Les adéquistes devraient se méfier de Québec solidaire

Par Frédérick Têtu,

Une petite nouvelle sur cyberpresse ce matin : «Québec solidaire se prépare à des élections générales». Rien pour appeler sa mère me direz-vous, et vous aurez bien raison. Mais je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée pour l’ADQ en lisant cette nouvelle.

En effet, le climat politique québécois est tel que la prochaine élection générale sera probablement l’occasion d’un grand défoulement pour bien des électeurs. Ça a déjà commencé en 2008 alors que l’électorat a joué au passif-agressif, ce qui nous a donné un taux record d’absentéisme dans les bureaux de scrutin. On peut s’attendre à ce que de nombreux électeurs décident encore une fois de rester chez eux à la prochaine élection, mais on peut aussi s’attendre à ce que plusieurs de ceux qui se rendront aux urnes décident d’utiliser leur vote afin de signifier leur écoeurite aigue à l’endroit des partis institutionnels en votant pour des tiers partis. Cette tendance s’était déjà manifestée en 2007, alors que de très nombreux libéraux déçus par le premier mandat de Jean Charest avaient décidé de signifier leur mécontentement en votant pour l’ADQ. Je pense aussi que l’élection d’Amir Kadhir, et même celle de Thomas Mulcair en 2008 au niveau fédéral (une première pour le NPD dans une élection générale au Québec), indiquent que l’électorat québécois est devenu frivole et imprévisible.

Un tel contexte semble très propice à l’ADQ, mais ce parti saura-t-il saisir l’occasion? Certains facteurs indiquent que ce sera peut-être Québec solidaire qui profitera le plus du profond cynisme qui caractérise présentement l’électorat québécois et que l’ADQ verra peut-être un fruit mûr lui échapper au profit de la petite formation d’extrême gauche. Voici quelques raisons pour lesquelles l’ADQ devrait se méfier de QS.

Réglons toute de suite une chose : les sondages ne veulent rien dire en ce moment. En 2005, à six mois des élections fédérales, un sondage donnait les Conservateurs à 4% au Québec. On connaît la suite : la vague conservatrice a démarré alors que les élections étaient déjà en cours et cette vague a pris à peu près tout le monde par surprise. Le scandale des commandites ainsi qu’une certaine fatigue face au Bloc créait un contexte où, une fois les élections arrivées, une partie de l’électorat québécois a décidé d’agir de manière impulsive et de déjouer tous les savants pronostics. Idem en 2007 lors des élections provinciales. C’est précisément ce qui risque à nouveau de se produire dans deux ans et demie.

Pourquoi QS est-il en si bonne posture pour profiter de la grogne populaire? D’abord, la présence d’Amir Khadir à l’Assemblée nationale donne à QS une visibilité et une crédibilité indéniable. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Khadir est un parlementaire efficace qui ne laisse personne indifférent. Dans un contexte où un désir profond et diffus de changement est ressenti dans la population, la personnalité de Khadir est tout à fait indiquée : il donne l’impression d’être le genre d’iconoclaste apte à botter des derrières et à promouvoir des changements en profondeur. Notez que je parle ici de perceptions, qu’elles soient fondées ou non. La majorité des électeurs suivent la politique d’une oreille distraite et fondent leurs décisions sur des impressions plus ou moins vagues. Les activistes s’intéressent fondamentalement au contenu du discours des politiciens, alors que le commun des mortels est généralement persuadé par ce que certains psychologues nomment le «contexte du discours» : qui parle? De quel genre de personne a-t-il ou a-t-elle l’air? Quelle émotion ressent-on à l’écoute de ses propos (se sent-on rassuré à l’entendre? se sent-on motivé? etc)?

Dans la même lignée, on peut ajouter que dans un contexte où les questions d’éthique et de corruption sont au cœur de l’insatisfaction populaire face aux politiciens, autant Amir Khadir que Françoise David ont une indéniable aura d’intégrité. On peut aussi penser que le genre de «changements» que leur formation proposera aura l’heur de plaire à ceux qui veulent le beurre et l’argent du beurre : ils proposeront de changer l’interventionnisme d’État actuel en faisant encore plus d’interventionnisme. Ils offriront aux Québécois la joie du changement tout en en rajoutant aux acquis! «Win-win» comme diraient les Américains.

Les activistes et les idéologues croiront que l’ADQ et QS étant aux antipodes du spectre politique, ils ne sont pas en concurrence l’un avec l’autre. C’est vrai pour les activistes et les idéologues, mais la vaste majorité des électeurs ne sont ni des activistes, ni des idéologues. Plusieurs électeurs, et même certains militants, ne sont pas attirés vers l’ADQ en vertu d’un positionnement à droite qui relève à leurs yeux de la métaphysique. Pour eux, l’ADQ est un parti «du changement», et cela peut se comprendre de toutes sortes de manières plus ou moins cohérentes. Pour cet électorat hétéroclite, l’ADQ incarne une alternative aux «vieux partis», ce que QS peut tout aussi bien incarner, et même mieux, si l’on considère qu’il s’agit d’une saveur politique encore plus récente. À preuve, à l’automne 2004, l’exécutif de l’aile jeunesse montréalaise de l’ADQ avait fait défection vers l’Union des forces progressistes, alors dirigée par nul autre qu’Amir Khadir…

La partie de l’électorat québécois qui voudra exprimer son dégoût des mœurs politiques et son sentiment qu’il faut donner un sérieux coup de barre au modèle québécois cherchera des politiciens énergiques paraissant honnêtes et qui semblent avoir des convictions fortes et différentes. Quels que soient ces convictions, le fait qu’elles soient fortes et différentes sera perçu comme un gage de l’engagement et de l’honnêteté de ces politiciens. Dans un contexte de profonde insatisfaction et de cynisme, la timidité sera non pas perçue comme un signe de gros bon sens et de sens des responsabilités, mais plutôt comme flairant l’hypocrisie et le manque de volonté politique.

On peut déjà affirmer que QS offrira des politiciens de cette trempe aux Québécois, des politiciens qui énonceront clairement et sans gêne une vision différente de celle des deux partis institutionnels que sont le PLQ et le PQ. Malheureusement pour les tenants de la droite québécoise, rien n’est moins sûr en ce qui concerne une ADQ minée par les querelles d’égos et les hésitations idéologiques que semble trahir un étrange silence. On peut comprendre que la présente tiédeur idéologique de l’ADQ s’explique par le souci de limiter autant que possible les défections des «pragmatiques» (les Pierre-Simon Diamond, les Sébastien Proulx et les Frank de ce monde). Mais qu’importe le nombre de carriéristes que cette approche permettra à l’ADQ de conserver à court terme: le prix à payer risque d’être très lourd lorsque la saison électorale sera de retour et il me paraît que les planètes commencent à l’aligner pour que QS dame le pion à l’ADQ comme solution de rechange au Québec. D’ici aux élections, la tiédeur idéologique d’un parti en apparence générique a peu de chance de maintenir en vie la flamme de ceux qui sont intéressés à militer par conviction et non par opportunisme.

About these ads

73 réflexions sur “Les adéquistes devraient se méfier de Québec solidaire

  1. Pingback: Première solidaire « Jeanne Émard

  2. Vous avez touché dans le mille en ce qui a trait de la psychologie de l’électorat.

    On peut aussi tirer les mêmes conclusions pour la popularité de Projet Montréal aux dernières élections municipales.

