et dire, « c’est un grand artiste mais dans sa vie privée, il y a de grandes failles ». L’équipe aurait pu, mais elle a choisi de traiter du sujet sous l’angle culturel conformément au mandat de l’émission. Contrairement à ce que certains affirment, elle n’a pas fait l’apologie des comportements du metteur en scène. Elle a au contraire bien indiqué que c’était un personnage hors norme. Le sujet de la chronique était André Brassard, son œuvre et par extension, sa vie.

Je peux vous assurer que personne n’approuve les comportements ainsi révélés de la vie du metteur en scène, tout génie ait-il été dans son domaine. L’animatrice de « Six dans la cité » a elle-même mentionné qu’il y avait là des choses susceptibles de déranger. Donc aucune complaisance de sa part. 

De leur côté, les chroniqueurs expriment leur opinion et c’est là leur mandat. S’ils n’ont pas été aussi clairs que certains auraient aimé lors de la diffusion de l’émission du 21 mars, ils l’ont été le 26 mars face aux questions de Christiane Charette1, à la Première Chaîne de Radio-Canada.

Radio-Canada respecte les lois qui nous gouvernent. Les actes punissables ne sont pas cautionnés ou condamnés sur nos ondes. Mais nous en rendons compte afin que le citoyen en soit informé. Soyez assuré que nous sommes sensibles aux réactions comme la vôtre et que nous en prenons bonne note. Nous respectons votre point de vue et vous remercions d’avoir pris la peine de nous le faire connaître. Il alimentera certainement les réflexions de la direction sur les attentes légitimes et les perceptions de notre auditoire.

 Pour toute question concernant notre programmation, je vous invite à vous adresser directement à notre service des relations avec l’auditoire à l’adresse auditoire@radio-canada.ca, ou, si vous le jugez nécessaire, à nouveau avec l’ombudsman de Radio-Canada.

En espérant que ma réponse aura pu vous rassurer quant à notre sérieux, je souhaite que nous puissions continuer à vous compter parmi nos téléspectateurs et auditeurs, et vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

 Le directeur des relations publiques,

Marc Pichette

Publicités

18 réflexions sur “Dossier Brassard : Radio-Canada me répond

  1. Il n’y aura aucune sanction envers les animateurs de l’émission Six dans la Cité et c’est cela qui me dérange le plus. Nos taxes de doivent pas servir financer des émissions culturelles de la go-gauche du Plateau. Les animateurs de l’émission aurait dû recevoir une réprimande de Radio-Canada mais cela ne sera le cas, malheureusement. Je crois que l’affaire est clos. J’ai reçu la même lettre que vous M. Sénéchal.

  2. Je suis étonné que vous vous attendiez a des résultats! Cette ‘élite’ culturelle cooptée, au Québec, est intouchable. Ils ont le haut du pavé.

    Nous, on est la plèbe. Au Canada et au Québec, CBC/Radio-Canada est une vache sacrée.

  3. Je devrais peut-être ajouter ceci: depuis Lesage et Trudeau, le Québec et le Canada sont gouvernés par des despotes.

  4. Comme le disait un humoriste célèbre « l’ombudsman q’ossa donne? ». C’est de la poudre aux yeux pour donner à quelqu’un de la gang une job très bien payée.

  5. Selon moi la contreverse est non-fondée dans les faits(sauf en tordant les intentions de facon deraisonable) mais est au contraire motivée par l’ideologie, les pre-jugés ou des frustrations personelles des personnes qui en ont fait(selon mon point de vue bien sur) un vrai cirque digne d’un sketch de RBO (satisfaction garantie, ou mangez d’la marde!)

    La lettre de reponse est correcte et fait preuve de tacte.

    Les lettres de plainte auraient du inclure un element eclairant en ajoutant au bas de la lettre l’addendum suivant:

    PS: Veulliez prendre note que je n’ecoute pas cette emission, en realité, car je deteste de facon intense et hors du commun Rene Homier Roy, j’epouve une haine qu’il m’est difficile de contenir lorsque j’entend les mots « Plateau Mont-Royal » ou « artiste », je ne peut m’empecher de dire « gau-gauche », et je m’enrage fait des boutons et des brulures d’estomac a l’idee que mes taxes payent pour l’emission qui fait l’objet de ma plainte. Mais je consulte a ce sujet, et tout ceci n’affecte en rien mon evaluation de l’incident en question.

    ;)

  6. Si Jeff Fillion ou Steph Dupont avaient dit la même choses avec les mêmes termes et les mêmes expressions ces même intellectuels auraient déchiré leur chemise.

    Deux poids , deux mesures

  7. Ce Brassard n’est pas un génie, il est un simple metteur en scène très ordinaire, ignoré totalement de la communauté hors Québec. Who cares about Brassard en Belgique, en France? svp que l’on cesse les encensements. Mes standards pour consacrer le génie sont très différents de ceux de Radio-Canada . « Qu’on le veuille ou non, Brassard est un incontournable.  » Tu parles! Je l’ai contourné bien volontiers pendant toute ma vie. Sauf que Brassard lui, n’a pas « contourné » ce gosse de 14 ans… il est rentré en plein dedans le salaud!
    Des phrases telles « c’est un grand artiste mais …  » et « tout génie ait-il été dans son domaine. » indiquent clairement que les gens de Radio-Canada y compris leur ombudsman considèrent que la gravité d’actes pédophiles peuvent être considérablement et officiellement atténués par la clique gauchiste de Radio-Canada . Les Tartistes pédophiles adulés et consacrés par Radio-Canada ont le pardon automatique, à condition que Radio-Can les considère géniaux.

