Nos riches s’appauvrissent

téléchargementPar Ian Sénéchal,

Nos riches s’appauvrissent! Comment j’arrive à cette conclusion. Eh oui, encore une fois, je fouille dans le rapport des statistiques fiscales des particuliers de 2011.

Voici un tableau important que j’ai construit moi-même. J’analyse le revenu moyen des gens gagnant plus de 100 000$. Il est difficile de tirer des conclusions sur le nombre ou le revenu total de cette classe d’individus, car chaque année, il est normal de voir plus de gens dans cette classe de revenu puisque l’on n’ajuste pas les chiffres pour l’inflation. C’est pourquoi, je voulais analyser le revenu moyen des gens gagnant plus de 100 000$ par année à la place.

Lire la suite

C’est compliqué être un jovialiste

imagesPar Ian Sénéchal,

Réflexion rapide ce soir publiée sur ma page Facebook :

Il y a deux chiffres que je ne suis plus capable de voir.

49.97% (taux maximal d’imposition au Québec)
14.975% (taux de la taxe à la consommation)

J’ai l’impression qu’il y a un clown quelque part au ministère du Jovialisme qui pense que l’on serait choqué si les taux était de 50% et 15%.

 

 

On nous prend pour de solides idiots

999177_10152099569993828_1428963915_nPar Ian Sénéchal,

Voici une liste non-exhaustive des coupables de paresse intellectuelle. Je fais référence ici à tous les acteurs/médias qui ont parlé de retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016. Il s’agit d’un énorme mensonge et beaucoup de gens sont tombés dans le panneau. L’équilibre budgétaire ne sera pas atteint en 2015-2016. Il s’agit de savoir lire un tableau financier pour le réaliser. C’est écrit noir sur blanc.

Lire la suite

Yep, Alcoa nous tient par les…

dubal 2007

Aluminerie de DUBAL, à Dubai

Jacques Parizeau sort de son trou ce matin et demande au gouvernement de reculer et d’acquiescer aux demandes de la grande aluminerie Alcoa en gardant son tarif d’électricité à un niveau extrêmement faible. Bref, c’est une forme de subvention déguisée. Subvention, car l’électricité qu’on leur donne nous aura coûté plus cher à produire que ce qu’on leur charge.

Lire la suite

Blogue d’un chiqueux de guénilles

bugs-bunny-whats-up-docPar Ian Sénéchal,

2.3 milliards de déficit, bah, y a rien là! Voici l’état des finances publiques au 31 juillet 2013. Rappelons simplement que c’est cette année que le Québec devait retourner à l’équilibre budgétaire, que de nouvelles taxes et nouveaux impôts ont été implantés pour y arriver et que cet équilibre était atteint grâce à des revenus non-récurrents en provenance d’Ottawa. De plus, pour y arriver, le Québec avait produit un budget qui couvrait une période plus longue que les douze mois habituels.

Lire la suite

Taxer le travail ou la consommation, telle est la question

VaselinePar Ian Sénéchal,

Liens avec ce texte :

Le PLQ est en grosse réflexion. Doit-on revoir notre système fiscal? Certainement. Toutefois, ne vous faites pas trop d’illusions, on ne vous promet pas de baisses d’impôt. On ne fait que réfléchir à comment on devrait vous taxer. Bref, on se demande quel est le meilleur lubrifiant pour… vous savez quoi.

Lire la suite

Québec, une population de cancres?

Par Ian Sénéchal,

Liens importants :

Bang, voilà un titre qui frappe! Certains répondront certainement oui à cette question, d’autres vomiront leur venin en me criant des noms comme de quoi, une fois de plus, je suis contre le Québec. La réalité, c’est que j’ai utilisé ce titre pour attirer votre attention sur un texte rempli de données économiques ennuyantes. Maintenant que vous êtes tombés dans le panneau, lisez le texte jusqu’au bout!