    Richard Bergeron, Luc Ferrandez incarnent le nouveau, la pureté, la détermination à changer les choses, ce qui pourrait expliquer la fulgurante montée de Projet Montréal.

    Qu’ils soient des mégalomanes verts a échappé à bien des électeurs, à mon humble avis. De même que les atomes crochus qui lient Québec Solidaire à Projet Montréal (Nima Machouf, la femme de M. Khadir s’était présenté dans l’arrondissement du Plateau comme candidate de Projet Montréal).

    Et maintenant, des nouveaux quartiers comme Ahutsic et Rosemont sont passé à Projet Montréal, ce qui va peut-être permettre de mieux ancrer le parti de Québec Solidaire dans ses quartiers, qui sait?

    • Vous apportez un élément important en parlant de Projet Montréal, un parti qui me semble un peu crack pot mais qui est devenu un joueur très important sur la scène municipale de Montréal.

      J’ajouterais que QS profite déjà d’une sympathie médiatique dont l’ADQ n’a jamais bénéficié. Il faut dire que les grands médias québécois sont basés vous savez où.

  3. L’alternative QS n’est pas mieux que le choix de l’ADQ.

    Comme vous, je crains que Québec Solidaire ne réglera rien aux crises de l’interventionnisme de l’État partout en rajoutant de nouvelles couches d’interventions ou de nationalisations.

    http://mathieudemers.blogspot.com/2009/09/amir-khadir-le-libertarien.html

    Les libéraux de valeur devraient s’en méfier: croire qu’on peut multiplier les champs d’intervention d’un État, qu’on peut aller chercher plus d’argent dans la poche des contribuables puis qu’il y aura moins de lobbys tentés de parasiter les fonds publics, c’est se mettre un 2×4 dans l’oeil, avec un clou rouillé croche en prime.

  4. Il ne faut pas oublier quelque chose de très important : Québec solidaire comprend une aile de gauche très radicale, qui influence beaucoup de ses prises de positions, et même ses portes-paroles.

    Écoutez partir Amir Khadir des grandes corporations et des entreprises dans ses discours, et vous verres qu’il est assez radical lui aussi.

    Plus on accordera de l’attention à Québec Solidaire, plus on découvrira des propositions qui risqueront de faire peur à beaucoup de monde. Voilà ce qui me fait dire que Québec solidaire pourra peut-être percer ailleurs sur l’Île de Montréal, mais jamais au-delà.

    Ce qui est une mauvaise nouvelle pour le PQ, mais pas pour l’ADQ, dont la clientèle est tout autre que celle de QS.

  5. QS a une bonne oreille des médias. La majorité sont syndiqués. On comprend pourquoi.

    Et les Québecois ne peuvent réfléchir seuls, ils ont besoin de la boite à images pour les aider, avec leurs reportages superficiels.

    Heureusement qu’il y a des Joanne Marcotte, Ian Sénéchal, Richard Martineau, Éric Duhaime, Elgrabli, Têtu, pour livrer une vision différente et basé sur du travail de recherche.

    L’avenir du Québec s’annonce sombre. Les défis sont de tailles. Et aucune uninamité semble se dégager. Donc nous aurons un vote divisé, nous obtiendrons donc un gouvernement en perpéruel négos avec ses opposants.

    Pour ma part, il faut s’enliser encore un peu dans la dette pour voir naitre l’éveil des citoyens.

  6. Je ne suis pas d’accord avec vous M. S Leduc. Québec solidaire est un parti d’extrême-gauche qui n’a jamais réussi à dépasser la marge d’erreur dans les sondages d’opinions. QS est fort dans le Plateau, c’est tout. Je crois que les électeurs dégoûtés par les deux vieux partis vont plutôt s’abstenir. Je crois que le taux de participation au prochain scrutin va être en bas de 50%. Le PQ va être élu à la tête d’un gouvernement majoritaire avec 40% des voix (40% de moins de 50%, ce n’est pas un gros appui populaire). Le PLQ va être retranché dans ses châteaux forts de Montréal et de l’Outaouais. L’ADQ va être rayée de la carte et QS va obtenir 5% des voix avec un député élu Amir Khadir.

  7. Le PQ va rentrer fort aux prochaines élections car il aura Régis Labeaume comme chef.

    Il sera vu comme un sauveur car il aura ramener les Nordiques et construit un nouveau Colisé…

    • Martin, tu prends tes rêves pour des réalités. Je préfère encore mieux m’ouvrir les veines que de voter pour Labeaume.

      Un type qui veut abolir les référendums d’initiative populaire pour pouvoir gouverner SA ville en Empereur tout-puissant en disant que c’est l’intérêt collectif qui est au-dessus de tout, qui dit aux autres villes de la région quoi faire avec leur eau comme si Québec était le centre de l’Univers, qui donne des bonis à ses employés syndiqués, qui nous ordonne de voter pour lui, sinon «j’joue pus» (menace à la population digne d’une tyrannie) et qui veut vendre des tableaux patrimoniaux de SA ville pour payer la facture d’un charlatan qu’il a lui-même engagé (Rapaille) à même l’argent des contribuables ne mérite pas mon vote!!!!

      En fait, il me donne envie de vomir!!!!

      Le Québec a besoin d’un gouvernement propre. Pas d’une monarchie!!!!!

      En passant, je te rappelle que Labeaume n’avait aucune opinion sur le fait qu’Ottawa assiège littéralement 40% du territoire de la ville de Québec et qu’il avait qualifié de «party à ne pas manquer» la déclaration de guerre d’Ottawa sur nos Plaines d’Abraham, l’année passée!!!!

      De plus, si on trouve le tour de chialer contre Marois, à cause de sa richesse, de son château et de la pension à vie de son mari, imagine Labeaume (qui n’est, ni un homme d’affaires, ni un entrepreneur, mais bien un fonctionnaire avec une formation de sociologue), alors qu’il s’est enrichi en se servant dans les coffres de l’État québécois, suite à la privatisation de l’amiante (l’Affaire Mazarin)!!!!

      Je vois déjà les libéraux attaquer Labeaume là-dessus, lors du débat des chefs, dans la partie qui portera (ce sera un passage obligé du débat des chefs, selon moi) sur l’éthique!!!!

      Le Livre noir de Régis Labeaume (qui devrait vraiment être mis à jour, je sais): http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/10/le-livre-noir-de-regis-labeaume.html

      Marois est une valeur plus sûre pour le PQ que Labeaume, même si, personnellement, je préfèrerais très clairement un Facal ou un Legault à Marois!!!

      • @ Jean-Luc

        Je ne veux pas te faire de peine avec tes ti-péquiste, mais je suis de l’avis de Martin. Votre prochain Napoléon sera Régis Labeaume.

        Bonne Chance!

  8. Tiens Radio Canada a encore fait un reportage pour rendre sympathique le chef de QA : ils visitent ensemble sa ville natale, Téhéran. Pub gratuite (encore).

  9. Il ne faut pas sous estimer le capital de sympathie qu’est capable de faire fructifier M. Khadir!

    Premièrement, lui et Mme David occupent à merveille la niche des soi-disants laissés pour compte, les opprimés, les petits. C’est les David contre Goliath…Et Dieu sait combien de québécois chérissent cette vision du combat social.

    Ensuite, M. Khadir est l’image parfaite de l’immigrant bien intégré à la culture québécoise mais qui a su garder sa petit touche exotique, ce qui le rend encore plus charmant. Il sait très bien exploiter ce créneau. Lors de son élection en 2008, n’a t-il pas entonné "Comme un million de gens" de Claude Dubois? Rien de tel pour émoustiller la fibre culturelle des sympathisants du Plateau.

