J’aimerais être fier de ma nation

Ian Sénéchal

(Contact via Twitter, Podcast, Facebook, Courriel),

C’est rare que je fais ça, mais un texte sans aucune statistique! Évidemment, ça fait suite au texte de Jérôme Lussier du VOIR.

Je travaille fort et la productivité est importante pour moi.

Je vis en banlieue.

Je prends ma voiture pour aller travailler.

Dès que j’ai pu, je me suis acheté un terrain pour y bâtir une maison unifamilliale.

Quand j’étais salarié, je prenais 8 heures au bureau pour en travailler 7.

Je suis un entrepreneur dans l’âme. J’aime mon nouveau métier de travailleur autonome.

Ma journée commence à 6h pour se terminer à 20h, quand les petits sont couchés.

Nous sommes deux jeunes parents qui travaillent fort et on amènent 2 salaires à la famille.

Je fais l’épicerie une fois par semaine.

J’entrepose ma nourriture dans un garde-manger.

Je magasine plus souvent qu’autrement dans les grandes surfaces.

Depuis que je suis bilingue, j’ai remplacé Annie et ses hommes par Dr. House.

Quand je veux boire de l’alcool, 4 fois sur 5, je débouche une tite-frette et plus rarement, du vin.

Quand je veux me faire plaisir, culinairement parlant, je me tape du "gros junk sale".

Je prévois passer une bonne partie de ma vie de parent dans les arénas ou sur les terrains de baseball.
Je déteste le soccer. Eh oui, je dis soccer et non football.

Mes sports préférés sont le hockey, le baseball et le football américain.

Mon style de vie s’apparente plus à celui d’un américain qu’à celui d’un français.

J’accepte que le Québec est un peuple distinct et unique.

J’accepte que d’autres cultures s’intègrent à la mienne, mais qu’on ne me demande pas de modifier mes habitudes pour ces dernières.
Je méprise les religions qui traitent la femme comme un objet.

Je fête Noël chaque année, même si je ne crois pas en Dieu.

J’écoute 90% du temps de la musique en anglais. Je n’écoute que les meilleurs artistes francophones (petite plug ici à Ingrid St-Pierre que j’adore).

Je suis tanné de subventionner des artistes sans talent.

Nous ne sommes que 8 millions, on ne peut malheureusement pas produire autant de grands artistes que certains peuples plus nombreux.

J’ai un grand respect pour les traditions.

Je suis conscient que le Québec a été construit autant par les Britaniques que les Français.

Je veux que mes enfants soient bilingues. Par contre, je veux qu’ils parlent français à la maison.

Je ne veux pas que leur langue freine une éventuelle carrière internationale. C’est pourquoi je ferai tout pour leur en donner au moins deux.

La politique américaine me fascine.

Je me considère privilégié de vivre dans une démocratie occidentale, libre et ouverte sur le monde.

Ce que je déteste le plus dans notre société, c’est la dégringolade de la responsabilité individuelle en tant que valeur fondamentale.

Je suis fier d’être canadien et je suis fier d’être nord-américain.

J’aimerais également être fier d’être québécois.

Notre nation semble avoir perdu ses repères.

Je suis tanné de nous voir au bas de tous les classements économiques ou même sociaux (suicide…)

J’ai la profonde conviction qu’on mérite mieux.

J’ai également la profonde conviction que nous sommes les seuls responsables de nos malheurs en tant que peuple.

C’est de notre responsabilité de se remettre sur pieds.

J’ai un profond dégoût de notre perpétuelle tendance à jouer à la victime.

Est-ce trop demander aux indépendantistes (pas tous, mais à la majorité bien sûr) d’arrêter de nous faire honte?

Est-ce trop demander à mon peuple de faire un retour vers une plus grande responsabilisation citoyenne?

Est-ce trop demander que l’on fasse les efforts nécessaires pour redevenir un peuple qui exerce un leadership positif au Canada?

Finalement, est-ce trop demander aux québécois de me donner une vraie raison d’être fier d’être québécois.

Désolé d’être chiant et exigeant, mais le seul fait de parler français en Amérique du Nord est nettement insuffisant pour que je sois fier de ma nation.

Le gros colons qui jouait dans les Bougons à l’époque parlait français, mais pourtant, peu de gens seraient fiers de l’avoir dans leur famille.

Redevenons un aspect positif à l’intérieur du Canada. Pas juste le petit cousin chiant que tout le monde a hâte de "kicker-out" de la maison.

Pour terminer, un petit message aux souverainistes qui seront frustrés par ce texte. Quand je serai redevenu fier de ma nation, je vous écouterai quand vous me parlerez de souveraineté. Mais en attendant, sacrez-moi la paix. Vous me faites honte. Et, allez-y, traitez-moi de colonisé, ça fait longtemps que je vous ignore de toute façon.

