La Caisse détient des milliards dans les sables bitumineux

Par Guillaume S. Leduc,

Nouvel argument de taille dans le dossier de l’hypocrisie verte de Jean Charest : la Caisse de dépôt et placement du Québec détiendrait plusieurs milliards d’actifs dans les industries pétrolières, notamment celles qui font affaire en Alberta. C’est Éric qui vient de lâcher cette petite bombe sur le plateau de Dumont 360.

Nous devrions mettre la vidéo en ligne demain, mais en attendant je vous résume les faits. La Caisse a quatre grands portefeuilles d’actions : marché canadien, américain, étranger et des pays émergents. Dans les quatre cas, on retrouve dans le top 10  des investissements les plus importants plusieurs compagnies pétrolières comme Exxon Mobil, Chevron, Shell, etc. Je vous mets en ligne le rapport annuel 2008 de la Caisse.

On remarque également que c’est dans le secteur énergétique que la Caisse détient la majorité de ses actions, surtout pour ce qui est des actions canadiennes. Or, 40% de la production énergétique du Canada provient de l’industrie pétrolière, selon le Centre for Energy du Canada. Je vous ai déjà parlé du rapport de la Canada West Foundation qui décrivait comment pourraient être dévastatrices de nouvelles normes de réduction des GES pour l’industrie pétrolière.

Nous avons donc un Premier ministre qui, sur toutes les tribunes qui lui sont offertes, milite pour que le Canada adopte une réglementation qui menacerait les fonds de retraite de tous les Québécois.

Publicités

7 réflexions sur “La Caisse détient des milliards dans les sables bitumineux

  1. Je ne suis pas surprise pour 2¢!!!

    Mais ça n’enlève rien au mérite de M. Eric Duhaime de le démontrer et de le souligner!

    Sur le site web infomine, on dresse une liste de toutes les compagnies pétrolières impliquées dans l’exploration ou l’exploitation des sables bitumineux. En tout, il y en a plus d’une cinquantaine.

    Je défie n’importe quel fond commun d’être dépourvu d’une de ces compagnies!!

  2. Ce n’est pas nouveau, la plupart des REER, des fonds de pension collectifs y compris « Teachers » en Ontario et la Caisse de Dépôt détiennent la majorité des actions de pétrolières. Ces compagnies inscritent en bourse sont considérées comme des ‘blue chip’ ou valeur sûre dans un porte-feuille diversifié.

    Tous conseillers en placement va vous recommander de d’acheter des pétrolières comme base de portefeuille y compris le toujours intéressant « Trans-Canada pipeline ».

    Les verts qui veulent le démantèlement de l’économie pour la remplacer par lwur bureaucratie verte exagèrent la vérité comme toujours.

    Il demeure que certaines pétrolières ne sont pas sur le marché public. En 2007, Deutch-Shell a racheté toutes les actions circulant dans le public.

    Au contraire Suncor Energy est la résultante de la fusion de Pétro-Canada et de Suncor (Sunoco) et est coté en bourse tout comme Impérial Oil (ESSO), TransAlta, etc…

    Il y a des conglomérats comme Syncrude indirectement détenus par les actionnaires des compagnies pétrolières en bourse incluant le public.

  3. Guillaume,
    Juste une petite précision: le 40 milliards $, c’est une estimation du total des 4 porte-feuille d’actions de la CDPQ. Une part importante de ce montant est investi dans des compagnies pétrolières (probablement entre 8 et 12 milliards).
    Éric

  4. Encore une autre preuve que Jean Charest se fout éperdument de l’environnement. Notre PM est le plus grand hypocrite de l’histoire du Québec. Il est vert quand cela fait son affaire. Je ne crois pas que son grand chum le Dieu du climat Steven Guilbeault serait content d’apprendre que la CDPQ détient des milliards dans les sables bitumineux.

  5. Les gars…..vous venez de détruite le beau travail de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui a consacré 212 000 $ pour imprimé son rapport annuel…c’est pas correct !!

  6. Pingback: Bulletin des @nalystes : Février 2010 « Les analystes

Les commentaires sont fermés.