Lire la suite

Manque d’arguments

Par Ian Sénéchal,

M. Marceau,

J’ai 28 ans, je suis travailleur autonome. Je suis branché sur le monde, je fais la plupart de mes achats en ligne, je suis bilingue. Des amis qui me ressemblent, j’en connais beaucoup, un peu partout en province. On est éduqué et on est très mobile. On en remercie d’ailleurs le système d’éducation.

Juste comme ça, quand je regarde ce que m’a coûté ma formation, je trouve que ça ressemble à une blague. En fait, je trouve ça injuste. Des gens beaucoup moins fortunés ont financé mes études. Je les remercie, mais en fait, je ne pense pas que c’était nécessaire. J’aurais mis l’argent moi-même pour avoir ces études si importantes à mon avenir. J’aurais utilisé l’endettement encore plus (et j’aurais peut-être été un peu plus tranquille sur la levée du coude!)

Je vous écris pour vous demander conseil. J’ai besoin d’arguments pour rendre service à la patrie. Parfois, le nationaliste en moi ne sait plus comment rendre la province fiscalement sexy auprès de son entourage.

Pouvez-vous m’expliquer comment convaincre Jacques, un gars de l’Outaouais, de ne pas acheter l’iPad qu’il veut offrir à sa femme à Ottawa plutôt qu’à Gatineau. On lui charge 1.65$ d’écofrais au Québec en plus d’une taxe de vente 2% plus élevée. Ça lui coûte 461.78$ au Québec et 452.78$ en Ontario. C’est quand même 9 dollars de différence et nous, on en perd 41.71$ chaque fois. Pensez-vous que je suis le seul qui connaît un Jacques qui se retrouve dans la même situation?

J’ai aussi un autre ami. Celui-là travaille à Montréal. Il demeurait à Ste-Julie. Il a déménagé à Hawkesbury. Il me dit que ça ne lui prend pas beaucoup plus de temps qu’avant pour aller travailler. Comment est-ce que je fais pour le convaincre de revenir? Le gars est ingénieur. On est chanceux, il travaille encore pour nous, mais il ne paie plus ses impôts ici.

D’ailleurs, j’ai demandé à Jacques pourquoi il ne restait pas en Ontario considérant qu’il était si proche. Il m’a dit que c’était prévu. Il attend d’avoir fini avec les services de garde quasi gratuits du Québec et après, il va déménager de l’autre côté de la rivière pour inscrire sa descendance à l’école anglaise en Ontario.

J’ai aussi un client. J’aimerais que vous m’aidiez. Le gars a deux compagnies : une au Québec et une autre en Colombie-Britannique. J’aurais aimé qu’il fasse ses placements corporatifs au Québec. Seul problème, impossible de trouver un avantage fiscal pour justifier le tout. Imaginez si je le convainquais, tous ces dividendes et gains de capitaux pourraient être imposés au Québec. Par contre, M. Marceau, j’ai beau être nationaliste, mais je ne peux pas offrir une solution qui n’est pas optimale à mon monde. Vous ne m’aidez pas vraiment à rendre service à ma nation je trouve.

Bref, M. Marceau, vous voyez bien que je veux aider, mais il faudrait faire votre bout aussi. Vous ne pouvez pas continuer à nous taxer autant, nous réglementer autant et espérer que notre économie va se redresser. Je me demande parfois si vous vous rendez compte comment notre manque de compétitivité fiscale diminue les recettes du gouvernement.

Prière de réformer le RQAP

Par Ian Sénéchal,

Le RQAP devait rebâtir notre nation. Une politique nataliste dont le Québec avait bien besoin supposément. On s’est battu fort pour arracher l’administration du régime à Ottawa. Constat après 6 ans? Échec. Je laisserai les deux graphiques suivants tirés du blogue Antagoniste.net vous le démontrer. On pourrait ajouter une quantité incroyable de littérature statistique pour démontrer que toute personne qui utilise encore l’expression "mini-baby-boom" est profondément dans le champs gauche.

Comme vous le savez, au Québec, quand on instaure un programme qui ne livre pas la marchandise en plus d’être coûteux, on l’enlève. Non? Ce n’est pas ce qu’on fait? Pourtant, ce serait logique non?