    Et c’est bien vrai que les médias lui déroule le tapis rouge. Même ceux dont je doute qu’ils épousent ses idées! On l’invite à Radio-Canada comme à FM 98,5. Il a même eu l’honneur d’exprimer ses idées avec Mme Marcotte!! Que voulez-vous, il est percutant, il est enflammé, il suscite des réactions.

    À savoir si le contenu est étayé dans le monde réel, bof…on ne s’en formalisera pas pour si peu!

  10. "Ensuite, M. Khadir est l’image parfaite de l’immigrant bien intégré à la culture québécoise mais qui a su garder sa petit touche exotique, ce qui le rend encore plus charmant. "

    Pourquoi l’immigrant est-il plus existant ?

    "Et c’est bien vrai que les médias lui déroule le tapis rouge. Même ceux dont je doute qu’ils épousent ses idées! "

    Oh, mais beaucoup épousent ses idées et surtout beaucoup n’oseraient jamais avouer qu’elles sont nuisibles (il est immigrant, ce serait être raciste; il est de gauche, ce serait êter fasciste!)

  11. Labeaume, un p’tit bum! Le pouvoir lui a péter la cervelle.

    Il n’a rien rationaliser jusqu’à présent. Mes taxes ne cessent de monter.

    Où en est-il avec ses 24 chantiers de réforme annoncés à son arrivée comme maire.

    A la dernière élection, il nous a dit qu’il obtiendrait le colisée. Où en est-il ?

    En Europe, monsieur s’est vanté d’avoir prit la carte d’affaires de ses auditeurs en conférence. Qui a investit à Québec depuis ?

    Il est aller au Saguenay et après une rencontre avec le maire Tremblay a mentionné: "ça nous prend cette formule de gestion à Québec"

    Il veut rendre la ville attaryante, mais remets en question toute forme d’art. Il veut vendre les oeuvres de l’ancien hôtel de ville de Ste-Foy.

    Quand c’est pas ses idées, c’est de la merde.

    Un rêveur !

    Qui le veut aux commandes de la province ?

  12. C’est qui ça Frank? François Bonnardel?
    "Frank" n’a pas fait défection,"Frank" n’a pas manifesté l’intention de faire défection, "Frank" ne fera pas défection. Svp cessez de rêvasser à la défection de "Frank". Et pourriez-vous ne pas mettre "Frank" dans le même panier que Diamond et Proulx. "Frank", comme tout personne qui se respecte, méprise Diamond. On peut avoir des différences d’opinion avec "Frank", j’en ai, mais "Frank" représente fièrement l’ADQ, en est un pilier. À mon avis "Frank" devrait avoir acquis le droit de se faire appeler par son nom.

  13. C’est la confusion totale en ce moment parmi les opposants au gouvernement Charest. À la manif des cols rouges on retrouvait des gens de la droite comme de la gauche, qui manifestaient leur désapprobation et leur écoeurement, ensemble et en apparence à l’unisson contre le budget Bachand, sauf que…. la solution que chacun proposait était diamétralement opposée à celle de l’autre… et presque personne n’a souligné cette discordance pourtant fondamentale. A-t-on déjà vu les partisans du parti communiste et ceux du Front national manifester ensemble à Paris contre Sarko? C’est pourtant ce qu’on avait sur les Plaines ici en mai. Le QS et le PQ proposent certes du changement mais dans le sens opposé à celui proposé par l’ADQ.Mais l’ADQ est-il un parti fermement de droite ou mollement de centre droite? et quel est leur programme? Où sont les jeunes adéquistes? on ne les entend jamais. Je veux bien me ranger à droite mais aux côtés de qui? pour épouser quelles causes, favoriser quels changements en santé, en éducation, en économie? L’ADQ est d’un silence inquiétant.

  14. Qs, comme tous les autres partis, sont ‘dirigés’ par la même gang.

    4 faces de la même médaille. Aucun parti n’est véritablement démocratique.

    C’est ce que je constate. Traitez-moi de conspirationniste, je m’en fou, j’en suis convaincu…

    ***

    Je déteste la politique partisane ou la fausse démocratie représentative, là où les députés n’ont aucun pouvoir, car la ligne de parti passe avant tout.

    Voter pour n’importe quel parti, nous votons toujours pour la même gang… qui fait passer leur agenda UNIQUE… tout en maintenant l’impression qu’il y a une diversité politique au Québec.

    ***

    Pire encore, comme d’autres l’ont dit, Québec solidaire est LE parti des syndicats et les journalistes -anti-liberté pour la plupart- sont presque tous pour ! Ils sont malheureusement presque tous POUR tous les partis qui ne représentent pas la liberté des individus.

    ***

    La solution?

    Je n’en vois pas.

    Peut-être créer un nouveau parti qui n’est pas dirigé par la même gang… qui fait la pluie et le beau temps, à Québec et à Ottawa, depuis… 40.

    Comment s’appelait celui qui avait établi des records lorsqu’il avait ramassé ses signatures… lors de la course au leadership de l’ADQ ? Celui qui était vraiment populaire chez beaucoup d’Adéquistes? Celui que les médias détestaient ?

    Jean-François Plante… celui qui voulait vraiment changer ‘les choses’…

    Surprise: éviction !

  15. "L’ADQ est d’un silence inquiétant."

    L’ADQ a besoin d’aide, il faut s’impliquer et l’aider.

    • je veux bien les aider, mais on doit d’abord me dire dans quelle direction je dois tirer de toutes mes forces.. le savez-vous? eux-mêmes le savent-ils?

      • Quelle direction ?

        - contre les droits individuels
        - pour d’autres programmes socialistes
        - contre la vraie démocratie
        - etc

        Ils ne sont que des pions… comme tous les autres politiciens québécois, actuels.

        Je vais vraiment voter pour QS… je liasse les illusions aux naifs.

        • Non, ils ne sont pas des pions.

          Mais justement comme ils manquent de personnes, d’analyses, on peut il laisser facilement sa marque.

      • Demandez à rencontrer M. Deltell, si pas tout seul à plusieurs. Cela me semble une bonne manière de savoir ce qu’il en est et de voir comment s’impliquer.

        • J’aime bien votre attitude, monsieur Chartrand. If you talk the talk, you should be willing to walk the walk. Et quant à y être: put your money where your mouth is.

          Pour ce qui est de ceux qui ne veulent pas voter, c’est leur affaire, mais je trouve révélateur le fait de se vanter publiquement du fait qu’on ne va pas voter: cela dénote selon moi un comportement de passif-agressif (on exprime son agressivité en ne faisant rien et en omettant d’agir; on agit en n’agissant pas). L’agression passive est la marque d’une mentalité d’impuissant et trahit un complexe d’infériorité. Ce type d’attitude est très présent au Québec, comme en témoigne la popularité durable du Bloc québécois, un parti dont les élus, par définition, n’exercent jamais le pouvoir. Un parti qui prône la souveraineté mais qui oeuvre à un niveau où la souveraineté ne peut pas se réaliser. Le Bloc est le parti par excellence de l’agression passive.

        • Frédérick, je suis souvent d’accord avec vous, mais là, svp, votre psy à 5 cennes… svp, gardez-la pour les péquistes.

          ;-)

          Sérieux, vous dites vraiment n’importe quoi et en plus vous insultez mon intelligence avec vos tites ‘analyses’ (euh-hum) psys.

          Restons-on aux faits, svp.