50 réflexions sur “J’aimerais être fier de ma nation

  1. Je lis l’inclusion, l’ouverture d’esprit, l’espoir d’une vie meilleure… Je suis aussi autonome et sans filet de sécurité et ça j’en suis fier. Je suis un individu et non le porte drapeau d’une supposée collectivité et j’abonde dans le sens de ce texte. Well done!

  2. Je suis d’accord avec la majorité des lignes de ce texte, mais je ne peux pas m’empêcher de trouver simpliste et insultant votre attaque sur les souverainistes (ce que je ne suis pas depuis longtemps!). Je pourrais nommer des dizaines de fédéralistes qui sont des vrais hontes nationales (dont notre PM…), et cela ne veut pas dire que toutes les personnes qui partagent sa façon de voir le Qc doivent être insultées. J’ai également beaucoup de respect pour Joseph Facal. Je trouve désolant que vous vous laissiez tenter par les généralités comme le font ces "souverainistes" que vous dénoncez. Mais sinon, bravo pour un texte simple et moderne sur ce que la majorité des familles du Qc sont aujourd’hui.

  3. "Je suis tanné de subventionner des artistes sans talent."

    Hmm… S’ils ont du talent, ils n’auraient pas besoin de subvention pour commencer, non?

    Pour le reste : j’aime bien les bouts qui admettent la déresponsabilisation. Toutefois, j’ai toujours un peu de difficulté avec le concept de nation. Avec la religion, il est ce qui a causé le plus de problèmes sur la planète

  4. À part les quelques flèches lancées directement aux souverainistes (j’en suis un, mais je ne milite pas et je ne militerai jamais pour cette cause), ce texte aurait pu être écrit par un souverainiste. Je crois qu’on peut être souverainiste et avoir le goût que ça bouge un peu, sans que ça ne tombe dans le populisme et les raccourcis comme on peut le voir ici par moments.

    Je crois que le Québec peut faire mieux et en même temps je suis fier de ce qui se fait au Québec (CGI, Cirque du Soleil, Bombardier,…).

    J’apprécie grandement la qualité d’interventions des divers angles, que ce soit de la part de JF Lisée (à l’opposé de ce qui est véhiculé ici, mais qui fait ressortir ses idées avec respect pour ses opposants), de Martin Coiteux que j’ai eu comme professeur, ou encore de Joseph Facal que j’ai eu aussi comme professeur. Je suis plutôt de gauche, mais j’apprécie l’argumataire de droite, quand c’est intelligent, pour me confronter.

    Mais d’avoir honte du Québec, de s’auto-flageller, et d’embarquer dans le cirque de ce qui est véhiculé par Sun Media ou l’IEDM envers le Québec, là je décroche. Ce n’est pas être colonisé, c’est juste un peu décevant…

    • David…oui nous avons honte et nous n’avons pas besoin de Sun News pour nous inciter à ressentir quoi que ce soit. L’auto flagellation…pas du tout notre style. La vérité brutale…oui…même si vous ne l’aimez pas.

  5. Chapeau Ian,excellent billet, très bien exprimé. C’est ce qu’on ressent en dedans et une frustration énorme de ne pouvoir le crier sur "tout" les toîts. Merci Internet,, merci Ian. Je vous aime.

    Juste avant de lire ton texte, je répondais a une indépendantiste du nouveau blogue https://www.facebook.com/independantes/posts/148051851968326 qui me faisait la leçon parce que je m’étais exprimée en anglais sur mon profile FB. On est rendu là!

    Voilà:

    Pauline Dufour
    Madame Edwardh: je lis sur votre profil "In charge of developing business with the Government of Canada and corporate clients in Eastern Canada, New York, Southern U.S." et aussi "Director of Canadian Operations · janvier 1964 – janvier 1980 · Toronto, Ontario
    In charge of all operations. Promotion with allied travel industry". Je vous suggère de faire comme votre Premier Ministre fédéral et d’utiliser la langue française. Votre inscription nous démontre l’utilité de notre combat pour faire du Québec, le seul État de Langue Française en Amérique du Nord. Cordialement vôtre.
    3 hours ago · Like

    Renee Edwardh
    Pauline…Est-ce démocratique de dire aux gens quelle langue ils ont la permission de parler….le Québec se développe un esprit communiste dangeureux avec leur pontification et leur chasse aux unilingues anglais. Quelle province chaleureuse endêtée par dessus la tête qui prêche sans arrêt. Après 11 ans d’étude en français, nos petits québecois n’arrivent même pas à bien parler ou écrire la langue de Molière et on exige que les autres parlent et comprennent les deux langues du Québec, le français et le joual et çela dans quelques mois. Est-ce que les autres sont plus intelligents que nos petits québecois! Partout au monde, il y a plein de personnes avec des compétences spéciales qui ne parlent pas la langue du pays ou ils habitent, on ne les chassent pas, mais au Québec….c’est honteux cette obssession avec la langue…honteux. Oui, j’ai honte de la petitesse d’esprit de plusieurs québecois.