Le programme coûte maintenant 1.8 milliards. Rappelons simplement pour le plaisir de le rappeler que la savante mathématicienne, Pauline Marois, estimait les coûts du programme de l’époque à 350 millions. Si on était encore dans le régime fédéral, on paierait un taux de cotisation employeur-employé de 0.864$ par 100$ de salaire (rabais offert par le fédéral pour compenser le Québec d’avoir son propre régime). Pourtant, on paie 1.341$ par 100$ présentement. C’est 55% de plus que partout ailleurs au Canada! Oui, oui, 55%! Ça rend nos entreprises compétitives ça mes amis!

Bref, c’est cher, ça ne marche pas, on réforme. Que fait-on?

  1. Ramener le plafond du salaire assurable à des niveaux plus bas. Un programme gouvernemental, c’est une base pour aider les gens qui en ont le plus besoin. Les gens qui font de meilleurs salaires ont une capacité d’épargne plus grande et plus de marge de manœuvre pour ajuster leur rythme de vie à l’arrivée d’un enfant. N’oublions pas non-plus que plusieurs professionnels voient leur entreprise compenser pour le salaire au-delà du plafond d’assurance de 66 000$ au Québec et 45 900$ au fédéral.
  2. Supprimer totalement le régime particulier. On doit considérer le seuil de remplacement de 55% du salaire comme étant l’effort maximal que doit faire le gouvernement pour accompagner le parent dans son projet d’avoir un enfant. Le reste relève de la responsabilité individuelle et de l’épargne personnelle. Par contre, je ne verrais pas de problèmes à ce qu’il y ait une certaine bonification pour les plus faibles salariés. Désolé, mais 75% de remplacement de revenu, c’est ridicule et ça déresponsabilise la population. Un bébé, on le voit arriver au minimum 9 mois à l’avance et tout le monde devrait avoir un fonds d’urgence dans son bilan financier (rappelons qu’un fonds d’urgence n’est pas une marge de crédit).
  3. Abolir la prestation de paternité. Méchante belle patente de lologue qui soutiennent que le père doit être plus présent à la maison. Le père pouvait déjà prendre une partie du congé parental avant l’avènement de cette nouvelle prestation d’assurance-golf ou assurance-rénovation, appelez ça comme vous voulez. On dit en coulisse que 80 à 90% des pères qui reçoivent une prestation la reçoivent en même temps que leur conjointe pour s’occuper du nouveau-né. Je pense qu’on est loin de l’essence du programme ici. Il y a même des mauvaises langues qui disent que certains parents envoient leur enfant plus vieux en CPE en même temps pour ne pas perdre leur place! Qu’ils sont de mauvaises foi ces gens!
  4. Réviser certaines choses douteuses. On paie présentement un congé pouvant atteindre 18 semaines à des femmes qui subissent une interruption de grossesse après la 19ième semaine de gestation et ce, peu importe la raison. Désolé, mais c’est quoi ça bordel?

Finalement, pourquoi juste ne pas revenir à l’ancienne formule. On baissera éventuellement les taux de cotisations, ça donnera de l’oxygène à tous les particuliers et aux entreprises.

P.S. Juste comme ça, on appelle ça de l’assurance parentale, mais une femme ménopausée de 55 ans doit également payer les primes. Je me demande bien contre quoi elle s’assure? L’intervention du Saint-Esprit?

P.P.S. Le régime a toujours été déficitaire. Vous avez payé plus qu’ailleurs, mais pas assez!!! On traîne une déficit accumulé de 577 millions de dollars. C’est t’y pas beau?

P.P.P.S Avis à tous ceux qui ont profité du régime ou qui profiteront du régime. Cet article ne vise vraiment pas à vous inciter à ne pas vous prévaloir de vos prestations. Vous y avez droit, prenez-les. Si vous faites économiser de l’argent au gouvernement, il y aura toujours un Zambito pour savoir comment la dépenser.