La recherche gazière avance au Québec

Par Ian Sénéchal,

Le Premier Ministre pourrait bientôt se retrouver avec un heureux problème d’ici quelques années. J’en ai déjà parlé quelque peu, le Québec fait présentement de la prospection gazière et pétrolière sur son territoire. Les basses-terres du St-Laurent sont ciblées par les compganies juniors du Québec pour le gaz et la péninsule gaspésienne pour le pétrole.

Heureux problème? Il aura peut-être, sait-on jamais, à défendre l’exploitation de ces ressources naturelles face aux écologistes. Lui qui aime porter l’uniforme de super-héros vert, il risque de se retrouver face à une contradiction

Les principaux acteurs sont Junex, Gastem, Questerre, Pétrolia et Pétrolympic entre autres. Ce sont eux qui possèdent les permis d’exploration émis par le ministère. Ils font généralement affaires avec des compagnie plus grosses établies à l’extérieur du Québec qui possèdent les capitaux et l’expertise. On pense à Forest oil, Talisman, Suncor et Canbriam. Ils se divisent généralement les profits futurs, s’il y a découverte, selon un partenariat établi avant les investissements en capitaux.

À quand une nationalisation de cette industrie? Il serait plus que temps!

Haha, je vous ai eu. Jamais au grand jamais il faut que cela arrive. Remarquez, on doit déjà être en train de préparer les propositions de nationalisation du côté du Parti Québécois et de Québec Solidaire. Les premiers utiliseront un discours nationaliste pour convaincre les québécois, les second utiliseront plutôt un discours environnemental.

Je surveille ces compagnies depuis un petit bout de temps à la Bourse. J’ai toujours été intrigué par le fait que les québécois pourraient un jour évoluer dans l’industrie gazière. On sait depuis longtemps que l’on possède du gaz naturel au Québec. Par contre, ce n’est que depuis quelques années que les technologies ce sont suffisamment développées pour extraire le gaz des « shistes ». La principale zone d’exploration est d’ailleurs appelée shistes de l’Utica.

Pourquoi je vous en parle aujourd’hui? Junex a dévoilé un rapport intéressant faisant état de ses réserves potentielles sur un de ses permis d’exploration. C’est ce qui m’a fait penser de vous en parler. Pierre Duhamel en parle également.

J’aimerais bien que le Québec devienne un producteur de gaz. On parle de nouveaux emplois pour les employés manuels, ce qui serait très bien considérant que plusieurs ont perdu le leur dans les entreprises manufacturières. Sans compter que le Québec pourrait finalement arrêter de jouer à la grenouille qui se prend pour le boeuf face à la richissime Alberta. L’exploitation de ces ressources pourraient peut-être redonner un peu d’humilité à cette province qui en a grand besoin face aux dossiers environnementaux. On commence un peu trop à se prendre pour les dieux de l’environnement au Canada.

Disons que je serais bien surpris, si on en venait à un stade de production, que le Québec refuse de faire l’exploitation pour des considérations environnementales!

Publicités

15 réflexions sur “La recherche gazière avance au Québec

  1. Super votre billet!

    Il y a juste dans le Globe and Mail qu’on peut avoir un traitement du sujet aussi éclairé. Avant, on avait le journal les Affaires pour combler cette lacune mais ils sont virés au vert eux autres aussi. Que voulez vous, parler de l’exploration et de l’exploitation de ressources naturelles c’est LE sujet tabou de l’heure.

    Effectivement, ce serait de la folie de vouloir nationaliser l’éventuel pétrole.

    J’ai lu quelque part qu’un seul forage en mer (comme dans le golfe du Saint-Laurent) coûterait quelque chose comme…50 millions de $. Et on n’est pas absolument certain de frapper le jack pot à ce stade!

    Alors dans l’état actuel de nos finances…

    Ça va prendre pas mal de financement privé et de joint ventures pour développer un tel projet, j’ai l’impression.

    Néanmoins, la meilleure des chances aux plus audacieux!

  2. La vantardise de Charest va finir par le hanter…c’est toujours mieux de laisser les autres nous louanger.

  3. Il y a déjà eu exploitation gazière dans Lotbinière à St-Flavien plus précisément. Il y avait deux camions-citernes qui faisaient la navette sur la 20 entre ce puits et la briqueterie Citadelle et son voisin la Cimenterie St-Laurent à Beauport. L’emblème héraldique de St-Flavien possède une partie rappelant ses réserves de gaz naturel.
    http://www.st-flavien.com/info.html

    Sur le site de Junex, on retrace l’histoire de St-Flavien dont l’exploitation a durté 14 ans.

    http://www.junex.ca/fr/oilgas/production.php

    En voici un extrait: « Le gisement de gaz naturel de Saint-Flavien a été localisé en 1972 par les travaux d’exploration de Shell Canada et de la Société québécoise d’initiatives pétrolières (SOQUIP). Le gisement a été mis en production de 1980 jusqu’en 1994, avec une production totale de 161 millions de m3 (5,7 bcf) de gaz naturel composé à 95 % de méthane sans soufre. Le gisement est situé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Québec. « 

  4. Oh Mon Dieu….Est-ce une farce. Pas de perequation de l’Alberta. That will show Charest for his bad attitude. Mais est-ce vrai? Alberta going for broke with spending hikes and record $4.7B budget deficit

    Module body

    2 hours, 35 minutes ago

    By John Cotter, The Canadian Press
    ADVERTISEMENT

    EDMONTON – Alberta’s Progressive Conservative government plans to run a record deficit and deplete its savings account in a budget that forgoes the kind of deep spending cuts that fiscal hawks have been screeching for.

    Au secours..ou ira le Québec sans le $8 Milliard?