  6. Ian…
    Je viens de trouver plein de mots pour remplacer pontification ci haut, malgré que je l’aimais bien ce n’est pas un mot, alors je change pour prêchi-prêcha, discours moralisateur ou leur objurgation, vitupération, récrimation, grognerie!

    • Aimé avec une laisse au cou implique qu’il faut gérer les petits tas… Certains semblent y prendre gout avec la langue…

    • Ian…je vois que les séparatistes continuent en grand nombre à envahir les blogues fédéralistes et de mettre le thumbs down. Ce serait une bonne idée d’enlever ces thumbs car ces séparatistes n’ont rien a contribuer à part de damner tout les fédéralistes qui osent s’exprimer de ces jours. Dieu, que je serais prête et tellement heureuse de leur donner un morceau du Québec pour que nous puissions vivre en paix. Ca fait 30 ans que nous les endurons, c’est assez. Les séparatistes rêvent d’un pays, donnons leurs en un! https://www.facebook.com/pages/Pour-un-Qu%C3%A9bec-Libre-et-Divis%C3%A9-Ouest-et-Est/255117261199867

      • Bien d’accord Renee pour donner un morceau du Québec aux séparatistes, je suggère l’île d’Anticosti.

        On pourrait faire une corvée et leur construire des cabanes en bois ronds et ils pourraient vivre de façon écologique avec leurs chemises à carreaux: pêche, chasse, cultiver des patates, etc…
        Une télé et une radio locale en français seulement . La captation des ondes hors l’île ne serait pas possible pour ne pas contaminer le peuple avec les autres cultures, surtout celles des méchants canadiens et américains.

        Pas de sale pétrole sur l’île, seulement des moyens de transports écolos : vélos, chevaux, marche …
        et le commerce : pas de multinationales sur l’île (surtout pas de Walmart )
        Seulement un gros magasin général avec des produits locaux : des patates, etc…

        Ah ! comme les séparatistes, j’espère que ce coin de pays se réalise pour que le reste du Québec (le RDQ) puisse vivre dans l’harmonie, dans la richesse, au même rythme de la planète.

      • Il fut un temps où j’allais pour discuter sur des blogues indépendantistes. Je n’y ai récolté généralement qu’insultes, sophismes et mauvaise foi. Je crois que vous n’avez aucune leçon à donner à qui que ce soit surtout avec votre ridicule déportation.

      • Je ne suis pas vraiment d’accord. Ils ont droit à leur opinion comme tout le monde. Il faudrait seulement leur apprendre à argumenter avec leur raison plutôt qu’avec leurs émotions.

      • Bonne idée Rejean! Je dirais même très bonne idée! Du moins au lieu de perdre votre temps et le temps de tout le monde parlant de langue et d’indépendence vous pourriez contribuer à l’économie du Québec dans le Grand Nord, pour faire changement. Nous sommes dans le trou par dessus la tête avec tout ces bla, bla, blas négatifs qui perdurent, contre le Canada un des meilleur pays au monde. Le nombril, ä suffit!

      • Quelle bonne idée Rejean, oui, ce serait bien de vous déporter vers le Nord, vous pourriez contribuer à l’économie du Québec et pourquoi pas y rester. Cela fait 30 ans que vous nous cassez les oreilles avec vos projets et vos rêves irréalisable de séparation.

  7. vous avez résumé en grande partie ma pensee et moi aussi lorsqu’on sera un peuple fier pour les bonnes raisons moi aussi j’aimerais avoir mon pays mais en entendant je demeure fédéraliste car je crois plus aux valeurs canadiens qu’au valeurs québécoises

    • Vous qui vous insurgiez contre l’idée de vous faire donner une portion du Québec êtes prêt à aussitôt à déporter à Toronto tous ceux qui ne sont pas d’accord avec votre vision du Québec. J’espère que vous n’êtes pas représentatif, mais j’en doute, des séparatistes québécois.
      Les valeurs en lesquelles vous croyez seraient-elles: l’aplaventrisme face aux imigrants, la haine de l’anglais, la honte du profit, l’amour de l’assassin et le mépris pour sa victime, la négation de l’individu, l’abandon de la responsabilité, l’envie irrépressible du maternage étatique, la gloire du BS fédéral etc.

      • Pour quelqu’un qui se plaint des insultes de la droite, vous êtes un champion du fait. Bravo!