          Est-ce que la démocratie (connaissez-vous la vraie définition?), existe ici?

          NON!

          Est-ce que la démocratie représentative existe ici? (i.e., les députés peuvent-ils vraiment voter librement et ce, pour représenter vraiment leur circonscription) ?

          NON !

          La ligne de parti oblige les députés à voter presque toujours comme le PM ?

          OUI!

          Le «cheuf» est donc «tout-puissant» ?

          OUI !

          Le PM (ou SON ministre de la justice), nomme presque tous les juges et ce, dans presque tous les tribunaux?

          OUI !

          Le Québec a ‘scrappé’ son ‘sénat’ en 1968, i.e. un contre-pouvoir qui diminue la démocratie ?

          Wikipédia:
          (L’Assemblée nationale du Québec (appelée Assemblée législative du Québec jusqu’en 1968), est la chambre élective du Parlement du Québec. Sa devise est « Place aux citoyens »).

          OUI !

          Contrairement à la Suisse et à plusieurs autres pays, états occidentaux, nous n’avons pas de systême de ‘recall’?

          OUI !

          Contrairement à la Suisse (et autres provinces, états et pays), le peuple n’a aucun recours -via des consultations populaires- pour pouvoir donner son accord ou non, concernantt des politiques qui affectent nos vies, souvent gravement et dramatiquement ?

          Nous votons donc pour un dictateur à tous les 4 ans qui ne suit -que rarement- son programme électoral?

          OUI !

          Case closed, my honor.

        • Je voulais dire le contraire:

          «Le Québec a ‘scrappé’ son ‘sénat’ en 1968, i.e. un contre-pouvoir qui AUGMENTE la démocratie ?»

          ***

          p.s.

          @ Frédérick Têtu:

          Carl Bergeron a repliqué -en partie- à votre analyse ‘psy’ sur les nationalistes.

          Je suis pas mal d’accord avec lui et aussi pas mal d’accord avec le restant de votre analyse.

          2 extraits:

          «Non, le malaise politique des Québécois des années soixante et soixante-dix ne relevait pas d’une hallucination psychiatrique. Il s’enracinait dans la réalité.»

          (…)

          «Les gen-Xers adéquistes se laissent ici aveugler par leur ressentiment. Ils ne peuvent tout simplement pas résister à la tentation d’apparaître comme plus « modernes » que « papa et maman », en leur faisant la morale à la moindre occasion sur leur prétendue « fermeture ». Je suis désolé de les décevoir, mais il n’y a pas grand-monde, au Québec, en 2010, pour avoir « peur » de l’anglais ou du « bilinguisme ». La question n’est pas là ; elle n’est pas de l’ordre de la psychopathologie sociale.»

          http://cbergeron.wordpress.com/2010/06/05/editorial-du-samedi-la-langue-le-maillon-faible-du-nationalisme-quebecois/

        • M. Chartrand, si je comprends bien, l’ADQ ne serait pas encore bien orientée, serait en ce moment "ouverte aux suggestions"? Présentement, on va dans toutes les directions, y compris à la gauche du centre. Faut-il rebâtir sur les "ruines" ou tout raser et recommencer à neuf? Est-il risqué de se camper avec franchise et audace à droite? Vivement un colloque qui regroupe les forces de la droite.

        • Pour votre information, Sebas, je me suis présenté aux élections fédérales de 2006 en tant que candidat indépendant parce que je critiquais la mécanique castrante de la ligne de parti et aussi parce que je dénonçais la corruption rampante qui anime ce que j’appelais alors la «politique organisée».

          Je loue ceux qui s’implique, qui donne temps et argent, plutôt que ceux qui se contentent de jouer les gérants d’estrade. Pour le reste, je le répète, je ne blâmerai jamais quelqu’un qui décide que voter n’en vaut pas la chandelle. J’ajoute simplement que s’en vanter me paraît suspect.

        • @ Frédérick Têtu :

          Premièrement et contrairement à vous, je ne juge personne (dans le sens de condamné.). Je sais que la plupart des politciens ont de TRES bonnes intentions et veulent vraiment «servir le public». Comme vous, la plupart finissent par VOIR qu’ils n’ont que peu ou prou de véritable pouvoir dans cette fausse démocratie représentative.

          Je constate -comme tous ceux que je considère comme des êtres très lucides et intelligents- que la démocratie n’existe que sur papier ici.

          Et m’inciter à voter par la culpabilisation (ou tout autre moyen de ce genre qui fait plus appelle à mes émotions qu’à mon intelligence), ça ne fonctionne plus avec les individus comme moi.

          Je ne suis pas un GÉRANT D’ESTRADE, je suis un individu qui n’a PAS DE POUVOIR DANS CE FOUTU SYSTÊME DE M***E. Il ne me reste que le «chialage».

          «Je n’ai JAMAIS voté pour ça», i.e. tous les programmes chocjiaux qui vont conduire notre coin du monde dans la déchéance économique et chochiale.

          Si vous trouvez que mes analyses sont «suspectes», alors prouvez-le par des arguments et si je trouve que vous avez raison, je vais reconsidérer ma position.

        • p.s.
          Dans le systême soi-disant démocratique actuel, vous pouvez ‘accuser’ tous les députés d’être des «gérants d’estrade»

          Pensez-y !
          ;-)

        • @ Frédérick

          ‘L’agression passive est la marque d’une mentalité d’impuissant et trahit un complexe d’infériorité.

          … si vous connaissiez mon backgound! Je ne suis pas le produit de cette époque émasculée.

  16. Correction:
    "40 ans"

    ***

    Oh, tant qu’à croire encore que la politique peut vraiment ‘changer les choses’ au Québec…. nous devrions cesser de croire aux illusions… et…

    Tous les adéquistes devraient voter pour Québec solidaire…. pour endetter encore plus le Québec et surtout, plus vite. Le ‘mur greque’ va arriver plus vite et nous ferons enfin face à la réalité…

    L’ADQ devrait fusionner avec QS…

    Non, mieux encore: les 4 partis (en réalité, nous avons UN parti unique, avec 4 chefs et des ‘pions’ liés par la ligne de parti);

    - anti-liberté individuelle;
    - pro interventionnistes étatiques et pro- endettement
    - pro fausse démocratie représentative
    - anti démocratie directe

    Devraient fusionner… et arrêter de faire semblant qu’ils sont démocratiques et qu’ils travailent vraiment pour le bien des individus.

    • Hélas sébas, vous avez raison, Moi, je me refuse de voter pour enlever toute crédibilité a ceux qui sont au pouvoir. Je me suis rendu compte avec le temps (je ne suis plus jeune) que voter, n’a absolument *rien* changé. On s’enfonce inexorablement dans la dette… trop de citoyens profitent directement du *gaspillage* de l’état.

      • Par contre, comme vous le dite sébas, il y a un avantage a voter QS… tout va péter plus vite. Tiens… c’est une idée ca… voter QS… après tout, j’ai bien lu ‘Le Prince’.

  17. @ Bernard:

    Ben non Bernard !

    Vous n’avez rien compris, vous n’avez aucune sagesse. Il faut voter pour un des 4 chefs du parti UNIQUE du Québec, c’est notre devoir de citoyen. Tous ces partis ne sont pas dirigés -hypocritement- par la même gang. La démocratie existe ici et la démocratie représentative n’est pas une farce monumentale. Et les médias nous informent vraiment… dans notre intérêt. Ils ne sont pas là pour maintenir l’illusion de la diversité politique…
    Et finalement, les 4 partis n’endettent pas le Québec jusqu’au mur final, sans -au préalable- nous demander notre consentement par voie/’voix’ référendaire.