  5. C’est un excellent texte M. Sénéchal. Dans les prochaines années, je crois que le Québec pourrait créer de la richesse grâce à l’exploitation de son gaz et de son pétrole. Je ne crois pas que le PM Jean Charest va empêcher cela à cause de l’environnement. Jean Charest se fout de l’environnement et de l’écologie. Il se présente en grand défenseur de l’environnement car c’est populaire et c’est bon pour son gouvernement. J’ai hâte de voir comment notre médiocre PM va expliquer à son grand chum Steven Guilbeault que le Québec doit exploiter du gaz et du pétrole pour le bien de l’économie québécoise. Guilbeault va sûrement le traiter de pollueur de la planète. En terminant, le Québec doit créer de la richesse et l’exploitation gazière et pétrolière serait une bonne façon d’en créer.

  6. J’entend déjà les arguments du gouvernement, peu importe si il sera péquiste ou libéral. Au lieu d’avoir le courage de donner l’heure juste, ils vont y aller d’affirmations creuses pour endormir (oupse! calmer) l’opinion publique:

    « Le type de gisement que nous nous apprêtons à exploiter dans le golfe du Saint-Laurent est trrrès différent de celui des sables bitumineux.

    Chez nous, ça va être propre, propre, propre! Aucune incidence au niveau de l’environnement, c’est GARANTI!! On ne pourrait pas envisager qu’il en soit autrement dans notre belle province. Nous ne sommes pas en Alberta ici! Vous avez la chance d’avoir un gouvernement vert et responsable, vous le savez bien! »

    Mais le discours va s’arrêter là et bien peu auront l’expertise nécéssaire pour mesurer jusqu’à quel point, ces belles paroles auront un quelconque rapport avec la réalité.

  7. Lorsque j’étais porte-parole de l’Opposition officielle en matière d’énergie, je répétais à satiété que nous sommes chanceux de vivre au Québec sur une terre riche en ressources naturelles (hydriques, forestières, éoliennes, gazières, minières, et, oui,pétrolières); alors, pourquoi ne pas exploiter de façon intelligente, mesurée,et, oui, durable, ces richesses naturelles? On veut créer de la richesse, alors qu’attendons-nous pour le faire? Utilisons tout notre savoir collectif pour y arriver et faire de ces ressources un levier de développement économique majeur pour transformer le Québec en une province riche, qui n’aura plus besoin de péréquation.Imaginez un peu; développement économique, création d’emplois, occuaption du territoire, développement régional, investissments privés, formations professionnelles, sans compter l’expertise à développer dans l’efficacité énergétique.

  8. Personne ne reagit a mon posting sur l’Alberta notre perequateur (un mot?)…si l’Alberta est en déficit le Quebec devra alors manger beaucoup de baloney…
    j’ai du mal lire.

    By John Cotter, The Canadian Press

    EDMONTON – Alberta’s Progressive Conservative government plans to run a record deficit and deplete its savings account in a budget that….

    Je traduis maniere amateur…Le gouvernement progressiste conservateur de l’Alberta devra faire face a un deficit majeur and vider son compte d’épargne dans un budget qui….

    Hey Ouch!…Les analystes pouvez vous nous éclairer… est-ce une farce pour faire suer le Québec ou ai-je mal lu…si c’est vrai on va en suer un coup!

    • En fait, même si l’Alberta ferait un déficit budgétaire, ça ne veut pas nécessairement dire que la péréquation du Québec serait diminuée.

      La péréquation est payée à même les revenus du gouvernement FÉDÉRAL. Ils utilisent une formule plutôt complexe qui inclus les variables économiques des diverses provinces pour déterminer si une des ces provinces y a droit.

      Le Québec va recevoir 8.5 milliards sur une enveloppe totale de près de 15 milliards.

      L’Alberta ne recevera rien. Même s’ils font un déficit. Son économie est trop performante.

      À moyen terme, ce qui pourrait arriver, c’est que les revenus du gouvernement fédéral diminuent et que l’on décide de couper dans les transferts aux provinces. L’enveloppe de la péréquation pourrait alors être réduite.

      À court terme, les conservateurs ne sont pas intéressés à le faire.

      Quand on dit que l’Alberta pait de la péréquation au Québec, c’est un raccourci. En fait, les albertains paient en moyenne plus d’impôt que les québécois au gouvernement fédéral (car ils gagnent plus d’argent) et le gouvernement fédéral donne de la péréquation au Québec sans en donner à l’Alberta. Il n’y a donc pas de transfert direct entre l’Alberta et le Québec.

  9. Oui, c’est sure que l’argent des provinces riches va directement à Ottawa et la péréquation est divisé de là. Mais il me semble que dû au large déficit du gouvernement fédéral et l’Alberta qui vient d’annoncer qu’elle a vidé son compte d’épargne et réalize un déficit, il m’apparait évident qu’il y aura « BEAUCOUP » moins d’argent a distribuer éventuellement.

    A moins que Terreneuve, Sakatchewan magiquement viennent à la rescousse pour remplir les bourses, ce que je douterais, mais n’etant pas économiste….?

    Aussi… maintenant l’Ontario qui entre dans une nouvelle situation, et qui est aussi devenue pauvre maintenant et ne participera pas a donner plus qu’ils recoivent au fédéral. OOOps…minus $$$

    Ce scenario donnera sûrement un mal de tête genre migraine pour Flaherty/Harper. Je crois que nous allons nous en ressentir un peu, pas si mal, beaucoup?
    C’est a voir!

    • Pour l’instant, les conservateurs écartent le scénario de la baisse des transferts fédéraux. Remarquez, par le passé, le gouvernement fédéral utilisait cette option pour rééquilibrer son budget.

      C’est donc une possibilité à moyen terme.

Les commentaires sont fermés.