Pierre Foglia et l’écologie

Wow, ce texte est vraiment bon. Je ne savais pas où me situer depuis le début de la crise sur le Climategate, bien que je commence à me faire une bonne idée tranquilement. La raison de mon questionnement provenait du fait que je trouve l’écologie importante. J’ai pris certaines bonnes habitudes écologiques au fil du temps et je pense avoir fait ça pour le mieux. Par contre, je commence également à trouver les discours d’écologistes pas mal encombrants dans ma vie et surtout culpabilisants. Avec cette simple citation, Foglia résume parfaitement mon état d’esprit face à l’écologie et le Climategate :

Avez-vous bien mis vos pelures de banane dans le bac vert? Et la boîte de petits pois dans le bac bleu? C’est juste ça, l’écologie. Le reste, c’est du communisme.

Publicités

10 réflexions sur “Pierre Foglia et l’écologie

  1. Comme toi j’ai bien aimé des passages ce texte mais il m’étonne venant de la bouche de Foglia….Surtout quand je lis: »L’uranium ne donne pas la leucémie, ce sont là des folies de médecins de campagne. Y en a dans le foie de veau, de l’uranium, c’est bon pour la santé. »
    Ça me semble être de l’ironie surtout avec la conclusion: »Mais la vraie question que nous pose l’écologie, je vous la pose maintenant : avez-vous bien mis vos pelures de banane dans le bac vert? Et la boîte de petits pois dans le bac bleu? C’est juste ça, l’écologie. Le reste, c’est du communisme. »

    Le  »religieux de gauche en lui »semble vouloir utiliser l’ironie pour dénonccer les gens n’embarquant pas dans la galère réchauffiste…

    • Je ne dis pas que tu as tord, mais ce serait la deuxième fois qu’il fait le coup dans ce cas. Il a publié un texte en 2007 « Trois minutes d’écologie » qui semble avoir pas mal dérangé et semble aller dans le même sens. Remarque, je ne l’ai pas lu, car il n’est plus disponible sur cyberpresse.

  2. Il doit bien avoir trente ans que je pratique Foglia. Je ne serais pas surpris qu’au moment où je lis votre commentaire, il en soit à te tenir les côtes en lisant votre commentaire. Foglia, qu’on se le dise, n’est pas devenu gâteux. Comme sa rubrique n’accepte pas les commentaires de ses lecteurs, il a dû attendre que quelques néophytes se commettent en s’ébahissant de ses propos. C’est sûr, c’est sûr que l’uranium ne donne pas la leucémie, tout comme l’écologie se résume à faire le tri de vos déchets. Pas un mot sur ceux qui produisent l’emballage de ces déchets, pas plus que ceux qui ramassent les différents bacs, qui les recyclent. L’écologie n’a rien à voir avec la qualité de l’environnement et son évolution, ça aussi, c’est sûr, c’est sûr. car c’est du communisme.

    Je ne veux pas mettre mes mots dans la bouche de M. Foglia mais, ce soir, chez lui, en vous lisant, il doit se réjouir de votre naïveté et se désoler que son monde soit encore plein de péquenots qui se veulent les décideurs de demain.

    • Comme vous vous en doutez, je ne lis pas très souvent Foglia. En lisant vos commentaires, je comprends parfaitement où vous voulez en venir.

      Il est vrai qu’il est fort possible qu’il est écrit ce texte au second degré afin de se payer la gueule de gens comme moi. Nice, j’assume, je suis probablement tombé dans le panneau. Je pourrais facilement supprimer le post et faire comme si de rien n’était, mais je trouverais ça pas mal « looser ».

      Reste que mon sceptisisme envers la parole évangélique des écolos n’en n’est pas moins diminué. Je suis un gars de faits. Je ne comprends pas que des gens en soient venu à manipuler des données scientifiques. Faudra un jour que la lumière soit faite sur ce dossier, car j’ai déjà adhéré à la théorie du réchauffisme, mais aujourd’hui, je me sens floué par tout le dossier du Climategate.

      Pour en finir avec Foglia, disons que je ferai plus attention en le lisant à l’avenir. Un gars apprend de ses erreurs.

      Comme on dit, « Fool me once, shame on you, fool me twice, shame on me! »

  3. Un texte de Foglia où il accuse les écolos d’être des communistes de type soviétique? Elle est bien bonne! Un peu plus et il nous avouerait attendre la boucle de réaction qui nous éliminera tous sous nos ordures, intoxiqué au monoxyde de carbone et balayé par toutes les calamités qu’annonce l’effet de serre, afin que le capitalisme triomphe!