    ***

    Sérieux,

    Presque aucun politicien -depuis 40 ans- a comme idée de demander aux Québécois s’ils veulent tous ces programmes socialistes… qui nous endettent toujours plus et nous lient aux créanciers, toujours plus. Tous les politiciens veulent notre ‘bien collectif’ en nous endettant toujours plus. Ils nous enlèvent tous nos droits individuels sacrés, les uns après les autres, sans jamais demander notre avis.

    Duplessis est le dernier politicien Québécois a considérer un budget équilibré comme étant une chose sacré… car une dette est TOUJOURS une perte de liberté individuelle ou politique.

    Mais les ‘grands’ penseurs ‘modernes’ -ayant la grande lumière comme guide- le considèrent comme étant un être ignoble…

    JE NE VOTE PLUS… tant que cette farce soi-disant démocratique, ne cessera pas. Ou je vais peut-être voter pour QS, pour accélérer les choses…
    ;-)

  18. Arrêtez de dire que vous n’irez plus voter…C’est la meilleure façon pour que rien ne change!

    Mais, il y a une chose si vous ne votez pas. ARRÊTEZ DE CHIALER! Car le fait de ne pas voter, enlève le croit de chialer. Si non, vous êtes comme une bonne majorité de québécois qui sont juste bon pour chialer, mais qui se cache quand c’est le temps d’agir.

    Devise des québécois : Soyons chialeux et peureux !

  19. @ Den

    Cette réplique a de la barbe:

    «Car le fait de ne pas voter, enlève le croit de chialer»

    C’est tout ce qui nous reste, chialer. J’ai voté dans le passé… toujours avec plein d’espoir. T-E-R-M-I-N-É.

    La ‘démocratie’ (euh-hum: faut le dire vite et sans réfléchir pour y croire!), est affaire de croyance à défaut d’être vraiment un systême où le pouvoir est entre les mains du peuple. Nous votons aux 4 ans… et ensuite le CHEUF fait TOUT ce qu’il veut. La ligne de parti menotte tous les députés !

    Je crois en Dieu, c’est beacoup plus sensé que de croire en la politique. Y’Est pas mal plus crédible.
    ;-)
    Il nous laissent pas mal plus libre. Il vient pas nous enlever tous nos droits, les uns après les autres, sans notre CONSENTEMENT EXPLICITE.

    Il ne nous taxent pas la peau des fesses, pour nous dire merci d’avoir ‘accepté’ la perte de ces droits.

    Ce systême, que nous disons ‘démocratique’, est une farce. Une vraie de vraie farce. TOUT est controlé (par quelques ‘influences’ très puissantes). TOUS les politiciens sont des pions. Mais je comprends que plusieurs se laissent bercer par les illusions, car l’autre option, i.e. la réalité, est souvent trop difficile à accepter.

    Les illusions (sur nous-mêmes et/ou sur le monde qui nous entourent), c’est ce qui fait que notre monde est si merdique.

  20. «Car le fait de ne pas voter, enlève le croit de chialer»

    Voter, c’est collaborer (dans le sens français 40-44). Les changements les plus drastiques qu’ils nous imposent ne sont jamais dans leur programmes.

    … et si vous croyez que je vais arrêtez de chialer… si vous croyez que le fait de ne pas voter, m’enlève le croit de chialer alors la mon pote j’ai des nouvelles pour vous. Vous savez ou je l’ai pris mon droit de chialer? Avec ce que je faisais comme salaire et avec les ponctions qu’ils m’ont imposé en taxes et impôts pour gaspiller sans vergogne, la gueule, je ne me la fermerai pas! Il est la mon droit de chialer.

    Sur ce… je ne vote plus… ils ne méritent pas mon vote… ils ne méritent pas le pouvoir… ils sont malhonnêtes, menteurs et voleurs.

  21. Bernard:

    Wow !

    Voilà qui est bien dit

    Je suis presque certain que des centaines de milliers de Québécois (sinon plus!) -PARMI LES PLUS INTELLIGENTS, LUCIDES ET SANS PROBLÈMES PSYS- pensent exactement comme nous.

    Cela fait des années et des années et des années et des années que je m’intéresse à la politique sous TOUTES ses coutures.

    Je connais le systême, je connais les idéologies, je SAIS qui finance quoi (surtout dans un contexte où TOUS les politiciens si sont facilement ‘achetables’), et qui tire véritablement les ficelles.

  22. Bernard dit :

    «Voter, c’est collaborer (dans le sens français 40-44). Les changements les plus drastiques qu’ils nous imposent ne sont jamais dans leur programmes.»

    Faites en sorte que ce ne soit plus le cas, investissez un parti, le plus facile est l’ADQ (ils sont peu nombreux à l’intérieur). Fonder un nouveau parti coûte trop cher.

    • J’ai supporté l’ADQ longtemps… mais tout semble s’être effondré. C’est vrai qu’ils auraient pu faire mieux…. mais c’était tout ce qu’on avait. Je crois que les Québécois se sont tiré dans le pied. Il ne nous reste plus que les pillards. Maintenant, ils passent a la caisse… et c’est bien mérité!

      • moi aussi je suis pour l’ADQ et l’analyse que je tire de la période de l’opposition avec L’ADQ, c’est que ceux qui ont fait le saut a l’ADQ ont cru que l’OPPOSITION alait viré la place a l’envers. Ce n’était pas le parti au pouvoir c’était l’OPPOSITION, et le TDC a Charest était a la télé ,la radio, dans les publications ou il était tout mielleux, tout sourire, il poussait du bout des doigts "on a penser a faire ceci ou cela" et a la moindre opposition oups du bout des doigts retire en arrière le projet en se disant intérieurement attendez voir quant on va etre majoritaire (.05 sur l’alcool, les photo radars etc…) et au parlement rien on déblatère sur des niaiseries, on fait mal paraitre l’opposition, on se crie des nom du genre girouette. pis les gens qui attendaient un maricle(toujours la pensée magique, le sans effort) la les transfuges momentané sorte et disent "ben l’ADQ a rien faite". l’opposition n’était sensé rien faire c’est le gouvernement en place, même minoritaire qui était supposé faire quelques chose et l’opposition son rôle était de s’opposé si le meilleur intéret des québecois n’était pas respecté point!!..la le PQ qui est l’opposition officiel et des choses a opposer il n’en manque pas et que fait le PQ il nous écoeure avec la langue et la séparation et personne ne crie au scandale en disant cé ça le PQ a rien faite,pourtant c’est bien le cas. que fait on ? on attend que le peuple s’écoeur et ainsi rentrer par défaut a la prochaine élection pour faire exactement ce que le PLQ fait et nous garder dans la merde et faire fuir les bons éléments ailleurs au pays. on se croirait la Californie du nord, on est tous assez riche pour faire faire les jobs poche comme les fruits et légumes ,la lessive, le ménage par des immigrants que l’on parle même de syndiquer alors que l’on a des tonne de BS. Et non ce n’est pas du racisme , je n’ai rien contre les travailleurs étrangé car eux sont polie, aimable, travaillant et RECONNAISSANTS, la ou j’ai un problème c’est les 300,000 assisté apte au travail qui se la coule douce a MES frais. M.Hamad ne doit pas avoir la cervelle plus grosse que celle d’un oiseau car la «maman oiseau elle se tanne de charier des vers, un moment donné elle pousse hors du nids ses gras oisillons pour qu’ils apprennent l’autonomie, que fait le ministre Hamad? lui il apporte des plus gros vers, on peut bien avoir des BS gérationnels.