  8. @moutongris

    "Avec la religion, il est ce qui a causé le plus de problèmes sur la planète"

    … pour ce qui est de la religion, c’est tout simplement pas vrai… comme l’a dit sœur Emmanuelle sur un plateau de la télé française, tous ceux qui en parlent n’y connaissent rien… surtout au Québec… les Québécois ont une haine de la religion qui relève de la pathologie…

  9. la chose la plus déplaisante que les pit-bulls nationaleux ne cessent de répéter lorsqu’ils prèchent leur National-socialisme ( Nazisme), c’est comment , eux , représentent les valeurs du Québec , ils sont complètement a l’opposé au niveau de mes valeurs , et je suis Canadien-Francais depuis des générations ( 1660) . cette gestapo de la langue et du bien-pensant m’exaspère quand ils montrent aux autres c’est quoi être Québécois , donc je me proclame désormais, Canadien-Francais , juste pour les faire ……
    Très bon commentaire Mr. Sénéchal, vos capsules promo sur RP sont intéressantes , je ferai faire bientot des soumissions d’assurance, j’aime faire affaire avec quelqu’un qui pense un peu comme moi.

    • National socialiste. Une expression un peu forte. Utilisée sans doute pour faire un point. Nationaleux. J’aime mieux. Il n’y a pas de méchanceté dans les dérives existentielles des "Québécois", juste une fixation sur la bataille des plaines d’Abraham et une volonté de voir les choses en noir. Moi aussi, j’aurais aimer que Louis XV prenne ses colonies plus au sérieux et que l’Amérique du nord reste française. Eh oui, j’en veux un petit peu aux Français d’avoir échappé le ballon dans cette affaire des colonies, eux qui étaient si bien partis. Les Espagnols ont pas fait trop mal avec quoi, 350 millions de locuteurs, aujourd’hui, si on compte le Mexique et l’Amérique latine. Et que dire des Portuguais, 10 millions chez eux et 200 millions de locuteurs au Brésil. Et les Anglais, le succès total avec les USA, l’Australie, nous au Canada etc… Et nos cousins d’outre mer, ils se consolent avec quoi aujourd’hui ? St-Pierre et Miquelon… la Martinique… le Québec ? Ne me parlez pas de la Cochinchine où le Français n’est plus en usage. Et si ce n’est pas encore le cas pour le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, la français comme langue d’usage dans ces coins là, on en reparlera dans une génération. Les pauvres Français! Si on juge par le résultat, ils l’avaient pas l’affaire. Si la colonisation était un sport, on pourrait s’amuser à penser qu’ils se sont fait battre 12 à 0 par les britanniques, 11 à 1 par les Espagnols et allez, 10 à 1 par les Portuguais.
      Mais on est encore là. Et plutôt bien portant, si ça se trouve. Et qu’est-ce qu’on est ? Des Nords Américains. Des Canadiens d’expression française. Ma foi, et je vais me faire lapider pour écrire ça, pourquoi pas des bloke qui parlons français.

      • Votre analyse est ironique mais lucide M. Lagacé. J’ai côtoyé pas mal de Français, voyagé et travaillé en France et je suis devenu francophile contrairement à plusieurs Québécois qui n’aiment pas les "maudits Français". …. "La France nous a abandonnés… pour de la canne à sucre et du rhum" déplore-t-on. Mais je ne peux m’empêcher de songer à ce que serait devenu le Canada si la France avait remporté la joute des Plaines d’Abraham. quand je vois comment on interprète la liberté, l’égalité et la fraternité chez certains "cousins". Il y a le modèle français, celui québécois cher à M. Charest et celui Anglais qui traverse assez bien l’histoire et vous faites bien de le souligner. Honni soit qui mal y pense!

        • A comparer les anciennes colonies française et anglaise et on peux se dire que la défaite de Moncalm fut pour nous somme toute une bonne affaire.

  10. C’est un sentiment très personnel, nous vivons les mêmes choses dans la même province et moi je n’ai pas du tout honte d’être ce que je suis, une question d’estime de soi, tout simplement.

    Je ne sens pas que nous sommes un grand peuple, nous nous comparons avantageusement dans certains domaines et on a des croûtes à manger dans d’autres.

    Se trouver minable n’est pas une option pour moi.

    Et quand Yan pense faire frustrer les souverainistes comme moi avec son texte, ben il se trompe, je trouve son état d’esprit triste et quand il demande qu’on lui sacre la paix, on comprend dans quel camp réside vraiment la frustration.

    • demande a n’importe lequel pédophile si il est fier de son orientation sexuelle et a coup sur il ne voit rien d’anormal chez lui alors votre fierté du coup ne vaut pas plus que la sienne!

  11. Pour ce qui est de la souveraineté, Gilles Proulx le disait… si vous voulez savoir ce que ça va avoir l’air, voyez ce qu’ils font avec les pouvoirs qu’ils ont déjà.

