Les lois de « marketing »

Ce matin, j’ai décidé que je m’en prenais au gouvernement avec son lot de nouvelles lois « bidons » qui ont été adoptées ces dernières années au Québec. Je les appelle les lois de « marketing ». J’aimerais bien que vous m’aidiez à trouver un meilleur terme d’ailleurs pour mieux les désigner. Voici d’ailleurs les critères que j’attribue à ces lois pour les désigner ainsi :

  1. Elles nous sont vendues par le gouvernement comme étant des lois qui vont régler des problèmes chroniques, mais dans les faits, leur impact est marginal.
  2. Elles font rager la population générale et/ou les commerçants, mais pas suffisamment pour les mettre vraiment en colère.
  3. Elles entraînent souvent une dépense faible, mais réelle pour ces derniers.
  4. Elles ont pour but d’amener toujours un peu plus de gouvermaman dans vos vies (contrôle, surveillance, restriction de votre liberté…)
  5. Elles permettent aux élus du gouvernement de démontrer qu’ils agissent pour règler des problèmes (bref, meubler le vide médiatique causé par leur inaction)
  6. Prise chacune séparément, on aurait tendance à dire que la liberté du citoyen n’est pas vraiment touchée par ces lois, mais c’est lorsqu’on les regarde toutes ensembles qu’on se rend compte que les citoyens ont perdu beaucoup de liberté depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux.
  7. Elles visent souvent à corriger les actions des citoyens les plus débiles de notre société (comme si on pouvait empêcher un imbécile d’agir en imbécile).
  8. Elles sont souvent écrites en réaction à un événement marquant, catastrophique ou touchant dans le coeur des québécois.

Quelles-sont ces lois? En voici quelques-unes :

  1. Interdiction de faire l’étalage des produits du tabac en magasin. (1, 3, 5,)
  2. Interdiction du cellulaire au volant (1, 2, 3, 4, 5, 6)
  3. Obligation de mettre des pneus d’hiver (1, 3, 4, 5, 6, 7)
  4. La loi Anastasia (1, 5, 8 )

Ce n’était que quelques exemples. Regardez bien ce qui s’en vient tranquillement. On va vouloir intercepter les gens qui « pètent la balloune » à .05 et veut maintenant interdire les fameux « Bluetooth » que plusieurs québécois ont achetés récemment. Décidémment, on ne s’en sort pas.

Je vous invite à publier soit d’autres lois qui vont dans cette catégorie ou vos suggestions de noms pour désigner ces absurdités législatives. Vous pouvez le faire dans les commentaires.

Mise à jour :

Exemples :

  1. Loi sur l’équilibre budgétaire (Commentaires sur Facebook de Joanne Marcotte)
  2. Loi sur le fonds des générations (Commentaires sur Facebook de Joanne Marcotte)
  3. Loi sur l’arrêt des moteurs automobiles selon la température (Loi ontarienne, voir le commentaire de Suzanne)

Noms de ces lois :

  1. Les lois De Konninck (voir le commentaire de Michel)
Publicités

5 réflexions sur “Les lois de « marketing »

  1. C’est peut-être pas un exemple québécois, mais à Ottawa, on n’a pas le droit de faire chauffer son char inutilement pour plus de 3 minutes, dans le but de réduire les émissions de carbone. L’exception c’est s’il fait plus de 27 degrés C (pour faire marcher l’air conditioné) ou moin de 5 C (la chauffrette).

    À quoi bon cette loi?

    Je sais qu’il y a peut-être des livreurs qui parquent leur char pour plus de 5 minutes, mais c’est un peu bidon comme loi.

    J’imagine que les villes québécois vont l’adopter à l’avenir. Trop inutile pis ça donne chaud au coeur des nonos enviros.

  2. Dépot de Garanti et Révision de pension alimentaire.

    Dans les 2 cas il faut embaucher un avocat pour réclamer le dépot de garanti à la fin de la pension, ou encore à chaque fois qu’un changement de revenu survient ( Perte d’emploi, baisse de salaire, etc…)

    C’est bien sur une loi populaire soutenue par les puissants mouvements féministes, et s’applique sans discernement même si vous avez toujours été un excellent payeur

    J’ai récemment demander à Mr Deltell de faire connaître aux québécois la somme totale détenue illégalement dans les coffres du Ministère du revenue, puisque la majorité des payeurs de pension, ( Majoritairement des hommes ) l’abandonneront jugeant qu’un avocat va leur coûter plus cher que le montant en cause. Mais il faut bien aussi , au Québec, engraisser les avocats. Habituellement, quand on paye une pension alimentaire, on n’a pas droit à l’aide juridique…

    • Je ne crois pas que ça fasse tout à fait partie du type de loi visé par mon texte. Par contre, il me semble que ce soit une loi très contrevenante pour certaines personnes. Je ne connais pas vraiment ce dossier et vous m’intriguez. Sans vous le promettre, je vais regarder pour faire un article là-dessus dans un futur rapproché.

  3. Que diriez-vous de « loi de Deconinck »?
    Comme il arrive que les maladies soient nommé de par leur victime… Pourquoi pas l’un des auteur?

Les commentaires sont fermés.