Peut-on rester dans l’indifférence?

Ce genre d’article devrait, à mon humble avis, inquiéter les gens. Vous me direz qu’il y a beaucoup de chiffres certes, mais retenez celui-ci. Dès lors que vous mettez un enfant au monde, il devient immédiatement endetté de 32 341$ au Québec. Le prix d’un VUS!

J’aurais peut-être dû appeler mon enfant Isaac « Grand Cherokee » Sénéchal finalement!

Publicités

2 réflexions sur “Peut-on rester dans l’indifférence?

  1. Le québécois veut tout avoir mais ne rien payer. Tant qu’on aura pas compris qu’il faut vivre selon ses moyens, ça ne changera pas. Et avec plus de 40% de travailleurs qui ne payent pas d’impôt, ce n’est pas prêt de changer.

  2. J’ai de la difficulté avec votre façon de présenter l’endettement. Personnellement, j’ai une dette qui dépasse mon revenu et pourtant je suis très loin d’être en faillitte. Il faut aussi regarder la valeur de nos actifs comme société. Il faut de plus se demander si le fait de couper dans les services publics pour réduire la dette ne va pas, au bout du compte, se révéler beaucoup plus coûteux. Ça ne veut pas dire de ne pas faire des choix budgétaires responsables, ça veut dire de poser la question de l’endettement dans une perspective d’enrichissement collectif. Je ne crois pas qu’on soit perdant en ce moment de ce côté. Si vous voulez consulter un très bon ouvrage de vulgarisation sur la dette publique, je vous conseille celui de Louis Gill: Rembourser la dette publique: la pire des hypothèses. Il est disponible gratuitement sur cette page.

Les commentaires sont fermés.