Avatar, un film de gauchistes!

Par Éric Duhaime,

Voici le lien vers mon entrevue de ce matin à CHOI ce vendredi 22 janvier 2010. Vous n’avez qu’à cliquer sur le logo pour l’écouter. On discute du film Avatar, de l’environnement, le sommet économique du 20 et 21 janvier, de Pierre-Karl Péladeau et de l’élection de Scott Brown.

 

Advertisements

14 réflexions sur “Avatar, un film de gauchistes!

  1. Je ne dois pas être très vite à matin, mais je ne comprends pas le lien entre la caricature et l’entrevue…

  2. C’est vraiment amusant d’entendre des droitistes vivre au-dessus de leurs moyens intellectuels en déchirant leur chemise sur une méga-production hollywoodienne dont le propos est plus que banal.

    • Nos « moyens » intellectuels semblent tout de même avoir réussi à vous piquer. Cela dit, il faudrait qu’on m’explique en quoi c’est banal d’écrire un scénario où on va stéréotyper les personnages de manière hautement excessive juste pour faire passer une idéologie écologiste radicale…

    • C’est votre opinion, mais vous pourriez l’exprimer d’une manière plus civilisée. Ce serait à votre avantage. Considérez-vous averti, vous êtes sur la limite de l’acceptable selon notre politique de commentaires.

  3. Monsieur Sénéchal, je juge que je vous ai répondu sur un ton bien plus respectueux que le ton emprunté dans l’émission de radio en question.

    Et puis je ne vois pas en quoi on « stéréotype des personnages de manière hautement excessive juste pour faire passer une idéologie écologiste radicale ». Le scénario d’Avatar est foutrement ordinaire, on y reconnaît tous les clichés habituels du cinéma hollywoodien, avec l’histoire d’un peuple menacé et d’un transfuge typiquement américain qui devient leur sauveur. C’est un conte patriotique (et pas du tout antiaméricain) qui reprend le même schéma que des dizaines de films, dont « Le Dernier Samouraï », « Il danse avec les loups », « Pocahontas », etc. Les personnages ne sont donc pas plus ou moins stéréotypés qu’à l’habitude: ils sont ordinaires. Quant au message, je n’y vois rien d’inhabituel non plus. C’est à cause du contexte que vous vous mettez en colère: si le film était sorti il y a trois ans, personne ne l’aurait perçu comme une manifeste éco-warrior. Et tant qu’à y être, Tao Tao et Titou les Pouces verts aussi sont des manifestes éco-warrior « communistes ».

    Puis si on avait « stéréotypé des personnages de manière hautement excessive juste pour faire passer une idéologie radicale libérale », comme c’est habituellement le cas dans les films de self-made-man, l’auriez-vous seulement remarqué?

    Tout le monde sait que ce film est sorti pour faire de l’argent. Il n’y a pas la moindre contradiction dans la course pour le profit. Comme dirait l’IEDM.

    Soit dit en passant, je n’ai pas aimé Avatar. Je ne suis pas « piqué », mais inquiet qu’on trouve encore le moyen de faire de la récupération politique, comme si c’était Steven Guilbeault qui avait écrit le scénario.

    • Votre dernière réponse est exactement le type de commentaires que nous souhaitons et remarquez, comme je vous l’avais dit, ce type de réponse vous donne plus de crédibilité.

      Pour ma part, je ne me prononce pas sur le film, car comme je l’ai dit, je n’ai pas été le voir encore. Sûrement bientôt.

    • Récupération politique pour le compte de qui ?

      Nous avons à peu près la même critique du film, à la différence près que son message écologiste ne vous dérange pas. Les parallèles avec Le dernier samouraï sont troublants…

  4. Je suis allée voir ce film avec mon fils ado. Je suis 100% d’accord avec les propos d’Éric Duhaime à la radio CHOI.

    J’ai lu les critiques du film sur le site web Cinema Montréal et certaines de ses critiques font peur. Certaines personnes ont vraiment embarqué dans la vision mièvre d’une planète « idéale » et regrettent quasiment de vivre sur la Terre!

    Les propos tenus au début du film m’ont donné la chair de poule. Particulièrement, lorsque le représentant de la compagnie minière explique que les actionnaires n’ont rien à foutre des habitants de Pandora. Tout ce qu’ils veulent c’est l’unobtainium et le profit qui vient avec. Un cliché digne de notre chanteur Richard Desjardins. Mais bon, c’est dans l’air du temps et ça, M. Cameroun l’a très bien compris.

    Je suis donc sorti de la salle exactement comme je l’avais anticipé: réjouie par les belles images et profondément agacée par la moralité verdoyante de ces grands échalas bleus. Pour vous amusez franchement, lisez l’opinion très savoureuse de ce citoyen américain:

    http://www.suburbanchicagonews.com/couriernews/news/talk/1979566,The-best-comedy-of-the-year-Avatar_EL010810.article

    Vraiment très drôle et dans le même sens que les commentaires de M. Duhaime sur CHOI!

  5. Pingback: Bulletin des @nalystes : Janvier 2010 « Les analystes

  6. Yo c’est plutôt n’importe quoi comme entrevue ça… Il fallait vraiment faire autant de temps là-dessus, une analyse d’un film qui prend soudainement l’aspect de « complot »? C’est probablement à cause des analyses poussées à l’extrême de ce genre que le monde voit les gens de droite comme des maniaques…

  7. J’ai aimé Avatar (je ne m’attendais pas a autre chose qu’un film pop corn) Meme si je suis a peut pres le seul pour qui la gamique 3d est plus achalante que d’autre chose. Mais je suis parti a rire en lisant le titre de ce billet. Cest vraiment une parodie de Glen Beck ou Rush Limbau

Les commentaires sont fermés.