  12. Salut Ian,

    Tu te souviens de l’expression "Français et fier de l’être!" ? Elle est ridicule. Tu peux être fier de ce que tu es ou de ce que tu as accompli seulement si ça résulte de tes efforts, de ta détermination. Pour ce qui est de ton statut de citoyen Québécois ou Canadien, de fils de M. et Mme Sénéchal, tu ne peux que te compter chanceux ou malchanceux d’être né sous une bonne ou mauvaise étoile, dans un pays prospère ou "émergent". Cependant, si tu réussis par tes discours et surtout tes actions à améliorer le Québec ou le Canada, là tu pourras en être fier. N’est-ce pas là la quintessence et la fonction la plus noble d’un blogue?

  13. L’hémorragie reprend au P.Q. Commentaire d’un lecteur…
    par Jean Lagacé, vendredi 25 novembre 2011, 12:05

    Les Québécois sont bien capables de se trouver une nouvelle boussole, plus dynamique, moins rêveuse mais réaliste et positive. Vive le nouveau Québec de 2011. (Le Devoir, 25-11-2011 D. Provencher)

    Rien à ajouter et j’y souscris entièrement. Le Québec est un succès.Nous sommes collectivement un succès. La révolution tranquille, le vrai miracle survenu chez nous. Jean Lesage et son équipe, les véritables héros qu’il faut vénérer. Le Canada, un pays qu’on a fait et qui nous appartient avec dedans des anglais, oui, c’est vrai, et alors! Les Français, les Anglais, culturellement, c’est pas mal proche si on se met à l’échelle du monde. Le fédéralisme canadien, un modèle pour les Européens, si ça se trouve. Parce ce que c’est là qu’ils vont les Européens et ils y vont vite. Et le plus tôt sera le mieux. Le jour où un Français ne se percevra plus comme un Français mais comme un Européen et un occidental d’abord. Les États-Unis d’Europe. Alors, les péquistes, à quand un changement de discours?

  14. D’Ottawa, Fournier revient bredouille Commentaire dans le Devoir
    par Jean Lagacé, mercredi 23 novembre 2011, 11:47

    mercredi 23 novembre 2011 10h28

    Désolé mais c’est ça, des élections.

    Dans tout ce débat où on se plait à dénoncer les conservateurs, je me demande où sont les vrais démocrates. Nous vivons en démocratie. Nous avons un régime parlementaire. Dans ce type de régime, un premier ministre majoritaire est presque aussi fort que Louis XIV. De plus, nous savons tous que les politiques des conservateurs ne seront pas celles des libéraux fédéraux ou du PLQ ou du NPD ou du PQ ou de QS. Alors qu’y a-t-il d’étonnant si un adversaire de Harper, se réclamant d’un autre agenda politique, se fait dire: "Désolé, mais nous, ce n’est pas comme ça qu’on pense. Vous voulez autre chose. On s’en doutait bien. Rendez-vous à la prochaine élection." Mais là, il faut voir le spinning médiatique, le langage de chien battu et le sempiternel leitmotiv du "eux contre nous" chanté sur l’air de respect jamais livré et fierté toujours bafouée. Harper et Fournier sont des politiciens. Ils cherchent des votes. Comment ils s’y prennent, c’est leur affaire. Les affrontements sont monnaie courante. D’ailleurs, on s’inquiéterait s’il n’y en avait pas. C’est normal et il y a pas de quoi crier au feu.

  15. Y a-t-il un fédéraliste dans la salle ?

    Une majorité écrasante de Québécois rejettent les politiques conservatrices en matière de justice et de bilinguisme. Serait-ce les mêmes québécois qui ont fait élire 51 députés NPD aux communes ? Aux élections de mai, le pays s’est donné un nouveau gouvernement et ce gouvernement est conservateur. Le Québec, s’il avait manifesté un peu plus de jugeote aurait eu la sagesse de donner à Harper quelques députés de plus, non pas quelques députés de moins. Alors quoi! Harper a un agenda un peu différent du catéchisme enseigné par les églises locales. Big deal! Je voudrais bien en connaître un, parmi tous les citoyens qui ont répondu à ce sondage, qui verra son mode de vie changé d’une manière perceptible en raison des politiques dénoncées et avec lesquelles il croit ne pas être d’accord. Pour ma part, j’en ai assez de cette démonisation systématique de tout ce qui excède notre zone collective de confort.