    Hum. En effet, c’est la deuxième fois qu’il vous fait le coup!

  4. C’est après avoir lu ce billet de Pierre Foglia que j’ai eu l’idée de voir ce que pensaient les blogueurs de cette provocation. Fait surprenant, aucun blogueur écologiste ne le dénonce alors que deux blogueurs (et vous en êtes) se servent de son billet pour se conforter dans leur impression que l’écologie se résume à ramasser des casseaux de frites et que les écologistes conspirent pour établir une dictature éco-communiste.

    À l’évidence, ce Foglia a abusé de votre candeur… Même un jeune homme sérieux comme vous l’êtes peut devenir la tête de turc de ce damné Foglia.

    À la lecture de votre profil, j’ai réalisé que vous qui possédiez une formation en actuariat. Ce qui fait de vous et de vos collègues, des interlocuteurs de premier plan pour discuter d’écologie et d’environnement. Formation rigoureuse, cartésienne, études reposant sur les sciences dites exactes, vous avez certainement opinion toute nuancée sur le sujet de l’heure: le réchauffement climatique et ses risques.

    Curieux de connaître si des gens autrement plus sérieux que ce bouffon de Foglia considéraient sérieusement cette éventualité, j’ai lancé dans Google (qui est notre ami) les occurrences suivantes:

    compagnies d’assurance études actuarielles réchauffement climatique

    et encore:

    insurance actuarial studies global warming

    pour obtenir quelques milliers de résultats qui renvoient à des études universitaires, des centres d’études spécialisés, aux sites de nombreuses compagnies d’assurances. Je n’ai évidemment pas lu tous ces articles mais suffisamment pour constater que tous ces organismes rament furieusement pour soutenir les thèses réchauffistes des communistes tels que dénoncés par ce même Foglia.

    Eh bien, s’il faut maintenant que les compagnies financent des rouges…

    • En fait, c’est justement mon gros problème avec les théories climatiques. Je n’ai aucune expertise dans le domaine.

      J’adhérais à la thèse réchaufiste parce que les faits semblaient justement former l’unanimité dans la communauté scientifique. Hors, on apprend que des données ont été manipulées. On ne sait tout simplement qui croire.

      Pour la connexion entre actuariat et écologie, je dois vous dire que vous devez faire attention dans mon cas. Je me suis spécialisé au fil du temps en analyse et production de bilans financiers de compagnie d’assurance de personne (vie, collective, santé, produits de retraites).

      Les actuaires traitant de dossiers climatiques travaillent probablement dans des domaines d’assurance de dommages (auto, habitation, commerciale), un champs d’expertise complètement différent du mien. Je crois, car je m’y connais bien peu, qu’ils modélisent souvent les événements catastrophiques reliés aux ouragans par exemple. De là à dire qu’ils font dans la climatologie, je ne saurais vous dire, mais je serais surpris.

  5. Pingback: Un regard économique sur Copenhague « Calcul, sport et politique

  6. C’est quoi, le « commmunisme « ? Et bien c’est la brutalité politique du collectivisme, qui s’autorise d’un mélange de puérilité morale et de mauvaise poésie, sur fond d’égalitarisme jaloux… Avec le concours de l’état, bien entendu, qui se charge du bourrage de crânes… Et de châtier les réfractaires, s’il le faut. L’objectif ultime étant de décourager toute velléité d’indépendance individuelle, de désinvolture ou d’incrédulité face aux soi-disant « devoirs collectifs », « l’individualisme » devenant le crime suprême. Ce qui ne se fait pas sans la mise en place d’un système de délation généralisée.

    Le gentil « mouvement écologiste » en est presque rendu là. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer la face de plâtre de Jésus Guilbeault, son regard glacial d’inquisiteur pincé, chargé de mépris pour tous ceux qui ont encore le culot de douter que la planète est en danger… L’idée que cet individu pourrait un jour disposer d’un réel pouvoir pour imposer ses prétentions de supériorité morale me glace le sang…

    Quant à Foglia, ce vieux frimeur, il avait probalement la prétention de parler « au second degré », pour avoir l’air intelligent. Sans doute voulait-il flétrir ces horribles « réactionnaires » qui restent encore sceptiques devant le grand programme de bonheur collectif proposé par le mouvement écologiste. Ce qui ne l’a pas empêché de dire, bien malgré lui, une vérité…

Les commentaires sont fermés.