        • @papajohn, Je souscris totalement à vos propos ornithologiques. En effet, la maman oiseau Haman vient régulièrement me faucher de force tous les vers que j’ai péniblement récoltés. Mais pour pousser ces centaines de milliers d’oisillons obèses et paresseux hors du nid chaud et douillet, il faut être plus à droite qu’au centre droite. Et encore, un oisillon obèse pourra-il voler? Il faut d’abord le mettre à la diète, et au travail volontaire ou forcé. Est-ce au programme de l’ADQ? quelqu’un en a-t-il entendu parler?

  23. @ Luc Chartrand :

    ‘reality check’:

    Dans notre soi-disant démocratie, le «cheuf» a presque tous les pouvoirs et ce, dans presque tous les domaines ?

    Vrai ou faux?

    Rare sont els partis qui suivent leurs promesses?

    Vrai ou faux?

    Comme dit Bernard:
    «Les changements les plus drastiques qu’ils nous imposent ne sont jamais dans leur programmes.»

    Vrai ou faux ?

    Si le PM a tous les pouvoirs, et s’il n’est pas capable de resister aux ‘influences puissantes’ (qui peuvent tirer toutes les ficelles de tous les partis, car leur puissance est GIGANTESQUE et RÉEL), que reste-t-il du «pouvoir au peuple»

    Pas grand chose, hein?

    Alors, militer pour quoi déjà ? Pour la réalité ou pour des illusions (qui donnent bcp d’espoir, j’en conviens!) ?

  24. Quel cynisme ce soir!!

    Je compatis remarquez mais il y a une chose que je ne comprend pas avec l’abstention des votes: c’est qu’il va y avoir TOUT DE MÊME un gouvernement, même si 15% de l’électorat exerce son droit de vote. Je me souviens encore de l’étonnant conseil de Mme Bazzo (qui s’est rétracté par la suite) à l’élection de 2008. N’allez pas voter qu’elle disait! Montrez leur que cette élection est inutile!

    Ouen…Pis après? Qu’est ce qu’elle espérait? Qu’au lendemain des élections les chefs de partis politiques démissionneraient la mine basse et laisseraient le parlement vacant ?!?!?

    Aussi bien faire valoir son droit de s’exprimer, non? Je sais bien que prendre le moins pire n’est pas une perspective très intéressante mais, personnellement, je trouve que c’est encore un petit peu mieux que rien….

    Enfin… vous ferez bien ce qu’il vous plaira mais il y a quand même des gens qui y croient…comme quelques auteurs de ce blogue!

  25. Allo Isabelle Robillard !

    C’est drôle, je me sens visé… un tantinet.
    ;-)))

    Pour m’accuser de cynisme et avoir raison (remarquez que je vous donne le droit de répéter la ‘ligne’ des médias ;-0 ), il faut répondre à mes questions (Au moins dans «votre dedans»), honnêtement et sincèrement et prouver que j’ai tort.

    VIVONS-NOUS DANS UNE RÉELLE DÉMOCRATIE, oui ou non?

    • Allez, il est tard je vais vous répondre spontanément et honnêtement: je suis timorée sur la question!!

      Il y a des jours où je me dis qu’il n’y en a pas de démocratie. J’ai même lu un truc écrit par un analyste de l’or (l’or m’obsède, vous devez le savoir à l’heure qu’il est!!). Il disait que de toute façon, la démocratie n’était pas réellement souhaitable car trop de gens sont mêlés et ne comprennent rien à rien. Ils ne votent pas nécéssairement pour ce qu’il y a de mieux, voyez vous…

      Dans ces moments là, je me dis: tant qu’à ne pas avoir de démocratie, on serait peut-être aussi bien avec un chef comme César qui croyait fermement que les Romains étaient mieux sous la dictature (la sienne, en l’occurence) puisqu’il était convaincu d’être le plus génial des chefs!

      Mais d’autres jours, je me dis que chaque individu a le pouvoir de changer les choses si il est suffisamment déterminé. Je ne sais pas quoi vous dire…j’aime beaucoup cette idée. C’est un peu comme la foi…J’aime mieux y croire parce que ça me réconforte.

      ;-)))

    • NON voyons. mais devant la loi,tous sont égaux mais ceux qui ont le fric sont PLUS ÉGAUX

  26. @ Isabelle, il faut que vous lisiez ce livre (et moi aussi, il est sur ma ‘liste’ depuis… trop longtemps):

    Extrait de Wikipédia:

    «La Sagesse des foules est un livre écrit par James Surowiecki, publié en 2004, traduit en français en 2008, à propos de l’agrégation de l’information dans les groupes, résultant en décisions qui, selon l’auteur, sont souvent meilleures que celles d’individus isolés du groupe. Le livre présente de nombreux cas d’études et anecdotes pour illustrer sa thèse, et touche à plusieurs domaines dont l’économie et la psychologie. Surowiecki se penche également sur l’émergence des marchés prédictifs en tant qu’outil d’exploitation de la sagesse des foules.

    Le titre est une allusion à la Folie des foules de Charles Mackay, publié en 1841.»

    La suite (ça vaut la peine de tout lire):

    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Sagesse_des_foules

    ***

    TOUT part de cette conception des individus (pères, mères, travaileurs, etc), qui nous entourent: sont-ils trop cons pour mener leur vies persos et par extension, prendre les bonnes décisions pour la «cité».

    Faut-ils tout déléguer à des «experts» ?

    Si c’est oui, IL FAUT ABOLIR ce qui reste de notre démocratie et le systême suisse… où la démocratie directe existe.

    Je ne veux pas croire en des illusions. Même ma croyance en Dieu est basée sur de «plus solide» que la croyance dans notre systême…

    • Assez flyé votre livre!

      C’est une idée intéressante qui peut se défendre…la sagesse qui ressort d’une foule.

      Ça me laisse dubitative, toutefois. Quand je vois à quel point l’opinion publique semble ulcérée par l’exploitation de toute ressources, et qu’en même temps notre société de consommation en profite tout les jours, je commence à désespérer de la sagesse des foules…On est dans l’incohérence rare!!

      Je trouve que c’est un exemple flagrant où on devrait s’en remettre aux experts plutôt qu’aux charlatans qui occupent tout l’espace médiatique et qui nous font accroire qu’on pourra voler avec des avions à l’énergie solaire, par exemple.

      Il y a peut-être une certaine démocratie mais elle est malade à coup sur. Nos leaders politiques manquent cruellement de leadership. Ils sont à genoux devant les groupes de pression qui les forcent à prendre des décisions souvent désastreuses pour le bien commun.

      Si l’échangeur Turcot tuent des gens, va-t-on tenir le gouvernement responsable?

      Par contre, est-ce que les groupes de pression sont représentatifs de la majorité?

      Je ne pense pas. Je pense que la majorité, qui est bien silencieuse en ce moment, devrait peut-être commencer à se faire entendre…

  27. @Sebas et Bernard

    Je suis content de voir vos commentaire suite au miens! Je m’attendais à me faire lancer plus de roche que cela!

    Mais je trouve que vos propos sont fair et intelligent.Je suis d’accord avec vous 2 dans la majorité de ce que vous avez écrit.