  16. Oh, religion, quand tu nous tiens…
    par Jean Lagacé, samedi 1 octobre 2011, 11:34

    Qui a vu cet huluberlu dans la Presse, son nom, Richard Marceau, qui s’est converti à la religion juive et qui écrit un livre pour s’en vanter par dessus le marché. "Un Juif, une histoire Québécoise" que ça s’appelle. Le drôle a été député du BLOC de 1997 à 2006. Marceau qui dit être devenu, par admiration et sympathie pour le peuple israélien, (sentiments que je partage d’ailleurs) un sioniste actif. C’est pas pire ça! Jusqu’où peut mener la quête d’un pays ? Mais il est qui ce type pour travailler au démantèlement de son vrai pays alors que son coeur est ailleurs ? Donnons plutôt la parole à cet édifiant dévot, suivons le fil de ses pieuses divagations: élevé bon catholique, agnostique ensuite, il est finalement retourné à Dieu non pas en tant que chrétien mais en tant que juif. Lors de son troisième séjour en Israël en 2003, il a senti que quelque chose allait se passer. À ce moment, il a connecté avec Israël comme jamais. Dans ce pays, il s’est senti plus à l’aise que nulle part ailleurs. Un retour parmi les siens en quelque sorte. Comme si cet endroit lui appartenait… après un sabbat très spécial et une havdallah (???) bien émouvante, les prières, quoique prononcées en hébreu, l’ont touché profondément… et blablabbla… et blablabla…

    Tiens, tiens…, alors c’est comme ça que les souverainistes finissent… !!!

  17. Critique de l’Illusion tranquille
    par Jean Lagacé, dimanche 11 septembre 2011, 10:05

    Jean Lagacé ‎20-1-2007 Vu l’illusion Tranquille hier au cinéma Beaubien. J’ai été très agréablement surpris. Évidemment, c’est un document partisan mais c’est très bien fait et le film pose assurément les bonnes questions. On peut certes différer sur les réponses mais pas sur la pertinence du débat. Ça m’a réconforté de voir ce film, rassuré, somme toute, qu’il y en a au Québec qui sont moins bêtes que les autres. Vous trouvez que j’exagère ? Dans la Presse ce matin, section cinéma, tous les films se méritent des étoiles de 4 1/2 À 2 et pour l’Illusion, qu’est-ce qu’on a ? Un visage affichant une grimace. On cherche la légende et on trouve À EVITER. Est-ce croyable. Pour n’importe quelle élucubration du prof. Lauson, Richard Desjardins, Michael Moore ou une niaiserie de la CSN dénonçant la mondialisation ou le libre échange, il y en aurait et pas à peu près, des étoiles et filantes par dessus le marché. Mais pour l’Illusion Tranquille, pas une seule. À proscrire, plutôt. Comme dans les années 50 et 60, quand les seuls fims qui m’intéressaient étaient ceux avec l’étiquette " À déconseiller" et le fin du fin, "À proscrire". Et on croyait s’être débrarassé des curés. C’est à pleurer.

    • Quelle belle critique vous aviez fait à l’époque!!! Bravo. Vous me rappelez des souvenirs. Moi aussi j’étais allée voir l’Illusion Tranquille au cinéma Beaubien. J’en étais ressorti avec plusieurs électrochocs. Profondément troublée par les démonstrations limpides et accablantes de nos inéquités sociales découlant de notre modèle québécois qui se prétend justement très équitable…

      Je venais de prendre conscience à quel point notre discours bien-pensant est hypocrite.

      Et oui…Je me souviens très bien qu’on avait mis "à éviter" pour ce film. Comme à l’époque où on mettait des ouvrages à l’index, de peur de perdre le contrôle de nos ouailles.

  18. Tout à fait. Ce texte de Ian Sénéchal, j’aurais pu l’écrire. Et sur les séparatistes, j’ai dit bien pire, à tord sans doute mais ce pleurnichage autour du respect jamais livré et de la fierté toujours bafouée… moi, je suis plus capable. L’indépendance, si les québécois la veulent, qu’ils la fassent. Mais si on la fait pas, qu’on passe à autre chose et ça pourrait être de regarder le pays qu’on a et apprendre à l’apprécier. L’apprécier comme l’aimer et être fier d’en faire partie, être fier d’avoir été une partie prenante à ce qu’il est devenu, c’est à dire un incroyable succès si on prend la peine de regarder le chemin parcouru et si on se compare à tous les autres pays du monde. Pourquoi est-ce qu’on est pas satisfait ? Et pourquoi qu’ on pourrait pas être un fédéraliste content au Québec ?
    Ils disent: "T’es juste un Elvis Gratton! Un demeuré, quoi !

    Bof…! Et puis après…

  19. @Monsieur Chagnon

    Que vous ne soyez pas d’accord avec les souverainistes, je le concois sans probleme mais ca me gêne que vous les accusiez de national-socialisme, les mots ont charge symbolique très importanteset que vous les comparez à des nazis vous dénaturez tout ce que les nazis ont prôner et faits.

    Je ne pense que les nationalistes québécois ont tenu des discours qui s’approchent du discours nazi, a part Lionel Groulx bien sûr et certains autres de son époque (Adrien Arcand lui était toutefois un fervent Canadien.

    Sans vouloir vous insulter, Je vous encourage à relire vos livres d’histoire.

    Saviez-vous que Liindbergh, le grand aviateur américain était un ardent partisan des nazis, que plusieurs industriels americains dont Monsieur Ford appuyaient le parti nazi avant la guerre, saviez vous que le Canada avait des restrictions sur la provenance des immigrants pour ne pas détruire la pureté de la race anglo-saxone. Les Italiens, Polonais et Juifs étaient acceptés au compte-goutte avant les années 50.