  8. Doit-on alors en tirer comme conclusion qu’il n’y a que de « vielles âmes » à Radio-Canada???

  9. C’est vrai que que 6 dans la cité n’avait pas a juger…
    Mais ils font bien pire… ils JUSTIFIENT…!! l’animatrice déclare… un enfant de 14 ans c’est un adulte dans un sens….. et Homier-Roy dit qu’il voulait dire qu’il s’agissait d’une vieille âme
    La réponse de Radio-Canada est profondément décevante…
    J’ai fais parvenir une plainte par la poste a Radio-Canada… je vous fais parvenir la réponse

  10. Surtout ne vous gêner pas pour faire parvenir une plainte si la réponse de radio-canada ne vous satisfait pas

    Adresse postale : Service des relations avec l’auditoire
    Société Radio-Canada
    Case postale 6000, succ. centre-ville
    Montréal (Québec) H3C 3A8

    Adresse civique du Centre de production du réseau français : Maison de Radio-Canada
    1400, boul. René-Lévesque Est
    Montréal (Québec) H2L 2M2

  11. Voici la retranscription de l’extrait de l’émission
    Parce l’extrait a disparu de Radio-Égo et risque de disparaître de Radio-Canada (by the way, Radio-Canada enlève a retiré des commentaires de son site)

     »Chronique du 21 mars 2010

    Nathalie Petrowski : André Brassard ne cache rien de sa vie très rock and Roll, alors il a été cocaïnomane, il ne cache pas son amour des jeunes garçons, et d’ailleurs il a été arrêté pour cela…
    Et un moment donné il dit une phrase, j’en reviens pas, alors un moment donné il a un chum de 14 ans, alors il dit : ‘’Il avait 14 ans, mais il n’avait pas 14 ans, je veux dire il savait ce qu’il faisait’’
    René-Homier Roy : Ce qu’il veut dire c’est que c’était probablement une vieille âme
    (RIRES de Nathalie)

    Animatrice Catherine Perrin : En fait c’est toute la c’est la DISTINCTION entre qu’ il le dit soyons clair il le dit  »je ne suis pas pédophile », c’est ça , il aime les jeunes garçons qui sont des adultes dans un sens.

  12. Radio-Canada affirme qu’ilrespecte les lois qui les gouvernent. Les actes punissables ne sont pas cautionnés ou condamnés sur nos ondes.

    Est-ce un cautionnement?
     »
    Animatrice Catherine Perrin : En fait c’est toute la c’est la DISTINCTION entre qu’ il le dit soyons clair il le dit »je ne suis pas pédophile », c’est ça , il aime les jeunes garçons qui sont des adultes dans un sens. »

    Definition cautionner : Se porter garant de (une idée, une action) en l’approuvant

    • C’est indéniable que sur ce point, Radio-Canada fait une entorse à la vérité dans sa lettre.

      Mais, que voulez-vous, comme le mentionne Bernard plus haut, c’est toute l’arrogance d’une société publique qui se manifeste ici. En plus, dans leur lettre ils se permettent de nous donner de leçons de culture, nous « éduquant » sur la grande contribution qu’a fait M. Brassard à la société québécoise.

      Faut le faire!

  13. Alors il faut bien que les cours de philosophie servent dans la pratique… j’ai utilisé la méthode Socratique pour répondre a Radio-Canada… j’attends leur réponse par la poste pour leur envoyer les questions qui suivante (En passant, il y a un groupe facebook contre les hommes a Roman Polansky)

    – Est-ce que Radio-Canada cautionne les propos de l’animatrice Catherine Perrin qui affirme que André Brassard n’est pas pédophile puisqu’il a dit qu’il n’est pas pédophile?

    – Est-ce que Radio-Canada cautionne l’affirmation de Catherine Perrin qui affirme que les jeunes garçons sont des adultes dans un sens?

    – Est-ce que Catherine Perrin maintient toujours ce qui fait la DISTINCTION c’est, malgré qu’il a été condamné pour détournement de mineur, puisque André Brassard a affirmé qu’il n’était pas pédophile alors, selon elle, il n’était pas pédophile?

    -Est-ce que Catherine Perrin maintient toujours que les jeunes garçons sont des adultes dans un sens ou elle préfère préciser son point de vue?

    – Pensez-vous Est-ce que l’émission du 21 mars avec les animateurs qui célèbrent avec une attitude joyeuse, rieuse et souriante, Roman Polanski (accusé d’avoir violé et drogué une fillette de 13 ans) et sur les révélations d’André Brassard (qui était cocaïnomane, condamné pour détournement de mineur, client de prostitution juvénile, collectionneur de pornographie juvénile) est en harmonie avec le mandat de Radio-Canada qui est de contribuer au partage d’une conscience et d’une identité nationale?

  14. Radio-Canada, c’est un repère de pervers et à lire la réaction de ce Marc Pichette, nous pouvons considérer que ces êtres glauques ont infiltré jusqu’à la direction.

    « Brassard a mis en scène presque 90 pièces de théâtre en 40 ans de carrière. Il a acquis une grande notoriété dès la fin des années 60 en mettant en scène les Belles-Soeurs de Michel Tremblay. »
    Le club des pédophiles

  15. Pingback: Dossier André Brassard : conclusions de l’ombudsman « Les analystes

  16. Cela n’a aucun bon sens!!!! Dire qu’on paie ce type d’émission avec nos impôts!!!!!

Les commentaires sont fermés.