    Je comprends très bien que de la façon dont nous sommes dirigé, il y a de bonnes raisons de vouloir abandonner et de ne plus faire confiance dans notre démocratie. Sauf que de le faire, donne notre pouvoir aux autres qui n’attendent que ça. Ainsi, ils peuvent faire ce qu’ils veulent sans devoir se soucier du petit peuple. Je suis même convaincu qu’ils font tout pour en arriver à cela.

    Malgré tout la médiocrité de notre système, je ne peux baisser les bras, juste pour ne pas leur laisser mon droit!

    Même si l’ADQ a déçu lors de son passage dans l’opposition, c’est quand encore le seul espoir pour éviter de taper le mur et de sauver le Québec.

    Je sais que cela peut sembler naïf, mais y a pas d’autre possibilité.

    Pour cela, Gérard Deltell devra commencer à montrer ce qu’il entend faire, car nous irons bientôt aux funérailles du seul parti qui a un peu d’allure.

    • pour commencer,il(Deltell) devra démontrer qu’il y a une grande différence entre la droite pure et dure ultra religieuse a l’américaine, et une droite plutôt économique ou il y a place au gros bon sens.Et au respect des plus mal nantis que l’on a le devoir de dirige de gré ou de maniere coercitive vers la classe moyenne et non de démotivé la classe moyenne au point de voir plus d’avantage a se rabaisser au niveau du BS. De plus, il y a des gens pour qui centre-droit est égal a gauche(c’est mon cas), et des partis de gauche on en a déja avec le résultat que l’on connait.on est au québec avec les bons et mauvais pendant de notre société ou une mère qui veut que son enfant fasse ou pas une chose va jusqu’a se dire comme il fait toujours le contraire de ce que je demande alors je lui demande le PILE pour avoir le FACE, bien on applique cette stupidité a plusieurs niveaux chez nous . la politique c’est du sucque a la corde, si au lieu de tirer de son bord pour avoir le pouvoir on lance la corde de l’autre coté, d’apres vous l’autre équipe va-t-elle avoir de la misère a vous battre? bien quant on ne va pas voter on lance la corde a l’adversaire et ce n’est pas la faute du parti mais de toute et chacun qui abdique mollement.

      • Le centre droit est en effet une gauche hypocritement et lâchement déguisée en droite. Je propose un néologisme pour qualifier ces politiciens: la droite molle comme on dit une couille molle. Si on parle d’idéologies pures et dures on devrait aussi parler ce celles folles et molles. "Les tièdes, je les vomirai".

  28. … ca pas l’air facile a comprendre… si on vote, ils vont clamer, comme le fait présentement le frisé a la peau de bébé: ‘J’ai un mandat!’ Alors on vous sert le 0.5 et les photos radar (et pour le PQ les fusions municipales).

    On lance la corde de l’autre bord pour qu’ils se pendent avec. Et j’aime bien qu’ils n’aient pas de légitimité… ils ignorent le peuple comme Louis XVI… on a vu ce qui est arrivé. Laissez-moi vous assurer que le bas pourcentage de participation les inquietent. Ils n’ont pas encore assez peur.

    Et croyez-moi que je n’abdique pas mollement… ils y a d’autre façons de les combattre… et de façon beaucoup plus dévastatrice.

    • Bernard le bas taux de participation les inquiete, pas tant que ça et je m’explique, 1) l’électorat du PLQ sont les immigré et les personnes agées, les immigré se divise en deux clan les tres faux pauvres qui sont sur l’aide social, eux un ou l’autre ne change rien car comme il ne savent pas lire ou si peu que pour eux provincial ,fédéral libéral c’est la même chose,l’autre clan d’immigré eux sont pour la plupart des travailleurs autonomes et travaille en permanance et ne vont pas en vacances alors disponible a aller voter any time. 2) les personnes agées eux sont en majorité libéral et pauvre et malades et toute maniere n’ont pas les moyens de voyagé, ce qui fait que le gouv. lib. call des éledction soit a la veille des fêtes ou les gens(classe moyenne)ont d’autres chose a faire comme le magasinage des fêtes, préparé le voyage dans le sud, et les plus riches des snow birds vont voter par anticipation ce que ne font pas les autres et ca le gouv. le sait. ou en plein été alors que ces même gens sont soi a l’extérieur de la province pour le travail , en vacances avec des gens qui a la derniere minute qui voient leurs chèque de vacance et disent "ah ben , je reçois plus que je pensais on vas tu!!" et fuck les élections car de toute maniere se faire mordre par un chien ou par une chienne ca fait mal pareil!! ça les TDC le savent et s’en servent a leurs avantages ce qui nous donne des gouv.élu par 1 électeur sur 5ou6 et il dit les électeurs nous ont donner un mandat clair!! ON DEVRAIT AVOIR DES ÉLECTION EN RONDE SUCCESIVE JUSQU’A OBTENSION DE 60% soi 3sur 5 et non 50%=1 ou comme on a là souvent autour de 20%

      • Comme je l’ai déjà écrit sur ce blog pour un autre sujet, moins les gens vont voter, plus que cela assure le pouvoir éternel au libéraux. Car comme vous l’avez bien expliqué papajohn, les ainés et les immigrant votent pour les libéraux peu importe qu’ils soient bon ou pourri à l’os. Donc, le fait que le reste des électeurs n’aille pas voter, favorise toujours les libéraux.

        Pour eux, que les gens deviennent cynique et qu’ils haïssent les politiciens, ne leur fait pas un pli sur la différence, car cela les favorisent.

        Donc, le fait de ne pas aller voter provoque l’effet contraire à ce que les gens pensent! En voulant les punir, on fait un beau gros cadeau aux libéraux, qui ensuite font encore pire pour nous faire détester la politique, ainsi de suite.

        En ce qui concerne les péquiste, cela fait aussi leur affaire d’une certaine façon, car, sans être au pouvoir, ils s’assurent d’avoir l’opposition officiel éternellement. Et parfois, de former le gouvernement.

        Finalement, ceux qui pensent punir, ne font que faire le bonheur des 2 vieux partis qui se foutent éperdument des contribuables et qui continuent à nous enligner direct dans le mur!

        • @ Den

          Je partage totalement votre vision.

          Il me semble que de ne pas voter risque d’être perçu comme du je-m-en-foutisme.

          D’après moi, ça contribue à légitimiser le gouvernement en place à piger à fond la caisse dans le plat de bonbons qu’est l’argent des contribuables et d’afficher un total mépris envers la population. Le désintérêt attise le désintérêt…

          Aller voter c’est faire la démonstration qu’on n’est pas passif. Il y a toujours des partis indépendants, si vous voulez rire du système et afficher votre mépris!

          Ce pourrait être très spécial un parlement constitué de plein d’indépendants!

          La proportion qui ne va pas voter est tellement élevée…si tout ces gens posaient un réel geste d’écoeurement et votaient pour le candidat indépendant de leur circonscription…on pourrait avoir toute une surprise!

          Ce ne serait pas la solution idéale pour moi mais…je préférerais un joyeux bordel qu’un gouvernement arrogant, corrompu et désintéressé de ces citoyens.

          Pensez-y…

        • nul besoin de travailler pour le PQ car de toute façon ils finissent toujours par rentrer par une écoeurite aigu des libéraux. pis les plus flyés de la gang pissent a terre des que le PQ rentre ça y est on va avoir notre séparation!!

        • C’est vrai ce que vous dites que les Libéraux ont des votes ‘garantis’. J’y pense depuis quelque temps et je crois que je devrais continuer a appuyer l’ADQ. Contre vents et marrés. Je trouve très dommage et *très dévastateur* que les Québécois les ais laissé tombé.