    Je ne veux pas revenir sur le passé mais je ne crois pas qu’en traitant les nationalistes de nazis vous aidez à un meilleur dialogue et à une meilleure compréhension des deux camps A moins bien sûr que ca ne vous interesse pas le dialogue.

    Alors de grâce cessons ces accusations qui n’apportent rien au débat et qui sans le vouloir banalise ce que les nazis ont fait. Le national socialisme tout comme le stalinisme ont été parmi les plus grandes dérives de l"histoire de l’humanité et les deux plus affreuses dérives du XXe siècle. Je ne pense pas que le nationalisme québécois, qui n’est pas exempt de critiques, soit de la veine de ces deux dérives.

    C’est bien de comparer mais comparons les comparables et arretons d’utiliser de la surenchère verbale pour prouver la valeur de ses idées. Je vous invite bien gentiment à le faire Monsieur Chagnon pour l’enrichissement du débat.

    @Monsieur Senecal
    Qu’est ce qui décide qu’un artiste a du talent, moi je ne le sais pas, si vous le savez pouvez me le dire,A l’origine Quebec ne voulait pas soutenir le cirque du soleil, parce qu’il n’y avait pas de tradition circassienne au Québec et qu’on ne croyait pas que le cirque allait réussir. C’est Rene Levesque qui s’est battu pour leur trouver une subvention.

    CA reste quand meme un question de gout personnel, vos goûts ne sont pas automatiquement les miens et vos goûts ne sont pas la garantie que ce sont les goûts de l’ensemble du public. Et quels sont les critères qui définissent le talent, est ce que ce sont les ventes ou bien l,importance artisitique du projet, meme si le public ne comprend rien et que le produit n’a aucun succes populaire. Une question difficile à trancher, vous en conviendrez . Désolé pour les points d’interrogation j’ai un nouveau clavier et je ne trouve pas le point d’interrogation.

    • Vous avez raison, il est très difficile d’évaluer le talent d’un "artiste". Personnellement, je suis putôt négatif face à ce qu’on définit comme artiste au Québec ( je parle ici de ceux qui nous sucent des subventions et qui s’imagine pouvoir nous donner des leçons de vie, pas les peintres, sculpteurs et autres véritables artistes ). Parce que les goûts sont personnels, je dénie le droit à un fonctionnaire de décider pour moi à qui devrait aller l’argent que le gouvernement daigne me laisser.
      Je vous ferais remarquer, pour l’histoire, qu’au Canada les québécois avaient un parti pris favorable pour Hittler et Pétain pendant la dernière guerre, probablement par ignorance cependant.

  20. Bravo Ian pour ce cri du coeur. Ça en prend des fois et c’est généreux de ta part!

    Très juste le commentaire de M. Du Berger: "Tu peux être fier de ce que tu es ou de ce que tu as accompli seulement si ça résulte de tes efforts, de ta détermination".

    Si, au Québec, on adoptait le centième de détermination, fierté, travail acharné des sud-coréens, on pourrait commencer à rêver d’une quelconque indépendance. D’ici là, inspirons-nous de ce reportage absolument fantastique sur la compagnie Samsung. Histoire de bien prendre conscience du fossé qui nous sépare d’avec ceux qui ont à coeur l’excellence et la réussite…Je vous le dis: c’est à voir absolument!

  21. Le bon peuple du Québec
    préfère la péréquation (confort et indifférence)
    à la séparation (effort et solidarité).

    Bonjour chez-vous! Have a nice day!

  22. Intéressant le texte, mais je mets un bémol: personne ne choisit le pays où il est né, il est donc ridicule d’être fier de son pays ou de sa nation. Par contre, on peut en avoir honte quand la majorité sont des éternel chialeux qui en demandent toujours plus.

  23. Je vois cela d’une autre manière, j’ai une aversion pour n’importe quel type de nationalisme car celui-ci est souvent basé sur des stéréotypes collectivistes. Peu importe si celui-ci est rouge, bleu, orange, vert ou violet c’est la même chose.

    La fierté pour moi, c’est d’être fier de qui qu’on est, de notre famille, de nos amis, de nos connaissances. Personnellement, cela me dérange peu si ceux-ci viennent du Québec ou au Zimbabwe. Ils ont pas eu le choix du pays qu’ils sont nés, mais ils ont le choix de leurs actions et comment ceux-ci interagissent.

    Mais ainsi de dire que pour moi et comme ce texte mentionne, vouloir se surpasser et toujours donner son 110% est bénéfique en tout temps. Refusons aussi d’entrer dans l’éternelle victimisation sur le passé, c’est pas que le passé n’est pas important, mais bien qu’il est beaucoup plus important de se concentrer sur l’avenir.

