Démission au PQ : Un bon ami y va d’une réflexion intéressante ce matin

Je comprends ta frustration Richard. Sérieusement, je trouve malheureux que nous ayons tous à payer pour cette démission. Mais que pait-on exactement? Et bien :

  • Une prime de départ pouvant représenter jusqu’à une année complète de salaire de député (allocation de transition)
  • Une élection partielle

À mon avis, le concept d’allocations de transition devrait être remis en question. Les ex-députés qui ont été défaits en élection ou contraints de partir pour des raisons de maladies doivent en recevoir une. Par contre, selon moi, le paiement devrait être mensuel et cessé dès que la personne se trouve un autre emploi ou prenne officiellement sa retraite.

Également, est-on réellement obligé de tenir une élection partielle. Je veux dire, le siège de Vachon appartient présentement au PQ. Pourquoi ne leur donne-t-on pas la lassitude de nommer un remplaçant eux-mêmes. De toute façon, les gens votent plus pour le parti que pour la personne qui se présente. N’importe qui faisant un peu de politique apprend rapidement qu’un candidat dans une élection provincial ne compte pas pour plus de 5% du vote. Le reste, c’est le parti et le chef du parti qui détermine le résultat. Dire le contraire revient à se cacher la tête dans le sable.

Bref, une autre démission qui va nous coûter chère.

Publicités