          Ici, un autre cancer qui s’étend:

          http://qc.news.yahoo.com/s/09062010/3/regional-garderies-en-milieu-familial-les-educatrices-pretes-faire-la.html

          Il n’y a plus de limites a l’explosion des dépenses de l’état. L’état, c’est comme HAL dans le film 2001 – A Space Odyssey

          ‘This mission is too important for me to allow you to jeopardize it’

  29. Moi, depuis 2007, j’ai décidé d’annuler chaque fois mon vote. J’ajoute de petites cornes sur le dessus des cercles et je dessine des yeux et des crocs dans chaque cercle.

    J’avais foi en l’ADQ, mais maintenant, je ne me reconnais plus dans aucun parti.

    • Pourquoi ne pas vous joindre à l’ADQ et y jouer un rôle ?

      Si tu ne t’occupes pas de la politique, elle s’occupera de toi elle ?

      • J’y ai déjà songé.

        Par contre, de ce que je vois des québécois, j’ai souvent l’impression que le Québec est ingouvernable.

        Je crois que je suis pas mal trop à droite sur l’échelle politique pour plaire comme politicien.

  30. Ne votez pour aucun parti est très contreproductif : un vote stratégique — même si vous ne vous reconnaissez en aucun parti — est de limiter les pouvoir du parti au pouvoir (en votant systématiquement pour le 2e parti ou le 3e parti et non le parti favori) ou de choisir le moins mauvais.

    • Il n’y a aucun parti moins mauvais, ce sont tous des étatistes qui prônent le vol des travailleurs par l’impôt. La seule réforme politique possible est la séparation du Québec.

  31. Au lieu de se mefier de QS, mieux vaudrait faire le constat dont l’evidence creve les yeux, notre systeme nest pas tres democratique le gouvernement nest pas representatif er se foue de la grande majorite de la population comme une petite dictature de republique de banane pour plusieurs annees. C’est rendu possible parce que nous avons un probleme systemique majeur.
    Un systeme avec une forte composante de proportionalite serait plus representatif de la population et un mechanisme de rappel pourrait etre interessant. Quebec Solidaire est en faveur de la proportionalite et est credible a ce sujet, les deux vieux partis n’ont aucune credibilite sur ce sujet.

    De mon cote, je crois que le systeme qui favorise de facon extreme les parti politiques n’est pas ideal, mais je n’ai pas d’idee pour balancer l’emprise des parti(instence, ligne de parti) sur les representant que la population choisit.

    En passant le membre du Parti conservateur du Canada elu au Quebec nous a offert un autre spectacle pathetique de carpette colonise, en tentant de justifier l’orgie de depenses quest le party de 3 jours de plus d’un milliard avec un cirque d’abberations de patronage, c’est honteux, il ne represente PAS les electeurs du compte quebecois aupres du parlement mais au contraire represente le gouvernment aupres de la population, c’est le monde a l’envers et on doit trouver une facon de permettre aux elu d’avoir plus d’indepedance face a un parti. Ce milliard gaspille represente combien d’appareil a imagerie magnetique? Combien d’enseignant? d’infirmieres?

    • @ Deck

      Selon mes analyses (les FAITS sont là!), la proportionnelle… dans notre ILLUSION de démocratie (qui plus est, faussement repésentative), n’est qu’un succédané de démocratie.

      Cela peut PARAITRE bien, mais dans les faits, n’enlève AUCUN pouvoir à ceux qui décident TOUT… derrière des portes closes…

      Québec Solidaire est le pantin des illusionnistes qui contrôlent la pensée dominante… et les ‘faux’ contestataires.

      Les pensées de Machiavel et Sun Tsu… sont plus que jamais utilisées -à la lettre- par ceux qui veulent maintenir l’illusion de la diversité politique et médiatique.

      Dans les faits, TOUTES les propositions de QS sont aussi pires que les problèmes qu’il cherche à solutionner…

      Il y a beaucoup beaucoup d’idéalistes au coeur pleine de bonnes intentions (mais incroyabalement naifs) dans QS… mais ils se font utiliser et manipuler par des DOMINATEURS…anti-démocratiques.
      La plupart de connaissent RIEN à l’économie et aux bonnes méthodes de gouvernance.

  32. L’art du gauchiste, de prendre une situation et de tellement la déformer, qu’elle ne veut plus rien dire, sauf à appuyer des idées farfelues contorsionnées.

  33. @ Den (et aux autres qui ont ‘foi’ -c’est le cas de le dire, selon moi- dans notre soi-disant démocratie):

    Euh ??? Démocratie?

    Den écrit:

    «Il y a de bonnes raisons de vouloir abandonner et de ne plus faire confiance dans notre démocratie.»

    Qui va oser répondre directement et honnetement à mes questions sur L’ABSENCE de la démocratie… ici et depuis toujours ?

    Si nous vivons dans une ILLUSION et que de plus en plus d’individus soient en train de se réveiller par rapport à l’entière réalité de notre condition… pensez-vous que vos prémisses sur la soi-disant démocratie qui existerait ici, vont les toucher ?

    Si vos prémisses sont toutes fausses… comment alors avoir une discussion franche et vraiment lucide autour de ce thème ?

    ***

    2 extraits d’un auteur que je considère comme vraiment lucide (réf: Jean-Luc Migué):

    «Les Suisses ont très bien compris.

    Les Suisses ne considèrent pas comme pleinement démocratiques les pays où le peuple ne peut qu’élire des représentants et perd tout pouvoir de décision en dehors des élections.

    Comme le peuple n’a pas le temps de prendre lui-même toutes les décisions politiques, il élit des représentants qui légifèrent et gouvernent. Ces représentants ne sont toutefois pas autorisés à confisquer le pouvoir. Le peuple conserve en effet la possibilité d’intervenir dans les affaires publiques en lançant des référendums (refuser une décision des élus) et des initiatives (proposer une modification de la législation) : si le nombre requis de signatures est atteint, une votation populaire doit être organisée dont le résultat s’impose aux élus.»

    ***

    «Supposé que toutes les décisions gouvernementales soient soumises au scrutin majoritaire direct (ex: référendum). Chacun des citoyens voterait sur chaque mesure dans un référendum distinct, sans considération des décisions à venir ou déjà prises. Cette théorie simplifiée expliquerait, à elle seule, presque toute la réalité politique. Les groupes d’intérêt circonscrits s’en trouveraient largement exclus.

    Par exemple, les agriculteurs (ex: industrie porcine), qui comptent pour moins de trois pour cent de la population votante, ne parviendraient pas dans un référendum à se faire octroyer des milliards de dollars chacun par les consommateurs qui en sont victimes. Pas plus que les contribuables n’accepteraient de se laisser exploiter par des monopoles publics factices, du type Loto Québec, Hydro Québec ou par les monopôles de la santé ou de l’éducation. L’octroi de faveurs à des groupes locaux ou minoritaires ne s’observerait que rarement.

    Cette argumentation explique en même temps l’hostilité des politiciens au principe du référendum, des initiatives populaires. La démocratie directe retirerait aux politiciens les outils indispensables au maquignonnage qu’ils pratiquent pour gagner les votes en régime de démocratie représentative.

    Nous soutiendrons ultérieurement que les initiatives populaires pourraient occuper une place beaucoup plus large dans l’arène politique pour freiner la puissance des groupes d’intérêt et renforcer la voix des simples citoyens.»

Les commentaires sont fermés.