Michel Kelly-Gagnon et la rémunération des fonctionnaires

Voici le lien du texte de Michel Kelly-Gagnon paru dans le Journal de Montréal le 4 décembre dernier. Une fois de plus, la qualité du texte de M. Kelly-Gagnon est impeccable. Le texte s’intitule : « Si j’étais le négociateur en chef du gouvernement ». En voici les grandes lignes :

[…]Notamment, la sécurité d’emploi dont jouissent actuellement les fonctionnaires québécois recouvre un ensemble de privilèges non-négligeables, comme la garantie offerte aux employés de ne pas être licencié par manque de travail, le droit au placement prioritaire sur des postes vacants et le maintien de leur traitement en cas de suppression de leur poste[…]

[…]un contrat de travail comprenant une grande sécurité d’emploi, rémunéré à 20 dollars de l’heure, équivaut à un contrat doté d’une sécurité moyenne mais rémunéré à 22,28 dollars de l’heure.[…]

[…]le régime de retraite à prestations déterminées dont bénéficient les fonctionnaires va bien au-delà de ce qui est généralement offert dans le secteur privé.[…]

[…]il n’a aucunement été démontré que les fonctionnaires québécois quittent massivement leur fonction pour aller travailler dans le secteur privé[…]

[…]e dis oui à des fonctionnaires très bien payés, mais à l’intérieur d’un État dont le mandat serait moins envahissant. Bref, moins de fonctionnaires mais avec de meilleures conditions.[…]

Je suis parfaitement en accord avec cette analyse. Le concept de rémunération totale est un concept qui devrait être utilisé plus souvent dans le débat public sur la rémunération des employés de l’état. À mon humble avis, il est du devoir du gouvernement d’offrir un panier d’avantages sociaux et salariaux adéquats aux employés de l’état afin de s’assurer que le niveau de compétence de la fonction publique reste élevé tout en conservant un roulement de personnel raisonnablement faible. Il faut faire tout cela dans le respect le plus total du contribuable qui a travaillé dur pour envoyer son argent au gouvernement. Mon analyse m’amène à croire que la rémunération totale des employés de l’état est trop généreuse, car on ne voit pas d’exode massif vers le secteur privé. Je crois qu’il faut soit gelé les salaires, soit modifier le panier d’avantages sociaux des employés ou encore remettre en question le régime de retraite à prestations déterminées jusqu’à ce qu’un certain nombre décide de quitter le service public. C’est de cette façon seulement que l’on pourra dire que les emplois de la fonction publique sont rémunérés équitablement par rapport au secteur privé.

Advertisements

2 réflexions sur “Michel Kelly-Gagnon et la rémunération des fonctionnaires

Les commentaires sont fermés.