Comment la Suède s’est sortie du trou

Voici ma chronique du 11 mars 2010 à Dumont 360. J’y aborde des pistes de solutions provenant de la Suède qui pourraient inspirer le gouvernement dans son prochain budget.

Publicités

2 réflexions sur “Comment la Suède s’est sortie du trou

  1. Le Quebec a ete beaucoup moins touché par la crise economique que la Suede. Et l’Islande qui a suivit le chemin du neoliberalisme s’est effondré. La privatisation c’est comme un feu de paille, en Equateur ils ont privatisé leur electricité, par la suite les tarifs ont explosés, le gouvernmenent s’est privé de revenus récurrants, et la propriété de la compagnie d’electricité a tot fait de quitter le pays, et donc non seulement la population payait plus cher pour l’electricite mais en plus cet argent quittait l’economie locale(syphoner vers l’etranger).

    • Pour citer un commentaire sur le QL, « L’Islande, c’est du Bernard Madoff à l’échelle nationale ». À part leurs banques qui ont investi partout, les Islandais n’avaient rien privatisé d’autre.

      Concernant l’électricité, la Suède n’a pas privatisé Vattenfall. Seulement, l’entreprise d’État fonctionne depuis 1996 dans un marché ouvert à l’échelle scandinave et ailleurs (notamment en Allemagne).

      Vous parlez d’Équateur, je vous parlerai du Danemark et de l’Allemagne où les prix ont aussi grimpé. Là-bas, on a privatisé mais aussi démantelé les monopoles et dérèglementé le service.

      Comme un peu la téléphonie au Canada, en Allemagne les entreprises tentent d’attirer les nouveaux clients électriques avec toutes sortes de tarifs et de promotions. Une fois cette période passée, par contre, les prix montent. La clé? Se promener de fournisseur en fournisseur, selon les « primes de bienvenue » et autres rabais. En somme, on change de fournisseur une fois par an.

Les commentaires sont fermés.