    Puis encore, faites attention lorsque qu’un leader politique utilise le nationalisme avec un fond de socialisme pour gagner des votes. J’ai peur des mêmes raisons de types comme Trudeau et de Parizeau qui sont pareils sauf la couleur du drapeau et le lieu de leur capitale nationale.

    En somme, vous croyez pas qu’au contraire faire un débat avec des arguments raisonnés pour changer des choses n’est pas la meilleure chose à faire. À voir certains nationalistes, tout ce qui a été fait dans le passé n’est pas réformable sous peine d’être carrément traité d’être contre la « nation ». Je suis incapable de comprendre ce nationalisme hermétique et dont les politiciens aiment cela utiliser pour inventer des pseudo-consensus qui font carrément noyer certains débats.

  24. Salut Ian,

    Je ne sais pas… mais doit-on comprendre ici que la disparition de votre ancien politique vous rend malheureux? Était-ce finalement une bonne idée de quitter le seul parti de droite pour former une regroupement et laisser ce parti être avalé par une coalition qui ne rejoint pas vos idéaux?

    Vous le savez, j’ai toujours eu un grand respect pour les militants de l’ADQ – les vrais, ceux qui travaillent sur le terrain – et je suis un peu triste de voir que l’exécutif décide de mettre fin à l’aventure sans vraiment consulter les membres. Avez-vous l’impression que les députés de l’ADQ et leurs conseillers préfèrent conserver leur emploi au lieu de militer pour les idées de la droite ?

    En terminant, soyez prudent lorsque vous partagez avec nous vos déceptions. Ça me rappelle le discours des républicains en 2004 lorsque ceux-ci n’hésitaient pas à diviser leur pays en traitant les démocrates de snobs parce qu’ils préfèrent le café latté et conduisent des voitures allemandes. Être de droite ne signifie pas être "kétaine". On peut boire du bon vin, magasiner dans de petites boutiques spécialisées et adorer la gastronomie tout en votant pour les conservateurs, en appréciant le dernier bouquin de Joanne Marcotte ou en écoutant Kevin O’Leary religieusement…

    Bon succès dans ton nouveau travail.

  25. Je suis un quebecois d’origine francaise. Je me suis pris en main et suis aller voir ailleur. Apres avoir passe plus de 25 ans a l’etranger, je trouve que le quebec tourne en rond…est trop a gauche…pas assez ouvert sur le monde et trop feministe/socialiste. Je souhaterais que le quebec reste au sein du canada, s’y implique et soit fier de faire parti du canada. Il faudrait aussi que le quebec se tourne un peu plus vers la droite dans sa politique et mette de l’avant l’importance de l’individualisme, du travail etc. Je ne suis jamais retourne vivre au quebec et je me sens incapable de vivre dans une societe aussi "petite"!

    • Jo Turcotte….Vous êtes alors un ou une des 400,000 contribuables qui ont quitté le Québec depuis 1971. J’ai moi aussi passé 25 ans en dehors du Québec et lorsque je suis revenue, j’ai observé la même chose que vous…la mentalité d’un Québec replié sur lui-même qui chiale contre tout ce qui vient d’Ottawa, à part les $8.6 Milliards de cadeau des provinces riches. Lorsque je suis arrivée en 1981, on parlait de séparation et de langue…and guess what…20 ans plus tard, ils parlent encore de ces deux sujets ad nauseam tout les jours surtout sur RDI (Radio Canada). Il y a quelque chose d’incompréhensible avec ce comportement défaitiste. Entre temps la province croule sous les dettes et continue de marcher sur place. C’est triste vraiment triste. Les fédéralistes se réveillent parce qu’ils n’en peuvent plus, et ont commencer à s’exprimer pas à peu près et déclarent leur honte d’être québecois, avec raison. Les séparatistes retiennent le Québec d’avancer. Ils n’ont pas l’air de comprendre qu’il y a 70% contre eux et que leur rêve est irréalisable et serait suicidaire. Il perde leur temps et le temps de tout le monde. J’aimerais bien moi aussi être fière de ma nation comme le dit si bien Ian Sénéchal.

      • Étonnant de lire les insultes de quelqu’un qui affirme qu’il n’insulte pas et de plus se plaint constamment qu’on l’insulte. Serait-ce la nouvelle logique séparatiste?

  26. Wow c’est exactement ma pensée actuelle. Nous en avons ras-le-bol du moumounnage et de la déresponsabilisation du peuple. Revenons à la discipline et la rigueur.Mon probléme,c’est pas le fédéralisme,le séparatisme ou tout autre appellation.Non mon probléme, c’est le maudit maternat de l’état.Qui fait de nous une société de pleurnichar.C’est jamais de notre faute, mais toujours celle du gouvernement ou des autres.

Les commentaires sont fermés.